Nantes-Ajaccio (2-2): la Canaris Académie a commencé le boycott trop tôt

Petit Toumaï va être mignon, il ne veut pas de problèmes avec les Corses.

Salut les P’tits Beurres,

Petit Toumaï n’a pas le don d’ubiquité, il n’a pas pu honorer les deux derniers matchs dominicaux. Cela lui a évité bien des désillusions et il a pu profiter de la vraie vie. Deux matchs contre des adversaires de la même partie de tableau, 1 point. Il s’agirait de faire mieux ce dimanche contre le club corse d’Ajaccio, de retour dans l’élite et qui galère comme les Canaris dans ce championnat. Pas d’autre alternative, il faut gagner cet après-midi. Spoiler, ce ne sera pas le cas et petit Toumaï est autant fâché qu’inquiet pour la fin de saison.

Sans aucun lien, le tirage au sort de la Ligue Europa: La Juve en confrontation aller-retour des barrages de la Ligue Europa. Les souvenirs de 1996, la praline de N’Doram en lucarne, des Italiens dopés en face. Le bon vieux foot de la fin des années 90 que Petit Toumaï a kiffé et devant lequel il a eu ses premiers émois. Footballistiques, entendons nous bien Il va falloir se lever tôt et attendre longtemps sur la site pour la billetterie mais Petit Toumaï et ses copains sont tout émoustillés de vivre enfin une grosse ambiance européenne.

Les non matchs à venir : trêve à venir avec la Coupe du Monde de la honte à ne pas regarder. Ou bien si. Faites comme vous voulez, Petit Toumaï vous respectera et est un homme de paix et de compromis.

La composition nantaise : Tonton sort une composition offensive dans ce match extrêmement important, et devant une Beaujoire blindée. Troisièmement absents : Pallois, expulsé au dernier match (qui a osé faire ça?) est l’absence la plus préjudiciable. Centonze blessé de dernière minute, dommageable aussi, Quant à celle de Fabio, elle l’est beaucoup moins, évidemment. 4-2-3-2 donc avec une doublette Chirivella-Sissoko au milieu et Guessan et Simon sur les ailes.

Ce qui donne donc la compo suivante :

Lafont

Corchia, Girotto, Castelletto, Merlin

Chirivella, Sissoko

Guessan, Blas, Simon

Mohamed

Le match :

La domination est clairement nantaise sur la première demi-heure mais aucune occasion à se mettre sous la dent, ça ronronne fortement côté nantais. A la demi-heure de jeu, Belaïli (celui qui a pourri son appart en partant de Brest, jolie mentalité) fait n’importe quoi et rentre dans Lafont sur un coup franc. Ça secoue toute la défense nantaise qui subit les frappes ajaciennes à la demi-heure de jeu et il faut un arrêt exceptionnel de Lafont et un sauvetage sur sa ligne de Chirivella pour garder le but nantais inviolé. Au passage, toute la défense du côté gauche est à la ramasse. Heureusement que Petit Toumaï récupère de la fièvre du samedi soir car ça lui évite de s’énerver sur la grosse domination corse de la fin de première mi-temps. 8 tirs dangereux pour Ajaccio et l’impression que ça ne percute pas les joueurs nantais sur la pelouse. Un bon comportement de relégable ça.

Les Canaris prennent le bouillon à la sortie des vestiaires. La honte, on est dominés par une équipe relégable et qui monte de Ligue 2. Belaïli ouvre le score sur penalty après une faute de teubé de Sissoko dans la surface, recruté au passage pour son expérience européenne, le sketch (0-1, 56e). Puis, on se prend une merveille de contre ajaccien conclu par Hamouma qui aime décidément bien marquer à la Beaujoire (0-2, 66e). Petit Toumaï est dépité, le break est fait. A 20 minutes de la fin, les Canaris se disent que ça pourrait être sympa de commencer à jouer. Blas, sur une jolie talonnade de Mohamed réduit le score (1-2, 70e) et Moses égalise grâce à un centre que personne ne dévie, les attaquants nantais et les défenseurs corses étant tous à la ramasse (2-2, 89e).  C’est con, la gagne était au bout s’ils avaient commencé à jouer dès 15h, on aurait dû leur confirmer l’horaire du début du match. Comme quoi, ça se joue à rien.

Les notes :

Lafont (2/5) : solide physiquement sur l’attentat de Belaïli, concentré sur l’ensemble des frappes corses, abandonné sur les 2 buts. Grosse fin d’année civile pour notre capitaine, laissé injustement de côté pour le Mondial. Oui Petit Toumaï fait une fixette, le gardien remplaçant de West Ham à sa place, sérieusement ?

Corchia (1/5) : un jeune homme dans le vent. Trop. A fini par laisser un rein sur la pelouse à la 82e où il a été remplacé par Appiah. Bof.

Girotto (2/5) : il a écopé comme il a pu les vagues offensives ajacciennes, avant d’être emporté lui aussi par la marée

Castelletto (1/5) : Petit Toumaï a vraiment peur pour le stoppeur camerounais, fébrile face à des attaquants corses ou rémois. Ça va être une boucherie contre les attaquants brésiliens.

Merlin (0/5) : Petit Toumaï n’as plus de crédit pour le petit gars de Pornic, à la ramasse défensivement tout le match et parti à la cueillette des champignons sur le deuxième but. Profite de la trêve pour te remettre en forme physiquement mon petit gars. Remplacé par Moutoussamy à la 82e, qui a amené du jus pour aider à recoller au score.

Chirivella (2/5) : trop seul au milieu de terrain pour surnager. Un cerveau sans physique.

Sissoko (0/5) : un physique sans cerveau. Et encore. Coupable de la faute sur le penalty, à la ramasse dans la lecture du jeu. Une énorme arnaque.

Guessan (0/5) : il n’est pas ailier droit et ça se voit de plus en plus. Aucune différence sur son côté droit, sa meilleure action est sa sortie à la 82e où il a été remplacé par Ganago. Percutant et auteur d’un air-tête décisive, il fallait l’inventer celle-là.

Blas (3/5) : encore une fois beaucoup trop seul, il sonne la révolte grâce à sa réduction du score. Surveillez le bien pendant la trêve qu’il ne se barre pas à Lille.

Simon (2/5) : décisif sur un malentendu, en mode Jean-Claude Dus. Il va falloir varier de ce crochet extérieur, tellement attendu, même Petit Toumaï pourrait le contrer.

Mohamed (1/5) : + 1 pour la passe décisive. Sinon rien de bon à signaler, de la nervosité, des courses dans le vent, pas une occasion à exploiter. Nada, walou.

Le point classement: on reste quinzième avec 13 points en 15 matchs, soit dit en passant un parcours de relégable. Heureusement qu’on est dans une fournée de  7 équipes qui se tiennent en 3 points. Ça fait beaucoup de chiffres dis donc pour le littéraire qu’est Petit Toumaï. En gros, tout reste à faire pour le maintien, et on va serrer les fesses jusqu’au bout.

Les prochains matchs : combo bourguignon pour le retour du championnat avec un importantissime Troyes-Nantes le 28 décembre (note du service relecture super fort en géo, Troyes n’est pas en Bourgogne) et une réception tout aussi décisive d’Auxerre à la Beaujoire le 1er décembre. Les horaires et les dates ne sont pas encore programmées, ce serait trop simple pour la Ligue d’anticiper le calendrier et de respecter les supporters.

Bon Mondial – ou pas –  les P’tis Beurres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.