La vérité est au fond du vert.

Pour cette 21ème journée, le LOSC reçoit Saint-Etienne à Villeneuve d’Ascq. Le match aller dans le Chaudron avait vu Hazard martyriser la défense stéphanoise et Cole découvrir le championnat de France (de slalom). L’opposition de l’année passée au Stadium Nord s’était soldée par un match nul 1-1 (Sako répondant à Sow). Mine de rien l’ASSE n’est derrière qu’à 3 points (7ème) et leur rival lyonnais vient de nous passer devant : pour rester en position sur le podium (et donc pour la qualif’ en LDC) il faut impérativement gagner à domicile. Dans le cas contraire la désormais ex-traditionnelle crise parisienne risque d’arriver à Luchin (le TER et ses retards, que voulez-vous). Merci de ne pas nous refiler les copines dont vous ne voulez plus et qui ont des maladies. Pour être complet rien ne serait plus vilain que de s’effondrer pendant que l’Ohème remonte – un retour qui force l’admiration cela dit.

Le club a ENFIN trouvé un défenseur. L’heureux élu n’est ni Zébina ni Costa mais Mauro Cetto, défenseur qu’on a connu solide sous les couleurs du TFC qui avait déjà été approché par le LOSC au mercato d’été. En fin de contrat, il avait préféré tenter l’expérience en Série A à Palerme. Seulement la concurrence est rude en Sicile ce qui fait que Mauro ne fut pas du tout un premier choix pour les entraîneurs palermitains (oui, « les », conséquence de la folie de Zamparini). Il passe derrière Muñoz ou Silvestre (aucun lien, fils unique). Résultat : retour en Ligue 1 pour 6 mois, avec option d’achat à 3 Rozehnal (soit 1,5M€). Avantage : il connaît le championnat. Inconvénient : peu de temps de jeu dans les jambes (8 matches en 6 mois). Inconvénient bis : il est roux. D’ailleurs, si nous nous amusons avec l’alphabet (le Sergent est habile avec les langues) et qu’on mélange les lettres de Mauro Cetto, on obtient « carotte mou » (espérons que ça ne caractérise pas son niveau footballistique).

Mauro Cetto retrouve le championnat de France

Les challengers :
Le Sergent vous voit venir, une question vous taraude : mais-qui-c’est-qui-y-a-chez-les-verts ?
Il y a un bon gardien (Ruffier ; attention j’ai bien dit bon et pas intellectuel), des vieux en défense (Marchal, Mignot) mais aussi des jeunes à potentiel (Zouma, Ghoulam) – et le Sergent les aime mineurs. Le milieu de terrain, selon l’expression consacrée, est plutôt « physique » (le Sergent aime aussi quand c’est physique) avec l’impact qu’apporte Guilavogui et les trois poumons de Lemoine. Battles est là aussi. Le point fort des verts et par conséquent la menace vient des ailes sur lesquelles le Roumain Nicolita est en pleine bourre et Sako toujours dangereux, quoique dans une période creuse en ce moment. Aubameyang (sosie officiel de Neymar), qui a l’air d’avoir appris à cadrer depuis son passage dans le Nord il y a deux ans (24 apparitions avec les rouge-et-blanc, 2 buts) ainsi que le virevoltant Gradel sont à la CAN et c’est tant mieux. Sinama-Pongolle est généralement en pointe, mais là il s’est claqué comme le premier Tulio de Melo venu. Ebondo, Clément, ou encore Kitambala (ce dernier est titularisé pour pallier à la blessure de Sinama) jouent les intermittents du spectacle. Pas besoin de vous présenter l’entraîneur, affublé de l’affectueux sobriquet « Galette » (malheureusement pas saucisse). Pour le reste, je vous renvoie vers Monsieur Grosmerdier.

La compo :
Béria repasse à gauche. Le viking argentin n’est pas qualifié et ne peut être le compagnon de Chedjou. Du coup on retrouve avec hâte, dans l’ « axe central » (© Xavier Gravelaine et 75% de la profession) le Saint parmi les saints, le preux qui transforme un duel à l’épaule en formule de politesse : David Rozehnal. Suspension purgée après sa spéciale double carton jaune (© Mathieu Debuchy), la Bûche peut à nouveau être alignée en Ligue 1 ; retour dans le couloir droit. Mavuba fait son retour devant la défense alors qu’il n’était pas certain qu’il débute en raison d’une douleur au mollet. Le Balmont d’or est bien là (les ménagères en sont ravies) associé à Pedretti (les ménagères sont moins ravies). La ligne d’attaque est quant à elle formée par Hazard, Cole et le nouveau numéro 23 (vingt-trois, eh oui, vingt-trois !) du LOSC, Nolan Roux.
Le banc : Enyeama – Bonnart, Digne – Gueye, Payet – Bruno, Rodelin (nos remplaçants offensifs en jettent un max). Récapitulons :

Côté absents : Sow, qui se ridiculise à la CAN avec le Sénégal (un but n’efface ni n’excuse des performances piteuses) sera indisponible pour cause d’exil. Moussa va en effet relever le fameux challenge sportif turc. Après tout on s’est bien débrouillé pour finir dernière Trabzonspor en poules de la LDC. Argh (j’imagine que c’est à ce moment que le cœur du sieur Saint-Doux a lâché ; personnellement le Sergent a simplement noyé ses sous-vêtements dans les fèces et son désarroi dans l’alcool). Bon selon Moussa himself qui a versé sa bile dans kiplé (les meilleurs journalistes du monde), il souhaitait rester… ce que le club a démenti dans la journée. Rappelons que le meilleur buteur du dernier championnat n’avait cesse de demander toujours plus de billets. Dans tous les cas il rapporte ou rapportera jusqu’à (clause maison) 13 millions au LOSC. 26 Rozehnal ! Imaginez un peu un effectif composé uniquement de clones du Tchèque. Re-argh. Fin mot de l’histoire pour Moussasso : direction le Fener’, club qui lui offre plus de r€$p€ct.

Concernant ceux qui ne sont vraiment pas là (avec un mot d’excuse de leurs parents), ne vous attendez pas à trouver Ruiz qui, trop jeune, n’a pas encore trempé son biscuit. Pas d’Iranus Jelen non plus pour la réception des Verts. La raison ? Parce qu’il est trop mauvais. Et c’est un bon argument. Pour finir Tulio est parti se racheter une jambe au Brésil et Basa est encore tout cassé (out 3 mois). Ils font un concours, c’est pas possible.

« 24 minutes. Your move, Marko. »

Le match en résumé différé :

(pour ceux qui auraient chu de leur siège en visualisant la team Rozehnal, c’est le moment de se reprendre en main et de se repositionner sur votre fauteuil)

2’ : les Verts pressent haut dès le départ et se procurent une occasion énorme d’ouvrir la marque par l’intermédiaire de Guilavogui. Sur le côté droit de la surface, il choisit de frapper fort. C’est sans compter  sur un Landreau concentré, qui nous sort belle parade. Lemoine tire au-dessus.

6’ : Roux renverse pour Hazard qui lance Balmont d’une passe subtile dans la zone de vérité, le Prophète frappe mais la réaction de Ruffier baigne aussi dans la lumière divine.

11’ : Cole et Hazard se trouvent les yeux fermés et sans se marcher dessus, c’est bieng.

14’ : Clément prouve qu’il est le Pédretti vert avec une semelle de péripatéticienne sur Debuchy.

17’ : Balmont cadre une frappe de loin vicieuse, avec rebond, que Ruffier écarte puis capte bien.

18’ : les verts débordent et parviennent à centrer, la Bûche s’interpose en catastrophe.

20’ : Balmont, encore et toujours, déclenche une prune de l’aire droite de la surface, c’est contré par un malheureux infidèle qui ne tient pas à sa descendance.

21’ : Béria s’essaye à une frappe de loin. Rires dans l’assistance.

22’ : Tiens, Kitambala est sur le terrain.

25’ : Hazard prouve qu’il a bien plus de foi que Lemoine et l’humilie en lui faisant passer non pas un corps juvénile mais le ballon entre les jambes.

28’ : Sako part en contre-attaque sur le côté gauche et est stoppé par une caresse délicate de Rozehnal. L’arbitre, étonné par tant de douceur, lui offre un carton jaune.

32’ : Tiens, Kitambala a raté un contrôle.

33’ : Long ballon de Pédretti à destination de Roux qui a déclenché un appel magistral, le ballon arrive dans la surface, on se dit qu’il va choisir entre la frappe et l’amorti, mais il préfère compatir avec Kitambala en manquant son contrôle.

34’ : Tiens, Kitambala a foiré son action.

39’ : Nicolita tente de trouver Kitambala qui n’est pas là.

41’ : Debuchy dépose Ghoulam mais ne peut centrer, ce dernier le rattrapant pour l’en empêcher.

44’ : Rudi demande un carton jaune. Quel bel homme.

45’ : Les verts combinent bien sur la gauche mais Landreau s’impose sur le centre puis boxe le corner suivant.

45’+2 : Pédretti envoie un ballon d’une trajectoire très étrange, il semble se diriger sur la barre mais Ruffier rajoute une claquette à sa palette.

Mi-temps : J’ai beaucoup écrit mais en fait on s’est fait chier.

46’ : Hazard centre en retrait de la droite de la surface, c’est repoussé par la défense stéphanoise, le ballon échoit à Beubeu qui manque le cadre d’un rien.

49’ : Eden prend ses responsabilités et transperce la défense verte. Voyant qu’il approche de sa zone, Marchal se livre à la plus parfaite imitation de Rozehnal en pleine surface. L’arbitre siffle, David applaudit.

50’ : Pénalty transformé par Hazard qui prend enfin Ruffier à défaut grâce à un contre-pied plein de sang-froid. 1-0

51’ : dans la minute, Nolan Roux est lancé en profondeur. Zouma fait étalage de toutes ses qualités athlétiques de black grand et costaud qui court vite et de bon défenseur en fait puisqu’il rattrape l’attaquant lillois, tacle le ballon dans ses pieds, en position très délicate, et relance son équipe.

55’ : suite à un corner, le LOSC se procure une triple occasion incroyable. Premier acte, Cole adresse un missile non-cadré des 25 mètres que Ruffier parvient quand même à renvoyer. Second acte 5 secondes plus tard, dans la surface cette fois avec le même Cole qui tire sur Ruffier. Dernier acte de la trilogie du samedi : aux 6 mètres, Chedjou frappe dans le but apparemment vide mais Ruffier encore au sol termine son verre de sky, répond à une interview et a le temps d’interposer sa main entre le ballon et sa cage d’un réflexe étonnant. Chedjou, amusé et écœuré, félicite le gardien stéphanois à juste titre.

57’ : Tiens, Kitambala s’échauffe sur le terrain.

61’ : les Lillois jouent un coup franc rapidement, la défense est dépassée et Joe Cole a tout le temps pour ajuster sa frappe. Il la met parfaitement là où il le souhaitait, c’est-à-dire brossée de l’extérieur à 5 mètres des buts. Well played.

62’ : Kitambala se réveille et réussit son premier fait d’armes : il est remplacé par Ravet.

73’ : Landreau sort un centre de Ghoulam qui était menaçant.

79’ : Bakary Sako tente la frappe verticale qui rime avec anal.

80’ : Debuchy a pris la mesure de son vis-à-vis et domine Ghoulam qui devient son esclave sexuel.

86’ : rentré quelques minutes plus tôt, Payet est superbement lancé dans la profondeur par Balmont. Il met toute son application dans sa finition devant Ruffier qui parvient tout de même à sortir une parade brillante. Manque de pot, Roux s’est bien positionné et pousse le ballon au fond. 2-0

87’ : sur le coup d’envoi, un ballon en retrait est mal négocié par Ghoulam. Hazard en profite et remonte le terrain de la droite avant de servir dans la profondeur Nolan Roux qui a négocié une course rectiligne pleine de détermination (coucou Iranus). Idéalement situé grâce à ce décalage, l’attaquant ne manque pas son duel et plante un doublé en deux minutes. 3-0

90’+ des brouettes : fin du match sur une prestation très aboutie en seconde mi-temps. Ruffier, pourtant excellent, avait évoqué la possibilité de prendre trois points au Stadium Nord. Résultat des courses, il s’est pris trois buts donc trois poings et devient donc éligible à un abonnement à la Fistinière.

Les Ch’tis :

Landreau (3/5) : sollicité d’entrée, Micka a répondu présent. Sa parade de la 2ème minute est la seule qu’il a eue à faire. Pour le reste, il a effectué des sorties pleines d’à propos et s’est imposé sur des centres au prix de jolis réflexes.

Debuchy (3/5) : en première période, on a retrouvé des latéraux très hauts par rapports aux derniers matches à l’extérieur. La Bûche a été très entreprenante et a obligé Sako à se positionner très bas sur le terrain. Il a débordé très souvent sur son côté droit jusqu’à évoluer en tant qu’ailier droit à la hauteur de Ghoulam. Dommage qu’il ait raté autant de centres.

Rozehnal (3/5) : vous ne rêvez pas, le bucheron tchèque a plus que la moyenne. Car mise à part une relance très dangereuse qui aurait pu coûter cher (ça s’est joué au poil de cul), Rozehnal a été précis à la fois dans ses interventions et dans ses passes. Il s’est retrouvé souvent exilé sur le côté droit pour couvrir l’appétit de Debuchy et s’en est plutôt bien tiré. Aurait mérité un -1 pour son obstruction dégueulasse sur Sako et qui lui a valu un carton jaune mais le Sergent n’est pas un tyran. Il aime quand tout est en ordre et David était bien rangé. Remporte le prix du sosie officiel de Sylvain Marchal (Rozehnal, Marchal, anal).

Chedjou (4/5) : Aussi enthousiaste qu’un pénis au petit matin. Encore une grosse prestation d’Aurélien, serein, robuste, peu souvent pris à défaut. Vous me direz : oui mais Kitambala. Et vous avez raison. Cela étant, pas de cagade, pas de carton, et une grosse opportunité qui serait assurément un but à l’heure qu’il est sans un Ruffier impérial.

Béria (3/5) : à l’instar de Debuchy, il s’est montré très actif, toujours disponible et concis dans ses interventions. Il a muselé Nicolita (l’un des seuls Roumains à ne pas avoir de caravane) comme il se doit. Malgré tout, il a dû reculer en seconde période et s’est montré moins à son avantage. A terminé milieu gauche, pour le fun.

Mavuba (4/5) : je vais être classique, mais grosse activité à la récupération + première rampe de lancement + motivation pour son équipe = la tête à Rio. +1 pour son vomi sur Laurent Blanc.

Balmont (300/5) : le talent de Florent Balmont, surhomme parmi les surhommes, n’a d’égal que sa longévité. Notre pitbull disputait son 300ème match de championnat de France et a livré sa partition habituelle. Inspiration de son équipe et leader sur le côté droit, Balmont n’a quasiment rien raté et s’offre le luxe d’adresser une formidable passe aérienne à une touche de balle pour Payet, initiant l’action qui amènera le deuxième but.

Pedretti (3/5) : un bon match pour Beubeu ! Son jeu à une touche a permis d’accélérer les phases lilloises qui du coup ont retrouvé un allant égaré depuis plusieurs semaines. Il a compensé une légèreté dans l’engagement (il a fait moins de fautes qu’à l’accoutumée cependant) par une vision du jeu éclairée. S’est même retrouvé à plusieurs reprises aux avant-postes mais n’a pas été récompensé, pêchant dans la finition. (remplacé par Gueye)

Cole (2/5) : malgré une grosse débauche d’énergie et une générosité indéniable, le match de Joe laisse un goût amer dans la bouche, tu sais celui qui sent la figue et le raisin. Trop de déchet et un manque d’application dans les 25 derniers mètres. Mérite +1 pour sa joie sincère sur les buts de Roux mais aurait vraiment dû marquer lui-même. (remplacé par Payet)

Hazard (5/5) : Son match le plus abouti depuis… l’aller à Saint-Etienne. Impliqué sur tous les buts. Des dribbles en veux-tu en voilà, Eden a été très facile ce soir. Il a fait l’essuie-glace sur toute la largeur du terrain, a collecté des reins pour s’en faire des colliers et a servi le collectif : indispensable. Statistiquement : un pénalty provoqué et transformé et une passe décisive. Winning. (remplacé par Digne)

Roux (3 mais 4 d’encouragement/5) : Roux cool (ça c’est fait). Quelle efficacité pour un premier match ! Très volontaire même s’il a eu beaucoup de mal à se situer en première mi-temps et n’a pas pesé sur le jeu en seconde. Pourtant, il se réveille en fin de match : sa course pour suivre Payet est un modèle du genre et son but de renard des surfaces n’en est que le fruit. Seul joueur à croire et donc accompagner Hazard sur l’action menant à son doublé, son effort est colossal. Convaincant.

Les intérimaires :

76’ Gueye (NN/5) : pour la déconne. On veut bien un milieu avant la fin du mercato. Michel c’est doux mais c’est grigou.

80’ Payet (NN/5) : belle envie dans sa rentrée, il confirme le rôle de joker qui à mes yeux lui convient parfaitement. Il a bien profité du travail de sape de Cole et s’avère décisif dès son entrée.

88’ Digne (NN/5) : permet à Hazard d’obtenir une ovation bien méritée. Rentre pour 3 minutes, touche un ballon, première appartition en Ligue 1 : faire une Jurietti à 18 ans, c’est moche.

La prestation adverse en quelques mots :

  • Ruffier a été impressionnant et a sorti des parades réflexes ahurissantes.
  • Zouma en a imposé par son physique, sa vitesse mais aussi sa science du tacle. Ghoulam a bien commencé avant de sombrer, pareil pour Ebondo. Marchal s’est fait piétiner par Joe Cole et violer par Hazard : il provoque un pénalty, prend la jambe de Hazard, prend le bouillon, prend un jaune, un café l’addition. A’gad’ les attaquants et pis dort.
  • Le Sergent n’a pas aimé la prestation de Clément qu’il a trouvé dépassé et a été déçu par celle de Lemoine qui même s’il s’est démené a été brouillon. Guilavogui a été bien mais pas top, reste qu’il a une voix rigolote.
  • Sako a été passable car contraint à jouer bas (à maintes reprises le Sergent a notifié sa présence derrière Ghoulam), Nicolita n’a pas passé Béria et les rares fois où il a tenté de le faire se sont soldées par un petit/grand pont présomptueux et foireux.
  • Les rentrées de Batlles et Ravet n’ont pas pesé. J’avoue ne pas connaître le jeune Diomandé héritier du n°33 de Zouma. Enfin j’ai de la peine pour les supp’ stéphanois au vu de la partie de Kitambanal…

Les bonus du Sergent

Bonus allégorie

Le choix de carrière anal

Bonus mercato comic


Bonus homme le plus classe

« Quel poète Florent, vous me surprenez ! »

Comme il est aimable en plus d’être un séduisant collectionneur de matraques, le Sergent vous transmet les images du match et la bise anale.

Sergent Garcia.

11 thoughts on “La LOSC Académie note Lille-Saint Etienne (3-0)

  1. Bravo Sergent. Gros boulot là. J’aime bien ton écriture qui sort un peu des standards académiques horsjeuien, tout en préservant sa substantifique moëlle.

    Bravo.

  2. Je te préfère à Saint-Doux qui faisait trop pedobear et qui a disparu sans un au-revoir, à moins que je l’eusse manqué, et puis c’est pas un foie qui fait défaut à Lemoine mais un rein, que Hazard a bien brisé cependant.
    Mon seul regret dans ce match c’est que le Balmont d’or n’ait pas marqué.
    Il aurait dut tirer le pénalty.
    LOL
    La grève des DVE c’est comme les états d’âme de mousse à seau je m’en bats les klaoui.

  3. Bel effort Sergent, et j’ai vu sensiblement la même chose que toi. On a encore les fesses toutes rouges après vous avoir joué, ça devient une (sale) habitude. Je vais essayer de pondre mon académie, mais c’est pas gagné.

  4. Très belle rencontre. Il était temps qu’on gagne, car ça devenait compliqué.

    Merci sergent !

    Ps : Fuck les dve, ils peuvent faire grêve, le match ne commencera pas en retard et le Qi moyen au stadium n’en sera que plus élevé.

  5. @Jacques Brol : remerciements appuyés du Sergent.

    @Mèch : ça fait drôle de le voir impliqué simplement en ayant changé de club, c’est ça ? En tout cas, s’il confirme les 8 millions sont de l’argent bien dépensé !

    @Roland : Courage pour ton académie. Même avec les fesses rouges, ça vaut bien la peine pour alimenter le onze anal, non ?

  6. @ shejtan : Sais-tu au moins la raison de la grève des DVE ? Non ? En même temps, c’est vrai qu’on s’en fout d’un groupe de 23 ans (un des plus vieux de France), qui a toujours été là, même lorsqu’on se tapait des Lille – Le Mans en plein mois de décembre avec une affluence atteignant difficilement les 10 000 personnes. Où étais-tu à ce moment-là , Sûrement au chaud devant Canal +.
    N’ose pas parler des DVE si tu n’as jamais fait fait au moins UN match parmi eux, pour parler des DVE, faut être un DVE mais c’est sûr que des types qui poussent leur équipe tout au long du match, dans le froid et sous la drache, ça change des p’tits bourgeois de la tribune Honneur qui se réveillent que lorsqu’on mène 2 à 0 (on l’a encore vu ce week-end)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.