Après une série de deux victoires, une à Marseille et une à domicile contre Caen, l’optimisme n’est pas de rigueur chez Didier Feco. Étonnant ? Non. En regardant les statistiques de notre chère Ligue 1, on se rend compte que le DFCO ne fait pas sien le proverbe « jamais deux sans trois ». Malgré tout, Didier qui parle de lui à la troisième personne, doit noter que l’on a trouvé une défense, un milieu et un attaquant qui a l’air content d’être sur le terrain.

Une défense avec un Reynet retrouvé, un Varrault intraitable et étonnant, un axe Paulle – Meité qui ressemble au mur de démarcation entre Israel et la Palestine et enfin un Souprayen qui, non content de ne rien laisser passer, se permet même des montées comme il en faisait en Ligue 2.

Le milieu profite de l’arrivée de Kumordzi, cette grande tige venue du Panionios et international Ghanéen. Il ratisse, casse des offensives et transmet proprement. Kumordzi c’est celui qui permet à Sankharé de partir vers l’avant en toute sécurité. Un peu comme quand tu prends un bon vieux Saint Bernard histoire de veiller à la sécurité de ta maison.

Devant eux Corgnet fait du Corgnet, Kakuta doit encore trouver de la constance et Bauthéac pourra partir la tête haute avec je l’espère un maintien assuré.

Enfin devant y a Koné. Une endurance de Kenyan, une pointe de vitesse de Jamaïcain. Bon par contre il a encore la même conduite de balle que Oliech. Mais au moins il court, se bat, ne tombe pas au moindre choc et semble heureux d’être chez nous. Brice depuis son raté auxerrois, c’est tout l’inverse. Espérons que cette relative mise à l’écart aura su le piquer dans son orgueil et faire revenir le Brice de Lorient, le Brice de Nice (youplaboum).

 

Donc face à nous Bordeaux, capable de tout, du pire comme du meilleur. Le pire on l’a vu contre Ajaccio, le meilleur contre Paris. On se déplace donc avec l’espoir de prendre au moins un point, histoire de pas casser la dynamique.

 

Le onze de départ :

 

Reynet – Varrault – Paulle – Meité (capitaine) – Souprayen – Sankharé – Kumordzi – Kakuta – Corgnet – Bauthéac – Koné.

 

Les remplaçants :

 

Tchagouni, Bamba, Zarour, Diabaté, Marcq, Guerbert, Thil.

 

Le coin taqueutiqueu :

 

Face à Bordeaux et son 3/5/2, Carteron a voulu la jouer stratège. Il a tout simplement décidé de faire la même chose que Gillot. En clair, oui je suis un peu le décodeur, Défense à trois avec Meité, Paulle et Souprayen dans l’axe, chargés de museler Maurice-Belay et Diabaté. Sur les côtés, Varrault et Bauthéac qui devaient s’occuper de Trémoulinas et Mariano. Deux chiens de gardes, Sankharé et Kumordzi pour bouffer Plasil et Obraniak;

Enfin Koné, Kakuta et Corgnet pour faire tourner la tête de l’arrière garde physique des Girondins.

 

Le match :
6′ : centre de Bauthéac, Kakuta nous gratifie d’un contrôle orienté de la poitrine puis frappe d’un plat du pied. Mais Planus se jette et sauve la maison bordelaise. BORDEL MAIS BALANCE UNE MINE GAEL !

20′ : Kumordzi saigne de l’arcade suite à un choc.

22′ : Maurice-Belay rate le cadre alors qu’il était au point de pénalty. Comme un symbole de joueur formé à l’AS Monaco après 2004.

25′ : coup-franc pour Dijon, Kakuta le frappe, mais l’arbitre siffle et lui colle un jaune. On rigole pas avec la loi Gael.

27′ : corner bordelais, ça arrive dans les pieds de Henrique qui va marquer…. mais non, Meité vient tacler le ballon en corner. Sur le corner qui suit, Ciani place une tête hors cadre, mais si proche de rentrer que Didier en a renversé sa bière.

34′ : cafouillage dans la surface dijonnaise, finalement Diabaté trouve Obraniak à l’entrée de la surface. Celui-ci fixe Sankharé et enroule du gauche, Reynet est battu mais ça passe au-dessus.

45′ Mi-temps. Bon, globalement on maitrise mais on a pas d’occasions. Bordeaux pourrait mener au score avec un peu plus d’efficacité. En tout cas, on est maître du milieu de terrain.

55′ : Meité se dit qu’avec le VI Nations catastrophique des Français il y a peut-être une place à prendre. Alors pour épater PSA il plaque Gouffran. Cailleux ne comprend pas la subtilité du geste et lui donne un jaune.

60′ : show Reynet, acte 1. Frappe puissante des 25 mètres de Sané, Reynet se couche et envoi en corner.

71′ : Maurice-Belay part en dribble et met la défense dijonnaise sans dessus-dessous. Il passe Meité en vitesse, rentre dans la surface, fixe Souprayen et est tout heureux de voir Meité lui tenir l’épaule. Pénalty logique, Meité a été très niais sur ce coup. Trémoulinas s’avance, frappe en force à gauche, Reynet part du bon côté, mais ne peut toucher le ballon. 1/0, la règle du « je gagne jamais trois fois de suite se confirme ».

77′ : show Reynet, acte 2. Plasil lance Mariano sur le côté droit, celui-ci dribble subtilement Bauthéac, rentre dans la surface et frappe, mais Reynet pas surpris repousse en corner.

79′ : show Reynet, acte 3. Maurice-Belay déborde sur le côté droit et sert Gouffran, à deux mètres de la ligne. L’ancien Normand, dévie le ballon (Paulle touche un tout petit peu aussi), mais Reynet n’est pas de cet avis et sort un arrêt monstrueux.

81′ : Koné sort, Thil entre.

82′ : Meité sort, Diabaté entre.

88′ : centre de Bauthéac, Corgnet (ou Thil) tente la Madjer, c’est raté puis repoussé.

89′ : contre bordelais, Plasil trouve Jussié sur le côté gauche. Le Brésilien rentre dans la surface, fixe Kumordzi et balance une minasse, mais Reynet veille et sort un arrêt réflexe monumental. Reynet a des mains fermes, lui faut pas le faire chier.

90′ : Kakuta sort, entrée de Guerbert.

91′ : Diabaté déborde côté gauche et centre devant le point de pénalty. Guerbert sort d’on ne sait ou et tacle le ballon dans les filets bordelais. Comme dirait Christian Jeanpierre « Yahou ».

94′ : Fin du match. On a eu de la chance ce soir, malgré tout je dois dire que j’ai été déçu par les Bordelais.

Les gars :

Baptiste Reynet 5/5 : Saint Baptiste est parmi nous. Il a écœuré du bordelais, comme il a fait pareil avec les Marseillais il y a deux semaines. Baptiste number one.

Cédric Varrault 3/5 : il a bien tenu pendant la première mi-temps et puis après ça été plus dur. Malgré tout, il apporte de la hargne à notre défense.

Steven Paulle 3/5 : comme Varrault.

Abdoulaye Meité 1/5 : une première mi-temps tranquille et puis après c’était Dien Bien Phu. Il plaque un Bordelais, tombe dans la surface et profite de la bienveillance de Cailleux pour pas offrir un pénalty et enfin fait le con en provoquant un pénalty. S’en est trop. Remplacé par Zié Diabaté.

Samuel Souprayen 3/5 : même constat que pour Paulle ou Varrault.

Bennard Kumordzi 3/5 : imprenable en première, invisible en seconde.

Younousse Sankharé 3/5 : imprenable en première, invisible en seconde.

Gael Kakuta 2/5 : « C’est pas ma faute à moi, si Carteron me place sur le côté droit, moi je suis pas bon là, moi Kakuta. Ka-ku-ta, Ka-ku-ta ». Cette pose Alizée vous était offerte par Didier Feco. Remplacé par Saint Thomas Guerbert.

Benjamin Corgnet 3/5 : imprenable en première, invisible en seconde.

Eric Bauthéac 4/5 : oui je suis généreux. Mais en même temps, le type devait être arrière gauche et ailier gauche. Il l’a fait et plutôt bien. Eric, si j’étais gay je serai amoureux de toi.

Koro Koné 2/5 : « Il court, il court le Koné, le Koné du DFCO. Il est passé par ici, il repassera par là ». Remplacé par Grégory Thil.

Les trois autres :

Grégory Thil (pas noté) : je l’ai pas trop vu, juste une Madjer et encore je suis pas sûr que ce soit lui. L’an prochain il repartira à Boulogne, je pense et j’espère pour lui.

Zié Diabaté 3/5 : une entrée, une passe décisive, que demande le peuple ? Du pain !

Saint Thomas Guerbert 5/5 : Un jour j’irai peut-être en pèlerinage à Auch. Ou alors si je deviens maire d’un patelin, je donnerai son nom à une rue « Rue Thomas Guerbert ». Quelle classe, Ménétreux le Pitois, me voilà !

Le coach :

Moins en forme que d’habitude. A voir si ce n’est pas la nomination de Sébastien Pérez comme Directeur Sportif qui le chagrine.

Sinon je suis sur Facebook .

Comme la Mout’Hard Académie :

Pis un petit bonjour aux Téméraires qui me lisent, pour certains.

Bisous bien baveux à tous mes lecteurs,

Didier Feco.

10 thoughts on “La Mout’hard académie Bordeaux-Dijon (1-1)

  1. Tu fais le film du match mais tu oublies de décrire le but dijonnais d’où les difficultés de compréhension de Bart…
    Meité a été dégueulasse sur ce match, il avait déjà été mauvais face à Marseille, c’est le maillon faible de la défense, y a personne d’autre pour le remplacer?
    Le DFCO est presque sauvé et c’est une bonne nouvelle pour le Bourguignon d’origine que je suis, mes amitiés mon cher Didier d’un Semurois de Marseille.

  2. Putain, quand j’ai entendu que Dijon avait égalisé dans les arrêts de jeu, je me suis dis que c’était le 1er avril en avance… mais non, on est vraiment des glands. Par contre, dites à Reynet de rendre à Carrasso son costume de Dieu, on en a besoin.

  3. Je vois d’où vient le problème, merci Spado. En fait j’avais mis les deux buts en gras, mais ça n’a pas passé la rédac’ visiblement.
    Pour Meité je ne suis pas d’accord avec toi sur son match face à Marseille. Il avait fait le job. Si on le sort, on se retrouve avec Diallo ou Zarour et je vois pas ou est le progrès ! Ou bien faut passer Souprayen au centre avec Paulle et remettre Diabaté à gauche. Bref, c’est pas le moment de bouleverser ce qui tient à peu près.
    Le DFCO est PRESQUE sauvé comme tu dis, faut pas se relâcher et si l’on gagne contre Nancy et contre Auxerre, normalement ça devrait le faire.
    Je te fais plein de bisous Spado. En tant que Semurois tu dois savoir que la fille de Mon Incroyable Fiancée est également Semuroise. On a chacun ses références hein.

    @Mèch : j’espère bien. J’espère bien que ça arrivera à chaque lecteur d’ailleurs.

  4. Ben moi du coup je viens de débander en t’imaginant bander pour Alizée…

    P.S : Anéfé Spado

  5. J’ai adoré la tête piquée-au-ras-du-sol-qui rebondit-sur-le-bras de Meïté perso. Y’a que lui pour inventer des gestes aussi pourris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.