Psg-evian (4-0), le débrief de Chotat

Le retour du détective de la Côte

Les affaires sont difficiles. Albert Chotat connaît la crise de Novembre qui se prolonge en Décembre. Mes clientes sont en vacances et je n’ai plus de plaisirs nocturnes à offrir. Mes activités diurnes sont aussi à l’arrêt. Pas de nouvelles enquêtes. Le retour de la Champions league a fait du bien au PSG. Je n’ai pas ce type d’options à portée de main. Enfin, si. J’ai un moyen de faire rentrer un peu de cash. C’est toujours en dernier recours que je fais appel à Marouane.

Le salon de coiffure de Marouane n’est pas loin de chez moi. Je lui envoie un texto. Il m’attend dans l’après-midi. Il a une  TV qui passera le match du PSG. Mon équipe n’a pas été mauvaise en Novembre. Mais les deux défaites face aux crados de Saint Etienne et à 9 bretons ont été pénibles.  Ajoutez une leçon de foot rugueux sur la Côte d’Azur et vous avez 4 semaines difficiles. Heureusement qu’il y a toujours un Portugais sous la main pour  se refaire une santé.

Dès que le PSG va mal, je pense à Michael Madar. Ça, c’était un homme. Un type avec qui j’aurais pu faire équipe. Nous aurions été la plus grande équipe de gigolo de tous les temps. J’ai sorti son maillot pour ce soir. Je vais demander à Marouane de travailler ma nuque à la Madar.

 

Dans l’après midi, le PSG reçoit Evian. J’arrive chez Marouane quelques minutes avant la rencontre. Je traverse le rideau de perle qui me permet de pénétrer dans le nid douillet de Marouane. Les rideaux sont tirés. Quelques bâtons d’encens brûlent aux 4 coins de la pièce. Et Marouane porte sa toge transparente. Il fume une cigarette à la menthe. Je suis vraiment prêt à tout pour récupérer un peu de cash. Heureusement que Marouane est discret. Sinon ma réputation en prendrait un coup.

« Alors mon petit gladiateur ! On vient admirer ses copines du PSG pendant que Marouane le shampouine ! »

Il m’indique de l’index droit le fauteuil en cuir jaune. Je m’assois.

« A nous deux Ben Hur ! »

 

Marouane allume la TV. Les joueurs rentrent sur le terrain. Marouane me masse le crâne avec de l’huile d’amande.

Les joueurs du PSG vont tenter d’aligner deux bons matchs dans la même semaine. Motta est de retour et apportera son vice et sa virilité. Ça me plaît. Marouane me sert un verre de champagne accompagné de quelques fraises.

La rencontre se déroule dans une seule partie du terrain.  Les Parisiens veulent vite marquer et se créent rapidement quelques occasions. Marouane est moins pressé. Il malaxe mes lobes d’oreille très lentement.

Sur une nouvelle montée de l’insatiable Jallet (Prends en de la graine petit Grégory), le chauve joue le une-deux avec Pastore qui lui remet d’une talonnade. Centre tendu, Z tacle le ballon. BUT !

« Youuppiiiiiiiiiii ! » Marouane est content. Il fait son cri du cow boy castrat. Il me sert un verre de vodka glacée.

Il profite de mon euphorie pour me caresser le dos.

 

Je suis de plus en plus décontracté. Le PSG joue très bien. Les enfants du Parc sont contents. A peine le temps de terminer mon shot que Lavezzi marque un but suite à une passe du poitrail du Grand Ibra.

2-0 Evian prend l’eau. (Cette vanne devait sortir au moins une fois)

Je ferme un peu les yeux. Marouane enfonce une paille dans ma bouche. J’aspire… un cocktail fruité avec quelques centilitres de Tequilla. Il est coquin ce Marouane. Il sait comment me préparer à l’inévitable.

 

Les Parisiens jouent aussi Champagne. Sur une action dédicacée aux Nantais 95,  Lavezzi est prêt de marquer après des échanges aériens avec Pastore et Jerem. Je reprends un shot de vodka. Je me sens euphorique. Marouane commence à travailler ma nuque.

L’arbitre siffle la mi-temps. Marouane glisse une pipette dans ma bouche. J’aspire. Immédiatement,  je plane. Il est vraiment bon ce Marouane. Il sait comment me détendre avant de me péter la rondelle.

Je m’endors. Je revois Madar fouler la pelouse. La nuque longue emporté par les bourrasques. Quel étalon ! Quel attaquant sous-estimé.

J’ouvre les yeux. Le PSG mène toujours 2-0. Marouane masse mes épaules.

 

« Tu as fait un petit somme mon bel Albert. Ta nuque est prête. »

Il reste 10 minutes à jouer. Le PSG décompresse. Evian tente quelques incursions mais Salvatore est tranquille. Carlo en profite pour sortir Lavezzi qui a le droit à sa petite ovation.

Motta y va de son petit but avant de laisser sa place à Kevin la malice. C’est l’homme du match. Tout va mieux avec son retour. Le petit puceau Verratti est bon mais Motta joue toujours juste.

Pour que le match soit plus fou, Gameiro marque sur son premier ballon. J’étains la TV et me retourne vers Marouane.

Sa toge glisse jusqu’à ses pieds. Son slip est gonflé de joie.  Il a posé un billet de 500 euros sur mon fauteuil. Je regarde la tune, je respire un grand coup.

Le PSG est de retour. Quant à moi, la renaissance du Phénix passera par quelques douleurs anales.

2 thoughts on “Psg-evian (4-0), le débrief de Chotat

  1. Michael Madar quel attaquant quel doublette avec rodriguez!!! le Numéro 24 du parc le seul l’unique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.