Une journaliste espagnole fucked by Eboué

Des fans d’Arsenal ruinent la réputation d’une journaliste espagnole

Cette journaliste espagnole a découvert les joies du direct avec des supporters de foot.
Et les Anglosaxons sont pas les derniers pour la déconne subtile.

Elle est visiblement tombée sur le fan club irlandais d’Eboué… (le drapeau avec l’inscription « Je viens ici uniquement pour Eboué ») qui lui a chanté cette charmante chanson, tous en coeur:

« Fucked by Eboué,
she’s getting fucked by Eboué
Fucked by Eboué,
she’s getting fucked by Eboué »

Merci Warren pour cette superbe vidéo.

15 thoughts on “Une journaliste espagnole fucked by Eboué

  1. Tout pareil que Rhinit.
    Par contre les mimiques à coté de la journaliste c’était pas indispensable.

  2. Warren est un gros porc. Moké adore.

    Parait que Rhinit a proposé un « shooting » à la dame…

  3. N’importe quoi ces supporters. Si ça avait été le cas elle se déplacerait avec moins d’aisance.

    Oui ? Non rien.

  4. J’ai toujours eu un faible pour la finesse et la classe des supporters anglais.

    Le premier qui passe derrière la journaliste lui met allègrement la main au popotin, hummm…. what esle?

  5. Alors d’abord c’est moi qui me la taperait avant Eboué, j’aime pas les miettes voyez-vous.

    Le plus fin, c’est qu’elle dit justement que la municipalité est pas très chaude parce que y’a plus de bière que de nourriture dans leur apéro pré-match.

    Et je n’arrive pas à comprendre le rapport entre Eboué et le drapeau de l’Irlande. Bien que ce soit les même couleurs que celui de la Côte d’Ivoire…

  6. J’adore le papy qui passe l’air de rien a 0″12 et surtout l’abruti a 0″35!
    Ils sont fort ces rosbeef!

  7. C’est fin, c’est distingué, c’est des fringues dignes du Warren… bref c’est anglais et c’est ça qui est bien !

  8. oui c’est le drapeau de la Côte d’Ivoire bande d’ethnocentristes.

    orange-blanc-vert = Côte d’Ivoire (le pays d’Eboué comme par hasard)
    vert-blanc-orange = Irlande

  9. Oui j’allai le dire pour le drapeau ivoirien, je ne savais pas si la référence à un club de supporters irlandais d’Eboué était une pointe d’humour ou une coquille.
    Si c’en est une, alors cette coquille mériterait d’être dans le rapport du comité de visionnage de demain.

    En même temps, mon oncle dirait que c’est tout à fait normal de ne pas voir que c’est un drapeau ivoirien. Elle est bien bonne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.