La LOSC académie note Lille-Rennes (2-0)

8

Michel Saint-Doux moins maniéré que Dudu. Ou Pedretti.

Alors que je m’apprêtais à m’endormir bercer pas le tube intemporel des Y’est d’dins, après une journée harassante passée à débattre du sujet suivant : « le préservatif et l’Église : avec ou sans réservoir ? » dans un colloque organisé par l’association La prêtrise et l’enfant, voilà que Mme Saint-Doux me sort, sans nulle autre raison que de m’empêcher de rêver aux exploits footballistiques de mon cher Balmont, la chose suivante : « j’ai observé tout à l’heure, tandis que je dépensais ta pension, un petit Rom jouait avec une brosse à chiottes. » Je me hâte alors de lui répondre « tu sais, les petits Thaïlandais jouent bien avec des bites d’Allemands. » Façon pour le Saint-Doux de montrer que l’herbe n’est pas forcément plus verte ailleurs. Et j’en reviens alors au football. En effet, cher lecteur, supporter acharné du LOSC, n’as-tu pas vu Bordeaux se faire rejoindre par le MHSC en toute fin de match, ou encore notre adversaire du jour se faire rejoindre par l’Athletico Madrid en Ligue Europa, et j’en passe ? Bien sûr que si. Tu t’es alors dit qu’il fallait relativiser et qu’une telle série ne pouvait continuer.

Alors tu t’es évidemment penché sur la composition d’équipe qu’allait nous concocter le Prophète pour ce match, disputé sous un soleil radieux dans un Temple en attente de réjouissances. La bonne nouvelle vient du retour de Debuchy en défense, où ne manque plus que Chedjou dont la durée de l’absence est bien mystérieuse, quand le reste de l’équipe est conforme à ceux que le Prophète semble avoir privilégié depuis le début de saison, dans son idée d’équipe type.

Landreau – Debuchy, Basa, Rozehnal, Béria – Mavuba, Balmont, Pedretti – Cole, Hazard, Sow.

Si tu as l’immense privilège, à l’instar de Michel Saint-Doux, de pouvoir humer l’odeur du Temple les jours de match à domicile, tu n’as pu qu’apprécier de sentir ces rayons de soleil caresser ta peau blafarde en ce 2 octobre, comme un symbole, après la pluie vient le beau temps, même quand c’est pas la saison.

Le match débute néanmoins, après celui fictif donné par l’illustre Bernard Lama, comme se termine habituellement les autres avec des joueurs loscistes fébriles, des pertes de balles stupides mais heureusement des Rennais inoffensifs. En fait, dans les premières minutes, le LOSC tente le pari audacieux d’inverser le cours de ses précédents matchs en encaissant le premier but tôt dans la partie pour mieux avoir à revenir derrière et l’emporter, comme à Sainté. Malheureusement ce plan machiavélique est rapidement mis à mal par un contrôle superbe de Joe Cole, alors que le centre de Debuchy semblait lui échapper, qui tente de frapper mais est contré, et qui est là pour inscrire son cinquième but en trois matchs, sur une frappe puissante mais moyennement placé, contre son ancienne équipe ? J’ai nommé Moussa Sow. On joue alors la septième minute et le match est quasiment terminé, Rennes n’étant pas tombé dans le piège dressé par le Prophète. Le LOSC continue de pousser, sans se faire peur derrière, avec beaucoup de maîtrise et ce qui devait arriver arrive : coup-franc obtenu par Hazard sur la gauche du but de Costil, tiré par le même Hazard qui voit la trajectoire de son ballon être subtilement (une fois n’est pas coutume pour notre Vic Mackey local) dévié par Florent Balmont au fond des filets rennais. La mi-temps approche tranquillement quand les brebis se décident à montrer en quoi associer deux grands talents n’est en rien nuisible pour le collectif avec une passe de Cole, côté gauche, pour Hazard lancé dans la surface qui trouve lui-même Sow qui évidemment trouve Costil.

Les quinze premières minutes de la seconde période semblent augurer d’un match plus équilibré, avec notamment le réveil de Pitroipa, tout simplement invisible en seconde période, et qui va faire souffrir Debuchy pendant ce laps de temps. M’Vila est également plus en vue et le LOSC doit s’en remettre à Landreau qui repousse deux tentatives coup sur coup à la 49è. Alors qu’avec la sortie de Balmont et l’entrée de Gueye à la 60è, le Prophète décide d’amener un peu de fraîcheur à son équipe, les Rennais semblent eux plonger physiquement et font tourner le ballon sans beaucoup de convictions, laissant à Hazard le soin de donner encore un peu d’intérêt à cette fin de match. C’est en effet sur des accélérations de notre demi-Dieu que vont venir les derniers frissons, notamment à la 83ème sur une superbe ouverture pour Joe Cole dont la frappe est bien captée par Costil. L’arbitre siffle enfin la fin du match et le LOSC signe son premier succès sans encaisser de but de la saison.

Le public est soulagé de renouer enfin avec la victoire, et avec la manière qui plus est, et peut, à l’image de Michel Saint-Doux, rentrer sereinement chez lui et s’asseoir tranquillement dans son canapé pour regarder un alléchant Juventus-Milan AC alors que le LOSC ne rejouera que dans deux semaines. En attendant le retour de la Ligue Sainte et de ses joyeusetés, place aux notes :

Landreau (4/5) : G.O du LOSC en première mi-temps où on l’a souvent vu replacer ses camarades depuis le rond central, il a dû enfiler le bleu de chauffe en seconde sur une double parade splendide afin d’éviter un retour des Bretons. Le tout a été réalisé avec succès. A son débit, il n’a pas toujours eu un jeu au pied très juste, ce qui aurait pu nous coûter cher.

Debuchy (3/5) : De retour en championnat après deux match ratés pour cause de suspension, il a tout de suite retrouvé son costume d’arrière-ailier droit taillé à sa mesure. Énorme en première mi-temps, il a souffert contre Pitroipa en début de seconde période avant de se reprendre en fin de partie. Et il va de nouveau goûter à l’équipe de France suite à la blessure de Sagna.

Basa (4/5) : Impeccable dans les duels et de la tête, il a de nouveau régaler nos yeux par quelques gestes techniques de grande classe. Si son placement a parfois fait passer quelques frissons dans l’échine des supporters loscistes, il signe néanmoins un gros match.

Rozehnal (4/5) : Revenu d’entre les morts où il jouait à la manille avec Zubar et Emerson, il a intercepté de nombreuses passes et a défendu proprement, voire sereinement, sans chercher à aller au duel, ce qui, contre la dimension physique des joueurs de Rennes, eut été voué à l’échec. N’empêche qu’il devrait logiquement perdre sa place de titulaire avec le retour attendu de Chedjou après la trêve.

Béria (4/5) : Disposant de pas mal de liberté dans son couloir gauche, on l’a beaucoup vu se proposer aux côtés de Hazard ou Cole. Défensivement, il a eu un peu de mal à verrouiller son couloir pendant les vingt premières minutes puis tout est rentré dans l’ordre et les attaquants rennais ont même eu la surprise de le voir dézoner pour venir soutenir ses centraux sur quelques ballons chauds.

Balmont (5/5) : Il continue de suivre la voie du guerrier, s’appropriant l’un de ses principes ancestraux : « En temps de guerre, le témoignage de sa loyauté consistera à se porter s’il le faut au-devant des flèches ennemies sans faire cas de sa vie ». Et lorsqu’ il joint à ses valeurs son bagage technique, on s’incline à genou et on lui baise la main en signe de soumission.

Mavuba (3/5) : Important dans le dispositif du LOSC pour contenir le milieu adverse et presser haut lorsque la situation l’exige, il a perdu beaucoup de ballons en voulant relancer court et a mis deux ou trois fois l’équipe en danger.

Pedretti (2/5) : Celui qui pense que Perquis ne devrait pas se prendre pour Beckenbauer (et on ne peut qu’être d’accord) ne devrait pas lui-même essayer de se prendre pour un autre. Si certains ont cru voir en lui un joueur aux caractéristiques proches d’un Pirlo, d’autres ont vu dans la neutralité de ses performances une référence à Pilou.

Hazard (4/5) : Non, il n’a pas passé en revue toute la défense rennaise sur chaque ballon, non il n’a pas inscrit un but venu d’ailleurs mais oui il est un bien meilleur joueur que la saison dernière. Quasiment chaque ballon qui passe par ses pieds est bonifié, il continue de se battre jusqu’à la dernière minute et reste décisif même quand il est moins bien (comme sur le coup franc où il délivre une passe décisive). Indispensable.

Cole (4/5) : Il n’a pas touché pléthore de ballons en première mi-temps mais les a généralement utilisés à bon escient grâce à sa technique largement au-dessus de la moyenne. Couplée à son activité en défense et à son entente de plus en plus fine avec Hazard, vous obtenez un joueur idéal dans le système losciste. Il est passé dans l’axe en fin de seconde mi-temps et aurait dû aggraver le score à la 83è.

Sow (3/5) : Omniprésent dans le combat et buteur en première mi-temps, il s’est éteint en seconde. Un match de schizophrène donc avec cette deuxième mi-temps sow-piquet qui pue le thon bon marché. M’enfin cinq buts en trois matchs contre Rennes, vive l’ironie de l’histoire.

Les remplaçants :

Gueye (non noté) : A peine entré en jeu, il récupère un ballon et lance une contre-attaque grâce à ses petits dribbles chaloupés. Il n’a pas perdu un ballon, obtenant des fautes lorsqu’il n’avait pas de solutions devant lui. Un impact player comme on dit chez les tarlouzes du rugby (au passage quitte à se lever à sept heures du mat’ pour assister à une telle bouillie, autant mettre le match sur TF1 avec CJP et Lacroix qu’au moins notre investissement personnel soit rentabilisé par une bonne tranche de rire)

Rodelin (non noté) : Sa meilleure rentrée depuis le début de saison. Il a pris tous les ballons de la tête qu’il a eu à disputer et décale Hazard sur l’occasion à la 83è. Par contre, il inquiète lorsqu’il foire complètement un contrôle qui semblait plutôt aisé.

Jelen (non noté) : Nic (en polonais dans le texte).

Le Prophète :
Il a aligné sa meilleure équipe après avoir fait tourner les derniers matchs et le résultat final ne va pas l’inciter à pratiquer un intensif turnover après la trêve internationale qui heureusement ne concerne pas énormément de joueurs lillois. Un premier remplacement dès la soixantième minute c’est une bonne chose, trop rare avec le Prophète, et l’entrée de Gueye a re-dynamisé le milieu de terrain, où Balmont se fatiguait à force d’incessants exploits. Et il a sans doute fait comprendre à ses joueurs qu’il fallait continuer à jouer après la soixante-dizième minute, même s’ils ont bien été aidés par des Rennais au bout du rouleau physiquement.

Les infidèles :
Pitroipa n’a joué qu’une mi-temps, la seconde, mais lorsqu’il s’est réveillé, il a fait très mal. M’Vila a été très en vue et il m’a impressionné, notamment par ses longues transversales millimétrées pour orienter le jeu de son équipe. Défensivement, Mandjeck a stoppé quelques mouvements lillois et été plutôt bon pour un joueur dont ce n’est pas le poste, mais il n’aurait jamais dû finir le match. D’ailleurs globalement les Rennais ont quelques fois fait honneur à leur réputation de catcheurs et autres videurs de boite de nuit. Au rayon des déceptions Hadji a beaucoup raté, les arrières latéraux ont énormément subi, laissant les joueurs lillois accéder trop facilement aux cages du fort talentueux Costil.

Le parcage visiteur :
Pour une fois, une rubrique qui se voudra être un hommage aux supporters adverses, venus en nombre (par rapport à la distance et leur « réputation », relativisons), et qui n’ont jamais lâché leur équipe sans pour autant insulter les joueurs et le public lillois. La classe quoi.

 

Et trois Bonus:

Visionnez le match et les notes rennaises ici, reviviez le match en live avec nos talentueux amis de vivelelosc.fr ici, et puis ça…

8 thoughts on “La LOSC académie note Lille-Rennes (2-0)

  1. Bravo Monsieur Saint-Doux, les galettes n’ont pas adhéré au stadium et c’est bien grace à vous.

    Merci pour le lien, c’est magnifique comme d’habitude :P

  2. M’Vila, longues transversales millimétrées ?

    Donc j’en déduis que Michel Saint-Doux doit être en honneur latéral et qu’il avait le soleil dans les yeux !
    M’vila a effectivement trouvé souvent ses partenaires, ceux qui s’échauffaient et ceux qui étaient sur le banc !

  3. @Rodriguez59 : Non je suis en Sud et M’Vila a véritablement une belle patte, qu’elle soit droite ou gauche d’ailleurs, et ce n’est pas par hasard si quasiment chaque ballon passe par lui côté rennais. Si il a pu en rater quelques unes, la plupart étaient parfaites mais souvent mal exploitées derrière par ses coéquipiers.

  4. Ben tu vois mon Saint-Doux, j’ai plutôt trouvé M’Vila pas assez influent dans le jeu rennais (j’vais pas m’en plaindre non plus) mais c’est vrai qu’une victoire avec « la manière » (attention quand même au relâchement de seconde période), c’est bieng.

    Si ça continue, Balmont sera abonné au Onze mondial (commun symbole de Zaneeti, commun symbole de Dieu)

  5. @Vlad : Visiblement je suis le seul à avoir trouvé M’Vila bon, sans doute que le fait que j’apprécie énormément ce joueur m’aveugle. Et pour Balmont ce ne serait que justice.

  6. Mouais, enfin c’est facile d’être qualifié de catcheur quand les joueurs adverses tombent pour un rien. Je ne renie pas le caractère physique de l’équipe, quand tu bases un jeu sur la récupération et un pressing haut (les bases du foot quand même faut le rappeler) c’est essentiel d’avoir les ressources physique. Personne trouve rien à redire de l’agressivité et de la puissance physique du barca mais quand c’est Rennes hein… L’an passé la défense s’est pas tant pris de cartons que ça.
    Les lillois tombaient bien facilement dimanche quand même(preuve qu’ils géraient bien le match en cassant le rythme, même si à domicile je trouve pas ça du plus stimulant : pas étonnant que Garcia ai demandé au public de se réveiller en seconde période)… le coup franc sur le second but est totalement justifié évidemment je ne vais pas abuser dans la mauvaise-foi, mais c’est pas en mettant deux newbies en latéraux sans aucune autre couverture des milieux qu’on pouvaient bloquer Hazard et Cole dans ce match. A partir de là t’es plus ou moins obligé de faire faute pour les stopper.
    Aujourd’hui ya guère que Ribery qui reste sur ses deux pieds quand il se fait tacler. C’est triste.
    Ceci-dit bravo à Lille victoire méritée même si j’aurais bien aimé voir un but rennais en seconde période !

  7. Je te rassure Monsieur S-D, j’ai trouvé M’Vila très très fort , surtout en début de seconde période où par une longue passe xabi-alonsonesque il lance Pitroipa je crois, ce qui débouche sur l’occasion la plus dangereuse pour les rennais avec 2 arrêts de Landreau, dont 1 hors cadre lol.
    Avec quelques récup bien senties mais surtout à cause de mauvais passes ou de mauvais choix lillois, Mvila a était l’un des meilleurs, avec pas mal d’autres joueurs qui m’ont agréablement surpris, mais bon en face c’est le LOSC on peut pas lutter contre la dream team du nord, le tcho barcha deuch nord, les diables rouges n°3, la furia losca, etc…

    J’ai remarqué que plus Rose-anal joue moins il est anal, c’est ptêt ça qu’il lui fallait: du temps de jeu.

    Je suis heureux pour Debuchy, j’espère que Reveillère aura une gastro.

    J’ai trouvé cette académie particulièrement drôle au début, j’en ris encore tiens.

  8. @ Mohigrib : les diables rouges n°2 s’il te plaît, les Belges sont passés derrière depuis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.