Les Présentations : Les Pays-Bas

Rhinit et le bas pays qui est presque le sien.

Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague, et des vagues de dunes pour arrêter les vagues…le plat pays qui n’est ni la Belgique ni le mien s’est brillamment qualifié pour le 9e mondial de son histoire, et s’annonce plus comme un petit favori qu’un gros outsider.

Un outsider pour les observateurs tout du moins, car Marwijk et les joueurs ont une ambition claire : gagner le trophée. Et pour la première fois depuis 1998, ce groupe en a réellement les moyens, mené par une génération 83/84 en or arrivée à maturité.

Les Oranjes ont déjà été en or, au 17e siècle, un temps que les moins de 400 ans ne peuvent pas connaître, Amsterdam en ce temps là accrochait ses tulipes jusque sous nos fenêtres. Un nain démographique, sans ressources naturelles, et pourtant 1ere puissance économique et culturelle mondiale, comment était-ce possible ?

Une réussite expliquée en partie par une âme d’aventurier, ces hommes parcourant les océans à la recherche de contrées lointaines pour dessiner un empire et prospérer. Les générations passent, les entraîneurs et les joueurs d’aujourd’hui ont assurément gardé cette mentalité tant ils sont nombreux à exporter leur talent hors du petit royaume.

Revenons à nos moutons Oranjes et leur éclosion footballistique récente, puisque bien que présents sur la scène internationale au début du football international et participant aux coupes du monde 34 et 38, les bataves ont connu un léger passage à vide…de 36 ans.

Les années 70, la renaissance, Rinus Michels, élu entraineur du siècle par la FIFA en 2000, façonne et met en œuvre à l’Ajax sa philosophie du football, qui enchante l’Europe, embellit la vie, redonne vue aux aveugles, vigueur aux impuissants…un football miraculeux oui, appelé football total.

Rinus prend en main la sélection, y transpose son modèle, s’appuyant en grande partie sur le noyau ajacide Cruyff, Rep, Neeskens, Haan, Suurbier, Krol, et des éléments du Feyenoord comme Van Hanegem et les frères Van de Kerkhof . Défaite 2-1 face à la RFA, Rinus s’en va, 4 ans plus tard, une autre légende, Ernst Happel, prend place sur le banc néerlandais pour une nouvelle défaite en finale contre les Argentins.

Les Oranjes romantiques et leur football intelligent, créatif, physique, technique… total donc…rejoignent la Hongrie au panthéon des perdants magnifiques, ces équipes, comme la Wunderteam autrichienne des 30’s qui méritaient un autre destin.

Passé ce double échec douloureux, entrecoupé d’une défaite en demi finale du championnat d’Europe des nations face à la Tchécoslovaquie en 1976, les Pays-Bas connaissent un nouveau bide de 10 ans.

Ni mondial 82 (ouiiiii, ouiiiiii Michel, ouiii Michel !), ni mondial 86, Rinus est de retour, et l’inépuisable Murhen âgé de 37 ans, les frères Koeman et le trio milanais Van Basten, Gullit, Rijkaard offrent enfin en 1988 un titre international au maître.

Depuis 1988, l’équipe, souvent spectaculaire et esthétique, réalise des parcours honorables, excepté 2002, régulièrement éjectée aux tirs au but.

C’est le cas en demi-finale à l’Euro 92 face au Danemark, en quart contre la France en 1996, à la coupe du monde 98 en demi face aux brésiliens et une dernière élimination amère contre l’Italie en demi finale à l’Euro 2000, où Toldo sort le match de sa vie.

Pour le reste, un quart d’anthologie face au Brésil en 94 pour une défaite 3-2, une élimination à l’Euro 2004 et au mondial 2006 face au Portugal, et un quart en 2008 contre la Russie clôt ce résumé du parcours footballistique néerlandais.

Harengs vs Saumons (côté harengs)

Toujours placée, jamais gagnante, une constante pour cette équipe qui monte en puissance depuis 2006 et arrive à point en 2010.

La qualification pour ce mondial fut sans vagues, aidé par un groupe faiblard qui autorise l’humour alimentaire périmé. L’Ecosse et la Norvège, les principales menaces saumonières sont très vite rejetées à la mer, l’Islande, l’île barbecue qui enfume son monde est éteinte aussi précocement que la Macédoine est mise en conserve. 8 matchs, 8 victoires, 17 buts marqués, 2 encaissés, les Pays-Bas sont la première nation à se qualifier pour l’édition sud-africaine.

Marwijk a conservé la tactique 4-2-3-1 et la vitesse, la technique et la créativité qui caractérisent toujours le football néerlandais.

Autre philosophie que celle de Van Basten, le sélectionneur accorde plus d’importance à la rigueur défensive, l’équipe est plus équilibrée et les 2 buts encaissés en éliminatoires traduisent cette application et solidité défensive. Une défense Oranje pleine de fer ? Un mythe s’écroule ?

Pas vraiment, la défense reste pointée du doigt et souffre de la comparaison avec les autres lignes.

Les oreilles de Van der Sar font encore de l’ombre à Stekenlenburg, qui a pourtant corrigé le tir de sa précédente saison et a été excellent en 2009/2010.

A l’inverse, Van Bronckhorst, un des meilleurs néerlandais en 2006, fatigue et n’est plus au niveau, il sort d’une saison médiocre avec le Feyenoord. Médiocre, et encore c’est gentil, qualifie aussi celle de Braafheid, inexistant au Bayern et pas plus convaincant au Celtic. Vu les performances de Van Bronckhorst et Braafheid, je regrette l’absence d’Anita et le poste d’arrière gauche est clairement le point faible de la défense.

Ooijer, qui a disputé la plupart des matchs éliminatoires, a été à la rue cette saison, Heitinga et Mathijsen, bons sans être exceptionnels offrent le plus de garanties et vont constituer la paire de centraux.

Plus réjouissant et prometteur, Van der Wiel, révélation ajacide, est le probable titulaire sur le côté droit. Son suppléant Boulahrouz, mi-remplaçant mi-blessé (même pas 10 matchs joués cette saison), a l’avantage de pouvoir jouer en défense centrale et reste une bien meilleure alternative qu’Ooijer en cas d’absence des deux titulaires. Vlaar aurait pu être un remplaçant plus sûr mais une énième blessure le prive de mondial. Marwijk écarte Anita et Vlaar et part avec seulement 7 défenseurs.

Les deux autres départs, Engelaar et Lens étaient prévisibles. Schaars, capitaine de l’AZ a réalisé une bonne saison en club et est plus complet qu’Engelaar, monstre physique mais trop lent et limité techniquement. Lens, la surprise, était en concurrence avec Babel. Légèrement blessé et une fois de plus décevant avec Liverpool, le profil de joker dynamiteur de Babel lui assure une place dans les 23.

En milieu et en attaque, c’est la classe mondiale.

Le triangle De Jong / Van Bommel Chaplin / Sneijder en pointe semble établi, tant ce dernier a été brillant à ce poste avec l’Inter. Il peut s’exiler à gauche en cas de titularisation de Van der Vaart dans l’axe, et met en exergue une force de l’attaque néerlandaise : sa polyvalence.

Marwijk dispose en effet de joueurs créatifs, techniques et polyvalents, comme à la belle époque, pour un large éventail de combinaisons offensives.

Sur les ailes, seul Robben est assuré d’une place de titulaire, qu’importe le système. Couramment utilisé à gauche, il a excellé à droite ces derniers mois avec le Bayern. Son positionnement à droite exclurait Kuijt de l’équipe, Afellay, Elia ou Sneijder prenant place sur le côté gauche.

Utilisé autant côté droit que dans l’axe pendant les qualifications, en concurrence avec Huntelaar, Kuijt subit le retour de Van Persie qui s’annonce comme le titulaire au poste d’avant-centre. Le Milanais sur le banc, Marwijk peut-il asseoir à ses côtés Kuijt, et se passer d’un joueur aussi précieux offensivement que défensivement ?

Des problèmes qualifiés de riches, un banc fourni excepté en défense, il reste au sélectionneur à gérer du mieux possible les égos des joueurs laissés sur la touche.

Meilleure équipe du groupe E, un ton au dessus du Danemark et du Cameroun, l’équipe est en pleine confiance, la dernière défaite remonte à septembre 2008 en amical face à l’Australie. Antérieurement rongée par des querelles intestines, l’ambiance semble assainie. L’équipe est plus équilibrée et mûre, les joueurs sont sûrs de leur potentiel mais l’arrogance reprochée à leurs prédécesseurs n’apparaît pas dans leurs déclarations et comportements, servi peut être par l’oubli des observateurs de mentionner l’équipe parmi les favoris.

Equipes possibles:


La sélection néerlandaise

Gardiens de but : Michel Vorm (FC Utrecht), Maarten Stekelenburg (Ajax), Sander Boschker (FC Twente)

Défenseurs : Khalid Boulahrouz (VfB Stuttgart/ALL), John Heitinga (Everton/ANG), Joris Mathijsen (HSV Hambourg/ALL), André Ooijer (PSV), Rhinit Michuls (Ajax), Giovanni van Bronckhorst (Feyenoord), Gregory Van der Wiel (Ajax), Edson Braafheid (Celtic/ECO).

Milieux : Ibrahim Afellay (PSV), Nigel de Jong (Manchester City/ANG), Wesley Sneijder (Inter Milan/ITA), Demy de Zeeuw (Ajax), Stijn Schaars (AZ Alkmaar), Mark van Bommel (Bayern Munich/ALL), Rafael van der Vaart (Real Madrid/ESP).

Attaquants : Ryan Babel (Liverpool/ANG), Eljero Elia (HSV Hambourg/ALL), Klaas-Jan Huntelaar (AC Milan/ITA), Dirk Kuyt (Liverpool/ANG), Robin van Persie (Arsenal/ANG), Arjen Robben (Bayern Munich/ALL).

Calendrier

Le 14 juin
Pays-Bas – Danemark (Johannesburg)

Le 19 juin
Pays-Bas – Japon (Durban)

Le 24 juin
Pays-Bas – Cameroun (Le Cap)

En vrac : la devise et l’hymne national, moulin et Michel Sardou.

Je maintiendrai, la devise du Royaume , fut celle de Guillaume 1er Prince d’Orange-Nassau dont l’actuelle souveraine, Beatrix, est la descendante. Le comté d’Orange, on connaît, c’est chez nous et explique la couleur caractéristique du pays. Nassau n’est pas la petite ile en Océanie, ni la capitale des Bahamas mais un bled paumé en Allemagne. Sans transition, je maintiendrai les clichés, qui dit Pays-Bas, dit tulipes, speculoos, harengs, coffee shops, vélos, canaux, fromages, digues, polders et les célèbres moulins qui se dressaient autrefois par milliers, inspirant à chaque époque les plus grands artistes tels Rembrandt, Monet, Van Gogh et autres génies du pinceau…

Le Moulin Michel, peinture à l’huile by Rhinit Michuls

En conclusion, il est temps que les Pays-Bas cessent de briller dans des sports mineurs comme le patinage de vitesse, le hockey sur gazon, le baseball ou le korfbal et remportent une bonne vieille grosse compèt pour qu’on se pète la tête…(toute ressemblance avec un slammeur de foot365 est fortuite)

Pour qu’ « Enfin, l’épreuve amère
Fondra dans la douceur
Qu’un noble Prince espère
De Dieu, son vrai Seigneur
Puissé-je voir ma vie
Finir au champ d’honneur
Toujours dans la patrie
Être un héros vainqueur » de la Coupe du monde 2010

Ce couplet de l’hymne national Wilhelmus van Nassouwe n’est pas chanté, et ce n’est pas plus mal, l’hymne néerlandais est d’un chiant

Pour finir, un bonus : une autre présentation des Pays-bas post Euro 2008 en musique.

Le remix de Michel Sardou dès la 48e seconde vaut le détour. Le reste, 10 minutes où s’entremêlent hymne national, nichons furtifs, un “Viva Espana” ressaucé en “Viva Hollandia” et du folklo… un clip a priori réalisé sous acide, sauvé par Michel Sardou.

OrAngement,

Rhinit Michuls

14 thoughts on “Les Présentations : Les Pays-Bas

  1. « il est temps que les Pays-Bas cessent de briller dans des sports mineurs comme le patinage de vitesse, le hockey sur gazon, le baseball ou le korfbal »

    Et la natation, Rhinit, tu oublies la natation.
    Les Pays-Bas restent à ce jour l’un des plus grands repères de sprinters du monde, même si Inge De Bruijn et VDH ont pris leur retraite. C’est grâce à eux (et au coach Jacco Verhaeren) que j’ai « découvert » le PSV Eindhoven, dont ils sont de très grands fans.

    M’enfin bon, tout ça pour dire que j’aimerais bien qu’elle fasse quelque chose cette équipe néerlandaise pendant cette coupe du monde.

  2. Terre brûlée au vent, des landes de pierre…
    Pardon, AH Sardou

    Sinon moi je pensais que les pays bas c’était prostitué, cannabis et extrème droite. Sympa les clichés

  3. Elle a de la gueule l’équipe…

    Pour Moké, la Hollande c’est l’humiliation encore fraiche du dernier euro ; ce festival qu’ils nous ont fait..Même Coupet l’a pas arrété…

    Ton oeuvre, que dis je, ton ode picturale à M&M est-elle disponible en t-shirt ?

  4. « Sans transition, je maintiendrai les clichés, qui dit Pays-Bas, dit tulipes, speculoos, harengs, coffee shops, vélos, canaux, fromages, digues, polders et les célèbres moulins qui se dressaient autrefois par milliers »

    Il manquerait pas les putes en vitrines dans ton guide du routard? :D

  5. Yup, yup, yup. J’espère que Elia aura l’occasion d’exprimer lors de ce mondial.

  6. 4 questions Rhinit :

    1/ Comment se fait-il qu’un seul joueur (qui ne jouera pas) du club champion en titre figure dans cet effectif?
    2/ La sélection de Schaars au détriment de Aissati ou Anita est-elle justifiée?
    3/ Quand est-ce que la compagnie Barça-Ajax transfers airways va être rétablie?
    4/ Les ailes de la jeune femme sur la photo sont-elles assez grandes pour la faire s’envoler malgré ses trains d’atterrissage qui me semblent trop lourds?

  7. Eva, ils sont en retraite VDH et De Bruijn, je ne sais pas si les nouveaux nageurs sont aussi bons, et comme ce n’est pas un sport mineur, ça aurait niquer ma phrase, alors hein :)
    Par contre, je ne comprends toujours pas comment j’ai pu oublier les putes parmi les clichés.

    Cher Hristo,
    1) Leurs meilleurs joueurs sont étrangers, Wout Brama était dans les 30 et rapidement écarté.
    2) Schaars a été très bon l’année du titre et bon cette année, sa place est méritée, je le préfère à Engelaar ou Bakkal. Aissati, c’est la déception de l’année à l’Ajax, il a été transparent et vite éclipsé par Siem De Jong. Il n’a pas joué, la question de sa participation au mondial a vite été réglée.
    Anita est titulaire depuis 6 mois et en bien meilleure forme que Braafheid. Mais celui ci peut jouer en DC et est plus expérimenté, et comme Marwijk part avec 7 défenseurs…bye Anita :(
    3)Mais oui, il n’y a plus rien là, en plus l’Inter se tape l’incruste (Sneijder, Chivu) et joue les intermédiaires (Ibra, Maxwell). Ca ne peut pas continuer comme ça !
    4)Ahlala si je l’avais en shooting celle-là, elles tomberaient bien vite ses ailes

  8. Moké, ça me touche que tu aimes mon oeuvre au point d’en faire un t-shirt. J’ai toujours su que tu étais un homme de goût.

  9. J’espère que Raffie sera titulaire! C’est vraiment un putain de joueur dommage qu’il soit aller se perdre au Real, son statut d’idole d’Hambourg lui allait si bien…

    Sinon très bonne équipe mais c’est vrai que la défense risque d’être juste d’autant que l’équipe ne joue qu’avec un seul gros milieu récupérateur.

    Bon courage!

  10. « Sinon très bonne équipe mais c’est vrai que la défense risque d’être juste d’autant que l’équipe ne joue qu’avec un seul gros milieu récupérateur. »

    Vrai ! Toujours ces problèmes en défense et en MR avec Toulalan. Bon courage à l’équipe de France en effet… ;)

  11. Bon article de Rhinit, com d’hab il dit pas que des conneries, et un excellent choix de musique

    Je suis d’accord avec Rhinit, Aissati n’a rien a faire en équipe nationale.
    Schaars mérite sa place même si a mon avis il ne va pas jouer une seule minute du mondial.
    Le gros problème c’est le poste de latéral gauche. J’ai pas vu jouer Braafheid cette saison mais bon il joue a l’étranger, il partait avec un peu d’avance sur Anita.
    Et en défense centrale les néerlandais prient ne pas avoir de blessés. Pour l’avoir vu jouer toute la saison, Ooijer est archi cramé, d’ailleurs Rutten n’a pas voulu prolonger son contrat au PSV.

    En clichés je rajouterai,
    – ces délicieuses spécialités que sont la frikandel speciaal et la kroket.
    – et la musique électronique avec un gros paquet de DJ’s qui sont mondialement connus.

    Sinon pour finir Rhinit tu es au courant, Lens au PSV c’est fait!

    Et une question y aura t il une Eredivisie académie l’an prochain?

  12. Salut Sam, tu m’apprends le transfert de Lens, c’est une bonne nouvelle pour ton club.

    La Eredivisie académie, il peut y en avoir une, tu peux voir ça avec l’éditeur si ça t’intéresse de faire un billet à chaque journée, moi je ne suis pas d’assez près les résultats des autres clubs pour être en mesure de le faire.

  13. Vous avez maté la vidéo du coup franc de Platini. Larqué qui fait « c’est de cet endroit là qu’il avait battu Dinozov » Roland « oui contre la Bulgarie il y a 4 ans ». J-M : « Non, Thierry, Dino-Zoff contre l’Italie ». Sacré Thierry, c’est vrai qu’un nom qui se finit en « of »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.