OL – ASSE (3-0) : la Forez Académie rabâche encore une fois

L’avis de Notre Président :

Notre Président avait pris son pied face au Napperon, il espérait qu’il en serait de même face aux quenelles. Tout ne s’est pas passé comme prévu… Extrait :

Mes p’tites qu’nelles… Ah, j’dois avouer qu’c’est toujours particulier d’les jouer, et si Aulas dit qu’on est plus leur principal rival, on verra bien la treuonche qu’il tirera si on v’nait à remporter c’dernier derby à Gerleuand. Parce que ouais, b’let, c’est le dernier mâche dans leur cimetière du foot. Après, ça va bouger dans la banlieue d’la banlieue, à OL Gland. Paraît qu’ça veut faire du naming pour leur truc : t’as qu’à r’nommer ça le stade des Pleureuses, vu la paire d’anganches qu’y s’trimballent avec Aulas, Lacombe ou Lacourgette, ça leur ira bien.

Pour la suite, c’est à cette adresse sur la page de la Forez Académie.

 

Le match résumé en 1 phrase : « Ça marche dans les deux sens »

Alors qu’on venait de coller 2 roustes 3-0 à domicile, on prend la même à l’extérieur. Ça fait mal parce que c’est le derby, mais surtout parce que dans l’histoire on perd mon b’let slovène pour toute la saison, alors qu’on pensait enfin avoir trouvé la perle rare pour accrocher quelque chose de plus beau cette saison.

 

La compo :

Bon, déjà gros coup de pression puisque la LFP s’est gourée dans les compos d’avant-mâche et avait annoncé Brison à la place de Beric dans une sorte de 3-5-2 bizarre avec le Rouquin en défense centrale. Je me dis que Galtier va encore faire de la merde et puis finalement, c’est l’équipe-type. Enfin… Non, y’a quand même un truc qui me casse les couilles : ce milieu à 3. On joue en 4-2-3-1 depuis le début de la saison ou presque, et là, pour le derby, t’as un 4-3-3 à l’ancienne avec Pajot dans le rôle de Cohade. Bon, pourquoi pas, c’est pas si original que ça au final. Mais quand même, quel message t’envoie à l’adversaire et à tes joueurs ? Ben le même : on est pas venu pour jouer comme on sait le faire, on va plutôt essayer de vous bloquer et de contrer. Et ça, ça me fait chier. On a vu que malgré ça, le problème était pas tant ce système puisqu’on prenait moins l’eau avant la sortie de Lemoine, mais plus l’état d’esprit des Verts. Et le mental en pain d’épices, tu peux pas le voir sur la compo…

 

Le mâche : 

De mâche, il n’y en pas vraiment eu. La faute à des Verts complètement transparents et incapables d’avoir une seule véritable occasion avant la 62e minute. Du côté des quenelles, ça démarre avec un déboulé de Rafael à droite et un tir du gauche qui oblige Ruffier à claquer en corner (7e). Sainté est recroquevillé derrière et n’arrive pas à sortir un ballon proprement : on se contente de balancer des ogives à Beric qui fait ce qu’il peut au milieu pour bonifier ces ballons. Premier coup dur avec la sortie de Lemoine (31e), couplée à celle de Gonalons mais on va pas pleurer cet enculé. Par contre, la blessure prématurée du grisonnant va être en fait un tournant du match. Eysseric prend sa place et on sait que le replacement défensif n’est pas son point fort. Dès lors, les vagues vont se succéder sur les buts de Ruffier qui réalisera d’abord une double parade exceptionnelle face à Ferri d’abord puis Passe-partouze ensuite (38e). Il ne repoussera l’échéance que de 2 minutes, le temps pour Lacourgette de bénéficier d’un trouage de Perrin pour ouvrir le score (1-0, 40e). On arrive à la mi-temps, et les Verts sont menés en ayant rien montré. Bordel, Galette, secoue moi le cocotier (rien de sexuel) et transforme tes putains d’agneaux en loups !!

Ouais, ben monte là-dessus tu verras la Divette de Montmartre. Rien n’a changé, rien du tout. On se faire marcher dessus, tranquillement, et on dit rien, quand les quenelles envoient 3 mecs hurler sur l’arbitre Tony Etron à chaque contact en leur défaveur. On perd notre 2e joueur sur blessure (Pogba sort à la 53e), juste après que Lacourgette nous ait fait passé quelques frissons sur un pointu à l’entrée de la surface qui passe de peu à côté (52e). Allez, on a décidé d’être vraiment gentils et de laisser Rafael s’amuser sur son côté droit, repiquer dans l’axe et déclencher une frappe du gauche. Ruffier, toujours présent, repousse mais directement sur Lacourgette. Celui-ci bénéficie du temps de réaction aussi long que le calvaire qu’on est en train de vivre de Perrin pour reprendre et doubler la mise (2-0, 58e). Tiens, c’est la 62e et on voit enfin un tir des Verts : Hamouma, côté gauche, repique dans l’axe et frappe, mais c’est trop mou et au centre pour inquiéter Anthony Lopette. Le gros fait du mâche : le tacle de boucher de Ferri qui flingue Beric et l’envoie sur le flanc jusqu’à la fin de la saison (77e). Tony Etron, un rouge ? Non, un jaune, ça suffira. Ferri, on va pas t’oublier petit enculé, crois moi. Et bien sûr, comme si ça ne suffisait pas, les Verts finiront à 10 puisque Galtier a déjà fait ses 3 changements (dont 2 sur blessure, je le rappelle). Sur le coup-franc qui suit, Mapou la salope se fait de nouveau remarquer face aux Verts, et envoie une mandale à Perrin totalement gratuite. On t’a aussi dans le collimateur, tu finiras par morfler un jour enculé. Et sinon M. Etron, Perrin a la gueule en sang, il doit sortir pour se faire soigner, penalty donc ? Non, rien du tout. Beauvue essaiera de faire croire qu’il sert à quelque chose en obligeant Ruffier à une nouvelle parade sur une frappe à l’angle gauche de la surface, mais non, en fait il ne sert à rien (83e). J’en peux plus, la Divette est moite et déçue, je vais pisser avant la fin pour anticiper le mouvement vers l’unique chiotte, et c’est en soulageant ma vessie que j’entendrai que Lacourgette a marqué le 3e but dans les arrêts de jeu (3-0, 93e). Quitte à perdre, autant le faire bien.

Voilà, on a perdu, on le mérite. Mais j’ai encore bien la rage du comportement de certains trous de balle lyonnais, que ce soit sur le terrain ou en coulisses. Maintenant, faudrait aussi que nos joueurs comprennent que les derbies, ça ne sert à rien d’être gentil sur le terrain. Faut en vouloir plus que le mec en face, lui marcher sur la gueule et foutre la pression à l’arbitre dès que possible. Parce que si tu perds cette bataille, y’a de grandes chances que tu perdes le match. J’avais déjà pointé ce manque de couilles il y a 3 ans déjà. Alors qu’on pensait enfin que ces matches étaient loin derrière, les Verts nous livrent une prestation pitoyable, et la défaite est encore plus violente. C’est bien de dire qu’on remettra les pendules à l’heure au retour, mais en attendant, il serait peut-être temps de comprendre cet état d’esprit faut l’avoir dès le coup d’envoi de TOUS les derbies. Ras le cul de répéter la même chose, si vous voulez en savoir plus, lisez l’académie mise en lien plus haut.

Courage mon b’let slovène, on sera toujours là et la Divette chantera pour toi

 

Les faits de mâche :

   40: but de Lacazette, 1-0. Lacourgette hors-jeu au départ, une balle lui arrive un peu par hasard, Perrin qui se troue en essayant de tacler (?) la balle, il se retourne et pique la balle au-dessus de Ruffier.

   58: but de Lacazette, 2-0. Rafael est bien laissé tranquille par Assou-Apasleniveau, du coup il percute, repique dans l’axe et frappe. Ruffier sort la balle qui arrive directement sur Lacazette qui reprend derrière devant un Perrin anesthésié.

   93: but de Lacazette, 3-0. Les Verts sont déjà au vestiaire mais pas Lacazette qui bénéficie d’une bonne passe en profondeur de Ferri pour aller défier Ruffier, le dribbler et marquer après s’être excentré.

 

Les notes :

Ruffier (highlander, 4/5) : s’il ne doit en rester qu’un, alors ce sera lui. Il a été impeccable sur presque tous ses ballons, et évite aux Verts de repartir avec une valise encore plus lourde. Merci mec, mais tu ne pouvais pas tout faire.

Beric (so long mon b’let, les croisés/5) : il a passé son temps à essayer de bonifier les saucisses qu’on lui balançait depuis l’arrière avant de se faire détruire par Ferri à la 71e. Son 1er derby restera un cauchemar mais il aura l’occasion de se faire justice l’année prochaine.

Tout le reste (dans le même sac, 0/5) : je vais pas me faire chier à les noter puisqu’ils ont été inexistants.

  • Perrin a été catastrophique comme rarement,
  • Pogba invisible et pataud. Sorti sur blessure et remplacé par Polomat dont la meilleure action restera cette punchline :

  • Clerc, ben c’est François Clerc,
  • Assou-Ekoto est nul et il faut le sortir de ce 11. Monnet-Paquet n’a rien pu faire de mieux,
  • Clément a aussi bien défendu son cas que Myriam El Komri face à Bourdin,
  • Lemoine s’est claqué trop tôt, et Eysseric a été encore plus transparent qu’une culotte de la mère de Jordan Ferri,
  • Pajot n’a rien apporté de plus, mais vraiment rien,
  • Hamouma a pour lui d’avoir cadré la seule frappe des Verts, mais sinon c’est à chier,
  • Roux débordait souvent au début mais ne savait pas quoi faire ensuite. Un poulet sans tête.

 

Les adversaires : ils ont joué un derby en mode derby. Mais ça ne les empêche pas d’être des grosses salopes quand même, et d’avoir autant de classe dans la victoire que de beurre au cul. Et ça, c’est pas près de changer chez certains.

 

La question minitel : la question souhaite un prompt rétablissement à Robert.

Une belle équipe de fils de pute en face, un match engagé et des décisions de Chapron pour saupoudrer le tout. On a vécu un derby à l’ancienne, mais ça me manquait pas. On en retient quoi de ce match ?

Click to enlarge your question

Si les Verts ont ne serait-ce que la moitié de la haine qui habite bon nombre de supporters en ce moment, Jordan Ferri finit en moussaka au derby retour. Maintenant, les paroles c’est bien, mais on vous jugera sur des actes. Vous leur avez déjà marché dessus récemment, alors sortez le bleu de chauffe et explosez moi cette équipe. La préparation mentale commence maintenant les gars, prenez en conscience. Quant aux gestes de Ferri et Mapou, et une éventuelle sanction par la commission de discipline, je vous laisse lire cet article qui explique ce qui peut se passer. Je vois pas le rapport entre la claque qu’il met à Perrin et le geste de Pajot pour Mapou mais bon, faut bien justifier l’incompétence de Tony Etron.

 

Roland Gromerdier

 

Roland t’offre les images du mâche. Lyon merda quand même. 

Ben tiens, les gars de la Gones Académie refont surface pour fanfaronner. Par contre, pas d’académies sur les matches face au Zenit bizarrement…

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, qui relaie l’académie toutes les semaines, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, ainsi que le site Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa; tandis que Vincent et Gruger viennent d’arriver sur le sôchôl net-oueurk. Il parait même qu’on trouve Vincent sur le gazouilleur.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

6 commentaires

  1. Pas grand chose à rajouter, mais une image qui m’a marqué :

    Vers la 70ème, Pajot qui souffle en trainant des pieds, les yeux rivés sur ses chaussures, après une décision arbitrale anecdotique mais néanmoins contestable (un coup franc en faveur l’OL je crois).
    On aurait dit un petit garçon qui désespère silencieusement, forcé de suivre sa mère dans l’interminable abîme du shopping féminin…

    Toute la résignation et le manque de combativité résumé en une image…

    PS (sans rapport) : On va te crever Ferri, sale chien.

  2. « Et si un jour je meurs à Gerland… » c’est con, Ferri mourra à Geoffroy-Guichard.

    Le match, je n’en retiens rien à part #CourageRobert. Pas envie d’analyser quoi que ce soit.
    Mon scénario parfait pour le derby retour (en plus de la victoire 7-1 avec un quadruplé de KMP et Cohade qui arrache la tête de Lacazette) :

    […]Stabbin’ this Ferri up in the lungs[…]
    […]My Renaud’s got my back if gay Tolisso wanna jump[…]
    […]hit his chest, thump thump[…]
    […]Leave his bloody body in the dust[…]

    Bon match retour les quenelles.

  3. L’occasion de constater que si on est sûrement des paysans, c’est au moins sur le plan communication : j’ose à peine imaginer le barouf médiatique qu’aurait lancé Aulas si au sortir d’un derby à Sainté il y avait eu les mêmes faits bruts inversés:

    – Lacazette blessé jusqu’à la fin de la saison sur un tacle volontaire et gratuit de Lemoine sur un ballon sans danger, qu’on ne pouvait mettre sur le compte de la frustration puisque son équipe menait largement au score,
    – un stadier stéphanois perdant 2 phalanges à causes de pétard lancés par des Magic Fans,
    – heurts entre CRS et supporters stéphanois, malgré l’absence des lyonnais injustement interdits de déplacement,
    – Fleury Di Nallo agressé avec un responsable lyonnais dans sa voiture, encerclée de supporters stéphanois, l’assiegeant au point de la retrouver avec le pare-brise détruit,
    – Pajot se touchant les couilles devant Joël Bats, pour la petite touche fleurie.

    Après, je me dis que c’est finalement bien qu’on ait pas les mêmes valeurs, je pleure mon Beric et ma saison foutue et j’irai soutenir mon équipe même si elle m’a franchement déçu dans ce derby, en évitant par contre soigneusement de regarder le match retour car le scénario est annoncé: ça va TRES mal se passer dans un climat de haine, et le seul qui tirera les marrons du feu à 23 heures ce sera l’ami Jean-Michel dans son rôle favori du pompier pyromane.

  4. Salut mon Roland!
    je comprends la déception, et pour avoir été au stade avec les beaufreres stéphanois j’aime autant te dire que ca m’a pas donné envie d’en rajouter…
    Premier tir cadré à la 62ème…

    Remarquer c’est sympa de pas nous avoir gacher le feu d’artifice : mais quel manque de couille, heureusement que ca s’insulte parce que sinon on se faisait bien chier…

    Bon désolé pour le Beric, je vais pas en dire du mal : je le connais pas. mais bon, vous sentez un peu ce qu’on avait ressenti sur le tacle du Cohade qui nous avait foutu le Yoyo sur le dos.

    bon la bise le cousin!
    et j’espere qu’au retour ca s’en mettra des belles : c’est ca le derby bon dieu!

  5. Salut Macgregor, longtemps que je t’avais pas vu traîner tes guêtres en commentaires.

    Les Verts ont joué avec le frein à main, le sabot sur la roue avant-droite et la batterie à plat. Aucune envie, aucune prise d’initiative, rien. La tactique frileuse de Galtier a sans doute donné le ton, et je pensais que la leçon avait été comprise depuis quelques temps, surtout avec les déroutes en EL l’année dernière. Visiblement non, et on en revient à cette frustration d’avoir perdu un match sans jamais vraiment le jouer.

    Pour Beric, c’est sale. Sûr que le tacle de Cohade était moche, mais 1) la blessure de Gourcuff n’était pas aussi grave, 2) Malbranque lui avait mis le même quelques minutes plus tard.

    Pour le retour, j’espère que les Verts apporteront la réponse sur le terrain, et pas ailleurs. Même si je pressens déjà que Jean-Mich’ va tout faire pour allumer des feux de toute part et mettre la pression sur les bonnes personnes.

    Allez, chacun son tour de se prendre une rouste. Il reste au moins 1 match pour prendre sa revanche.

    La bise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.