La Liga académie, 27ème journée

Tiens, j’ai cru voir un Javier Gominez…

Bien, voici la 27ème journée de Liga, avec le suspense à son comble pour le championnat à la descente et la Liga bis. Faut suivre les gars, on a expliqué la semaine passée de quoi il s’agissait.

Quoiqu’il en soit, ce week-end avec les copains on a su séduire les maitres chiens de La Romareda, on vous raconte tout ça !

La Liga-bis, c’est mieux qu’une sitcom d’AB production.

C’est sur que si c’est pour savoir qui terminera champion d’Espagne, c’est pas la peine de réaliser une série rien que pour ça hein. Par contre donnez-moi les noms des équipes qui partiront avec le Real et le Barça en champions ou les deux qualifiés pour la prochaine Europa Ligue, et j’vous paye la jarre de sangria.

On commence donc avec le Majorque, qui a copieusement atomisé l’Atlético de Madrid chez lui. Les visiteurs étaient complètement perdus, pour ne pas dire à la rue. Bon, ils essaient de se rassurer en disant que ça fait juste 7 ans que ça dure, mais c’est long tout de même. Pourtant au début c’était assez équilibré, puisqu’à la 23ème minute de jeu Forlan égalise pour les madrilènes. Le vrai fait marquant de la partie vient de l’expulsion de Raul Garcia juste avant l’heure de jeu. Majorque ne s’est pas fait prier et plante l’Atlético 4-1, et encore grâce à un bon gardien. Tout ça est très bon pour le club Baléare qui accède à la quatrième place.

Et ouais, puisque quelque minutes après c’est à Séville, (fraichement sorti de la Champions suite à un but de Honda qui a bien réussi le coup de la panne sur San Palop ce mercredi), qui jouait face à l’Espanyol de Pochetino.

Le club catalan a besoin de la victoire dans son nouveau stade qui a trop la classe afin de s’assurer une place dans l’élite du football-chorizo. Pas de problème, puisque Osvaldo est là, et claque son doublé, face à un Séville bien pâle. Mauvaise opération pour les Andalous qui reculent dans le classement et se retrouvent en dehors de la zone de Champions.

Côté Valence, fallait se rattraper de la claque donnée en 45 minutes top chrono par Messi la semaine passée au Camp Nou.

Villa de retour de blessure (équipée de sa nouvelle épaule bionique) va bien aider l’équipe, avec son compère Mata. En moins de 10 minutes, et ce à l’heure de jeu, affaire pliée, devant un Alméria qui est déjà parti à la pêche aux moules. Valence s’empare donc de la 3ème place à seulement 18 points du duel infernal.

Le mauvais résultat de La Corogne, qui s’incline 2-0 chez lui face à un Valladolid qui n’avait encore jamais gagné avec son nouvel entraineur, nommé depuis le début de la nouvelle année, fait lui aussi très mal. Déjà qu’ils habitent dans une région où le soleil est mort, voilà pas qu’ils reculent au classement. Ce faux pas (ils commencent sérieusement à s’accumuler, la fessée n’est pas loin, une bonne marrée noire en Galice pour les punir serait la moindre des choses), fait les affaires de l’Athletic Bilbao qui après une première partie de saison très moyenne se pose à la sixième place après son nul face à Getafe, 2 partout.

Et derrière c’est palpitant !

Quel duel au sommet ! Le dernier face à l’avant dernier, le duel de la mort. En fait les deux équipes ont refusé de jouer. Elles ont demandé à l’arbitre de se la faire à la roulette russe. Après âpres négociations à base de Serrano en guise de dessous de table le match a eu lieu sans trop d’encombres.

Jerez n’avait pas le droit à l’erreur s’il ne voulait pas devoir se la jouer super défaitiste pour la dizaine de matches restant. Tenerife quant à lui avait l’occasion de recoller avec la zone de sauvetage en forme de bouée canard qui comprend 8 équipes !

Mais les Andalous ont la hargne et s’imposent 2 buts à 1 et gardent l’espoir de remonter les 5 points qui les séparent du maintien.

Nous avec les copains ont se dit que rêver c’est bien beau, ça coûte pas un rond, mais ça apporte pas grand-chose. Le mieux c’est d’agir. Les actes, c’est ça qu’on aime nous !

On passe à l’action !

On en a ras le bol de se taper les pauvres pistaches périmées qui nous sont offertes avec nos bières et sangrias au bar à pétasses. Nous on veut voir de la sueur et du spectacle. Il fallait faire quelque chose, votre serviteur s’est dévoué ! Il a branché le vigile du stade de La Romareda à Saragosse pour voir l’équipe locale jouer face au F.C.Leo Messi.

Et ben franchement, on n’est pas déçu du voyage fait en bus. Après avoir entourloupé le videur avec un faux billet de 5000 pésétas on file dans les tribunes. On a bien attendu 1 heure avant de voir le Barça s’échauffer, (attention synchronisation des montres à la Parker Lewis) : 17 minutes ! Et ouais, faudrait pas mouiller le survêt’ de chauffe quoi.

Le Real Zaragoza quant à lui n’est qu’à trois points du wagon des loseurs, il doit gagner. Facile à dire hein, mais attention on n’est jamais trop prudent (tentative d’intrigue, semi réussie non ?).

Donc, pour faire vite, on a juste vu Messi jouer. Il a encore planté 3 buts, dont un merveilleux. Récupération de la balle depuis le milieu du terrain, passage en revue de 4 défenseurs, feinte de frappe dans la surface, il ignore Ibra-qui-rate-tout seul au point de penalty, et plante le second but de la partie. Enfin, il finira par planter celui du hat-trick et offrir un penalty dans les arrêts de jeu à Zlatan, en lot de consolation.

Mais les aragonais ce sont donné du mal, il faut le souligner, avec le doublé de Colunga rentré à l’heure de jeu.

Pour l’histoire Messi à inscrit 11 buts en 5 matches. On est reparti les yeux pleins d’étoiles, et avec des churros gratuits.

La veille le Real Madrid avait bien mis la pression sur les Catalans. Après une première mi-temps très moyenne, avec très peu d’actions et un bon contrôle de la balle du Sporting Gijon, tout s’est débloqué à la 53ème.

En effet les visiteurs concrétisent leur domination et marque le premier but de la partie ! Bronca à Barnabeu. Pas de problème, ils vont corriger le tir alors. Van der Vaart (qui profite de la constipation de Kaka pour être titulaire), marque après un contrôle de la main que l’arbitre n’a pas vu (fléau ophtalmologique je vous l’avais déjà dit il me semble), le Real va même prendre l’avantage 2 minutes après par Xavi Alonso.

Bon, il fallait bien qu’Higuain apporte sa contribution, chose qu’il fera superbement après une infiltration dans la défense de Gijon, une belle action personnelle et une frappe imparable.

Le Real garde la tête de la Liga à la différence de buts. Ce mercredi se jouera la 28ème journée, et la suivante le week-end. La fatigue va se faire ressentir. Enfin nous au bar on est bien tranquille, on a de quoi noyer les glaçons pour faire passer les éventuelles crampes d’estomac et crises de foie.

Les résultats en vrac

Athetic 2 Getafe 2

Xerez 2 Tenerife 1

Deportivo 0 Valladolid 2

Real Madrid 3 Sporting 1

Espanyol 2 Sevilla 0

Mallorca 4 Atlético 1

Osasuna 1 Racing 3

Malaga 2 Villareal 0

Valencia 2 Alméria 0

Zaragoza 2 Barcelona 4

4 thoughts on “La Liga académie, 27ème journée

  1. Buenas tardes Dudu.

    Alors on s’offusque parce que je balance sur la Galice ? Mais faut avouer que c’est la Bretagne du chorizo cette région. A part la bière y’a quoi de sympa là bas hein ?

  2. Oh punaise ça taille ici, c est bon ça. Toi Javier apparemment t es un bon madriléño dédaigneux envers la province. jme trompe? Dieu merci jsuis galicien rassurez vous tios.

  3. Oh punaise ça taille ici, c est bon ça. Toi Javier apparemment t es un bon madriléño dédaigneux envers la province. jme trompe? Dieu merci jsuis pas galicien rassurez vous tios.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.