La Merlus Académie note Montpellier-Lorient (4-0)

6

Tristan Bourrepif est un génial dramaturge de génie

Sur le palier de la ligain

En ce début de mois de décembre, les idées de pièces de théâtre fleurissent chez les locataires du palier de la Ligain. Il s’agit d’impressionner avant noël la famille, le public, les filles, tout ça quoi. Lorient  se voit proposer par Montpellier une petite pièce en trois actes: Nékuia et Catabase. Lorient accepte, il trouve que le nom sonne super bien. Lorient est un couillon. Ce qu’on appelle Nékuia dans les écrits de l’antiquité est un rite d’invocation aux morts, qui permet de les faire revenir à la surface. Catabase est, à l’opposé, la descente aux enfers des héros d’épopées. C’est une épreuve très dure dans l’initiation du personnage. Bref, Montpellier avait écrit sa propre version de ces mythes antiques. La voici :

Acte 1 : La guerre pour la cité de Moustakis fait rage. Lorient croit tuer Montpellier  lors d’un combat. Il s’agit en fait de son frère jumeau, Montpelaid, qui lui avait pris son casque.

Acte 2 : Lorient incarne un personnage sympathique, alors quand Montpellier, déguisé en berger, lui demande de procéder au rite d’incantation des morts, la nékuia, en sacrifiant Bourillon afin que Montpelaid revienne à la surface, pour prendre de ses nouvelles, Lorient accepte. Le dialogue qui s’engage aboutira sur la décision de Lorient de descendre aux enfers afin de finaliser son initiation.

Acte 3 : Lorient effectue sa catabase, aperçoit les corps de Monaco, Nantes et Lens dans le Styx, et se retrouve dans la section « Mosson » des enfers. Les épreuves y sont inimaginables. Le piège tendu par Montpellier fonctionne, Lorient est bloqué dans les enfers pour un moment. La pièce se finit sur cette réplique de Montpellier : « Ainsi sois-tu maudit pour tes actes vils. Le Montpellier que tu as cru tuer n’était pas le roi de Ligounous, mais son frère jumeau Montpelaid. Ta naïveté te dessert. Apprends à vivre parmi les morts, alors tu pourras à nouveau venir me défier. »

Tout au long de la pièce, Lorient joue son rôle à merveille. Mais il se rendra compte lors des applaudissements et de l’acclamation de Montpellier qu’il n’était seulement qu’un sparring-partner dont on aura vite oublié la performance. Son mentor Christian Gourcuff fait grave la gueule. La communauté d’Horsjeu.net aussi. « Acte vils et GENIAUX  enfin ! » se plaint-elle.

Plus tard, il s’est finalement avéré qu’Ecuele-Manga ne pouvait pas gérer seul le trio Utaka-Giroud-Dernis.

 

La chose footballistique

 

La pièce était en trois actes, le match s’est lui déroulé en quatre temps :

– Les 20 premières minutes sont à l’avantage des Lorientais, au niveau de la possession et par le jeu produit.

– Lorient qui, comme trop souvent, n’a pas réussi à saisir sa chance, se prend un but sur un long ballon remisé par Giroud vers Dernis. Le match tourne à l’avantage des Héraultais et plus rien ne sera marqué jusqu’à la mi-temps malgré des incursions des deux côtés.

– Coup de poignard dès la reprise avec un coup franc repoussé par Audard dans les pieds d’un Giroud opportuniste qui fusille le ballon dans le trou qui restait entre le gardien et le poteau. Les Merlus sont complètement dépassés, et lorsqu’ils arrivent enfin à mettre le pied sur le ballon et à reconstruire quelque chose, ils se prennent un contre assassin.

– Lorient, qui ne sait pas fermer le jeu, continue par à-coups de tenter de réduire le score. Ils ont hélas face à eux une équipe à qui tout réussit, et qui est beaucoup plus tranchante offensivement. Oui, eux, ils marquent des buts. Quatre finalement, aucun scandale.

Montpellier a réussi le match parfait tant offensivement que défensivement. Les Lorientais, quand ils ont réussi à trouver des bons décalages, se sont heurtés à Jourdren. Ils se consoleront, car ce sont de gros gentils nounours inoffensifs, en se disant qu’il faut deux équipes pour produire du spectacle.

 

Les notes :

Michel Audard (2/5) : Je résume par le deuxième but. Il place mal son mur, ce qui permet à Belhanda d’enrouler par la gauche (dans le sens lorientais). Il sort une parade monstrueuse. Il semble bloquer au moment de faire sacrifice de son corps sur la reprise à bout portant de Giroud. Difficile à blâmer mais but(s) quand même.

Trophonios Pedrinho (2/5) : Pas mal en première mi-temps, beaucoup plus en seconde. Faut dire que la défense était plus très belle à voir à la fin du match.

Dante Le Lan (2/5) : A surnagé grâce à son placement au début, mais tout le match avec son mètre 70 face à Olivier Giroud, c’était tout simplement impossible. Mais comment lui en vouloir ?

Héraclès la Lose Ecuele-Manga (1/5) : Répartition approximative de ses duels avec Giroud : 25% de gagnés, 45% de perdus,  30% de fautes. Et pourtant, il sauve plusieurs situations en première période, et ça aurait pu être pire en seconde. 1/5 pour l’exemple et parce qu’il n’a pas que Bourillon dans la vie.

Enée Mareque (1/5) : Voilà son premier match où je le vois aussi mauvais. Largué défensivement, les premier et troisième buts viennent de son côté. Pourquoi ? Parce que monsieur avait perdu la balle sur une montée foireuse et qu’il n’avait pu se replacer à temps.

Pythagore d’Hérodote M’vuemba (2/5) : Je crois qu’un moment c’est allé trop vite pour lui, malgré une bonne entame. Je ne me souviens plus bien de son match, et n’essaye pas vraiment de m’en souvenir.

Pythagore de Sophocle Coutadeur (2/5) : Je crois que je peux lui faire les mêmes remarques que son compère. Vivement le retour de Romao au milieu, ses fautes « intelligentes » nous manque grandement.

Er le Pamphylien Jouffre (1/5) : Des mauvais choix et pas de réussite, les uns ayant entraîné l’autre.

Orphée d’Ovide Monnet-Paquet (3/5) : Il a bien foutu le bordel dans la défense montpelliéraine au départ et est sorti rapidement après la mi-temps. Certainement blessé, parce que ce n’est pas dans les habitudes.

Ulysse Sunu (1/5) : Je ne l’ai pas trop vu. Il n’a pas frappé en tout cas, et ses tentatives de percées n’ont même pas amené de fautes.

Orphée de Virgile Emeghara (2/5) : Toujours son pressing, ses courses et ses appels dans la partie positive. Il a en revanche des difficultés dans les dribbles. Il ne lui aura manqué que de marquer pour faire son métier de buteur professionnel.

 

Les remplaçants 

56e– Monnet-Paquet par Autret (NN) : Je l’ai pas vu et, c’est encore plus con, Jouffre non plus.

73e– Emeghara par Campbell (NN) : Deux tentatives d’y aller seul, deux échecs.

73e– Jouffre par Barthelmé (NN) : Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’a pas été le sauveur miraculeux de la soirée pour ses premières minutes en ligue 1.

 

La vidéo du match 

 

Chères lectrices, chers lecteurs, je suis désormais sur Facebook autant que je le peux parce que c’est génial. Donc si vous voulez venir me poser des questions, m’apprendre quelque chose, me demander en mariage ou me faire des remarques de toutes sortes, n’hésitez pas à venir faire un tour.=

Je m’adresse désormais spécifiquement aux lorientaises et lorientais connaisseurs qui traîneraient par ici. Je travaille actuellement à la conception des  onze mondiaux et anaux historiques du club, alors si vous avez des suggestions de noms à me faire, encore une fois, n’hésitez pas, que ce soit par mail, sur Facebook, ou dans les commentaires ! Ca m’évitera de tout prendre dans la gueule une fois que j’aurai fait n’importe quoi.

Ps 1 : Pour en apprendre plus sur la catabase et ainsi pourvoir me dire que ma liste est une succession de comparaisons foireuses, voici la page wikipédia. Si vous la trouvez insuffisante, faites des études, ou abonnez-vous à horsjeu.net. Si vous ne voyez pas le rapport, relisez la phrase précédente.

Ps 2 : Un intrus s’est glissé dans la liste des personnages ayant fait une catabase. Saurez-vous le retrouver ?

Ps 3 : Mon adresse mail, quand même… 

 

Tristan Bourrepif

6 thoughts on “La Merlus Académie note Montpellier-Lorient (4-0)

  1. Super acad’ !

    L’intrus est Ulysse ?

    Désolé, on vous a pas prévenu, mais en fait la dernière fois en coupe Moustache, c’était une blague. On pensait que vous aviez compris mais vous êtes revenus en rose, et ça pardonne pas.

  2. En plus c’est instructif, même si j’ai du relire bien 2 ou 3 fois pour comprendre le début.

    Quelle est donc cette succession de lose qui a conduit Le Lan a jouer central ?

    Sinon pour l’intru c’est Gilles 31, d’ailleurs pour votre Nekuia j’aurais suggéré, au hasard, le sacrifice d’Autret, il joue parfaitement le rôle du mouton noir.

    Des jours meilleurs vous attendent, manque de roublardise et d’expérience dans cette équipe pour éviter la débâcle face à une équipe à 100% de réussite et confiance comme le MHSC.

    Bise voisin

  3. Non, l’intrus c’est Michel. Enfin ça dépend quel Michel. Si c’est Michel Jonas il a bien fait une descente aux enfers, mais il est jamais revenu.

  4. Bel effort Tristan, on sent le spécialiste.

    L’intrus c’est Nantes qui est dans l’enfer de la L2 depuis plus longtemps que les 2 autres non ?

  5. @ Michel : Bourillon et Koné blessé, Romao suspendu, Le Lan est alors apparu comme la meilleure solution. Boum Badaboum!

    @ tous: L’intrus auquel je pensais est effectivement Michel, placé là uniquement pour la similarité Audard/Audiard. Mais il est vrai qu’en y repensant et qu’après relecture, et comme dit sur la page Wikipédia, Ulysse n’est également pas descendu aux enfers. Cela montre en revanche mes capacités pour devenir journaliste à sensation: lecture trop rapide d’un article et non-vérification des sources.
    Pour les trois de la Ligue 2, ils me semblent tous autant à la dérive (le Styx étant le fleuve des enfers, voyez le vocabulaire et tout et tout), mention spéciale à Monaco en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.