La Foghetecaz Académie note Barcelone-Villarreal (5-0)

Non, on ne fera pas une blague du type L’Equipe.

5-0, ça fait mal au fion. Et en ce lendemain de déroute, je saigne encore. Si mes poulains jaunes avaient fait bonne figure l’an dernier (1-3), la manita reçue place le club face aux grandes déconvenues qui l’attendent… Et y’a plus Pirès.
Message perso dédié à c’te vieille gueule d’El Piojo : ne fait pas trop le malin.

Bon bah voila, c’est fait. J’attendais avec impatience de me mesurer face aux Catalans et leur tiqui-taqua qui rendent plus fou encore que l’analyse du footballollogue d’Horsjeu.net. D’ailleurs, de ce fin technicien, j’emprunte ses lunettes pour tracer le pourquoi du comment de la claque d’hier. Guardiola craignant l’impacte de notre duo d’attaquant sur les ailes (comme la saison dernière), le Pep’ dressa un 3-4-3 plus vu depuis un moment, avec des avaleurs de kilomètres sur les côtés, en les personnes de Sanchez et Pedro. Notre chance réside dès lors dans la faculté de Borja ou Cani à servir vite et bien Rossi ou Nilmar. Si l’on défendait plutôt bien (gentilles frappes de Messi 6’ et 17’), via le coulissage complice et réussi de Marchena et Bruno devant la surface, on avait du mal à exister dans le camp adverse.
Avec Messi décroché, tournant autour de Cesc placé plus haut, le jeu catalan manquait d’un peu de folie, d’un véritable changement de rythme pour nous déséquilibrer. C’est dans ces cas-là que la différence se fait par le talent individuel, et voila ti pas qu’on laissa le beau Thiago se faufiler jusqu’à placer une frappe rasante du gauche qui fit mouche sans être moche (25’ 1-0).
Pas (encore) la tête dans le trou de balle, mon sous-marin réagissait dans la foulée, mais Rossi ne trouva que le petit filet (26’). L’espoir était donc encore de mise, mais j’ai vite compris que c’était cuit en voyant la suite des événements : une faute de Mascherano annihile une formidable opportunité pour Rossi qui allait se présenter face à Valdès, mais l’arbitre ne laissa pas l’avantage…Oui on se raccroche à ce que l’on peut…
Vient alors le coup de massue, ou plutôt de Messi, ce dernier plaçant Cesc sur orbite qui se débarrassait de Diego Lopez pour conclure et faire le break (45’). La ça sentait la merde, et pas seulement à cause de mes gaz, mais bien par ce que la cohésion entrevue jusqu’alors se délabrait complètement. Sanchez, bien lancé par Thiago, venait nous crucifier pour le 3-0 (47’). Borja se blessait ensuite, histoire d’ajouter une satisfaction supplémentaire à la soirée, et Messi par deux fois venait me péter les burnes (51’,75’) en claquant son doublé hebdomadaire…
Voilà.
Chercher 1000 explications à cette fessée ne sert à rien. L’équipe reste intéressante, mais la faiblesse de son banc, ajoutée au besoin de prendre un vrai récupérateur, seront des arguments qui pèseront très lourd au fil d’une longue et difficile saison qui attend le sous-marin.
Il est bien sûr difficile de ne pas souligner combien l’absence de Santi Cazorla s’est faite ressentir. Capable de se sortir des petits espaces, de faire l’exploit pour se dépêtrer du marquage, l’international manque cruellement à l’occasion de telles affiches. Pourtant, pour rester positifs, le visage de l’équipe ne fut pas pourri 30 minutes durant, ensuite ce fut une catastrophe… Comme l’atteste la première frappe cadrée, signée Camunas à la 87ème minute.
On va relativiser et se dire qu’en face c’était le Barça, certes pas le plus flambant du monde, mais qui continue sa montée en puissance, mais ca, c’est à Hristo de vous l’expliquer. Moi, j’attends de voir une réaction des mes poulains, ou de mes poussins. Oui, le terme conviendrait mieux…

 

Les notes :

Diego Lopez (2/5) : D’abord vigilant, que ce soit dans les airs ou sur des frappes au sol, le Diego s’est laissé berner un peu naïvement face à Cesc, Messi et Sanchez.

Zapata (2/5) : Un geste réussi et le colombien s’emballe. Sa puissance et sa vitesse ont rattrapé pas mal de merdes, mais le tout demeure light.

Gonzalo (2/5) : Oui, on a pris 5 bastos dans la musette, mais le Capitaine a longtemps sauvé les siens, d’un coup d’épaule par ci, d’un tacle rageur par là… D’autant qu’il n’était pas à 100%.

Mussachio (1/5) : Titulariser l’Argentin c’est comme placer un corneto au soleil. D’abord séduisant et pimpant, il finit par ramollir à n’en plus pouvoir. Le temps qu’il réagisse à fermer un intervalle, on peut tuer un âne à coup de figues molles. Imaginez.

Oriol (2/5) : Bah oui gamin, tu me plais, t’as une belle gueule, mais faut être plus méchant. Ne laisse pas à Català l’espoir de caresser l’esquisse des prémices d’une chance de rejouer.

Bruno (2/5) : D’abord accrocheur sur le porteur du ballon, le nouvel international a sombré, flanchant bien trop vite physiquement.

Marchena (1/5) : Son expérience fut utile. Mais 10 minutes, pas plus. Garrido, je t’en supplie, prend un type au milieu.

Cani (1/5) : Cani qui a le ballon sur la gauche : apport zéro. Cani qui tente un crochet pour revenir, 9 fois sur 10, sur son pied droit : apport zéro. Cani qui dézone, en marchant bien sûr : apport zéro. Cani qui sort pour Wakaso : porte le nombre de joueur valide sur le terrain à 11.

Borja (3/5) : Mon Little Bouddha numéro 2 (après le Dieu Ivàn De lapina), a comme toujours permis aux siens de conserver le ballon assez haut, sans oublier de servir ses attaquants comme il se doit. Condamné à l’exploit sur chaque ballon, il a transformé de nombreux « ballons moisis destinés à être perdus » en « passe qui soulage le bloc ». N’a pas mis un coup de tête à Mascherano, histoire qu’il ait mal pour quelque chose.

Nilmar (1/5) : Mr et Mme Nilmar ont un fils, comment s’appelle-t-il ? « Tucasseslescouilles » Tucasseslescouilles Nilmar, on ne t’a pas vu. Pas un crochet, pas une prise de risque, pas un décrochage pour soulager Borja.

Rossi (3/5) : Si Pep’ te veut, heureusement qu’il ne t’a pas ! Ses contrôles orientés ont permis de ressortir quelques ballons. Principale source de danger pour les Catalans, mon rital faillit scorer par deux fois, et a au moins laissé planer le doute quant à sa capacité à sauver l’honneur. Une sorte de remake de Seul au monde, avec un Wilson qui disparait bien plus tôt.

Camunas : Sa vitesse et sa roublardise auraient pu être intéressantes. Il permet à Valdès de salir son survet’, c’est donc une mini victoire.

Wakaso : Je vous l’avais dit, ce petit feu follet aura une carte à jouer. Si l’affaire était repassée, pliée et rangée, le Ghanéen a continué de faire vivre ou revivre notre animation offensive. Une autre mini victoire.

Senna : je pensais le voir d’entrée, mais non, on s’est tapé du Marchena. Une grosse défaite en perspective.

Marco Ruben : a déclaré que c’était une bonne chose d’avoir perdu. Au moins, on se marre. Il ne nous reste plus que ça.

Pascal Cygan : Ira aussi au Stadium tout sourire. S’il pouvait ramener Ruben avec lui.

 

Santi Lazorla.

 

Santi est un chic type, il vous laisse voir l’ersatz de match qu’a proposé son équipe.

6 thoughts on “La Foghetecaz Académie note Barcelone-Villarreal (5-0)

  1. Pauvre Santi tu attaques ta carrière d’académicien de manière bien moche.
    Prochaine échéance face à Séville en plus. Dur.

    Sinon pour parler de hier soir Borja a fait de son mieux, Cani en mode fantôme et la défense qui craque au mental. Dommage… enfin pour ton équipe.

    Sinon petite question : Oriol, ça va être le titulaire habituel ou c’est Catala qui va suppléer Capdevilla et garde le moral, même si Navas risque de t’en faire voir de toutes les couleurs.

    La bise.

  2. Cher Hristo,

    Un peu de sucage de noeud d’abord: un bravo à ton Barça, qui monte doucement en puissance, parait plus armé physiquement, et peut s’appuyer sur un garçon formidable d’intelligence tactique, Cesc.

    Sinon, je sais que l’on aura du répondant, mais cette équipe me fait penser à Arsenal: elle a besoin d’avoir tous le monde au top.

    Oui Oriol sera tirulaire, et c’est vraiment tant mieux. Il a du ballon, Català (alias double face) était prometteur, mais il est trop light.

    Le Seville sera costaud, c’est sûr. Elle semble en avance collectivement, et en dépit de son élimination en coupe d’Europe, elle demeure une équipe performante. C’est surtout l’influence du duo Medel-Rakitic qui m’inquiete…

  3. En tout cas merci pour l’acad’, ça me rend les matchs de Villareal bien plus intéressant, bon je suis pas sûr d’avoir l’occasion d’en suivre beaucoup, mais merci quand même.

  4. Sacré première en effet…

    Bon, sinon, je sais pas si ça console (je ne penses pas mais bon), mais tes canteranos ont battu ceux du Barça 2-0 à…Barcelone (Au mini-Estadio, c’est pas le Camp Nou, mais quand même).

    Barcelone et Villareal, les deux seuls clubs dont la filiale évolue en Segunda, comme un symbole de, de je ne sais pas quoi en fait.

    Une bien bonne académie que je suivrais avec envie et intérêt toute la saison, merci et félicitations Santi.

    La bisanale (circonstance oblige).

    PS: Purée, quatre académiciens espinguoins, ça devrait envoyer du gros sel, vivement que vous rencontriez le Valencia :)

  5. Se déplacer au Nou Camp sans Cazorla: 5-0

    Se déplacer au Nou Camp sans l’avoir remplacé: 5-0

    Se déplacer au Nou Camp avec Marco Ruben comme joker: 5-0

    Recevoir des messages de soutiens et de futur suivis de l’académie: on oubli le 5-0, et ça, ça n’a pas de prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.