Le contexte :

Samedi dernier, pendant que Didier Feco était tout tremblotant devant son streaming pourri, 15 héros dijonnais ont vaincu 15 Marseillais dans un match chiant à mourir. Alors, oui les deux autres promus avaient déjà battu l’OM, mais (car il y a toujours un « mais » mes amis) Dijon est et sera le seul promu à avoir battu l’OM au Vélodrome.

Pourtant, ce dénouement j’ose avouer que je ne l’espérai pas. Au mieux un match nul, au pire si on ne prend pas de point c’est pas gênant vu qu’on ne pensait pas en prendre de toute façon. Et puis faut dire qu’après le match contre Paris, les supporters Dijonnais se posaient des questions. Pourquoi ne pas laisser un mec derrière quand il reste si peu de temps ? Pourquoi ne pas se contenter du match nul face au leader ? Pourquoi avoir fait rentrer Chaher Zarour ? Pourquoi avoir toujours sous contrat Chaher Zarour ?

Toujours est-il qu’avant le match, le DFCO étant dans la peau d’un relégable, chose qui n’était pas arrivée depuis longtemps. Alors, Carteron a motivé les troupes, il a préparé minutieusement son coup, un peu comme le Service des Transferts avec le zizi de Luke Seafer. Luke si tu me lis.

 

La composition :

Reynet – Varrault, Meité, Paulle, Souprayen – Sankharé, Kumordzi – Corgnet, Kakuta, Bauthéac – Koné.

Sur le banc des remplaçants : Tchagouni, Zarour, Bamba, Marcq, Baradji, Guerbert, Jovial.

 

Le match :

6ème : Mbia, ce poète, vient montrer à Bauthéac que Cannes c’est davantage à l’est et lui fait très mal. Résultat le futur président de la République du Cameroun prend un jaune.

11ème : Centre d’Azpilicueta, tête de Rémy, bras de Meité. Pénalty de Rémy, But de Marseille. Guy Roux trouve encore le moyen de dénoncer un complot anti-bourguignon. Il déclare que la main de Meité est involontaire et que le pénalty est litigieux. Toujours est-il que le premier tir des bouillabaisses est au fond.

15eme : Sankharé la joue comme Mbia et prend un jaune. La victime était l’homme ganté, alias Souleymane Diawara.

20ème : Bauthéac a trop mal et sort. Thomas Guerbert, le lutin de Luzenac vient prendre l’aile gauche comme un symbole de Benoit Hamon.

22ème : Morgan Amalfitano est une petite tarlouze. À l’aller il méritait un rouge au bout d’un quart d’heure, là il détruit la cheville de Sankharé et monsieur Rainville ne dit rien. Pourtant il méritait un rouge l’autre couillon. Retourne en Bretagne !

25ème : Meité montre à Brandao ce que c’est qu’un dribble propre et relance vers l’avant. La gonfle passe au milieu de toute une forêt de jambes et arrive à Guerbert tout seul sur l’aile gauche. Il rentre dans la surface, centre pas très fort devant le but, Koné reprend, mais est contré, Sankharé n’est pas contré et marque. 1/1, Didier Feco embrasse, sonne chez la voisine et lui fait un bisou. La voisine était un voisin.

29ème : Amalfitano, toujours lui, vient tâter de la malléole à Koné. Il mérite encore un rouge, mais Rainville sort un jaune. Amalfitano proteste quand même. Retourne en Bretagne Sud !

42ème : Kumordzi jaloux de Sankharé fait faute et prend lui aussi un jaune. Il lance alors un regard de défi à Sankharé qui lui répond avec un « Tu sais que je suis la poutre de Bamako ? ».

44ème : Valbuena tire un corner, ça cafouille pendant 30 secondes, Reynet mâchouille un brin d’herbe et puis finalement un défenseur a la bonne idée de se dégager.

45ème+2 : mi-temps, Didier Feco se connecte illico sur son Minitel pour voir les autres scores sur 3615 LFP.

45ème : Varrault blessé par Brandao sort. Abdoulaye Bamba rentre.

58ème : Diarra récupère un ballon à 25 mètres. Il est tout seul, léger vent de dos, alors il tente une frappe. C’est pas cadré, Reynet n’a même pas eu peur.

61ème : Début du show Baptiste Reynet. Ouvrez vos mirettes, nettoyez vos esgourdes et mangez du poisson. Centre de Morel tête de Remy, mais Baptiste tel un homme accompagnant sa donzelle pendant les soldes ne bouge pas et capte tranquillou.

68ème : Rémy est sur la droite de la surface, il tape fort comme le Munster, mais Reynet veille. Mais même quand Reynet veille, il faut un lieutenant pour écarter tout danger, Meité est là et repousse sur la ligne et puis Paulle veut aussi être lieutenant, alors il s’arrache par deux fois pour tacler et dégager.

69ème : Brandao frappe de la tête un ballon venu de la droite. Reynet s’arrache et la capte en deux fois. Sur sa ligne, s’il vous plait.

72ème : Rémy part dans un rush puis tire, ça passe au-dessus mais le regard de Reynet montre bien que de toute façon, même cadré ça rentrait pas.

74ème : depuis la 42ème, Bennard Kumordzi repense à la phrase de Sankharé « Tu sais que je suis la poutre de Bamako ?». Alors, quand il reçoit le ballon à 40 mètres des buts de Mandanda, Bennard se pose pas de question et frappe. Mandanda un peu inquiet au début, capte sur sa ligne.

75ème : Guy Roux s’enflamme « Encore une preuve que la Bourgogne dérange ! Pourquoi sinon siffler ce hors-jeu qui n’en était pas un ? ». Dès fois il déraille le Guy. Le hors-jeu c’était de Koné. Et effectivement y avait pas hors-jeu.

78ème : N’Koulou rate son contrôle, Koné en profite et rentre dans la surface, Koné va marquer … mais non N’Koulou vient le ceinturer. Rainville se pose pas de question et pointe un doigt accusateur vers le point de pénalty. N’Koulou prend un rouge et Mandanda proteste pour la forme. Le Camerounais sort sous les applaudissements de la foule et Kakuta hérite de la balle. Il s’élance et mon stream me lâche en traitre. L’appel du père de Didier Feco ne trompe pas, Kakuta vient de marquer. Joie, bonheur, bisous au voisin.

84ème : Mbia balance son bras dans la gueule de Corgnet. P’tit Ben s’écroule, Rainville accoure la main dans sa poche. Ils vont finir à neuf ces cons ! Et puis non, Rainville se ravise. Il doit se souvenir qu’il a une maison à Kribi (très joli par ailleurs) et ne prend pas de risques inutiles.

88ème : Corgnet sort sous les vivas de la foule en délire, foule qui hurle « Corgnet en bleu, Amalfitano en Bretagne !!! ».

94ème : C’est fait Dijon est champion ! Ah non juste plus relégable. Mais on a gagné au Vélodrome.

 

Les joueurs :

Baptiste Reynet 5/5 : je me plaignais il y a peu de son manque d’arrêts décisifs. Baptiste m’a lu. Baptiste a tout sorti sauf le pénalty, mais je ne lui en tiens pas rigueur. Avec un gardien comme ça, le maintien s’approche à grands pas. C’était pour la rime. Félicitations du jury.

Cédric Varrault 3/5 : en fait il n’a pas eu grand-chose à faire. Le noter plus ce serait excessif, le noter moins ce serait injuste. Remplacé à la pause par Abdoulaye Bamba. Encouragements du jury.

Abdoulaye Meité 4/5 : ouais une note comme ça parce qu’après sa faute de main, beaucoup auraient coulé. Pas lui, il est à l’origine du premier but et s’est montré rassurant tout le reste du match. Du bon Meité. Félicitations du jury.

Steven Paulle 4/5 : comme son compère il a juste bien défendu et a fait preuve d’une grande combativité. On t’avait quitté tout triste Steven, on te reprend l’oeil vif et le poil bien brossé. Félicitations du jury.

Samuel Souprayen 3/5 : bon ça peut paraître injuste c’est vrai. Vous allez vous dire « Bordel Feco est pire que Mèch Tuyot, il est jamais content », c’est pas faux. Faut juste dire que toutes les attaques olympiennes sont passées de son côté. Même s’il a battu Valbuena à la course, ça ne permet pas de viser les félicitations. Encouragements du jury.

Bennard Kumordzi 3/5 : travailleur de l’ombre, un peu comme les égoutiers. Quand y a trop de merde on envoie Bennard pour déboucher. Encouragements du jury.

Younousse Sankharé 5/5 : oui je ne suis pas neutre. Mais Younousse a marqué, pas un très beau but certes, mais il a marqué. Pis surtout il a fait enrager tout le banc marseillais et ça c’est jouissif. Merci Younousse, que tu restes longtemps chez nous, chez toi. Félicitations du jury. Félicitations du jury.

Benjamin Corgnet 4/5 : insaisissable. Quand il accélère on croirait entendre le Chant des Walkyries fait avec les articulations et les reins de ses adversaires. Il y a peu il disait que Dijon était son club de coeur, perds pas ton coeur Benjamin reste avec nous. Remplacé par Damien Marcq. Félicitations du jury.

Gael Kakuta 5/5 : pareil que Corgnet. Ce petit gars, qui a mon âge, est grand. Grand par le talent. On dirait le début d’un reportage Tout le Sport, mais non c’est bien la Mout’Hard académie. 2-1 représente. Félicitations du jury.

Eric Bauthéac non noté : Il n’a pas eu le temps de faire grand-chose, mis à part la rencontre de Stéphane Mbia. Remplacé par Thomas Guerbert.

Koro Koné 4/5 : il a fait du Jovial, comme Jovial le faisait au début. Se battre sur chaque ballon, ne pas penser à s’économiser et puis la jouer filou. Koro j’ étais sceptique, mais faut admettre que t’es pas mauvais. Félicitations du jury.

 

Les remplaçants :

Thomas Guerbert 4/5 : le lutin chauve. Une tête de cancéreux, un talent d’espagnols. Bon sang il serait pas dopé le Thomas à courir partout comme ça ? Félicitations du jury.

Abdoulaye Bamba 4/5 : il a bloqué son couloir, obligeant Valbuena à s’exiler à droite. Merci Abdoulaye et bon retour parmi nous. Félicitations du jury.

Damien Marcq non noté : il a contribué à l’effort national en gardant le ballon vers la fin.

 

La statistique du jour :

Dijon a marqué au moins une fois lors des 11 dernières rencontres de L1. Personne ne fait mieux. Même Paris. Même Montpellier. Même Brest. Surtout Brest.

 

Les images du match :

 

Bonus « Didier danse après la victoire contre Marseille »

 

Didier est sur Facebook. N’hésitez pas à le demander en ami.

La Mout’Hard Académie est aussi sur Facebook et demande des fans.

 

Enfin soutenez le pauvre Mèch Tuyot qui veut se pendre après la défaite des siens contre ces bouffons de Lorientais. Allez Mèch ça ira mieux demain.

Bisous baveux,

Didier Féco.

12 thoughts on “La Mout’hard Académie note Marseille-Dijon (1-2)

  1. En tant que petite Tarlooze, je suis offusqué d’être l’égal d’un truc à la limite du poisson et du furet. Moi au moins j’ai pas le melon, j’aurais même pu jouer au Real, mais c’est la faute de ces tarloozes de marseillais…

  2. Mais Luke te lis Didier, toutes les semaines.
    Belle acad’ pour une belle victoire. Le petit pont de Kakuta sur Gignac est particulièrement savoureux.

  3. @Pedrettix :

    Je comprend, mais parfois il faut savoir dériver de la petite tarlouze vers la fieffée salope.

    @Skeeter : Oui je danse bien. On notera au bout d’1’20 la fameuse technique du « Jardinier » qui consiste à remettre le gazon en place avec ses mains et ses pieds.

    @Moké : Meité est grand. Je l’aime.

    @Luke : moi aussi je te lis. Toi aussi je t’aime. Moins que Sankharé mais je t’aime beaucoup quand même.

  4. Je tenais à te dire Didier que je te lisais attentivement à chaque fois, ton académie plus qu’une autre, pour une raison qui m’est propre.

    Par contre je déteste Meïté, que j’ai vu marqué contre Liverpool au Vélodrome, coincé dans la Jean Bouin, un sombre soir de coupe de l’UEFA. Oui, même Heskey avait marqué. Et Biscan, quel con.

  5. Pour une raison qui t’es propre ? Tu es dijonnais JustWide ? Ou alors tu aime la moutarde et le pain d’épice ? Tu es Brice Jovial ?

    Sinon Igor Biscan, immortalisé par Goal ou il marque un but contre Newcastle…

  6. Hé ! Salaud ! [ça c’est pour le Surtout Brest]

    Sinon merci beaucoup, j’apprécie le soutien et je suis réellement réconforté.

    je t’envoie plein de bisous Didier.

  7. Merci Mèch, j’aime recevoir tes bisous. Allez en ces périodes sombres, faisons nous tous des bisous !

  8. JustWide tu enduis ton zizi de moutarde et t’autochatbite avec du pain d’epice en repensant a un(e) ex non tarifé (ou si peut) originaire de la bas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.