Ligue 1 académie- 11e journée

0

Jean-Paul voudrait souhaiter une bonne fête à tous les morts.

Salut les P’tits loups,

La 11e journée s’est achevée alors que le 11e mois de l’année commençait. Un signe sans doute pour le sport qui se joue à onzcontronz. En tous cas, moi, on me fera pas croire qu’il puisse s’agir d’un coïtsidence vu qu’il y a bien eu 11 buts samedi si on ne tient pas compte de la seule victoire à l’extérieur. Et justement, il n’y a aucune victoire à l’extérieur dimanche. Je crois que c’est clair. Mais j’y reviendrai plus tard, il faut pas que je perde le fil de vue, sinon je le rate et j’atterris dans une rivière de crocodiles anthropophages

Donc, ben, comme tous les samedis, on voulait regarder du foot. Et comme tous les samedis on n’arrivait pas à se mettre d’accord sur la mélodie du bonheur qu’on voulait admirer à la même heure, c’est à dire 19. Snuf.
Petit rappel à tarte au poil de la maisonnée et de ses principaux occupants footballophiles :
Abdès, qu’est là depuis pas très longtemps veut toujours voir Nancy sous prétexte qu’il a des affinités très fortes avec le club. Abdès ne doit pas être un grand fan de football champagne, plutôt lorrain, à base de quiches. Abdès est un peu le sage de la maison, mais on l’écoute surtout parce qu’il est grand et costaud.
Bernard, lui, son truc c’est Nice. Mais comme il est petit et vieux, on regarde jamais Nice. Et s’il rouspète trop, Toufik l’attache au radiateur. Mais il est gentil Toufik, il augmente la température pour pas que Bernard ait froid.
Toufik justement supporte le PSG. Mais il aime bien aussi Montpellier, St Etienne, et Lens. Et Auxerre aussi, c’est ce qu’il nous a appris ce week-end après l’ouverture du score de Birsa contre Nice. Quand Pédretti a marqué le deuxième but, il était même assez motivé pour regarder le match jusqu’à la fin. Moi, j’avais rien contre, parce que Nancy et Caen, à part pour faire des jeu de mots sur le manque de tripes des Normands qui ont eu un gros trou après avoir ouvert le score et qui tombent sur un os qui pique. Nan ? Si! Ben… je vois pas trop l’intérêt. Et c’est pas trop mon genre de faire des jeux de mots avec zèle même si c’est pas un meurt’.
Bernard, ça l’embêtait un peu, parce qu’il avait pas spécialement envie d’assister à une nouvelle défaite de son club. Abdès non plus n’avait pas trop envie de changer, quant à David, il s’était endormi. Puis de toutes façons, il ne s’intéresse qu’au PSG.

Alors là, j’ai eu une idée et j’ai dit que plutôt que se chamailler entre nous alors qu’on devrait tous être copains, on avait qu’à mâter un troisième match comme ça, ça posait un peu des problèmes à tout le monde, mais pas trop non plus.
Toufik était pas d’accord, et Abdès non plus. Je me retrouvais dans le même camp que Bernard, ça craignait.
Du coup, j’ai réveillé David pour qu’il fasse pencher la balance de notre côté. « Qu’est-ce j’en ai à foutre ? » qui m’a répondu tout en politeless. Je lui ai dit que j’avais pas envie d’être tout seul du côté de Bernard. « Demande à ta sale pute de pote de Toufik » qu’il m’a dit. Je lui ai répondu justement que Toufik était du côté opposé, et du coup il a bien voulu dire qu’il fallait changer de chaîne avant de se rendormir.
Toufik prétextait que ça comptait pas, levant un vieux mouchoir qu’il avait trouvé dans la poche de Bernard pour signaler que son collègue supporter était hors jeu, mais beau joueur, Abdès a accepté de suivre l’avis de la majorité peu après que Traoré redonne l’avantage aux lorrains. « L’herbe est plus verte en été » qu’il a conclu. Mais j’ai pas bien compris le rapport, surtout que d’après mon expérience personnelle, elle est plus verte au printemps.
Donc, moi j’étais plutôt pour regarder Brest contre St Etienne parce qu’il y avait quand même une place de leader à la clef. Toufik était plus d’accord. Mais Bernard et Abdès préféraient voir Lyon affirmant que les lyonnais contre lionceaux allait forcément être royal. J’ai rétorqué que pour moi, les lions niais contre les lions sots, ça allait forcément être un peu bête, mais mon jeu de mots n’a fait rugir personne.
C’est ça qui était bien quand il y avait Manolo dans la maisonnée : mes propos trouvaient toujours de l’écho. Manolo, c’est mon coloc dont la tante est née à Marseille et qui du coup adore l’OM. Mon coloc, hein, pas sa tante. Les deux peut-être, mais pas les siennes. C’est mon coloc mais c’est aussi mon ami. Malheureusement, il est à l’hôpital depuis quelques mois. Il a glissé dans les escaliers parce que Régis l’a poussé si je me souviens bien.
Régis, c’est mon autre coloc. Sauf que je lui, je l’aime pas.
Et donc finalement, trouvant que c’était la meilleure des solutions possibles car la plus juste et équitable, on a regardé la fin de Toulouse-Lens, et on a pu voir une barre de Machado.

Moi, j’ai quand même trouvé ça dommage qu’on ait pas suivi Brest parce que je trouve ça toujours intéressant de voir un promu s’emparer de la place de leader. Et même instructif. Je trouve que ça en dit long sur l’importance de la dynamique de victoire et la façon dont elle engendre de la confiance dans le football. Et même dans la vie de manière plus générale, sur la rédemption, le pardon, l’amour. Ou même sur la parole biblique disant que les premiers seront les derniers et réciproquement. Ce sont des thèmes importants, mais dont les gens se moquent un peu parce qu’on en parle pas à la télé, parce qu’on préfère écouter les « on-dit »etc.

Pendant ce temps Lyon finissait par battre Sochaux malgré une ambiance hostile dans l’arène, pour ne pas dire féroce, envers l’entraineur et Bafé Gomis; mais l’équipe a montré une nouvelle facette avec tous ces jeunes dont Lacazette qui va faire la une des gazettes.
Pendant ce temps Lorient mettait fin à la série arlavignonaise en gagnant deux zéros. C’était le dernier des matchs parce que Marseille/Rennes a été annulé en raison d’intempéries. Ça fait quand même une sacrée anecdote ça les Bretons qui vont dans le midi quand il pleut. En poussant un peu le trait, c’est comme si mon oncle Schorsch s’était caché en Israël pendant la guerre, après 1945.

De match annulé il y eut aussi Bordeaux-Monaco. Ça tombait pas plus mal, on avait pas trop envie de le voir.
Par contre, j’avais bien envie de voir téléfoot pour voir ce que c’était devenu. Je me suis levé à 10H55 pour rien rater, mais en fait il était 9H55 parce qu’on avait changé d’heures alors du coup je suis retourné me coucher parce que j’allais quand même pas regarder auto moto mais malencontreusement, j’ai oublié de me lever ensuite.

Finalement, on s’est donc contenté de regarder les deux matchs du jour. Scores identiques, et constats similaires pour les deux équipes qu’ont pas perdu mais qu’auraient dû gagner, à savoir le PS Gay et le Losque un peu plus tôt. La principale différence se situe en fait dans le dénouement du match, les Nordistes se faisant égaliser juste après l’ouverture du score là où les Parisiens se montrent trop maladroits sur le front pour faire le break ou reprendre le match. La barre à Valenciennes, les ratés à la Mosson…Bref, un point seulement pour les deux mi-candidats au titre.

Si vous avez des questions, hésitez pas à me les poser, je suis prêt à vous accueillir les bras grands ouverts dans ma tanière.

A plus les copains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.