La LOSC Académie note Compiègne-Lille (0-1)

Le Sergent monte en première ligne en l’absence de Saint Doux.

Après Chantilly (CFA2) en trente-deuxièmes de la coupe de France, c’est Compiègne (CFA) qui se profile en seizièmes. Il est temps de réagir après deux défaites consécutives à Lyon (coupe Moustache) et à Marseille (championnat) et ce match face à une petite équipe est à double-tranchant : soit on se rassure, soit on se fait piéger et on plonge. C’est aussi l’occasion pour plusieurs joueurs de se mettre en valeur alors qu’ils n’ont pas confirmé ou reviennent de blessure (comme Béria ou Pedretti). Le match se déroule à Beauvais, sur le même terrain que le précédent tour face à Chantilly. Terrain dégueu, « champ de patates » selon Rudi qui aura au moins une autre excuse que l’arbitrage en cas de défaite. D’ailleurs l’officiel chargé d’arbitrer la rencontre n’est autre que le meilleur ami de Jean-Oui, le fameux Saïd Ennjimi.

 

Point mercato :

Le LOSC accueille l’attaquant qu’il désirait en la personne de Nolan Roux, pour 8M€ soit le montant de sa clause libératoire dans l’Ouest. Personnellement je suis assez fan du bonhomme et il offre une alternative à Sow (s’il reste et surtout s’il part relever le challenge $portif turc) grâce à sa technique et son jeu plus en profondeur (de ce que j’ai vu sur ses matches cette année notamment). Il offre aussi un autre choix à Rudi Garcia par rapport à Jelen qui nous fait autant vibrer qu’un spectacle d’Artur. 8M€ c’est cher (surtout pour Gripsou), mais ce sera couvert par le départ de Moussasso que ce soit cet été ou cet hiver.

La seconde recrue qui arrive est John Jairo Ruiz, un jeune « espoir » costaricien qui a brillé lors de la dernière coupe du monde des -20 ans et qui aurait été suivi par de grands clubs (selon le meilleur site du monde). L’objectif est apparemment de l’intégrer progressivement au groupe pro mais avec le départ d’Obraniak non remplacé, il n’est pas impossible que Ruiz entre en cours de matches sur les ailes. D’autant qu’apparemment sa caractéristique première est la rapidité. Prudence tout de même, rappelons-nous des derniers « espoirs » à bon prix (coucou Alain Roche) passés par le LOSC, comme Yanez, Lyng ou Maric…

Enfin, bien qu’un peu courts au milieu, la priorité reste la défense. Plusieurs pistes sont évoquées pour un stoppeur. Aucune ne me semble très convaincante, à part peut-être celles menant à Bassong ou à Baysse. D’autres noms ont été évoqués, comme Mangala, mais surtout Ciani que le LOSC voudrait faire renaître tel le phénix. J’ai plutôt l’impression que dans l’opération l’oiseau rare se révèle être un pigeon. D’autant que Bordeaux n’est pas vendeur (la consommation de Long Island par Claude Pèze s’en ressent) ! Et sinon il y a la rumeur Ricardo Costa, qui a effectué un passage éclair au LOSC il y a deux ans (six mois) ne laissant pas un souvenir impérissable (prestations médiocres et deux cartons rouges récoltés). Logique sportive quand tu nous tiens : Costa a perdu sa place à Valence au profit de Rami, ce bel homme.

 

La compo :

Une compo assez classique alignée par Rudi, mis à part sans doute le positionnement de Pedretti remplaçant Mavuba qui a besoin de souffler. Pour le reste, le jeune Digne est aligné à gauche et Béria joue dans l’axe. Gueye est sur la même ligne que Dieu Balmont, alors qu’à Hazard et Payet incombent l’aspect créatif de l’équipe. Ils ne sont pas vraiment ailiers, plutôt dans l’axe, et permutent beaucoup. Jelen traîne sa peine en pointe. En théorie.

 

Le match :

Pas grand-chose à dire là-dessus, la partie a été conforme à ce que l’on attendait : une grosse domination du LOSC face à Compiègne en première mi-temps. Seulement voilà, celle-ci a été plus stérile qu’autre chose et il a fallu attendre l’ultime bout de la prolongation (ce n’est pas sale) pour voir une occasion se convertir en but. Pire encore, quasiment aucune frappe n’a été cadrée par le LOSC avant cette prolongation… Et il faut dire que Compiègne a chèrement vendu sa peau, en défendant solidairement (et de fort belle manière) en première période et en profitant au maximum des possibilités de contre en deuxième période. Compiègne s’est même créé l’occasion la plus franche avec une frappe d’Aulon sur la barre de Landreau à la 56ème minute. Ce match aura tout de même permis de confirmer quelques incertitudes sur le niveau ou l’implication de certains joueurs, cf. les notes.

 

Le but :

113’ : il a fallu attendre la seconde mi-temps de la prolongation pour trouver la faille. Sur un énième centre de Balmont côté droit, Bruno s’élève et smashe une tête au fond des filets.

 

Les Ch’tis :

Landreau (3/5) : s’est fait chier. Et a chié dans son froc à la 55ème en voyant une frappe s’écraser sur la barre. Quitte à aligner un plot, autant donner du temps de jeu à Enyeama (ou Rozehnal).

Debuchy (3/5) : la Bûche a envoyé une quantité indénombrable de centres et a fait preuve de solidité en défense. Match sérieux.

Digne (3/5) : deuxième apparition pour l’espoir lillois après Sedan. Très volontaire, il s’est montré au niveau. Face à son vis-à-vis rouquin (qui n’était pas Mathieu Chalmé) il a souvent pris le dessus et adressé pas mal de centres, parfois bons, parfois foirés – c’est l’avantage d’avoir un pur gaucher à ce poste à la place de Béria ou Bonnart. Aurait pu donner une passe décisive si Jelen avait été sur le terrain. A revoir en Ligue 1.

Chedjou (4/5) : un roc. Et une fois n’est pas coutume il a fait preuve de concentration et de sérénité en en défense. Et comme il a hérité du numéro 8, il s’est amusé à se comporter comme un milieu (son poste de formation) en n’hésitant pas à monter et percuter balle au pied.

Béria (3/5) : aligné en défense centrale, pas pire que Rose anale.

Pedretti (2/5) : jouait au poste de Captain Rio, en sentinelle devant la défense. S’illustre d’entrée par une faute de petite pute sur un Compiégnois à la neuvième minute. Pas très convaincant, parfois violent, pas dans le tempo, il a raté plusieurs longues passes et sa coupe de cheveux. Doit arrêter de se prendre pour Pirlo.

Balmont (Balmont/5) : au four et au moulin, le divin chauve a livré sa prestation habituelle. Beaucoup de courses sur le côté droit, plusieurs tentatives de centres (dont un décisif pour Bruno), une grosse activité à la récupération. Il a beaucoup combiné avec Hazard et Debuchy. Il s’est en plus illustré en provoquant pas mal de fautes et a été pris en grippe par le public compiégnois qui sera châtié par une épidémie de choléra. Offre dans sa grande générosité un ballon au public à la 83ème.

Gueye (2/5) : Face à des amateurs, on attendait de lui qu’il se montre à son avantage après une série de prestations en demie teinte. Idrissa a livré son match habituel, sans saveur. Un seul mot ressort après ses matches : bof.

Payet (1/5) : emprunté et souvent en déséquilibre. En gros pas mal de déchet (également sur CPA) pour un joueur dont on attend toujours la confirmation – inquiétant d’avoir ce sentiment au sortir d’une opposition face à une CFA. Remplacé par Joe Cole à la 66ème minute.

Hazard (2/5) : la tactique défensive de Compiègne l’a obligé à évoluer très bas en première mi-temps, ce qui ne l’a pas empêché de se montrer actif en touchant beaucoup de ballons. Sa deuxième mi-temps a été bien plus terne avec beaucoup de pertes de balle, il a trop souvent tenté de porter le ballon. Comme un symbole de Jérémy Ménez. Cède sa place à Rodelin en toute fin de match.

Jelen (0/5) : C’était sans doute sa dernière chance avec l’arrivée de Nolan Roux – et surtout après ses prestations minables face à Lyon puis Marseille. Il n’avait pas été transcendant au tour précédent contre Chantilly mais avait eu le mérite de marquer… le fait est qu’Irène a plus la lose que Torres (cf. Norwich-Chelsea). Une prestation marquée par un festival d’anti-football. Le Polonais a sorti toute sa panoplie : zéro engagement, aucune mobilité, pas de présence dans la surface, appels à contretemps, vendange sur un centre de Digne devant le but vide (où il doit mettre la tête), contrôle foiré. Irène nous gratifie en plus en première mi-temps de sa spéciale « slalom en dribbles chaloupés mettant en valeur sa technique » (bon en fait il a deux contres favorables) avant de se faire contrer. Ce pavé est un plaidoyer pour une place dans le onze anal. Sort à la 84ème minute sous les sifflets pour Gianni Bruno.

 

Remplaçants

66ème Joe Cole (lose/5) : a essayé de dynamiter le jeu, sans succès. A manqué plusieurs passes. Puis a raté une grosse occasion en prolongations. Enlève une balle de but en contrant la frappe d’un de ses coéquipiers. Damned it.

84ème Bruno (3/5) : a été appelé par son prénom par les commentateurs d’Eurosport. Il marque le but de la victoire en prolongations, son premier but en pro au LOSC. A beaucoup tenté, et amené des appels que Jelen ne faisait pas. Aurait pu (dû ?) marquer plus tôt sans un superbe réflexe du gardien en prolongation.

115ème Rodelin (NN/5) : le « grand Ronny Rodelin » dixit Eurosport.

 

Sergent Garcia.

12 thoughts on “La LOSC Académie note Compiègne-Lille (0-1)

  1. Aaaahhh, ça fait du bien de revoir la LOSC Académie, même si c’est pas le Saint-Doux aux commandes. C’est vrai que c’était galère ce match, mais notre beau Rudi aurait dû aligner d’entrée le p’tit Bruno à la place de Jenlain, son entrée à Marseille et celle-ci est prometteuse, tout comme la prestation de Digne, un futur cadre de l’équipe à mon humble avis.

    L’arrivée de Roux fera du bien je pense, parce que Sow a pas mal levé le pied depuis un bout de temps. Par contre, pour Ruiz, je ne sais pas quoi penser car comme tu le dis « rappelons-nous des derniers « espoirs » à bon prix (coucou Alain Roche) passés par le LOSC, comme Yanez, Lyng ou Maric… » (mon préféré restera Tahirovic).

    Bise anale Sergent !

  2. Bienvenue M’sieur le Sergent Garcia, Nolan Roux va effectivement vous apporter de la profondeur surtout qu’à 130 000euros/mois il va peut-être se re-bouger le cul ce qu’il ne faisait plus assez chez nous, et puis il va recevoir des ballons qu’il ne recevait pas, j’espère qu’il va bien s’en sortir, et bien vous aider.

    Cela dit j’aimerais que votre petit Seydoux arrête de mater chez nous en ce qui concerne la défense centrale, essayez de prendre Mapou à Loulou, c’est plus chouette, surtout que c’est un concurrent direct, nous non.

  3. Pauvre Jelen. Quand les ailiers font une passe en retrait il est devant le but, quand ils centrent devant le but il est au point de pénalty.
    Il a un don.

    En revanche je ne me fais pas trop de soucis pour Payet. Il me fait penser à Remy qui est arrivé dans une équipe championne de France, à la suite de Niang et qui a mis plus d’un an à s’imposer.
    Il lui faudra du temps et les gens finiront par oublier Gervinho qui n’a pas été tout de suite un cador.
    N’oublions pas que Payet était la star d’une équipe de bétonneur. Là il doit jouer au foot, faire des passes… C’est plus compliqué.

  4. Le but de Bruno compte en pro ?
    Premier but en pro contre une équipe amateur, ça sent le mec prometteur !

  5. Merci pour l’accueil.

    Désolé pour la qualité banale de cet acad’, je l’ai un peu faite à la va-vite.

    @Mèch Tuyot : merci la Mèch. C’est vrai qu’on est un peu en train de prendre Brest pour un supermarché. Et autant pour Baysse ça se justifierait, autant pour Zébina, même à 500k€, c’est pas très ambitieux. Je vote on vous laisse tranquille (et bonne continuation avec Ben Basat).

    @Blalafoire : je crois toujours en Payet. Faut avouer que pour l’instant il est plus efficace comme un joker. Il a un peu de mal à se situer sur le terrain, et marche un peu sur les plate-bandes d’Eden… mais ça viendra. A ce prix, ça viendra. Sinon Seydoux va faire une syncope.

    @Ikki : ce sera marqué sur sa page wikipédia.

  6. Avec une académie du LOSC régulière on pourrait postuler à un titulaire dans le onze anal (Jelen ou Pedretti) et dans le onze mondial (Balmont)
    Bienvenue à Sergent Garcia

  7. Salut, c’était pour savoir si tu comptais te foutre ta grosse matraque dans le cul, et si oui, pourquoi.

  8. Voyons Charlie, Sergent Garcia est un bel-homme en puissance, la grosse matraque finira sans doute dans l’arrière train de son colocataire.

  9. Bonsoir Charlie. Il faut que tu saches qu’en réalité je dispose de deux grosses matraques, et que la première est positionnée en permanence positionnée dans mon cul.

    Elle est simplement là parce que ça me fait des guilis au ventre, que j’ai fort beau d’ailleurs. C’est ce qu’on appelle une coLOSCopie.

    Pour la seconde matraque, David Rozehnal et Iranus Jelen se sont proposés.

    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.