Si la politesse implique de commencer une année en souhaitant à tous d’en passer une, la Breizhou se permet de s’en foutre radicalement un dimanche, c’est-à-dire un lendemain de cuitasse, et de remettre la cordialité à plus tard. De toute façon, les rares et veinardes femmes de sexe féminin qui ont eu la chance de goûter à l’amour de Roazh Takouer vous le confirmeront toutes : il n’est pas du genre pressé le gars.  Enfin, bref, pour commencer cette nouvelle année, la Breizhou préfère agir plutôt que de parler sur du papier (ce qui signifie écrire en fait) en étant la première académie de France et de Bretagne a se montrer au travail, comme un saint bol de cidre de la Bretagne qui gagne. Mais comme faut pas non plus déconner, on va faire une académie relativement brève, comme un symbole de digestion de repas gras et de festivités réveillonnaires.

De son côté, le Stade Rennais a choisi de ne pas souhaiter une bonne année aux Nancéens. Et ce non pas seulement parce personne n’a envie que Nancy passe une bonne année, mais surtout parce qu’ils étaient un peu emmerdants à venir prendre des points chaque année dans notre stade. Même cette saison, alors qu’on avait pris soin d’acheter deux de leurs derniers footballeurs, ils ont réussi à arracher le nul sans obtenir d’occasions réelles, juste un pénalty plus que litigieux.

 

Konpozision

Flemme de faire le schéma sur mon photoshop craqué. Je ne vous prends pas en traître, j’ai dit que, ce sera une académie brève. D’ailleurs, je ne vous prends pas tout court.

Razak Boukari en pointe, en même temps, c’est Nancy en face, et avec leurs 3 défenseurs centraux, on se doute déjà que la solution ne viendra pas de ce poste.

Au milieu, retour logique de Féret en meneur de jeu, alors que Pajot a été préféré à Doumbia dans le rôle de celui qui doit être le plus M’vila-compatible.

En défense, titularisation surprise d’Onyekachi Apam (mais il est vivant ?) et de Captain Kader qui a tenu à souhaiter une bonne année aux supporters rouges et noirs avant de partir à la Yes, he CAN.

 

En face, on ne sait pas très bien, on a lu Grégorini et on a eu un fou rire.

 

Ar matc’h

Pas besoin de rentrer dans les détails et dans le récit du match pour préciser que Rennes a dominé de la tête, des épaules, des pieds, des jambes et autres, le chardon lorrain qui pigque vachement moins que la grand-mère de Roazh Takouer. Les premières alertes viennent de frappe de l’entrée de la surface signée Kembo puis Féret, ce qui tend à montrer que les Nancéens ne devraient pas défendre trop bas.

Et c’est justement quand ils essayent de récupérer la balle un peu plus haut pour éviter que Grégorini finisse par faire dans son froc que Pajot lobe Lemaître pour Kembo. Ce dernier crucifie le panda de la ligain et réaffirme publiquement que sa force vient de Jésus.

Quelques minutes plus tard, toujours côté droit, Romain Danzé adresse un centre à ras de terre à l’entrée de la surface que Kembo laisse passer pour Féret qui du plat du pied place en toute beauté le ballon au fond de la lucarne de Grégorini, qui en a déjà plein la…

Puis peu avant la mi-temps, Pitroipa est encore lancé dans le dos de Lemaître-Puygrenier. Il s’applique sur son centre et trouve Boukari qui dévie mollement le ballon sur le poteau et donc hors de portée de Grégorini et de ses 10 cm détente sèche.

3/0 à la mi-temps, le match est déjà plié. Roazh Takouer est déjà passé au clan campbell qu’il accompagne de mini-cigarillos davidoff  parce qu’il a des relations riches. Enfin une en fait.

L’ASNL attaque la mi-temps en tentant d’être un peu moins ridicule. Jeannot Fernandez fait du coup rentrer deux milieux défensifs pour renforcer son 9-0-1. Surprise, le club parvient même à se créer quelques occasions, dont une sur un exploit individuel de Karaboué, dribblant tout l’effectif rennais avant, épuisé, de frapper en 6m. Sinon, seul au 6m, Jordan Lotiès de la tête manque de sauver l’honneur nancéen, porté disparu depuis pas mal de temps déjà.

Rennes se procure aussi de nouvelles occasions, par Kembo, qui semble avoir passé de bonnes fêtes pas trop grasses. Mais le score ne bougera pas. Qualification acquise tranquillement, un peu moins que l’année dernière et le mythique 7/0 collé à l’AS Cannes, mais qui suffit largement à notre joie de retrouver les terrains. Et puis cette coupe, un jour, elle sera nôtre. Oh oui. Un jour, elle sera nôtre.

 

Les gars du Stade

Costil 3/5 : On s’est demandé si on allait le noter avant qu’il ne signe un bel arrêt en fin de match sur l’une des rares tentatives cadrées, pour ne pas dire tentatives tout court, de l’adversaire. Sinon, il a dû avoir froid, et a dû être content d’avoir deux collègues en défense centrale pour des pauses « causes-tranquilles ». Commencer une année sans prendre de buts, c’est bien sinon.

Danzé 4/5 : En pleine possession de ses moyens, il a couru des kilomètres, étant à la fois devant et derrière. Commencer une année par une passe décisive c’est bien,  et ça laisse présager même des centres avec quelqu’un à la réception si ça se trouve.

Apam 3/5 : Un jour, Jirès dit au paralytique : « lève-toi et cours ». Et Onyekachi se mit à courir sans se fatiguer. Deuxième miracle, il rejoignit ensuite sa voiture sans boiter. Depuis, Onyekachi est devenu défenseur central en Bretagne. Commencer une année par jouer 90 minutes, c’est sans doute le troisième miracle qu’il a rencontré en cet hiver.

Mangane 3/5 : Captain Kader avait envie de jouer en ce samedi tel le gigantesque capitaine qu’il est. Sur le peu qu’on ait vu, il a semblé en pleine possession de ses moyens, et son départ à la CAN nous donne une première raison de suivre de près cette compétition et voire comment se passe sa ‘guérison’. Commencer une année par une victoire face à Nancy est  un signe fort de détermination à emmener Rennes le plus haut possible, souhaitons-le.

KTC 3/5 : Son côté était moins porte ouverte que le couloir gauche nancéen, mais ça ne l’a pas empêché de monter quand il en avait l’occasion. Défensivement, il continue à se montrer très solide, mais c’est dommage qu’il ait hérité d’un carton un peu idiot. Quoi que commencer une année de la sorte alors qu’on a commencé sa carrière par une première saison en titulaire sans le moindre carton, ça montre aussi qu’il gagne en caractère et qu’il va en faire suer plus d’un encore cette année.

M’Vila 4/5 : Numéro 10 d’un soir avec un maillot crédit agricole, c’était un match facile pour lui, vu que le bloc adverse était très bas, pour ne pas dire franchement pas pressant. Il n’en a pas profité pour améliorer ses stats personnelles, mais a régné tranquillement sur le rectangle pendant la rencontre. Commencer l’année en se faisant plaisir, ça lui va très bien.

Pajot 5/5 : Soyons clair, rien que son ouverture pour Kembo suffit à lui donner une telle note tellement c’est elle était juste, décisive et prometteuse pour l’avenir. Lui et Doumbia devraient se livrer à une belle concurrence durant les 6 mois à venir. Tettey pourra compter les points et leur faire des gros câlins. En tous cas pour « Bébé-Vinç », commencer l’année par une passe décisive, c’est signe qu’il va encore pouvoir nous épater.

Féret 5/5 : Son but est tellement beau qu’il justifie à lui seul sa note. Puis la séance gros câlin avec M’Vila était tellement choupinette, que Roazh Takouer et son cœur d’artichaut du Léon a failli écrire quelques vers d’amour à une femme de sexe féminin, avant finalement de préférer se verser quelques verres de boisson virile et celtique. Commencer l’année par un beau but, c’est comme se dire qu’on buvera plus de Talisker que de JB cette année.

Kembo-Ekoko 5/5 : Sacré vanneur de l’année par le replay, Jiji fonce également tout droit vers le titre presque honorifique de meilleur buteur rennais de la saison. Pas passé loin du doublé hier soir, on aura également particulièrement apprécié son tour de magie « je te dribble sans le ballon pour que mon co-équipier marque ». Plus en tous cas que Puygrenier qui a dû griller quelques neuronnes pour comprendre ce qui s’était passé. Commencer l’année par un but et par une feinte qui marche, c’est sans doute une promesse de marquer encore plus de buts et de signer plus de feintes qui marchent.

Pitroipa 3/5 : On l’a vu plus inspiré notre envoyé des Dieux. Néanmoins, il a été décisif en signant une passe décisive, ce qui est suffisamment rare pour être signalé. Puis commercer l’année par une passe décisive, c’est peut-être même un espoir de le voir gonfler ses stats et franchir ce cap dès 2012. En attendant, les Burkinabés s’apprêtent à apprécier chaque dribble de leur inventif Jonathan Pitroipa. Ce qui nous donne une deuxième raison de suivre la CAN.

Boukari 3/5 : A fait le taff en marquant son but et en permutant fréquemment avec Kembo. On attend tout de même de le voir à l’œuvre face à un adversaire un peu plus sérieux, mais en attendant la solution « dépanne » qu’il offre est d’autant plus appréciée que notre ‘plan B’ s’en va aussi à la CAN.

 

Les entrées en jeu

Non noté, parce que le match était plié, l’adversaire moisi, et la concentration de Roazh Takouer fortement diminuée, entre le clan cousin, et le plan coussin de la soirée. Hadji est rentré sympathiquement avant de mieux partir en CAN, sans toutefois qu’il nous offre une réelle troisième raison de suivre la CAN. Brahimi a montré qu’il pouvait faire une deuxième entrée en jeu consécutive sans se blesser. Et l’éventuelle troisième entrée en jeu a été oubliée par Roazh Takouer, comme le reste de sa soirée.

 

Les autres apparitions

Puygrenier 3/5 : C’était franchement sympa de le revoir. En tous cas, il ne nous a pas dérangés.

Les autres clubs bretons 1/5 : à l’heure où Locminé tient tête aux Qarisiens, on accorde tout de même peu de crédit à nos chances de refaire dès cette saison une finale pure beurre au SDF. Pour la simple et unique raison qu’ils se sont tous faits éliminer un peu comme des cons. Nos condoléances donc au TA, éliminés par Quevilly (on sait ce que ça fait). A Mèch Tuyot et au SB29, vaincu à Niort (on a bien une petite idée de ce que ça peut faire). A Christian Bourrepif et au FCL, victime d’un doublé de Fanchone comme pour mieux rappeler sa place au futur onze anal historique du club. Ayant subi un jour un doublé d’Eduardo, nous avons une idée également. En attendant, vous pouvez vous consoler avec le onze mondial historique des Merlus. De notre côté, on vous promet qu’on essayera cette fois de dépasser les 1/8e de finale pour porter haut les couleurs de notre beau gwen ha du. Attention, ça veut pas dire qu’on réussira non plus.

C’est la mi-temps entre Locminé et Paris et le score est toujours vierge comme Marie. Locminé a même frappé la barre. Dans les locaux de l’Equipe, Jérôme Touboul doit avoir une sacrée érection.

 

La non-apparition

Bloavezh mad 1/5 : ça viendra, soyez patients. A peu près en même temps que le bilan 2011 de la Breizhou et une surprise pour vous, parce qu’on vous aime quand même.

 

En attendant, voici les images. 

2 thoughts on “La Breizhou Académie note Rennes-Nancy (3-0)

  1. Je suis peut-etre mal renseigné, mais le Burkina va être disqualifié de la CAN non ? Dommage pour le mec-avec-94-de-vitesse-dans-FIFA.

  2. Pajot n’a pas été préféré à Doumbia puisque ce dernier était suspendu, tout comme Totorugo et Jean-Mamelle. Commencer l’année par une erreur, c’est surement le signe d’académies toujours rédigées un lendemain de cuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.