L’entretien populiste du week-end : entretien avec une vessie hier

Ca soulage.

À tous ceux qui pensent qu’il n’y a que la taille qui compte, football365.fr leur a donné la plus belle réponse possible, en accordant un très long entretien à Gilles Veissière, ancien arbitre amateur et « passionné », adjoint aux sports de la ville de Nice et ex-consultant (s’il ne l’est pas encore, on n’en est pas sûr) de canal +. Néanmoins, ce très long entretien du week-end ne porte que sur le premier point. Comprenez bien que football365.fr n’en a que faire de la lutte contre les « fanachismes » et que ce n’est pas sa vocation d’aborder un regard journalistique sur la vidéo dans le foot.

On aurait pu ajouter un malheureusement entre « porte » et « que », mais pour avoir bien lu l’entretien, on en a conclu qu’il était plutôt flatteur d’avoir un micro-pénis.

« Aujourd’hui, je suis content de voir qu’il y a un pouvoir fédéral qui met les points sur les « i » et les barres sur les « t » au niveau de gens qui ont été très chouchoutés par le football professionnel depuis de nombreuses saisons. »
Voilà, Gilles commence son analyse de la crise actuelle de l’arbitrage : infantilisation et rigueur.

« Aujourd’hui, les caprices de stars, ça a ses limites. »
C’est vrai que Chapron, Lannoy et Ennjimi, ça envoie du rêve. Les yeux des gros membres pétillent en imaginant Monsieur Varela grimper dans son roadster une fois le coup de sifflet final donné, se ruer vers le Macumba histoire de s’envoyer des putes et de l’alcool à gogo.

« Je suis très content de voir que le pouvoir fédéral n’accepte pas ce comportement qui est complètement indigne quand on voit les dizaines de milliers d’euros que perçoivent ces gens-là. Je suis très content et je félicite le pouvoir fédéral. »
Test populisme : ok.

« Les soutenir ? Je voudrais savoir pourquoi il faudrait les soutenir. »
Question de corporatisme peut-être, à moins que vous, ça ne vous en touche aucune, ce qui ne peut que laisser l’autre insensible.

« Ils veulent retarder les matchs de quinze minutes par rapport à quoi ? Ils n’en ont déjà pas assez ? Ils gagnent des dizaines de milliers d’euros. Quand vous voyez que certains arbitres partiront avec 150 000 à 200 000 euros chaque année, je crois que le football professionnel a beaucoup joué dans la configuration de crise. »
Test populisme ok, on avait dit.

« N’oubliez pas qu’ils sont censés êtres venus à l’arbitrage comme moi et mes prédécesseurs. C’est-à-dire par passion et non pas par avidité d’argent prononcée. L’arbitrage, c’est une passion. »
Ah, les ordures qui n’ont pas le même maillot sont en plus d’être des vedettes tout en haut du star system, des rapiats de bas étages dont le seul but est d’assécher la nappe phréatique pleine de pognon du football ! Une belle bande de salauds, vous avez raison Gilles. Comme Alain Mimoun. Sauf que lui a 90 ans. Vous êtes très précoce en quelques sortes. Mais n’y voyez aucune contre vos éjaculations, même si là, on sent que vous prenez beaucoup de plaisir en balançant la purée.

« Ils ont revendiqué pendant des années le professionnalisme. Et, en contrepartie, je peux en parler parce que, avec les Quiniou, les Sars, les Colombo et les autres, nous étions des gens qui avions une fonction dans le privé et on voulait la garder. »
Le mieux aurait été que vous continuiez à la garder, et même ne garder que celle-là. D’ailleurs Gilles, votre rôle de consultant sur canal qui consiste à dépasser Pierre Ménès dans les attaques contre les arbitres, faites-vous ça aussi par passion et surtout pas aux dépens de votre situation professionnelle ? Pouvez-nous d’ailleurs nous dire puisque la question de l’argent semble si primordiale à vos yeux, combien vous touchez pour chacune de vos attaques,qui nous semblaient jusqu’ici gratuites ?

« L’après arbitrage est quelque chose de compliqué et il n’y avait pas les moyens qu’il y a aujourd’hui dans le football professionnel. Ils ont souhaité le professionnalisme ! Ils l’ont obtenu ! Félicitations. Mais il faut savoir qu’il y a une contrepartie du professionnalisme. Il faut appeler un chat, un chat. »
Et un chien un chien. Ou même un chacal, un chacal. Marche aussi avec les hyènes et avec les blaireaux. Parmi les Gros membres se cache un amoureux de la faune. Avec un a oui.

« Moi, quand j’ai commencé à arbitrer en première division, je touchais 90 euros pour arbitrer Montpellier-Toulouse. 600 francs donc. A ce prix-là, on peut se permettre peut-être de revendiquer certaines choses. Mais quand on gagne des dizaines de milliers d’euros et quand on a engendré le professionnalisme, vient la pression du professionnalisme. Pourquoi, vous n’avez pas la pression dans votre travail vous ? C’est normal que vous ayez la pression de votre patron. C’est lui qui vous rémunère. Quand on rentre dans l’arène du professionnalisme, la pression et les critiques font partie du jeu mon coco. »
Pas mal votre langage Gigi, mais le cocomité n’est pas dupe et sait bien que vous avez les mêmes pulls que Laurent Blanc. Au fait, les vrais raisons de votre désamour du corps arbitral actuel, il vient d’où ?

« Ils se font insulter par qui ? Par vous les journalistes ? Vous êtes d’une gentillesse… Allez voir en Espagne, lisez Marca, allez voir la presse anglaise, vous allez voir par rapport à vous. La presse française, vous êtes du sucre, vous êtes du miel… Les autres presses sont terribles vis-à-vis des arbitres. Je vous le répète, vous êtes du miel les journalistes français ! Quelle pression ils ont ? Ils n’en ont aucune ! »
Toujours caresser dans le sens du poil, bien joué cher Gilles. Continuez, vous faites votre beurre à la perfection. Même si le comité, qui connait un peu la presse anglophone, ne vous rejoint pas du tout sur ce point. Puis, les priver de pression est scandaleux, les gros membres sont désolés mais ils trouvent barbare de ne pas leur offrir une petite bière .

« Quand on épouse le professionnalisme, on prend les avantages et les inconvénients. Tout simplement. »
Tout à fait Gilles. C’est pourquoi les gros membres ne sont pas emmerdés par les inconvénients. Personne ne veut les épouser. Même pas ce gros mac de professionnalisme.

« Vous savez, si je ne travaillais pas, je serais meilleur. Je m’entraînerais deux fois par jour, je suivrais des cours, je visionnerais des vidéos, je ferais des conférences et je serais meilleur. »
Si vous ne travailliez pas, Gilles, la ville de Nice s’en porterait peut-être mieux.

« Le football professionnel a payé. Et les arbitres ne sont pas meilleurs. Mais où ils vont ? »
Gilles ne connait pas le jeu du « dans ton cul ». Gilles ne connait pas non plus l’inversion du verbe. Mais c’est uniquement parce qu’il n’a pas le temps de s’entrainer en syntaxe.

« Vous savez, lorsque le football français a engagé Marc Batta et que le premier choix de M.Batta, ça a été de demander à la Fédération Française de Football de ne jamais aller sur un stade en France contrôler les arbitres et les voir : c’est la pire des décisions prises par le football français en faveur de l’arbitrage ! C’est comme si vous engagez un veilleur de nuit et que le type arrête de travailler à 17h00. C’est exactement pareil. »
Non Gilles, ce n’est pas pareil puisque si le veilleur de nuit est sur place et que personne ne vient le surveiller, il aura alors tendance à boire un coup, mater un porno voire griller un petit joint, mais le comité voit mal un arbitre faire cela sur son lieu de travail.

« Si le patron ne voit jamais son personnel, son équipe sur le terrain, et bien on va à la dérive comme aujourd’hui. Comme il n’y a pas de pilotes dans l’avion, comme le pilote est un homme qui n’a pas de compétences reconnues et bien on est en train de le payer cash. »
Dériver dans un avion de sans pilote que l’on règle en liquide ? Le comité a bien peur de ne plus vous comprendre.

« Il y aura peut-être autant d’erreurs mais elles seront différentes. »
Les arbitres de National vous sont proposés par Gilles Veissière.

«  Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que les caprices du bébé arbitrage, le football français ne l’accepte plus. Je suis très content de cette décision. Vous avez été les premiers à décrier les joueurs qui ont fait grève à Knysna, j’étais avec vous et je dis bravo à toute la presse qui a eu le courage de le dire. »
Infantilisation phase deux ok. Sens du poil phase deux, ok. C’est vrai qu’il en fallait des cojones pour dénoncer cela, alors que le consensus était loin d’être acquis. Vive le courage de la presse française, et l’audacieuse liberté d’expression.

« On va accepter que les arbitres fassent 15 minutes, 20 minutes, 30 minutes de grève ? Mais vous vous prenez pour qui messieurs ? Dans votre statut de salarié, il n’est pas signalé que vous avez un droit de grève. »
Plus sarkoziste que Sarkozy, mais juriste vraiment nul. Tenez Gilles, puisque vous avez des responsabilités politiques, ceci pourrait vous être utile.

«  Avec tout ce qu’ils gagnent et à ce prix-là mon grand, il est normal que tu te prennes des engueulades, que tu te fasses un peu bouger. »
Le comité n’est pas votre grand, Gilles, et le comité n’aime pas qu’on le tutoie sans raison. Vous saviez que le monde du travail n’est pas sensé être fait de pression, de stress et de remontrance ? Si, c’est possible, ça existe.

« Colombo est parti. Sars est parti. Quiniou est parti. De tous les arbitres qui ont fait les championnats du monde et d’Europe, aucun n’a voulu parler. »
Traduction: je suis parti.

« Ils n’ont pas voulu travailler avec Marc Batta et les magouilles françaises. Tous les grands sifflets et grands drapeaux n’ont pas voulu travailler. Vous ne pensez pas qu’il y a un vrai malaise ? Qu’il y a une vraie mafia ? Posez-vous les vraies questions. »
Tiens, les journalistes mielleux ont peut-être du courage à vos yeux mais ils restent de gros veaux au moment de réfléchir. En tous cas bravo pour votre citation de William Gallas, Gilles. Ça nous en dit long sur votre niveau.

« Quand j’ai arrêté, la première chose que je me suis dit, c’est que jamais je ne travaillerai avec des gens qui ne pensent qu’à magouiller. »
Vous étiez bien arbitre de football ? Comment avez vous fait pour tenir auprès de tous ces clubs honnêtes que vous avez croisé pendant « l ‘époque dorée du sifflet » ? Heureusement que maintenant que vous travaillez avec Estrosi, vous êtes propre comme après un bon lavement. On se posait la question d’ailleurs Gilles, faisiez-vous partie de cette sublime association « les amis de Christian Estrosi » qui lui ont valu une peine d’inéligibilité ? Pensez-vous que Marc Batta est un membre influent de la cabale montée contre le pauvre Christian ?

«  Je ne suis pas venu dans l’arbitrage pour cela. Il n’y a plus de compétences au sein de l’arbitrage français. Qui contrôle aujourd’hui les arbitres pour les faire progresser quand vous n’avez pas un Quiniou qui vient les voir avec trois Coupes du Monde, quand vous n’avez pas un Veissière avec deux Coupes d’Europe et deux Coupes du Monde, quand vous n’avez pas un Sars avec une Coupe du Monde et deux Coupes d’Europe ? Quand vous avez fait fuir la compétence, pourquoi vous voulez progresser monsieur ? »
Ca, on ne sait pas Madame. Quel dommage que vous soyez parti, réellement. Un Van Nobel irait très bien sur votre cheminée.

« Non, parce que moi j’aimais l’arbitrage humain. Quand je faisais des conneries comme à Bordeaux-Toulouse et bien je le disais. On était humain. On se mettait sur la gueule mais après on se serait la poigne avec les joueurs et avec les entraîneurs. On buvait une bière ensemble. »
Des hommes, des vrais, alors qu’actuellement, avec ces sales gosses immatures, c’est à peine si la tisane est de rigueur. Par contre, le bouillon…

« Maintenant on dit que ça a changé. Non, il y a toujours le même football, il y a toujours onze joueurs contre onze, il y a toujours le même public et les mêmes passionnés. »
Oui Gilles, tout est pareil, depuis Bosman à nos jours, rien n’a changé dans le fond.

« Aujourd’hui, ils ont pris des petits robots friqués, bien habillés, le gendre idéal. »
Chapron gendre idéal ? Ca fait peur, Gilles. Et Monsieur Ennjimi non plus d’après les derniers sondages politiques qui voient votre parti se faire dépasser par sa droite.

« Virer Marc Batta, virer Layec, qui va être condamné parce qu’il a quand même quelques procès au cul par la justice française. Il faut faire entrer de la compétence mais je ne suis pas candidat. »
Quel dommage Gilles, avec vous, tout aurait changé, tout serait devenu plus limpide, strict, droit, discipliné, bref vous auriez fait bon ordre. Ou table rase. Quant à la casserole au cul de Layec, sacré quatre fois meilleur arbitre de L1 par l’UNFP, il est vrai que cette histoire de diffamation sur le pauvre M. Derrien est quand même bien plus grave que toutes les histoires de Monsieur Estrosi, dont la dernière date juste de l’été 2010.

« Vous voyez, je suis clair parce que je suis quand même le vilain petit canard qui a une grande gueule. »
A quelques voyelles près, en effet.

« Je vis très bien avec. Quand j’ai des vérités à dire, je les dis. A ce niveau-là, il faut faire un appel à la candidature comme on l’a fait avec le DTN. Mais évitons le bon arrangement entre copains comme on l’a vécu avec les Domenech et consorts. Pour moi, c’est un comportement mafieux. Je ne dis pas que c’est un arbitre qui sera à la tête mais peut-être un footballeur qui aura une approche extraordinaire. Mais jusqu’alors, qui est le patron de l’arbitrage à l’UEFA ? C’est monsieur Pierluigi Collina qui est le meilleur arbitre du monde. »
Le népotisme, l’affairisme et le copinage ne sont pas à l’ordre du jour, ni à la Fédération, ni ailleurs, surtout pas en politique, cher Monsieur Veissière. Au fait, monsieur Collina a parmi ses adjoints le « terrible mafieux » Marc Batta, intronisé fin août dernier. Ah c’est ballot, votre argumentaire si construit apparaît d’un seul coup un peu plus friable.

« Les meilleurs sont en haut.  Ils (ndlr :  les instances de l’arbitrage français) ont cassé les gens qui avaient des couilles. Ils ont broyé les gens qui avaient un petit peu de niaque, qui étaient capables de leur tenir tête. Aujourd’hui, ça pète et ce n’est pas fini. »
Un final où apparaissent couilles et péter, le compte est bon, Veissière, adjoint aux sports de la ville de Nice est également fan de Bigard. A très bientôt Monsieur Veissière et merci d’avoir éclairé notre lanterne, l’arbitrage ira bien mieux grâce à votre initiative et vos solutions.

Pour en savoir plus sur Gilles Veissière

26 thoughts on “L’entretien populiste du week-end : entretien avec une vessie hier

  1. Le football reflet de la société…
    Merci au comité pour l’explication de texte. Maintenant vous pouvez aller vous laver les yeux à la bière.

  2. « Il faut faire entrer de la compétence mais je ne suis pas candidat »
    Mission impossible. Qui peut être compètent après Vessière?

  3. Lamentable ce type qui étale sa suffisance (« quand vous n’avez pas un Veissière avec deux Coupes d’Europe et deux Coupes du Monde »), tire dans l’ambulance et s’en vante en mettant en avant son courage de prendre une telle position. C’est stupide, malhonnête et plutôt vulgaire; bien à sa place à côté d’un gars comme Estrosi, en fait.

  4. Je croyais qu’il n’y avais que les champions du monde 98 pour dire ce genre d’avis. Agile Gilles.

  5. Le premier (à ma connaissance) à saluer le « courage » des médias quant à leur prise de position vis à vis des évènements de Knysna… Je me demandais vraiment si y’en avait un qui allait être capable de la sortir celle-là. Je m’attendais à un Menès ou quelque chose du genre plutôt. On parle quand même d’une « position » que même Christian Jean-Pierre a été capable de défendre avec éclat là!
    C’est assez inquiétant n’empêche, jusqu’à présent c’était plutôt avéré que la majorité de l’opinion faisait plutôt consensus contre « ces enc… d’arbitres! » mais je pensais qu’il y aurait un peu plus de voix pour s’élever contre cette dérive que quelques blogs assez marginalisés (faut l’admettre, sans manquer de respect aux CdF et HJ, au contraire!). C’est quoi le but final? Les lyncher sur la voie publique?
    Sinon, ces analyses d’interview sont vraiment des merveilles, un des meilleurs trucs du site!

  6. Le comité s’est lâché mais le comité a bien fait, il y avait de quoi!
    Et la garde à vue qui tombe à pic, magnifique…

  7. Merde Radek tu m’as grillé, j viens de lire les deux articles en parrallèle…

    Horsjeu se met à faire du vraijournalismedinvestigation ?!!!!

  8. Son credo de « t’es bien payé donc ferme ta gueule et sois esclave » est tellement pitoyable…Son entretien transpire la rancœur et le règlement de compte. Il arrive à placer Knysna, Domenech, les magouilles et défoncer Batta, tout ça d’un coup, il a du faire un stage private de politique payé par la mairie de Nice.
    Politique & populisme sont vraiment les meilleurs vomitifs que je connaisse.

    « Vous savez, (…) le premier choix de M.Batta, ça a été de demander à la Fédération Française de Football de ne jamais aller sur un stade en France contrôler les arbitres et les voir : c’est la pire des décisions prises par le football français en faveur de l’arbitrage ! » S’il parlait des arbitres amateurs dans cet article, on pourrait recevoir cet argument, mais ceux de L1 sont retransmis par la télé donc tout le monde les voit et les juge chaque semaine.

  9. Mince, il arrive à démontrer à quel point un arbitre peut être une tâche, c’est fort comme stratégie.

  10. C’était l’agence foot-presse avouez ? Non ? Gilles il est parti et depuis tout part à vau l’eau ! Qu’allons nous devenir ???

    Par contre prenez un chewing-gum Gilles, si si j’insiste.

  11. « Dans votre statut de salarié, il n’est pas signalé que vous avez un droit de grève. »
    je ne suis pas allé plus loin dans l’entretien, un mec capable de sortir une telle énormité ne mérité pas d’être écouté, surtout s’il prétend faire de la politique. la droite française continue de creuser…

  12. Bon, je crois que c’est fini maintenant.
    Quand on voit que les lycéens japonais viennent, eux aussi, gueuler contre l’arbitre plusieurs fois par match… l’espoir s’est envolé.

    Il ne manque plus qu’une situation type « A mort l’arbitre » pour que l’on touche définitivement le (tré)fond.

  13. Analyse complètement à charge, je trouve perso qu’il a raison de défoncer ces putains d’arbitres, et qu’il a une sacrée légitimité (car 2 cdm et 2 cen..!) même si certaines remarques sont très justifiées. Pour ceux qui ne s’en souviendraient pas c’était un excellent arbitre. Après, je ne suis pas complètement sûr qu’il y ait pas une retranscription foireuse de f365 car c’est vrai qu’il se lache bien là.

  14. Je reconnais la prose de David Douillet dans les propos de Gillou… Dieu, pardon, « Gillou », que ça fait peur..

  15. Gilles Vessiere : allégorie vivante de l’esprit de notre Belle Côte d’Azur … Bassesse et suffisance …

  16. Ce qui est trop fort c’est qu’aujourd’hui ce Mr Vessière est en GAV pour une histoire de gros sous liée à un meurtre svp! Pas mal quand même pour quelqu’un qui n’aime pas les magouilleurs!

  17. Garde à vue ne veut pas dire coupable, attention!

    Sinon il m’a fait pensé à Bosman : il est l’origine du professionnalisme des arbitres et en tire que dalle.

  18. Alors un peu à la bourre, mais trois infos :

    1 – Mr Veissieres travaillais dans le même immeuble qu’un pote à moi dans les années 90’s, et d’après ce dernier, tous les collègues de travail de Monsieur Vessieres étaient d’accord pour le qualifier de gron con imbu de lui même. Evidemment cette info n’est peut être pas objective, et est difficilement vérifiable aujourd’hui.

    2 – Monsieur Vessieres n’a jamais reconnu son erreur lors du Bordeaux-Toulouse cité. C’est Vaclav Nemecek (la seule idôle que j’ai eu dans le foot) qui étant capitaine a déposé une réclamation pour faute technique comme le stipule le règlement, c’est à dire dans l’arrêt de jeu suivant la dite faute. La faute technique ayant été justifiée et réelle, le match fut à rejouer (perdu 2-0 pour le Tef’, argh…). Donc :

    2a) Mr. Veissieres a une courte mémoire ou ment à son avantage, c’est selon.
    2b) Mr. Veissieres est le seul arbitre de l’élite de ces 20 dernières années a avoir vu une de ses prestations annulée pour ‘faute technique’. Ce qui montre son niveau de compétence pour juger ses pairs
    2c) En sachant que la faute citée a emmenée la victoire Bordelaise de 1-0 à la 87eme (la minute c’est de mémoire), c’est dur d’avoir eu le match entier à rejouer, je n’ai pas la minute des buts du second match, mais je l’ai eu mauvaise pendant un petit moment à l’époque, la preuve je m’en souviens encore.
    2d) En sachant que c’est possible, je ne comprend pas pourquoi d’autre clubs n’émettent pas de réserves techniques, c’est plus simple que de pleurer ou critiquer, et ça fait beaucoup plus mal (je suis arbitre de hand à propos), je l’avais déjà expliqué chez les Y.Attal du foot avant d’en être exclu.

    3 – Les arbitres français n’ont pas fait grève, mais reporté le coup d’envoi de 15min. C’est à dire qu’ils allaient accomplir leurs tâches en entier et donc par finalité, à moins qu’ils n’aient pas bougé du temps des dites 15min, travailler 15min de plus. Fait on grève lorsqu’on accompli sa tâche ? Si les arbitres avaient arbitré plutôt qe d’être remplacés, auraient-ils été payé en heure supp’ pour le dernier quart d’heure ? Hahaha.

    Pour le reste Monsieur Vessières a son droit à la parole et a le droit de penser ce qu’il veut, son point de vue (hors mensonges) n’est pas plus con qu’un autre.

  19. en tant que juriste j’ai beaucoup apprécié le lien vers légifrance;
    Je savais pas qu’il était comme ça Vessière, on sent que les anciens arbitres français tirent tous dans le même bateau…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.