Avant-Match :

En pleine discussion avec mon ami imaginaire autour d’un Irish Coffee pour me réchauffer alors que le froid touche enfin la cité du ponant (un bon vieux 0°C), il en vient à me parler du match de samedi –
– Contre qui que c’est là Sam’di ? – Oui mon ami imaginaire a un accent paysan –
– Dijon – lui dis-je en avalant une nouvelle gorgée du doux breuvage.
– Jonc ?
– Di-Jon.
– Mais ça y est, j’viens d’te l’dir’, Jonc, t’es con ou qoâ ?
– Mais non, Dijon, la Bourgogne, les escargots, Bauthéac, Côte-de-nuits villages et Romanée saint-vivant.
– Guy Roux ? me demande alors cet abruti d’ami.
– Non l’autre.
– Amora ?
– Laisse tomber.

Je me reprends alors un verre, plus de crème tant pis, un autre, le café est froid, tant pis le whisky fera l’affaire. J’imagine alors ce match, la plus mauvaise attaque (nous) contre la plus mauvaise défense (eux), un temps glacial 2°C, mais moins que chez eux -8°C.

Jemâa arrive et devrait trouver une place de titulaire à la pointe de l’attaque brestoise, tandis que Kakuta est venu renforcer le milieu Côte d’Oriens (terme qui fait un petit peu Qatar sur mer dans le fond, mais en Bourgogne…) qui n’en avait pas forcément besoin.

Ce match devrait permettre de retrouver le 442 solide mais totalement inefficace du début de saison, l’apport des nouveaux Jemâa et Alphonse dans ce schéma sera à juger au vu de la nouvelle absence de Ben Basat.

 

Les deux équipes doivent gagner, l’une pour se rassurer à domicile face à un adversaire qui ne le réussit pas, Dijon sous peine de voir Brest prendre 6,5 points d’avance au vu de leur différence de but catastrophique et enfin réussir à l’extérieur. Marquer le premier but sera (prix sans déconner du jour) déterminant.

On ne la fait pas aux enfants.

Le Match :

On doit jouer la 4 ou 5e minute pour voir le premier mouvement intéressant du match, et c’est Lesoimier qui déborde Varrault et un acolyte le long de la ligne, pour ensuite envoyer un centre moisi.

8e, incompréhension ou erreur de marquage, toujours est-Thil que Sankharé lance l’attaquant Dijonnais au duel face à Elana, c’est ce dernier qui l’emporte.

Observations en vrac :

  • On s’emmerde et on se gèle

  • Jemâa et Thil sont des plongeurs-pleureurs inutiles

  • Varrault, Méité, Sankharé sont des bouchers avec un probable retard mental.

Tout le jeu passe par le côté gauche, et c’est Alphonse, puis Lesoimier encore lui qui profite de la faiblesse de Varrault pour s’illustrer, ce dernier répond en faisant des fautes, il prend un jaune.

De l’autre côté c’est Gentiletti qui occupe le rôle du maillon faible en laissant systématiquement des espaces derrière lui.

Des fautes, des erreurs de marquages, une main Dijonnaise dans la surface (Varrault, encore lui) non sifflée (difficile de donner penalty là dessus), Gentiletti aux fraises, Alphonse et Jemâa ne font aucun effort défensif, Grougi offre la balle à Corgnet qui décale Kakuta qui tue un goéland. On joue la 36e.

Viennent alors les prémices du show Castro, 39e Thil fait faute sur Zebina, Mr Castro offre le coup-franc à Dijon aux abords de la surface finistérienne, Kakuta se charge de l’enrouler et d’aller taper l’équerre d’Elana qui était battu. Grougi récupère un jaune dans l’histoire.

42e Alphonse aux 25m tente une frappe et rend hommage à Nakata  en loupant le ballon, l’arbitre siffle une faute et donne un jaune à Méité qui le méritait bien avant, mais pas pour ça. Grougi envoie le ballon faire un zouk avec la lucarne de Reynet.

C’est la mi-temps, Brest domine, mais les Bourguignons sont plus dangereux.

On reprend, et ça repart sur les mêmes bases, Jemâa et Thil se jettent à terre et pleurent, putain de joueurs anaux.

48e Obstruction de Grougi sur Corgnet, Mr Castro laisse l’avantage, le décalage était fait mais Thil manque son centre, Corgnet reste au sol dans un état proche de la mort, ou de l’Ohio  (notez le OuisseConSein) semblerait-Thil à défaut d’être le nouveau Zidane le milieu offensif des visiteurs pourra toujours être le prochain Valbuena.

52e, M. Castro a clairement perdu le contrôle du match, Varrault et Sankharé en profitent pour placer quelques mains au cul mettre des boites.

54e, Corgnet s’avance, et frappe, Zebina nous fait le coup du Ryu Ishizaki Ganmen Block.

Jemâa va alors s’illustrer en rendant la balle aux Dijonnais, la mettant en touche, près de leur poteau de corner, et montant pour mettre la pression. Abruti.

61e Grougi, coup-franc dans la boite, cafouillage, Poyet rate complètement sa reprise de volée et Dijon s’en sort.

67e Varrault une nouvelle fois pris par le dribble de Lesoimier applique sa technique défensive à lui, le fauchage par derrière, M. Castro ne donne toujours pas son second carton au défenseur du DFCO. Souprayen par l’odeur alléché, et voyant que son compère fait ce qu’il veut tente le coup et fauche Jemâa par derrière, demi-réussite, pour un geste méritant le rouge, il ne prend qu’un jaune, Varrault ironise et promet de montrer à son jeune partenaire qui est le patron.

75e, Corner pour Dijon, repoussé par Baysse, ça revient sur Kakuta qui ajuste Elana 0-1, la ligue 2 nous fait de l’oeil.

85e, Varrault, Lesoimier, nouveau tacle par derrière et toujours pas dehors.

86e, Varrault, Lesoimier filant au but, nouvelle faute, non sifflée, Lesoimier s’énerve et tacle dangereusement, il prend un jaune.

90e, sur un dégagement d’Elana, Jemâa subit une poussette de Souprayen, l’arbitre ne dit rien ce qui a le dont de faire enrager l’abruti tunisien qui lui signale de façon vindicative, et qui prend un jaune, continue, et prend son rouge. A Ôssaire on s’amuse bien du mauvais tour joué aux Brestois.

92e, Grougi plein axe au coup-franc, superbe placement de la défense dijonnaise qui laisse Gentiletti seul placer une tête dans les filets de Reynet 1-1 et fin de la rencontre.

Mais quel match de merde, on s’en sort bien avec le nul en ayant pas été dangereux, alors que Dijon est vraiment une équipe a deux visages, celui de devant séduisant et ses arrières qui sont mauvais et violents.

Ballon 1- 0 Zebina

Les Joueurs :

Elana 4/5 : « There’s something inside you, it’s hard to explain. They’re talking about you boy, but you still the same. » Tous les clubs qui n’essayent pas de le faire signer en ce moment sont dirigés par des incompétents.

Baysse 4/5 : Mis à part que je comprends pas comment il fait pour ne jamais cadrer ses têtes, même par hasard, il est toujours solide, et tente de plus en plus d’apporter devant. Work In Progress.

Martial 3+1/5 : Un peu moins en vue sur ce match, mais toujours très correct, un peu plus à la peine physiquement il a parfois manqué de vitesse. +1 pour son superbe tacle sur Kakuta dans la surface, il les a au moins aussi grosses que Lisandro.

Zebina 4/5 : Avec des crampons (on y revient) plus longs il empêchait même Kakuta de marquer, pendant ce temps Adil Rami est international…

Gentiletti 0 puis 1000/5 : Alors que Santiago se dirigeait tranquillement vers un 0, on joue la 92e minute et miracle il offre le point du nul à Brest et en retire deux aux visiteurs.

Ewolo 2/5 : Il court, il court le Corgnet, le Corgnet des Dijonnais. Oscar ne le rattrapera pas.

Grougi 3/5 : plus bas et avec moins de pression sur lui dans ce 442, il s’en est mieux sorti que sur ses dernières prestations, en même temps, c’était pas dur de faire mieux.

Poyet 0/5 : Alors je veux bien qu’il se bouge le cul, qu’il mouille le maillot, mais là il a besoin de repos.

Lesoimier 4/5 : Varrault n’a vu que son cul et touché que ses chevilles sans réussir à être exclu. Ses centres ratés lui permettent d’éviter le 5.

Alphonse 3/5 : Il a tenté, il est limité mais il essaye, il a aussi pris beaucoup de coups et obtenu des coup-francs qui auraient pu être dangereux. Sort sur blessure, pas trop grave espérons le.

Jemâa 0/5 : Mais WTF ??!!

Jemâa la recrue phare du mercato brestois

 

Le Coach et les Remplaçants :

Dupont : Poyet qui reste sur le terrain alors qu’il ne met pas un pied devant l’autre, Ayité qui rentre pour se re-péter immédiatement alors que Ferradj vient de faire la même il y a deux semaines, à un moment faut se remettre en question.

Ayité (Alphonse 62e- 78e) NN : Je suis une poupée de cire, une poupée de son…

Khaled (Ayité 78e) NN : rentrée intéressante, a peut-être voulu trop en faire, à essayer sur une plus longue durée. Léger physiquement.

Licka (Poyet 83e) NN : N’a pas du comprendre pourquoi il était sur le banc alors qu’il était le milieu qui s’en était le mieux sorti la semaine passée.

 

Les Adversaires :

Tout d’abord je voudrais comprendre comment lorsqu’il y a 6 pauvres supporters qui viennent voir leur équipe à Brest, dans le froid, en sachant qu’ils vont se taper un match de merde, et qu’en plus c’est vraiment un match de merde, ils peuvent repartir sans un maillot chacun, le slip du buteur, le numéro de téléphone de la cousine nymphomane de l’entraîneur… Bref, bravo à eux !

Sinon Dijon n’est pas réellement une équipe qui joue bien au foot comme veulent nous le faire croire les journalistes sportifs, ils ont juste le mérite de jouer les coups à fond ce qui est déjà pas mal quand on voit la plupart des équipes du bas de tableau (dont Brest)

Corgnet et Kakuta m’ont bien plu, même si le premier nommé doit être sur la voie de la melonisation vu comme il pleure tout le temps, Guerbert paraît limité mais volontaire. Derrière c’est vraiment une bande de cons.

Les images c’est par

Vous pouvez me retrouver sur Facebook  ainsi que la Penn Ar Bed Académie.

5 thoughts on “La Penn Ar Bed Académie note Brest-Dijon (1-1)

  1. Concernant les supporters Dijonnais faut savoir qu’un seul joueur est venu les saluer… Steven Paulle t’es limité mais au moins tu viens à chaque fois.

  2. Il est prêté Jemâa, mais on doit prendre la moitié de son salaire je suppose, et comme Auxerre paye bien (Le Tallec et compagnie toucherait plus de 200 000/mois…)

    Reynet aussi a été les voir il me semble, et j’ai toujours du mal à comprendre ça, ils se sentent pas concernés les joueurs ? ça prendre 30secondes de faire 30m aller-retour en frappant dans ses mains, même si il fait froid les gars sont content…

    au pire si tu donnes ton maillot c’est pas pour les 60€ que te retires de ton salaire le club.

  3. Tu sais même à domicile ils ne viennent que rarement. Le match de la montée « non-officielle » contre Boulogne, y a juste Padovani qui passe au ras des tribunes sinon le reste c’est rond central.

    Désolant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.