Pour une fois, pas de bla-bla sur ma vie de lycéen. Toute façon, les vacances arrivent à leur terme, ça me blase de devoir retourner en cours.

J’étais parti au Parc en mettant sur mon facebook que je souhaitais voir du spectacle, peut-être influencé par l’adversaire du jour et par la vision de Chelsea vs Arsenal juste avant… Le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai pas été déçu. Le temps de m’installer sur mon strapontin me donne l’occasion de voir d’une part que Nicolas Duvauchelle fait preuve de dextérité à l’atelier roulage de spliff, et d’autre part que Ceara et Lugano ne seront pas titulaires. Les 2 anciens s’échauffent d’ailleurs un peu à part, ce qui laisse à penser que Diego doit en profiter pour confesser au pasteur ses boulettes des matchs précédents… L’entame est agréable, on sent notre quatuor offensif désireux d’en découdre et de produire du beau football. Pastore semble en jambes, on se dit que le réveil du prodige est peut-être pour ce soir. Las, le premier but est encaissé par Paris après un quart d’heure de domination totale. Le marquage est très large, et Sirigu reste immobile. On réagit immédiatement, notamment par l’intermédiaire de Kévin, mais l’équerre est sur le chemin de son lob. Nêné est déchaîné, il slalome, il tricote, il enrhume, et se fait faucher en dernier recours par le pauvre Nivet, expulsé de manière pas fair-play par Turpin. Pas de dispute cette fois-ci, et le brésilien se fait justice lui-même. On continue de mettre la pression. La demi-heure de jeu n’est pas encore passée, mais les actions ont des allures de fin de match, les 2 équipes sont coupées en deux. On touche encore du bois sur corner rentrant. Gameiro est infernal, et aurait pu bénéficier d’un autre pénalty. Caen réagit en contre juste derrière, et il faut un très grand Salvatore pour nous éviter le pire. Retour aux vestiaires sous une petite bronca justifiée. En jouant plus collectivement, on devrait se simplifier la vie, et mener largement au score, surtout avec un joueur de plus. Le live du plus grand site de sport du monde parle d’un Paris séduisant… On n’a visiblement pas vu le même match.

La seconde mi-temps démarre sur les chapeaux de roue. Des vagues bleues déferlent sur les cages de Caen. Ménez et Gameiro échouent à tour de rôle. On reprend l’avantage sur une action étrange ; Kévin arrive à empêcher la balle de sortir, et réussit à trouver Jérémy qui n’a plus qu’à pousser. Les caennais, persuadés d’obtenir un 6 mètres, s’étaient arrêtés de jouer. Bizarre. Le match se poursuit sur un rythme plutôt élevé, les cartons jaunes commencent à fleurir, et Paris est incapable de tuer le match définitivement. Les Normands y croient, et sont très proches de l’égalisation. Ménez sort sous les vivats, mais mécontent de son sort. Ce remplacement est d’ailleurs plutôt surprenant. Drôle de coaching… La fatigue peut-être ? Dans la foulée, on obtient un autre pénalty, Gameiro ayant été bousculé dans les airs. Nêné se présente encore, pas de contestation de la part de Kévin. On aurait pu s’attendre à ce que les rôles changent pour ce tour. A un quart d’heure de la fin, on respire mieux, enfin. L’ancien lorientais insiste pour planter son 9ème but de la saison. Sans réussite. Caen nous surprend sur corner pour la copie conforme du premier but. Sirigu s’est un peu troué sur ce coup-là. Dans un ultime effort offensif, Jaja effectue un long centre au second poteau où Javier est tout à fait isolé. Contrôle, mi-pointu mi-extèr’, Pastore revient à la vie.

Les matchs se suivent et se ressemblent. On domine, et pourtant on lutte beaucoup trop. Vu notre puissance de feu, c’est quand même assez incroyable. Les adversaires ne déméritent pas (Brest, Dijon, Caen, mais on devrait le mettre des raclées à chaque fois. Même à fin octobre, après 3 mois de compétition, notre marge de progression semble très large. On remarquera aussi que non seulement Pastore subit encore son coup de mou, et qu’en conséquence, ses partenaires le cherchent moins systématiquement qu’auparavant.

Prochaine sortie jeudi pour la réception des Bratisla-boyz. Victoire impérative pour s’éviter des galères ensuite.

 

Sirigu (3/5) pas aidé par sa défense sur les 2 corners qui nous ont été fatals et sur lequel il est un peu sorti à l’aventure, mais rassurant, voire héroïque, sur d’autres frappes dangereuses à des moments chauds de la partie. Régulièrement ovationné par le public.

Jallet (3/5) du Jaja classique. On a la chance d’être plutôt serein à ce poste, que ce soit avec lui ou avec Ceara. Pourvu que ça dure. Une passe décisive pour notre Argentin pour conclure un bon match.

Camara (3/5) c’était correct. Frau lui a posé quelques problèmes, mais du fait de notre supériorité numérique, c’était relativement facile. On retiendra qu’encore une fois, Zoum est titulaire, et Paris gagne. On va finir par croire que c’est plus qu’une simple coïncidence.

Sakho (3/5) Kirikou commence à retrouver ses marques match après match, même s’il s’est un peu troué sur le marquage pendant les corners. Ses tacles sont toujours aussi rassurants et on le sent plus à l’aise avec Zoumana et Sylvain à ses côtés. Un coup de tête efficace derrière comme devant, et à deux doigts de planter sur une action énorme où il se retrouve complètement seul, mais il vendange comme Kezman. A noter aussi ce dribble sorti de nulle part qui a fait se lever le Parc entier !

Armand (3/5) une partie correcte, sans erreurs ni excès de zèle. Replacé en milieu défensif après la sortie de Momo.

Sissoko (2/5) il est vraiment dans une mauvaise passe. Encore un match sans carton, c’est quoi ce travail ? Et puis faut arrêter les râteaux aussi, c’est souvent inutiles, il marche sur le ballon, et ça lui fait perdre du temps. Quelques frappes de loin, aucune cadrée évidemment. Merci de travailler ça à l’entraînement.

Bodmer (1/5) j’avais été indulgent pour ses dernières sorties, mais là c’est juste pas possible d’être aussi mauvais, aussi faible, aussi peu concerné, aussi lent. Insupportable ! Vivement le retour de Blaise et de Clément.

Nêné (5/5) certes, ses deux buts sont inscrits sur péno, mais quel match ! Il était omniprésent, il a (presque) tout réussi, ses dribbles sont passés, ses corners ont amené le danger, il provoque un péno, il a fait l’effort défensif, bref, du Nêné comme on l’a connu l’an dernier. Chapeau l’artiste !

Menez (3/5) la tête à claques parisienne a encore été mi-figue mi-raisin. Il a réalisé de bons rushs, et a réussi quelques dribbles, en a foiré d’autres, et a oublié ses collègues de temps en temps. Son dynamisme a compensé son manque de repli défensif (alors qu’il avait fait des efforts dans ce secteur ces derniers temps). Il doit tout à Kevin sur son but qui a le mérite de nous redonner l’avantage. Sa sortie du terrain est à son image : comme un sale gosse, averti pour son comportement, et vexé au point de ne pas saluer Antoine, et d’aller bouder à côté du banc (il s’en est excusé ensuite).

Pastore (2/5) son but est complètement anecdotique au vu de l’ensemble de sa performance. De nouveau sans saveur, sans créativité, sans éclair de génie. Il donnait parfois l’impression de s’ennuyer sur la pelouse. De bonnes intentions dans ses passes, mais qui sont rarement arrivées à destination. Son coup de moins bien se prolonge donc, on espère que le fait de marquer lui redonnera confiance et moral pour repartir de plus belle.

Gameiro (3/5) il ne lui aura manqué qu’un but. Comme contre Dijon, il touche la barre, cette fois sur un lobinet astucieux. Il s’est créé un nombre incalculable d’occasions, malheureusement souvent ponctués de tirs sur le gardien. Très remuant devant, et combinant surtout avec Jérémy, à qui il offre une passe décisive après s’être arraché comme une nana le premier jour des soldes.

Les remplaçants :

Bahebeck (non noté) des choses intéressantes sur son côté

Tiéné (non noté) pas de boulette, et un apport vers l’avant non négligeable

Ceara (non noté) une courte et efficace rentrée.

Les adversaires : pauvres Normands, trop rapidement, et injustement, réduits à dix. Ils n’ont pas démérité, et ont réussi à nous faire douter jusqu’au bout. Même en infériorité numérique, ils ont poussé pour reprendre l’avantage d’abord (grosse occaz’ juste avant la pause), puis pour recoller au score (ce qu’ils ont fait avec un but similaire au premier).

L’arbitre, M.Turpin : alors lui c’est un bon. La double peine pour les caennais, aucun carton pour Bodmer ou Sissoko qui finissent à 10 fautes chacun, des coups de sifflets pour des petits coups d’épaule, des fautes similaires sanctionnées d’un côté mais pas de l’autre… Du haut niveau.

Petit-Louis Fernandel.

Petit-Louis vous refile les images. Normalement il les échange contre des Pokémons.

12 thoughts on “La Porte de Saint Cloud Académie note Paris SG-Caen (4-2)

  1. T’as bien résumé le match, par contre au niveau des notes t’abuses légèrement, bodmer, fait largement plus le travail par rapport a chantome, et sissoko malgré 2 erreurs qui ont failli couté cher il a fait un putain de match , m’enfin , chacun ces opinions :)

  2. Si on n’arrive pas à se mettre à l’abri, Gameiro a sa part de responsabilité.

    Le mec nous a tout mis à coté et lorsqu’il obtient un penalty et que Pastore lui donne le ballon, ce type ce dégonfle. C’était vraiment décevant de voir un joueur qui veut terminer meilleur buteur mais qui refuse de marquer sur penalty.

    Sissoko, je lui aurait mis un point de plus. Certes ses râteaux ne sont toujours utilisé à bon escient mais c’est lui qui a tenu la baraque sans que Bodmer (je-trottine) ne vienne l’aider. Après 60min de jeu, j’ai eu l’impression qu’il se traînait.

    J’ai l’impression que le niveau des attaquants parisiens se dégrade ;)

  3. Le coup de pas jouer l’action, Thebaux nous l’avait déjà fait en fin de saison dernière en laissant passer un péno toulousain et nous faisant perdre 2 précieux points, ça commence à bien faire. Les arbitres devraient garder le monopole du ridicule. Bon pas sur que ça change grand chose, mais à 2-1 et en se démobilisant totalement, c’est encore moins évident. J’avais pas encore été au Parc depuis l’ère Leproux, et beh, quel gâchis, encore plus triste ‘en vrai’… »La pelouse est sacrée, l’herbe est interdite »

  4. Qu’est-ce qui se passe avec Pastore? LE mec a marche tout le match, tire la tronche apres son but. Et que dire de son entente avec Nene? Je crois que le Bresilien est en mode « je ne fais pas de passe a l’homme qui valait €42m ».

  5. Je ne trouve pas le rouge attribué à Nivet sévère. En ce sens je me permettrait de citer Guy Roux sur le plateau des spécialistes à chaque fois qu’une polémique surgit sur des fait de jeu : « Que dit la règle? selon la loi 12… »
    et bien justement, la règle parlons en, « anéantir une occasion de but manifeste d’un adversaire se dirigeant vers son but en commettant une faute passible d’un coup franc ou d’un penalty » est considérée comme une faute passible d’exclusion.

    Alors on peut considéré l’exclusion sévère, mais ce n’est pas l’arbitre qui est sévère, c’est la règle. Malheureusement, sans règle le monde ne serait que chaos.

    La double peine est un concept qui a été monté en aiguille par les médias pour justifier la prolifération d’émission de talk sur le foot. Si la même faute avait été commise en dehors de la surface (avec le même contexte j’entends bien -Néné face à un but vide armant sa frappe-) personne n’aurait moufter sur le carton rouge.

    Alors oui, certain diront qu’en dehors de la surface, coup franc ne signifie pas but automatique… jusqu’à preuve du contraire, lors d’un coup de pied de réparation, il y’a toujours un gus en vêtements fluo et avec des gants d’ostréiculteurs sur la ligne de but pour tenter d’empêcher le ballon de rentrer dans les filets. Le jour où ce genre de faute dans le surface sera automatiquement sanctionnée d’un but (sans passer par le contraignant exercice du pénalty) on pourra parler de double peine. Pour l’instant, le penalty accompagné de l’exclusion n’est rien d’autre que l’application de la loi 12.

  6. Menez pâtit d’une sale image mais c’est un super joueur qui apporte énormément.
    Ok il ne lève pas assez la tête mais c’est le meilleur passeur du PSG, un excellent dribbleur, défensivement il se bat aussi.
    Et en plus c’est un vrai Parisien, qui respire le club.
    Alors s’il vous plaît, messieurs, appreciez son travail a sa juste valeur!

    Analement votre.

    Bartolomew O.

  7. Merci Gégé … sinon Pastore a fait sa prepa a moitié, son coup de mou se prolongera jusqu’a mi novembre comme lugano qui ne sera lui que vraiment au top physiquement que vers janvier … ALLER PARIS !

  8. et chapeau à l’arbitre d’avoir sifflé le 2ème péno, ce genre de fautes passe toujours à l’as d’habitude. Après le reste de son match, pas vu donc NSPP

  9. On est chaud les asticots. Bon, PLF, je comprend maintenant ta notation. T’es en mode sévère pépère. T’as raison, il faut les sacquer ces branleurs, franchement.

    En revanche, y a juste un truc que je ne peux pas accepter. Quand Mamad vient te vendre du rêve en skillant comme Zidane, la moindre des choses c’est de lui lâcher le +1. Merde, c’est Mamad quoi…

  10. Entièrement d’accord avec Gégé, pas grand chose à dire sur l’arbitrage. Depuis les tribunes tu dois avoir des soucis pour voir. Ca marche pour l’arbitrage mais aussi pour Bodmer (même si je pense qu’il y a autre chose dessous. De toutes façons : 2011 : Bodmer > Chantôme).

    Sissoko fait un gros match + une talonnade qui amène le 1er but caennais + une sale passe en retrait qui amène une occasion stoppée par Sirigu : dur de le noter.

    Quant à Tiéné, son centre amène le 2eme penalty t’as du zapper. Et puis Sakho mérite son +1 pour son dribble.

    Pour le coaching, AK s’est expliqué : Ménez a pas fait une super prépa et joue beaucoup (+ l’EDF) donc il faut l’économiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.