Au programme de cette Jornada 27, Vasco et Corinthians qui se neutralisent, Fla et Flu qui n’ont pas encore dit leur dernier mot, Botafogo qui loupe encore le coche et Mélanie Laurent à placer encore 3 fois minimum.

 

Le choc: VascoCorinthians

Incontestablement, cet affrontement entre le Gigante da Colina et le Timão était la grande affiche de cette Jornada 27, un match qui fait des bulles, les mêmes que dans la pub avec Mélanie Laurent (plus que 2). Dès le premier quart d’heure, l’international auriverde Dedé s’éleva plus haut que tout le monde et catapulta la gonfle dans la lucarne de Julio César (16′). Si, en cas de victoire, Vasco peut creuser un écart significatif, Corinthians ne l’entend guère de cette oreille. Ainsi, cinq minutes plus tard, après avoir récupérer une balle au milieu du terrain, le Coringão égalisa en contre par Alex (21′). Un but en deux passes qui remit les visiteurs à hauteur. Car si Eder Luis força Julio César à bloquer le ballon en deux temps, c’est bien Paulinho qui manqua un but tout fait. Plus prompt au second poteau, il ne parvint pas à trouver un cadre qui s’offrait à lui comme Mélanie Laurent dans un rêve Max Gallo-Bossis (vais-je égaler ce sacré Maxou?). Peu après, Juninho faillit surprendre le guarda redes (celle-là, elle est pour toi cher PES!) mais le coup franc lobé qui prenait amoureusement le chemin de la lucarne fut détourné en corner. Après ce coup de semonce et juste avant le retour aux vestiaires, Eder Luis profita du placement anarchique de la défense adverse pour lancer idéalement Fagner qui piqua parfaitement son ballon pour donner l’avantage aux siens (45+2′). Dès le début de la deuxième période, le Gigante tenta d’accroître son avance mais Diego Souza et Dedé butèrent tour à tour sur Julio César. Evidemment, Vasco paya l’addition et Danilo aligna Fernando Prass sur la première occasion valable de son équipe (67′). Ce même Danilo fut tout proche de donner la victoire au Timão mais son coup de tête, s’il laissa Prass coi, ne trouva pas le cadre. La fin de match offrit une balle de match à chacune des équipes. Tout d’abord, Alecsandro, entré à la pause à la place d’Elton, vit son but refusé par l’arbitre de touche pour un hors-jeu discutable. Puis, Danilo, décidément très en forme, contraignit Fernando Prass à une envolée salutaire qui garantit le point du nul à Vasco.

Leader et dauphin avant le début de la partie, Vasco et Corinthians conservent leurs positions mais regrettent de n’avoir pu remporter trois points qui auraient incontestablement changé la physionomie de ce championnat.

 

 

Les grands gagnants de la J27 : Flamengo et Fluminense

Flamengo

Sorti de son coma lors de sa victoire face aux Coelhos de l’América Mineiro, le Mengão a battu la Tricolor Paulista dans le deuxième choc de cette J27. La tâche était ardue pour le Rubro-Negro car avec Luis Fabiano, l’homme que Séville voulait lâcher 18M€ à l’OM et qu’elle a vendu une poignée de figues molles aux Brésiliens, São Paulo comptait bien récupérer sa place de Flipper et recoller au train du leader, qu’il fût Vasco ou Corinthians. Après une première offensive de la Tricolor, Ronnie lança Deivid dans le dos de la défense mais l’ancien Bordelais croisa trop son exter’ du droit. Auteur du coup franc qui amena l’égalisation de Rivaldo face à Botafogo, Rogério Céni mit son homologue à contribution et Felipe claqua la tentative contrée par le mur au-dessus de sa transversale. Très en jambe, Dinho rejoua le coup du je fixe/je donne mais cette fois-ci à l’intention de Thiago Neves dont la tête fut repoussée par Rogério Céni. Lors de la seconde période, Luis Fabiano chauffa les gants de Felipe mais sa frappe trop axiale fut boxée sans trop de difficultés. Chacun leur tour, les portiers réalisèrent des parades décisives, si bien que l’on se demandait si les attaquants parviendraient à faire trembler les ficelles. Or, Lucas, pour une faute inutile, reçut un second carton jaune de la part de l’arbitre et laissa ses coéquipiers jouer les 35 dernières minutes à dix. A nouveau, Rogério Céni repoussa une tête à bout portant de Deivid sur un débordement de Junior César. En revanche, le gardien vétéran ne put absolument rien sur le coup de casque asséné par Thiago Neves (65′). En supériorité numérique, Fla semblait se diriger tout droit vers la victoire. C’était sans compter sur Williams qui prit à son tour le chemin des vestiaires à la 71ème minute. Action, réaction: sans contrôle, à 20 mètres, Dagoberto expédia un missile dans les bois de Felipe à seulement dix minutes du terme (79′). Certainement inspiré, Renato tenta également sa chance dans le money-time. Si sa frappe n’eut absolument pas la même trajectoire, il n’en demeure pas moins que, déviée par Carlinhos Paraiba, elle prit Rogério Céni à contre-pied (84′).

Avec 6 points de retard et encore onze matches à jouer, Flamengo peut encore espérer un retour de nulle part au prix d’un rush qui devra forcément être parfait.

 

Fluminense

Après avoir perdu deux points face à Avai, quasiment condamné à la Série B, Nense a repris sa marche en avant avec un succès em casa contre Santos. Et comme face à la Leão da Ilha, le sort du match s’est joué à la fin de la fin du match. Sur une pelouse ignoble, pas comme un symbole de Mélanie Laurent (4 à 4, le suspense devient insoutenable!), c’est pourtant le Peixe qui ouvrit la marque par l’intermédiaire de l’otarie Neymar qui, visiblement, sait faire autre chose que des grigris débiles (32′). Vous noterez que sur son but, nulle trace de passements de jambes ou de roulettes, simplement un frappe ras du piquet… Et une bonne toile de Cavalieri aussi. Vu sa chorégraphie, le jeune à la crête prend des cours d’anglais. Une indication sur sa prochaine destination? Néanmoins, après deux tentatives sans succès, le Fluzão trouva enfin la faille grâce à Marquinho (39′). A vingt minutes de la fin, Rafael Sobis a.k.a. le fan de rock ‘n’ roll, eut des envies de golaço, dégaina et attrapa la lulu de Rafael (72′). Le début d’une fin de match dingue. En effet, dix minutes plus tard, Digão prit la porte et laissa Flu à 10 malgré une tentative de « aïe ma jambe, c’est pas moi qui ait fait faute, c’est l’autre ». A l’orée des arrêts de jeu, Renteria (ouais ouais l’ancien Strasbourgeois!) fraîchement arrivé en provenance d’Once Caldas, égalisé d’une frappe sèche imparable (89′). Le match nul semblait acquis mais, sur un ultime corner, Marcio Rozario, défenseur entré en jeu à la 87ème minute à la place de Fred, s’imposa dans les airs et dunka une tête piquée superbe (90+5′).

Ainsi, au même titre que Flamengo, Flu est à 6 points de la tête et ne perd pas espoir de se succéder à lui-même. Et la J28 promet d’être électrique puisque les deux deux rivaux s’affronteront.

 

Le grand perdant de la J27 : Botafogo

Alors que la première place lui tendait les bras, Botafogo a manqué le coche pour la deuxième fois consécutive. Ainsi, à l’Atlético Goianiense modeste dixième, le Fogão a laissé passer trois points qui auraient pu le ramener sur le podium, à seulement deux unités de Vasco. La faute à un départ calamiteux. En effet, il a fallu plus d’une mi-temps à l’Estrela Solitaria pour se réveiller. Le problème, c’est que le Dragão avait déjà trouvé la faille à deux reprises. Ainsi, dès la 2ème minute, Felipe précipita l’inervention d’Antônio Carlos à la réception d’un centre de Marino qui eut tout son temps pour ajuster son centre décisif. Acculé, l’ancien Ajaccien trompa son propre gardien. Huit minutes plus tard, Felipe profita d’un mauvais renvoi de la défense de Botafogo sur un centre de Rafael Cruz pour tenter sa chance. Or, Marcelo Mattos dévia le ballon du coude et Jefferson dut s’avouer une nouvelle fois vaincu (10′). Le reste du match fut une succession de sauvetages du gardien, parfois chanceux comme sur cette tête qui heurta miraculeusement le poteau ou encore quand le coup franc de son homologue Marcio toucha la transversale puis la base du poteau. Totalement dépassé, Botafogo marque le pas et voit ses chance de titre s’envoler peu à peu.

 

Là, ça devient vraiment inquiétant : Cruzeiro

Les semaines passent et la Bestia Negra ne parvient toujours pas à inverser la tendance qui la mène directement en Série B. Du coup, c’est le boxon, un peu comme pour placer une cinquième fois Mélanie Laurent dans une acad’ (challenge completed! Next level please!). Comme à l’aller, Grêmio l’a emporté 2-0. D’emblée, Rafael Marques, au moment endroit au bon moment, récupéra une tête de Brandão (titulaire face à son ex) qui avait fini sa course sur la transversale de Fabio (4′). Après avoir été sauvé par la transversale sur une frappe lointaine de Douglas, Cruzeiro crut égaliser mais Ernesto Farias était signalé hors-jeu. La chance de la Bestia Negra était passée car de retour des vestiaires, Escudero devança la défense et doubla la mise (49′). Avec cette 14ème défaite de la saison, Cruzeiro se rapproche de plus en plus de la limite fatidique. En revanche, l’Imortal Tricolor pointe désormais en haut de classement, non seulement grâce à cette victoire mais aussi grâce à son succès contre Santos lors d’un match en retard de la J11 joué le 6 octobre dernier (1-0, but de l’immense Brandão).

 

Les restes du Monde

Palmeiras n’a pu obtenir mieux qu’un match nul contre la lanterne rouge l’América Mineiro. Les buteurs ne sont pas inconnus puisqu’il s’agit de Marcos Assunção pour le Verdão et de Kempes pour les Coelhos.

Bahia dispose de 6 points d’avance sur la zone grâce à un succès 3-2 face à Avai. En revanche, en ce qui concerne la Leão da Ilha, la survie en Serie A semble de plus en plus hypothétique puisque Cruzeiro pointe à 7 longueurs.

L’Atlético Mineiro n’a pu venir à bout de Ceara (1-1). Pourtant, le Galo a évolué pendant 35 minutes à 9 contre 11.

Figueirense et Coritiba ont signé l’unique 0-0 de la J27.

L’Internacional a été battu par l’Atlético Paranaense (2-0, doublé de Nieto). Du coup, le Furacão est encore en course pour le maintien, à seulement 2 points de Cruzeiro.

 

Classement

1.   Vasco (50 points)

2.   Corinthians (48 points)

3.   São Paulo (46 points)

4.   Botafogo (45 points – 26 matches)

5.   Fluminense (44 points)
6.   Flamengo (44 points)
7.   Internacional (40 points)
8.   Palmeiras (40 points)
9.   Grêmio (39 points)
10. Atlético Goianiense (38 points)
11. Coritiba (37 points)
12. Figueirense (37 points)
13. Santos (35 points – 26 matches)

14. Bahia (33 points)
15. Ceara (31 points)
16. Cruzeiro (29 points)

17. Atlético Paranaense (27 points)
18. Atlético Mineiro (26 points)
19. Avai (22 points)
20. América Mineiro (20 points)

 

Choa d’Arelate.

3 thoughts on “La Garrincha Académie, Jornada 27

  1. Le Choa vient d’entrer officiellement dans le World Guiness Book. Dommage pour lui, demain ce sera déjà fini.

  2. Un grand merci à toi Choa d’Arelate de m’avoir fait connaitre mieux ce championnat très plaisant a suivre,je ne connaisais quasiment pas le Brasileirao mis a part quelques golaços.

    Longue vie a l’Academica Garrincha(que je suis depuis la 1er journée)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.