Au programme de cette Jornada 25, un classico sans vainqueur, Botafogo sur le podium et un champion en titre qui y croit toujours.

Le choc: São Paulo – Corinthians

Au match aller, São Paulo était un fringant leader, auteur d’un début parfait avec cinq victoires consécutives. En face, le Timão avait bien l’intention de calmer la Tricolor Paulista. Ce fut chose faite avec une leçon de réalisme de Liédson and co. pour un succès 5-0 qui se passe de commentaires.
Pour cette J25, les deux adversaires étaient dans le même état d’esprit: gagner pour reprendre la tête à Vasco, tout nouveau chef de ce Brasileirão. Sans doute vexés par l’humiliation de l’aller, ce sont les coéquipiers de Rogério Ceni qui dominèrent la quasi-totalité de la partie. Tour à tour, Dagoberto et Lucas à deux reprises trouvèrent (et troubadours) les gants de Julio César. Et quand le guarda redes fut battu sur une tête de Casemiro, c’est le poteau qui sauva le Coringão. La déferlante se poursuivit avec un débordement de Wellington qui ne trouva aucun coéquipier pour couper. En seconde mi-temps, Dagoberto tenta à nouveau sa chance, sans succès. Sur sa seule occasion potable du match, Emerson, qui n’avait plus qu’à rabattre son coup de tête pour marquer contre le cours de jeu, mangea la feuille de match. Malgré deux dernières frappes non cadrées de Wellington et Casemiro, la Tricolor Paulista ne parvint pas à trouver le chemin des ficelles dans un match qu’elle a largement maîtrisé. Corinthians peut être satisfait de sa résistance car, au terme d’une telle partie, arracher un point est une très bonne affaire.

Les grands gagnants de la J25: Botafogo et Fluminense

Botafogo

Avec seulement un point inscrit lors des deux dernières journées, l’Estrela Solitaria avait l’occasion de se refaire la cerise sur la pelouse de l’Imortal Tricolor. Bien caché à la quatrième place du classement mais toujours à portée de tirs de Vasco, le Fogão n’a certainement pas réalisé une grande rencontre face à Grêmio mais l’a tout de même emporté (désolé Nuno Grotesque!) grâce à un but de l’inévitable Loco Abreu (65′). Pourtant, tout au long du match, ce sont bien les coéquipiers de Rochemback qui se firent les plus dangereux. Le problème, c’est qu’il a fallu attendre la fin du match pour assister à la première frappe cadrée signée Douglas, repoussée par Jefferson. La dernière occasion de la partie fut l’oeuvre de Cortês mais son ogive qui prenait le chemin de la lucarne fut détournée par Victor, auteur d’un superbe arrêt. Sans être (Dany) brillant, Botafogo remporte trois points extrêmement importants, monte sur le podium et paraît bien placé pour faire mentir sa réputation de gentil loser.

Fluminense

Etalé par Bahia lors de la J24, le Fluzão ne s’est pas fait surprendre par Avai, bien englué dans les profondeurs du classement. Dès la 5ème minute, ce raposa de Fred récupéra un ballon relâché par Felipe pour ouvrir le score. Le match partait bien pour Flu mais William égalisa immédiatement (8′). Sur sa lancée, la Tricolor de Aço insista avec des frappes de Cleverson et Robinho sans pour autant doubler la mise. Néanmoins, Nense reprit la main. En effet, après une tentative de lob de Rafael Sobis qui frôla la transversale, Fred planta pour la seconde fois de la mi-temps ’35’). Mine de rien, l’ancienne quenelle en est à dix cageots cette saison, pour une moyenne de 0,77 but/match. Mais, même mené au score, Avai ne capitula pas. Ainsi, à la réception d’un corner, Dirceu reprit le ballon de la tête mais Cavalieri fut sauvé par la transversale. Certainement le tournant du match puisque trois minutes après son entrée, Alejandro Martinuccio, un nom qui dit forcément quelque chose à ceux qui ont suivi le parcours de Peñarol en Libertadores cette saison, plia l’affaire (78′). Un bonheur n’arrivant jamais seul, Deco a fait son retour à la 73ème minute après une longue blessure.

Les perdants de la J25: Vasco et Flamengo

Vasco

Au vu des résultats obtenus pas ses rivaux, le Gigante da Colina peut considérer que le match nul obtenu à domicile contre l’Atlético Goianiense est une mauvaise opération. Face au Dragão, Vasco a souffert puisque c’est son adversaire, par l’intermédiaire d’une tête d’Anselmo qui laissa Fernando Prass immobile (22′). Le guarda redes se rattrapa quelques secondes plus tard, quand il fallut boxer une tentative de Juninho, homonyme de l’homme du Pernambouc. Ne laissant pas le temps à la Locomotiva Rubro-Negra de croire en un éventuel succès, Fagner centra pour la tête de Diego Souza qui fêta parfaitement son arrivée en Seleçao (32′). Ce même Souza faillit bien inscrire un doublé, une nouvelle fois de la tête, mais le poteau de Marcio en décida autrement. En toute fin de partie, Prass réalisa un dernier arrêt décisif qui permit aux siens de conserver le point du nul.

Flamengo

Les matches se suivent et se ressemble pour Fla qui ne parvient plus à gagner depuis le 25 août. Face à l’Atlético Mineiro, relégable, le Mengão s’en est une nouvelle fois remis au Gaucho pour ne pas perdre. La première véritable occasion de la partie fut à mettre au crédit du Galo mais Magno Alves, à la réception d’un centre de Serginho, toucha le montant de Felipe. Fla répondit par une frappe lointaine et hors cadre de Renato. Dès le retour des vestiaires, l’Alvinegro prit l’avantage. Suite à une faute d’Alex Silva sur André, entré à la pause, Daniel Carvalho, formé à l’Internacional et passé par le CSKA Moscou, trouva la lucarne de Felipe sur le coup franc qui suivit (49′). Ce but eut le mérite de réveiller le Rubro-Negro mais le Galo s’en sortit in extremis. A l’heure de jeu, Ronnie égalisa d’une frappe contrée, ce qui permit au Mengão de limiter la casse même si, pour le titre, ça semble bel et bien cramé (62′). Son treizième cageot de la saison est légèrement chanceux car, apparemment, sa frappe n’était pas cadrée. Malgré le forcing de Fla, Renan Ribeiro sauva son équipe à deux reprises et ce point est une bonne opération pour le Galo qui essaie de sortir de la zone rouge le plus vite possible.

Les restes du Monde

Santos a peut-être définitivement condamné l’América Mineiro. Grâce à des buts de Borges (of course!) et Edu Dracena, le Peixe a triomphé des Coelhos qui égalisèrent par l’intermédiaire de Kempes.
Palmeiras a retrouvé le chemin de la victoire après 5 matches d’insuccès. Sa victime est Ceara qui, avec cette défaite provoquée par Thiago Matias qui marqua contre son camp, se rapproche de plus en plus du côté obscur.
Internacional a vécu une sale soirée face à Figueirense. Plus le score (1-1), c’est surtout la perte de Leandro Damião pour au minimum un mois et demi qui porte préjudice au Rolo Compresor. Un véritable coup dur pour l’attaquant qui est la véritable révélation de la saison au Brésil.
Cruzeiro ferait bien de faire attention car la Bestia Negra est encore loin d’être sauvée. Défait sur la pelouse de Coritiba (2-1) malgré la réduction de Bobô, Cruzeiro n’a plus que 4 points d’avance sur le Galo toujours premier relégable.

Classement:

1. Vasco (46 points)
2. São Paulo (45 points)
3. Botafogo (44 points – 24 matches)

4. Corinthians (44 points)

5. Fluminense (40 points)
6. Flamengo (38 points)
7. Palmeiras (38 points)
8. Internacional (37 points)
9. Coritiba (36 points)
10. Santos (35 points – 23 matches)
11. Atlético Goianiense (34 points)
12. Fugueirense (34 points)
13. Grêmio (30 points – 24 matches)
14. Bahia (30 points)
15. Cruzeiro (28 points)
16. Ceara (27 points)

17. Atlético Mineiro (25 points)
18. Atlético Paranaense (23 points)
19. Avai (22 points)
20. América Mineiro (19 points)

Choa d’Arelate.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.