Avant Match  :

Lutte pour le maintien toujours pour le Stade Brestois, visite chez un concurrent direct, Marseille qui vient malgré un niveau de jeu affligeant de réaliser une belle opération en ligue des champions en collant 3-0 au champion d’Allemagne sortant et en ayant su profiter d’une défense plus qu’approximative des Jaunes et Noirs. Makonda a aimé, enregistré, et se passe la cassette en boucle en hochant la tête devant sa télé répétant « j’ai le niveau, j’ai le niveau, j’ai le niveau ».

Sans cette victoire importante des Sudistes qui risque de les lancer, Mèch aurait été content de rencontrer cet OM très en deçà de ses possibilités, aucune pression, une équipe à la portée du très faible niveau de jeu actuel brestois, la possibilité de faire un coup et ainsi de lancer la saison, malgré les soucis en défense, Coulibaly suspendu, Baysse devrait prendre la droite, Gentiletti restant au centre, et Makonda, faute d’autre choix à gauche. Devant Ayité revenu, et Ben Basat blessé au coude mais tout de même apte, c’est le premier qui devrait être associé à Roux dans un 4-4-2 à moins que Dupont ne cherche à assurer une base plus solide et jouer en 4-5-1 se privant d’un attaquant alors que Brest n’a toujours pas marqué à l’extérieur cette saison. Fanni suspendu, inutile aussi d’espérer un cadeau sous forme de pénalty. Mèch veut aussi la titularisation de Guidileye pour voir ce qu’il a dans le ventre, on a rien à perdre face au fantôme d’Alou Diarra. Micola (peu convaincant à vrai dire) à droite à la place d’un Romain Poyet inexistant serait sympa. Mèch espère aussi gagner au Loto, mais ça c’est pour les Normands à ce qu’il paraît, et en plus Mèch ne joue pas, de toute façon, le Hazard c’est pour les nordistes, nous on se contente d’Eden.

Une chose à craindre pour les Finistériens, que l’OM mette en place le même plan que l’année dernière, à savoir savater Roux dès que le ballon s’approche de lui, avec succès puisque malgré la maladresse d’Heinze dans cette quête, Kaboré en seconde lame s’était chargé de fracturé le pied de l’attaquant brestois, alors en pleine confiance, d’une belle double semelle.

Inutile d’espérer du beau jeu en ce dimanche après midi où la chaleur écrase la France, les deux équipes jouent mal, et comble du malheur, ce sera Tony Chapron. En plus 17h c’est une heure pour aller à la plage, pas pour jouer au foot par 308.15°Kelvin à l’ombre. Les conditions sont ridicules, même pas 1m de houle et une absence totale de vent à la pointe bretonne, on ne ratera pas donc la session de l’année, mais on ne pourra pas aller regarder les filles qui marchent sur la plage.

On arrive au début du match, surprise dans la composition, Dupont m’a écouté et titularise Guidileye, mais c’est Lorenzi qui prend la place de Makonda en défense. Côté Marseillais pas de surprise si ce n’est la titularisation à la fois de Lucho et Amalfitano et donc Diarra assurant seul la récupération.

On a enfin reçu nos maillots extérieurs, fini le bleu, voici un rouge qu’il est pas si moche.

 

Le Match :

Sur les premières actions du match Roux perd son duel à l’épaule contre Nkoulou, et Rémy se fait contrer par Baysse dans la surface.

5e minute, long ballon brestois, enchaînement dos-poitrine-talon-fesses-passe du duo Diarra- Ayité, c’est beau comme un numéro de jongleur chez Patrick Sébastien, Poyet reçoit le ballon, élimine Morel et Lucho puis frappe du gauche à 20m, la frappe écrasée glisse sous Mandanda et file dans le but. Premier but à l’extérieur des Brestois cette saison.

Chapron impose son style et siffle tout contact. Sur une erreur de sa part, Roux obtient un coup-franc face à Nkoulou. Il se charge de le tirer, c’est au premier poteau, pour un Rouge et c’est de peu à côté de la lucarne de Mandanda.

L’OM combine sur les côtés mais rate beaucoup, Brest lance de grands ballons en direction d’Ayité et Roux, comptant probablement sur une boulette de la charnière marseillaise.

12e minute, Morel n’est pas attaqué, Ayew demande le ballon, mais c’est un superbe centre qui part dans la surface. Rémy est le premier dessus mais rate sa reprise à bout portant.

Poyet fait le pressing, c’est nouveau cette année, Lesoimier est peu en vue. Le duo Culma et Guidileye gène beaucoup les milieux marseillais, à moins que ceux ci ne se gênent tout seul avec leurs propres pieds.

19e, Valbuena lance Rémy couvert par Baysse dans le dos de Lorenzi. Toute la défense est trop lente, l’international français s’enfonce dans la surface, fixe Elana et glisse le ballon à Ayew seul au second poteau, égalisation, déjà. Un moment de flottement s’en suit, les Marseillais qui avaient semblé un peu assommés par l’ouverture du score refont surface petit à petit.

26e, nouveau centre de Morel, Lucho tente la volée, c’est contré. Sur le corner qui suit, Roux, Lorenzi et Gentiletti sautent tous les trois ensemble comme des jeunes filles devant le panneau des résultats du bac et sont lobés, Diarra arrive lancé mais pique trop sa tête qui après rebond passe au dessus.

Pause Boisson pour tout le monde, le public siffle, Mèch aussi, une autre caïpirinha, rien à voir avec le poisson.

29e, Corner pour Brest, tiré par Roux en charge de tous les CPA ce soir en l’absence de Licka et Grougi. C’est repoussé et ça lui revient via Lesoimier, il remet dans le paquet et Baysse oublié par la défense croise trop sa tête qui passe de peu à côté du poteau de Mandanda qui était battu.

Le stagiaire live de l’équipe signale que Brest joue mieux que contre Ajaccio et que ce n’était pas difficile. Vérification faite, c’est le même, félicitations donc à Nicolas Conter qui a le privilège de commenter deux matchs de suite du Stat’.

Enchaînement de jaunes pour Diarra et Poyet à quelques minutes d’intervalles. Le jeu ralenti, les deux équipes semblent fatiguées, on est pourtant encore loin de la mi-temps. Un centre d’Ayew qui traverse la surface sans trouver preneur, des bonnes intentions marseillaises conclues par des fautes techniques et voici la pause tant attendue.

Brest attaque la deuxième période avec de bonnes intentions, et un jeu à une touche de balle, Roux souffre face à la puissance du ganté Karl Lagerfeld Diawara.

Brest presse et maintient l’OM dans sa moitié de terrain, le jeu à une touche de balle a pris le dessus sur les ballons balancés devant, le milieu marseillais est à la ramasse, mais on ne se montre pas assez dangereux, Roux et Ayité n’arrivant pas à faire la différence individuellement et les dernières passes sont trop imprécises.

Le jeu s’anime grâce à Valbuena qui tente un De Ashi Barai sur Lorenzi  mais le manque de contrôle au niveau du Kumikata l’empêche de marquer ne serait-ce qu’un Yuko. Mr Chapron ne donne pas jaune non plus, c’était pourtant largement mérité.

Deschamps s’emmerde et décide donc de faire sortir Valbuena et Lucho, le premier nommé fait une petite roulade d’adieu sur la pelouse du Vélodrome. C’est Ayew (le petit), et Cheyrou (le pas international) qui rentrent. On est déjà à la 60e.

Culma est partout sur le terrain, Guidileye tente de lui contester le leadership du combattant et en fait de même, il est remplacé par Ewolo.

On arrive à la 72e, sur un coup franc de Roux, Baysse parti dans le dos de la défense sudiste est trop court, le hors jeu était de toute façon signalé.

Dans la foulée, sur une déviation d’Ayew J, Amalfitano envoie le ballon là bas, très haut dans le ciel.

Roux sur un dégagement d’Elana et une déviation de Poyet arme une belle frappe en demi-volée qui finit dans les bras de Mandanda pas surpris par le rebond, aussitôt de l’autre côté Rémy du gauche après s’être bien battu face à la charnière brestoise trouve Elana.

C’était la petite période d’animation de la deuxième mi-temps, le Stade Brestois perd trop vite la balle, et l’OM est trop imprécis pour en faire quoique ce soit.

Le caméraman s’ennuie et Labrune sirote un Cocktail, je ne parle pas de Margarita.

Le commentateur arabe du streaming s’emmerde aussi et nous parle d’Eric Djemba-Djemba et Samuel Etoo. Pourquoi ? Comment ? Salut, tu vas bien ? c’est L1.

Diarra sort pour Omrani, Marseille joue a 11. Licka entre à la place d’Ayité, Brest joue le nul.

86e Poyet prend de vitesse Cheyrou qui fait faute. Poyet, Vitesse…

Headshot d’Azpi sur Lesoimier. KO, mais ni finish-him, ni fatality pour le petit espagnol, l’ailier brestois se relève. Le public marseillais s’en va, les supporters marseillais restent.

Touré rentre à la place de Roux, Brest pousse mais coupe ses contre-attaques inexplicablement, il y avait pourtant de la place en cette fin de match. 1-1, un nouveau nul pour les Brestois qui leur permet de sortir de la zone rouge à la différence de but.

Bon match et bon point pris sur le papier, même si deux de plus n’aurait pas été volés au vu du match. Il va falloir apprendre à être aussi concernés face aux équipes jouant le maintien et la zone rouge ne sera bientôt qu’un lointain souvenir.

 

Les Joueurs :

Elana 3/5 : Ne peut rien sur le but d’Ayew, pas mis en danger sinon, un dégagement directement en touche pour rappeler à Westberg qu’il ne l’oublie pas là où il est sur le banc d’Evian- Thonon-Buitoni-Haribo. Des bonnes sorties aériennes, rassurant.

Baysse 2/5 : Un jour tu cadreras tes têtes, un jour. Parfois pris de vitesse par Ayew ou Morel, un match solide de sa part, mais n’apporte toujours rien offensivement hors coup de pied arrêtés quand il est positionné latéral. Couvre Rémy et oublie de défendre sur Ayew sur l’action du but Marseillais, ce qui lui vaut -1.

Zebina 4/5 : Encore un match très propre du Capitaine, des relances correctes, une bonne présence de la tête un sens du placement efficace. N’a pas eu beaucoup de travail les locaux préférant les côtés.

Gentiletti 3/5 : Moins en vue que son partenaire de la défense centrale, il n’a pas eu beaucoup de travail non plus mais l’a bien fait. Sa reprise sur le coup-franc de Roux en début de match méritait mieux.

Lorenzi 3/5 : C’est généreux tant il s’est fait régulièrement déborder par la vitesse des attaquants adverses, mais il est lent et ce n’est pas une surprise, Remy lui colle 5m en 1seconde sur le but de l’OM. Néanmoins Lui était bien aligné. On le savait avant le match qu’il n’allait pas vite, ce n’est pas son poste, et il ne joue jamais, c’est donc satisfaisant, il a assuré son travail dans le match. Se fait savater par Valbuena.

Culma 4/5 : De retour après deux matchs où il a accusé le coup physiquement de ses efforts, la chaleur l’a revigoré, à moins que ce soit le fait de jouer contre des internationaux. Moins précis dans ses passes, il était encore une fois partout.

Guidileye 4/5 : Je l’ai voulu, je l’ai eu, et contrairement à Licka que j’avais aussi réclamé, il n’a pas déçu, se tirant la bourre avec Culma pour savoir qui ferait le plus de km sur ce match, il a bien assuré le relai avec les milieux offensifs, des imprécisions techniques à corriger, mais il est encore jeune et découvre ce niveau. S’est rendu très disponible pour ses coéquipiers et un placement intelligent. Prometteur.

Lesoimier 2/5 : Bah dis donc, tu viens plus aux soirées? En difficulté sur sa vitesse, Benoit ne peut pas faire grand chose. A bien tenu son couloir et donné un bon coup de main à Lorenzi pour défendre, offensivement il n’a servi à rien.

Poyet 3/5 : Un but chanceux sur lequel Mandanda se troue lamentablement et lui offre +1, de l’envie et des bonnes récupérations, mais pendant un très court laps de temps, clairement à court physiquement, le retour de Touré va pouvoir lui permettre de se reposer. La même prestation que son collègue de l’autre côté, sérieux défensivement et peu efficace offensivement.

Ayité 2/5 : Garde trop son ballon, trop lent, il n’a pas pu faire jouer son physique face aux mastodontes de la défense centrale marseillaises et aurait dû jouer sur la vitesse d’exécution. De la spontanéité, de l’envie, de la joie bordel. Revient de blessure, Mèch est donc indulgent.

Roux 3/5 : De l’envie une nouvelle fois, un manque d’efficacité, il rend la même copie que sur ses matchs précédant, il n’a pas su imposer sa vitesse face au duo Nkoulou-Diawara. Avait plutôt bien commencé à tirer les CPA, mais le niveau a considérablement baissé au cours du match. Retrouve de la spontanéité comme sur sa frappe à ¼ d’heure de la fin. N’a plus son coup de rein qui lui servait tant, Madame doit être déçue.

 

Les Remplaçants :

Hourra ils sont 3 ! même si deux sont apparus dans les toutes dernières minutes.

Ewolo (Guidileye 64e) NN : A fait son travail sans plus, a raté beaucoup de relances faciles ce qui a permis aux marseillais de contrôler mieux le ballon, précieux cependant à la récupération, ce qui est son travail après tout.

Licka (Ayité 85e) NN : Pas vu pas, pas pris.

Touré (Roux 90e) NN : Rentré pour gagner du temps sur le changement, aurait dû jouer plus vite le ballon de contre-attaque qu’il a eu avec Licka. Je suis content de son retour qui va pouvoir amener des solutions sur le côté droit s’il ne retourne pas à l’infirmerie rapidement.

 

L’Arbitre :

Joue la comme Tony Chapron, ça tombe bien c’était lui.

L’Adversaire :

Nkoulou, Ayew (le grand) Rémy et le néant.

Les Buts. 

 

Mèch Tuyot.

2 thoughts on “La Penn Ar Bed Académie note OM-Brest (1-1)

  1. Oui avec nos possibilités limitées. C’est franchement triste de voir Diarra dans cet état là, encore plus de voir que Blanc le sélectionne toujours…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.