La Scapulaire Académie note Bordeaux – Toulouse

16

Claude Pèze a passé un garonnico des plus tranquilles, comme la vie du fleuve.

Que ça fait du bien de temps en temps de vivre un match où tu n’es pas stressé jusqu’à la 90ème. Que ça fait du bien de jouer une équipe où le niveau de jeu est plus faible que le vocabulaire d’un participant à une émission de télé-réalité. Que ça fait du bien de voir un match sans aucune erreur de Ciani. Et oui, samedi c’était match tranquille pour Bordeaux et pendant que la France grelottait et que Thiriez prenait des décisions aberrantes (sérieusement, faire jouer Saint-Etienne – Lorient par –11°C, faire venir les supporters et arrêter le match au bout de 9 minutes, faut être con non ?), les Toulousains venaient offrir leurs cadeaux de Noël en retard lors du Garronico (arrête Grégoire Margotton, on sait que tu meurs d’envie d’utiliser ce nom). Mais à Toulouse, il y a quoi ?

Le TFC existe sous ce nom depuis 1977 mais a été fondé en 1970. Depuis, son palmarès est resté vierge, contrairement à la nana que t’as ramassé en boîte samedi et qui t’a fait croire qu’elle était innocente et pure malgré son herpès. Il faut dire que le TFC n’a pas eu une histoire facile, naviguant entre la L1 et la L2 puis en étant relégué en National en 2001. Repris par Olivier Sadran à ce moment-là, le club a gravi les échelons pour revenir s’installer en L1 dès 2004. Depuis le club fout un peu le bordel, capable de finir 16ème une saison et 3ème la suivante avant de retourner à la 17ème puis de finir 4ème, un club chiant à jouer en quelque sorte, capable d’aller prendre 3 points au Parc face au PSG avant de perdre à domicile contre Nancy. Depuis 2 saisons, le club s’est stabilisé autour de la 8ème place, le ventre mou supérieur du championnat et a la réputation d’être une équipe défensive mais surtout ultra-physique même si Casanova trouve qu’on stigmatise un peu trop son équipe, quitte à foncer droit dans le point Godwin : « Tout le monde trouve injuste qu’une équipe, qui ne le mérite peut-être pas obligatoirement, soit de suite cataloguée. Nous on garde cette étiquette-là comme, à une époque, malheureusement, les juifs avaient leur croix (en réalité une étoile) sur le manteau aussi».

Mais au niveau des joueurs, il y a quoi ? Toulouse n’a pas la réputation d’être un grand club formateur comme le sont Metz, Nantes, Auxerre ou Rennes et alors que le Stade Toulousain a fourni de l’International à la pelle, le TFC a fourni du joueur plus travailleur que talentueux à l’image des Michel Pavon, Jean-Luc Sassus, Anthony Bancarel, Nicolas Dieuze, Dominique Arribagé ou Vincent Candela. Mais parfois une erreur de glisse dans le lot puisque le TFC a aussi formé Fabien Barthez et Laurent Battles (à l’époque où ils avaient des cheveux). Toulouse a eu aussi quelques stars comme Beto Marcico, Alberto Tarantini (Champion du Monde 78) ou Robert Rensenbrink (finaliste en 74 et 78).

A l’heure actuelle, l’effectif se compose d’un gardien international espoir (Ahamada) et d’un gardien gravement malade (Pelé), d’un latéral droit tout juste arrivé de Lens (Aurier), d’un latéral gauche qui va signer à l’OM prochainement c’est sur depuis 3 ans selon FootMercato (M’Bengué), d’un défenseur capitaine plutôt solide (même si ça ne s’est pas vu durant le match) associé normalement à Fofana qui est à la CAN actuellement. C’est donc Antoine Deveaux, milieu de formation, qui est titulaire dans l’axe à ses côtés. Au milieu on retrouve un triangle composé de Moussa Sissoko (international qui n’est pas près de revoir les bleus), Etienne Capoue (le mec qui a un goût capillaire douteux) et Etienne Didot (aucun lien). En attaque on a un trio avec Tabanou à gauche (un mec qui a le vocabulaire et l’intelligence de Ribéry), Braaten à droite (sorte de Jussiê local) et Umut Bulut en pointe, chose bizarre quand on sait que le club a lâché 8M€ pour Rivière même si ce dernier ne confirme pas les espoirs placés en lui.

Côté Bordelais, Gillot a récupéré Lamine Sané, plus à l’aise en boîte de nuit que sur les terrains à la CAN alors que Diabaté et Traoré continuent leur route après avoir éliminé le Gabon de Poko dimanche. Sans blessé ni suspendu, Francis a presque le choix, et il le prend : il écarte Olimpa, Saivet et Sala pour leur permettre d’avoir du temps de jeu en CFA (il ne sait pas à ce moment-là que la neige va provoquer l’annulation de toutes les rencontres du week-end) ainsi que Sané qui doit récupérer de sa CAN, à moins que ce soit de ses folles nuits.

Sachant qu’il dispose de Henrique jusqu’au 9 février (date de sa comparution devant la commission de discipline) et qu’il doit mettre Ciani en confiance, Gillot reconduit sa défense à 5 pour ce match. Dans les buts, Carrasso nous confirme qu’il n’est pas humain puisqu’il joue en short par ce froid glacial. Dans l’axe, le trio Henrique – Planus – Ciani est chargé de tenir la baraque et accessoirement Bulut. Sur les ailes, Mariano et Trémoulinas sont présents pour faire souffrir la défense toulousaine. Au milieu, N’Guémo se charge de la récupération alors que Plasil et Obraniak font le jeu. Gillot ne fait donc pas tourner Plasil qui semble avoir besoin de repos, au profit d’un Sertic qui pète le feu. Devant, Gouffran perd sa place après sa piètre prestation à Evian au profit de Jussie qui est associé à Maurice-Belay qui a reconnu dans la semaine qu’il n’était pas assez décisif. On a donc la composition suivante :

Normalement, un match le samedi à 21h, ça veut dire Orange Sport et donc Denis Balbir qui est le meilleur commentateur de France pour peu que tu sois sourd. Heureusement, grâce à Cédric Carrasso (on ne dit plus « Grâce à Dieu », il n’a jamais rien fait. Feignasse), j’évite Orange Sport et tombe sur un streaming commenté en anglais par des mecs qui connaissent leur sujet.

 

Le match :

Alors que je m’attends à un match fermé et qui risque d’être pauvre en occasion, Jussiê met tout le monde d’accord d’entrée de jeu. Alors que Congré a le ballon dans son camp, il ne voit pas le Brésilien se matérialiser devant lui. Ce dernier lui pique la balle, accélère (du rarement vu) et ne se pose pas de question et crucifie Ahamada. 30 secondes de jeu, 1-0, premier cadeau de la défense toulousaine. Casanova a compris ce qu’il devait faire pour se débarrasser de son étiquette d’équipe défensive.

Pendant que Madame range les bouteilles prévues pour le match, le TFC obtient un corner mais on ne surprend pas Carrasso sur une simple tête. Dans la continuité, Aurier chausse Ciani, je reste serein sur mon canapé et ne demande pas le jaune pour l’ex-Lensois. Après tout, il a été formé par Yohan Demont.

Malgré son but d’avance, Bordeaux a du mal à construire face à des Toulousains qui récupèrent assez haut. Malheureusement pour les Violets, la défense bordelaise est en place et ne laisse que peu d’espace, ce qui force les frappes lointaines comme celle d’Aurier à la 15ème qui tente sa chance des 30 mètres, largement au-dessus.

Les Toulousains font trop de fautes pour être réellement dangereux, notamment Capoue qui tente l’ascenseur sur Ciani sur corner et quand ils ne font pas faute, leurs frappes sont lointaines et non cadrées comme sur ce coup-franc à 30 mètres de Tabanou consécutif à une faute de Henrique.

Bordeaux a du mal et tente de profiter de la journée cadeaux de la défense toulousaine. Deveaux perd stupidement un ballon à la 24ème, ce qui profite à Maurice-Belay qui centre en retrait. Plasil est trop court pour reprendre le ballon et c’est Mariano qui tente sa chance mais la balle termine en corner qui ne donne rien.

A la 29ème, Braaten obtient un coup-franc intéressant sur le côté suite à une faute de N’Guémo. Après un cafouillage dans la surface, Didot envoie une frappe trop écrasée sur laquelle Carrasso se couche mais uniquement pour lui faire plaisir.

Le match est une succession de fautes qui hachent le jeu et empêche le déroulement des actions, ce qui le rend peu agréable à regarder mais qui permet aux commentateurs d’évoquer le passage de N’Guémo au Celtic et la situation actuelle du club catholique de Glasgow.

Après quelques échanges intéressants entre les deux commentateurs, le match revient avec un corner en faveur de Toulouse qui ne donne rien. Heureusement Deveaux va donner de l’intérêt au match, sur une nouvelle erreur de Congré qui donne un ballon en bois à Deveaux, Maurice-Belay intercepte, crochète le défenseur et décide de faire une belle obstruction. L’arbitre sort le jaune et 3 bordelais s’affairent autour du ballon. Il y a Plasil (le choix logique vu l’emplacement), Obraniak (le choix logique vu la forme) et Planus (il avait froid à force de rester derrière). C’est Ludo qui s’élance, le ballon passe au-dessus du mur et se loge dans la lucarne d’Ahamada qui se demande encore ce qu’il s’est passé. Pour son premier match à Lescure, l’ancien Lillois se met le public dans la poche.

Alors qu’on est encore sur les ralentis de ce but, la caméra revient et nous montre un accrochage entre le buteur et un Sissoko très nerveux. Sur les images on voit que Ludo commet une petite faute (vraiment pas grand chose) sur Sissoko qui s’énerve et le pousse. L’arbitre tente de calmer le jeu et intelligemment il colle un carton jaune aux deux joueurs, ce qui ne semble pas du tout calmer le toulousain qui est rappelé à l’ordre une seconde fois par l’arbitre. Evidemment, ce qui devait arriver arrive sur le coup-franc : Sissoko décide de jouer à l’albatros avec ses coudes et en colle un dans la tempe de Ciani qui avait rien demandé. Même si j’ai lu ça et là que Ciani se l’était joué « Actor’s Studio » et en avait rajouté, je trouve que l’arbitre prend la bonne décision en expulsant le joueur. Son coude n’avait absolument rien à faire là et à part avoir la volonté de faire mal, je ne vois aucune raison pour laquelle une personne normale sauterait avec les coudes vers le haut.

Toulouse, qui était déjà peu dangereux, se retrouve à 10 grâce à l’absence de cerveau de son milieu de terrain qui part aux vestiaires voir si sa carrière internationale est pas entrain d’y crever.

Le rythme du match perd beaucoup en intensité et le seul fait de jeu intéressant en cette fin de première période est un centre raté d’Aurier qui prend la direction de la lucarne de Carrasso qui claque en corner. Bordeaux arrive à la mi-temps sur ce score de 2-0, comme au match aller mais cette fois-ci ça doit le faire, Toulouse est à 10 et ne montre pas grand chose. Chose rare mais à remarquer, je n’ai rien bu de la première période. L’erreur est réparée avec une bière bien fraîche puisque stockée dans la neige qui s’est accumulée sur le rebord de ma fenêtre.

La seconde période reprend et j’entends Casanova hurler à l’arbitre « Et là, tu le mets pas le carton ! » sur la première faute bordelaise. Sur le coup ça me rappelle un match de district même si ça manque d’alcooliques sur le terrain. Toulouse se procure le premier corner mais la défense est là et dégage la balle devant un Carrasso médusé d’avoir aussi peu de travail. M’Bengué tente bien de faire travailler Cédric mais sa frappe de 35 mètres est aussi bien cadrée que le penalty de Platini face au Brésil en 86.

Bordeaux profite de l’infériorité numérique toulousaine pour jouer au football et nous offre quelques mouvements intéressants mais faute de finisseur le score ne change pas. Maurice-Belay écrase trop une frappe du droit à la 52ème alors qu’Obraniak fait la même à la 59ème.

Capoue continue quant à lui son festival de fautes en chaussant N’Guémo par derrière sans toutefois prendre de jaune alors que Mariano prend un jaune logique pour une faute sur Tabanou qui l’avait passé. Henrique ne veut pas laisser son compatriote seul avec son carton et prend le sien en assénant un coup de coude à Braaten qui l’emmerdait. Sur le banc, Casanova hurle au scandale, au meurtre et demande l’incarcération immédiate du brésilien. L’arbitre préfère l’ignorer.

A la 63ème, Aurier se fait mal tout seul en taclant Trémoulinas. Casanova demande l’expulsion de la pelouse. Le latéral sort sur une civière, remplacé par Machado, le mec qui voulait absolument se barrer au mercato et même que plus jamais il jouerait sous les couleurs de Toulouse. Pitre va.

Du coup c’est Braaten qui joue arrière droit, ce qui ne l’empêche pas de monter et de subir une petite faute de Ciani. Sur le coup, le Norvégien en rajoute pour que l’arbitre donne un jaune au bordelais mais ce dernier ne se laisse pas abuser et donne juste un coup-franc. Sur le banc, Casanova parle de stigmatisation et de croix jaune (même si c’était une étoile). Le coup-franc est très mal tiré par Machado et la défense se dégage ce qui permet à Capoue de faire une énième faute.

A la 71ème, après une frappe trop enlevée d’Obraniak, Jussie et Maurice-Belay sortent au profit de Gouffran et Bellion qui est passé par Manchester United comme le rappelle le commentateur. Professionnel, il ne rit pas mais se demande comment fait Etienne Capoue pour tenir 74 minutes sans prendre de jaune vu que l’arbitre le sort enfin après une faute dégueulasse sur Plasil qui reste au sol.

Gouffran, qui est plein d’énergie, commence son show à la 78ème. Il prend le dessus sur Deveaux et se présente seul face à Ahamada. Il lui passe le ballon, parce qu’une frappe aussi faible ça n’existe pas. Plasil est remplacé par Sertic, il n’a pas récupéré de la semelle reçue de la part de Capoue quelques minutes plus tôt.

Les Toulousains n’y sont plus et N’Guémo se permet un rush sur une récupération de balle mais sa frappe du gauche frôle le cadre. Casanova tente un coaching à la L1 en faisant du poste pour poste avec Aguemon à la place d’un Tabanou transparent. Mariano s’en fout, il a bouffé Tabanou et il continue sur son rythme en jaillissant devant M’Bengué qui n’a d’autre choix que faire faute sur le Brésilien. Jaune pour Cheik.

A la 84ème, on voit un très beau mouvement bordelais initié par Sertic qui passe à Gouffran lequel décale Bellion d’une subtile talonnade mais la frappe du bordelais n’est pas cadrée, elle lèche le poteau.

Le banc bordelais encourage son nouveau duo d’attaquant : « On regarde la ballon, Yoan, David, allez » mais c’est Obraniak qui se procure l’occasion suivante en plaçant une tête impossible sur un centre de Mariano. Marquer dans cette position est possible uniquement à Fifa 98. Obraniak est décidément dans tous les bons coups puisqu’il provoque la dernière occasion du match sur un débordement il centre vers Gouffran qui glisse et chie lamentablement sa frappe, à croire que sa chance de Novembre l’a quittée. « Horrible, horrible finish from Gouffran » dit le commentateur et je ne peux qu’acquiescer.

Le match se termine sur ce score de 2-0 en faveur des bordelais. Avec plus de réalisme ce match aurait du finir à 4 ou 5-0. Mais on a vu une équipe sérieuse, solide, avec des bribes de jeu qui permet aux supporters de regarder un peu vers le haut du tableau plutôt que vers le bas. Place à l’analyse :

 

Les gars :

 Carrasso (3/5 – Chômage technique) : ça fait bizarre d’écrire que Cédric n’a rien eu à faire mais c’était le cas, les Toulousains étant aussi dangereux qu’un chaton qui vient de naître. Il a donc glandé certes, mais avec classe, en short et sans collant quand son adversaire du soir portait un jogging dégueulasse, celui que tu mets normalement pour traîner chez toi quand t’es célibataire et pas lavé.

Henrique (3/5 – A la limite du footballistiquement correct) : Carlos pourrait être la mascotte du site horsjeu.net avec son jeu rugueux et souvent limite. Du sérieux tout de même, il va manquer s’il est suspendu.

Planus (4/5 – Quand t’es trop juste physiquement, prend 10m de recul) : Enfin Marc a compris : jouer le hors-jeu et courir après l’attaquant c’est pas pour lui. Par contre, reculer 10 mètres derrière sa défense et couper les trajectoires il sait faire. Un bon match donc pour Marco même si ça risque d’être plus compliqué pour lui face à un Lisandro ou un Giroud.

Ciani (4/5) : 16 ballons gagnés (20 pour Henrique, 22 pour N’Guémo), une seule faute pour quatre subies. Alou Diarra serait fier d’une telle ligne de stat’. Micka a été sérieux et solide, s’appliquant à relancer proprement mais n’hésitant pas à balancer devant si nécessaire. De bon augure avant un mois de février où il risque d’être sollicité.

Mariano (4/5) : Il fait partie des joueurs bordelais qui touchent le plus le ballon, preuve de son activité offensive. Il fait aussi partie de ceux qui ont récupéré le plus de ballon. Ses qualités défensives m’étonnent vu qu’il était présenté comme étant essentiellement un contre-attaquant. Une très bonne recrue.

Trémoulinas (3/5) : L’arrivée de Mariano ayant rééquilibré le jeu, on le voit un peu moins mais il fait son match, solide et offensif, bien suppléé par Ciani. Une meilleure qualité de centre serait bienvenue tout de même.

N’Guémo (4/5) : Une machine, il récupère plus de ballons que tu ne peux boire de verres en soirées. Et quand toi tu rends tout dans ton évier, lui il rend ces ballons propres et exploitables.

Plasil (2/5) : Sorti sur blessure à la 74ème il devait avoir mal avant vu comment il s’est économisé pendant le match. Sois feignant, tu vivras longtemps ou alors faudrait le faire reposer. Remplacé à la 79ème par Sertic.

Obraniak (5/5 – Le teigneux) : En dehors de son coup-franc qui rappelle les grandes heures de Wendel, Ludovic a été partout, au four, au moulin et à la baratte à beurre. Un joueur combatif et talentueux côté droit, on avait pas vu ça depuis quand ?

Maurice-Belay (3/5) : Une prestation qui vaut 2 mais bonifiée par la victoire et parce qu’il provoque la faute du 2ème but. Beaucoup d’activité encore une fois mais toujours les mêmes problèmes à l’approche du but. Remplacé par Gouffran à la 71ème.

Jussie (3/5 – Un petit but et puis s’en va) : En 30 secondes il avait plié son match. S’en sort tout de même pas trop mal dans ce rôle d’attaquant de pointe pas fait pour lui. Il a posé beaucoup de problèmes à la défense toulousaine. Remplacé par Bellion à la 71ème.

 

Les entrants :

 Gouffran (non noté) : Show must go on

Bellion (non note) : A failli avoir une occasion

Sertic (non noté) : Simple et sérieux.

 

Les remarques à la con :

 Le jogging d’Ahamada c’est juste pas possible, il manquait juste quelques tâches douteuses pour que ce soit un must

La coupe de cheveux de Capoue c’est pareil que le jogging d’Ahamada. C’est un hommage à Malicia dans X-Men ou quoi ?

C’est pas Casanova le coach de Toulouse, c’est Caliméro

Capoue fait plus de fautes qu’il ne touche de ballons

Avec une pointe on en met 4

Ecoutez cette bonne interview d’Alain Bénédet par Girondins Analyse

Et pendant ce temps-là à Vera Cruz, Cavenaghi


Bonus « Nos stagiaires live ont du talent »

 

Perdu, Plasil a marqué en 16 secondes face à Nancy

 Confondre deux joueurs et les équipes en même temps, bravo Yahoo sport

 Mariano est partout, même côté gauche avec des cheveux.


Carrasso est partout, même dans le but Toulousain.

Chez football.fr on considère que le match à Evian n’en était pas un.

Sissoko expulsé deux fois, pourquoi pas.

Les compos de lequipe.fr sont toujours un succès.

 

Ils soutiennent l’activité du ClaudeGirondins33WebgirondinsChez les GirondinsGirondins Analyse, Supporters Virage Sud Centre HautGirondins4everLa Légende des GirondinsMade in Girondins, Girondins de Bordeaux.net.

 

Pour les suivre, vous avez aussi leur page facebook, tout comme celle du Claude himself sans oublier celle de Horsjeu.net, de la Scapulaire Académie ainsi que les profils de certains de vos académiciens préférés mais surtout de l’Editeur, ce si bel Homme, si beau et si intelligent (et je ne parle pas de son potentiel attractif mesdames). Le Claude est aussi sur Twitter pour des leçons sur l’alcoolisme, la vie, le nord, un peu tout et même sur Google+ même si c’est plus désert que le cerveau à Ribéry.

Si vous ne deviez être fan que d’une seule page sur facebook (en dehors de celle de la Scapulaire Académie), ce serait celle-ci: Supporters des Girondins partout en France . La bise anale à ceux qui animent cette excellente page.

16 thoughts on “La Scapulaire Académie note Bordeaux – Toulouse

  1. Bordeaux reprend des couleurs, ça fait plaisir! Claude n’a bu qu’une bière, le difficile mois de février commence sur bonnes bases!

  2. je me pose quand même la question de comment Gillot dans sa galère de défenseurs centraux a eut l’idée d’en mettre 3 d’un coup…

    Ça ressemble quand même furieusement à du Jérôme Kerviel dans l’idée, mais si ça marche…

  3. @Mèch: C’est très variable d’un match à l’autre. La semaine dernière ils avaient l’air perdus, ce week-end c’était solide. Je pense que le fait que Planus ait pris 10 mètres de recul y ait pour beaucoup. Pour le moment ça marche mais je crois que Gillot veut repasser à 4 derrière assez rapidement.

  4. Pas d’images du match ? Tu nous « tease » avec le jogging de Ahamada et puis rien, allumeur va !

  5. C’est pas 10m de recul qu’il avait le marco, c’est 10m de retard sur les remontées :-)
    M’enfin c’était pas très bon en face pour avoir des certitudes sur la solidité du « trident défensif »
    Après reste à savoir où Gillot veut faire évoluer Sané, dans l’axe de la défense ou devant cette même défense (en supposant qu’il ne le mette plus à droite, hein c’est fini ça Francis !!!)

  6. le titulaire en charnière central à côté de Congré c’est Abdenour, qui vient de perdre à la CAN.
    Fofana il est blessé et ne joue que rarement cette saison.

    Sinon entre Sissoko, Machado et Tabanou, c’est vrai qu’on a une puissance intellectuelle terrible au milieu nous. Heureusement que Tabanou a du talent, lui.

  7. Si Mariano continue sur sa lancée, j’ai moins de doutes sur Obraniak, on pourra dire que le mercato de l’année des girondins aura été très bon, 4 super joueurs, et pour moins de 5 millions. Ca nous change de certains choix … hasardeux des autres années.

    Par contre, Claude, ça se confirme, tu es moins drôle quand les girondins jouent bien (ou à peu prés). Du coup, j’hésite, dois tu recommencer à boire et à nous faire marrer ou l’équipe doit-elle continuer sur sa lancée? Cruel dilemne…

  8. Remate le match Claude, première mi-temps calamiteuse d’obraniak. Vivement l’analyse tactique de clg.

  9. Putain il y a plein de nouveaux ! On se casse 2 mois parce qu’on a la flemme et ça deviens n’importe quoi ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.