Croix de Savoie Académie, 15e journée.

 

L’ETG continuait sa balade bretonne en allant visiter Rennes après avoir reçu Lorient, et j’en profitais pour me glisser parmi les supporters adverses histoire de zieuter le match en direct live. Bon y faisait pas chaud chaud, mais ça restait supportable, en tout cas plus que le truc qu’on m’a vendu comme étant un hot-dog dans les travées du stade. Les lecteurs bretons me diront que j’avais qu’à prendre une galette-saucisse, mais un jour ils comprendront que ce n’est qu’une galette et une saucisse et que ça vaut pas un coup de cidre, qui est l’une des rares denrées de qualités chez les concitoyens de Roazh.

Si culinairement parlant, l’ETG prenait l’avantage avant même le début du match, niveau footballistique, on était bien en dessous des locaux dans le classement. D’ailleurs on l’a bien senti, on s’est un peu fait prendre de haut. Mais même si on a rabattu quelques caquets pendant une heure, Rennes était quand même un peu meilleur, et les Croix de Savoie s’inclinent après une dernière tentative.

Mention spéciale aux supporters qui ont crié à la simulation quand Laquait s’est pris Montaño lancé à pleine vitesse : fracture du tibia et indisponibilité de 3 mois pour notre portier. Bien joué les gars.

 

La composition :

La même que la semaine dernière, à l’exception du retour de suspension de Khlifa à la place d’Adnane, dans un 4 – 4 – 2 qui marche pas trop mal.

 

1ère mi-temps :

Les hostilités démarrent très tôt avec un premier carton rennais dès la 3e minutes consécutif à un bel attentat de Doumbia qui va donner le ton du match. Angoula croira à l’ouverture du score après être venu donner un coup de boule sur un corner, mais Pitroipa repousse. L’action suivante va voir Féret réaliser un beau numéro pour passer en revu le côté droit et la charnière centrale avant de disposer de Laquait. Julien Féret is now friend with Léo Messi. On les clonerait que ça donnerait Léo Féret. Ce dernier va mettre Laquait en évidence sur une frappe repoussée par un arrêt réflexe. Laquait est brillant.

Heureusement on tergiversera pas trop, et sur une action typique de chez nous (centre pour Sagbo qui sert un partenaire en pivot), Barbosa viendra crucifier Costil d’une belle demi-volée. On joue la 19e minute, et déjà un partout. Du coup, les gars de la yaute poussent un peu plus, les débats sont chauds, et sur une ouverture du même Barbosa que M’Vila n’arrive pas à intercepter, Wass choisi une frappe à deux à l’heure et le soupirail de Costil pour donner l’avantage aux visiteurs. 32e, 1-2, ce qui sera le score à la pause malgré de timides tentatives locales en fin de mi-temps.

 

2e mi-temps :

La seconde période vaudra plus pour sa tension dramatique que pour le jeu, à l’inverse de la première : l’ETG fait bloc, on sert les fesses pour tenir le résutats. Mouai, j’y croyais moyen, surtout que Khlifa n’était visiblement pas en grande forme : le pauvre tombait à la moindre rafale de vent, vent qu’il semblait avoir plutôt de face que de dos tant il avait du mal à courir. On a tenu 10 min, jusqu’à l’accident : Montaño profite d’une ouverture dans le dos de notre défense pour tenter un duel avec Laquait ; choc entre deux tibias, notre gardien reste à terre, huées bretonnes pour simulation, Laquait qui semble avoir vraiment mal, changement demandé, Andersen ne trouve pas ses protèges-tibias, huées bretonnes pour perte de temps, entrée d’Andersen et le jeu reprend. Le tout pour 5 minutes d’arrêts de jeu et une fracture du tibia pour Laquait qui retourne cirer l’infirmerie. Mes que des supporters.

Alors bon, Andersen remportera son premier duel comme dans un conte, mais se prendra un but gag à la 77e lorsque Hadji, le cul par terre, bottera un ballon perdu de vue par toute notre défense comme il pourra pour égaliser. Barbosa venait de sortir, remplacé par Tié Bi : coïncidence ? Je ne crois pas. Suite à cette entrée, le bloc défensif a reculé de manière inquiétante, et ça commençait à puer un peu. A force de reculer, de se faire dominer, de se laisser marcher dessus, la fessée constituait une fin logique, et sur un centre de Pitroipa pour la main de Sorlin, qu’il trouvait parfaitement, l’arbitre désignait le point de pénalty. Féret se chargeait de la sanction, histoire de doubler ses statistiques en un match et de devenir aux yeux des supporters rennais un candidat potentiel à l’équipe de France.

Le match se terminait dans un beau bordel, 8 minutes de rab, Casino expulsé, Adnane qui rentre, Khlifa qui broute le gazon, Kana- Biyik qui le pousse et se prend aussi un rouge,  Adnane qui manque la balle de match, les supporters, qui voulaient beaucoup de temps additionnel, réclament maintenant la fin du match, bref, l’arbitre siffle enfin pour laisser les rennais jouir de leur victoire 3-2 dans la douleur face à un promu.

Coup d’arrêt pour les Croix de Savoie après 4 matchs sans défaite, même si celle-ci n’a d’honteux que les simulations incessantes de Khlifa. On redescend d’une marche à la 13e place, profitant des défaites de tous nos poursuivants excepté Dijon (qui nous passe devant) et Bordeaux qui nous rejoint. La semaine prochaine on recevra Valenciennes avec l’occasion de creuser l’écart avec la zone de relégation.

 

Les gars :

Laquait : 4/5 : De bonnes interventions jusqu’à sa blessure. On se revoit dans 3-4 mois.

DDD : 1/5 : Brice est à l’image d’un ange : rien devant, rien derrière. Un vrai petit chérubin. Sauf que lui n’est pas innocent, pas sur le premier but en tout cas.

Angoula : 2/5 : Nous sauve la baraque une fois ou deux, a presque mis un but, mais à côté de ça il se laisse avoir sur chaque crochet adverse et est un peu lent pour jouer le hors-jeu.

Cambon : 2/5 : Un peu mieux que son compère dans les duels, mais limite sur les hors-jeu aussi, et ce but gag est à moitié pour sa pomme.

Ehret : 2/5 : Rien de spécial à signaler.

Sorlin : 3/5 : Le capitaine s’est beaucoup donné (de coups, de la voix, d’efforts) et a beaucoup reçu (de coups, d’invectives, de carton, de pénalty).

Poulsen : 2/5 : Un match plutôt propre, mais avec deux trois tâches qui font moches dans le tableau.

Barbosa : 5/5 : Bin ouai, 5 : il marque, il fait marquer, il court, il tacle, il s’énerve sur Khlifa, il passe, il est remplacé parce qu’il en peut plus, et quand il est plus là, on perd. Notre Zanetti à nous.

Wass : 4/5 : Le petit blond est on fire, deuxième but en deux matchs, une nouvelle fois sur une frappe un peu chanceuse. Une bonne activité.

Sagbo : 3/5 : Comme d’hab’, gros travail sur la défense adverse, avec une nouvelle passe décisive. -1 pour les jongles sur la balle de match.

Khlifa : 0/5 : Vainqueur du concours de l’école Valbuena, les roulades en moins (sûrement à cause de la caravane qu’il avait au cul), l’expulsion de Kana-Biyik en plus.

 

Les remplaçants :

Andersen (pour Laquait) : 3/5 : Une entrée pas facile qui lui vaut +1, de bons arrêts, mais le but gag est moitié pour sa pomme.

Tié Bi (pour Barbosa) : 2/5 : Une entrée moins intéressante que d’habitude, avec moins d’impacte.

Adnane (pour Wass) : 1/5 : En 10 minutes il aurait pu passer de paria à héro. Raté, comme sa frappe sur la balle de match.

 

Le Coach :

2/5 : On sait qu’on a du potentiel anal, pas besoin de nous faire tendre les fesses pour prendre la fessée. Surtout que même selon un supporter rennais : « C’est con, quand vous jouez, c’est pas mal ».

 

Les touristes :

Des starlettes coachées par une pleureuse. Ne vous inquiétez pas M. Antonetti, vous aurez droit à petit cours de géographie lors du match retour.

 

Franck Ripoux.

 

Les larmes de Franck Ripoux en images. Si si, en haut à gauche de l’écran.

6 thoughts on “La Croix de Savoie Académie note Rennes-ETG (3-2)

  1. Apparemment le cadet frère DDD est aussi bon que notre ancien attaquant vedette numéro 2 à Avignon(juste après Charisteas); ils sont bien de la même famille c’est con pour Evian.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.