Nice-OM (0-1) : la Canebière académie livre ses notes

« Pâques au Ray, mon poing dans ta raie. »

Aïoli les sapiens !

 

Je sais pas ce qui peut passer par la tête du directeur de la Ménagerie, des fois. Ce dimanche, il a décidé d’organiser une chasse aux œufs dans les allées du Jardin des Plantes. Ce qu’il ne savait pas, c’est que les femelles du zoo avaient aussi prévu leur soirée « chasse aux œufs » la veille au soir. Autant te dire que j’étais bien vidé, ce dimanche. Comment tu voulais alors que je me concentre sur le match à 14h dans ces conditions, avec des dizaines de chiards qui courent et qui hurlent autour de l’enclos? En jouant en plus contre ces enculés de Niçois, je me disais que cette journée n’était définitivement pas un dimanche à faire le Moulin Rouge avec sa bite (c’est comme faire l’hélicoptère, sauf que des chinoises te photographient en même temps).

Et finalement, on a passé une plutôt bonne journée, avec une victoire chez un adversaire direct et détestable, conjuguée aux contre-performances de plusieurs de nos concurrents. Si l’on ajoute le décès du petit Kevin lors de l’animation de Pâques (les citadins ne savent plus reconnaître un œuf en chocolat d’un œuf de crocodile, c’est à ce demander ce qu’on leur apprend à l’école, à ces petits cons), c’est comblé d’aise que je vais te narrer cette rencontre.

 

La compo est classique pour les olympiens si ce n’est la présence de Barton sur le banc, sans doute de peur qu’il ne soit perturbé par l’odeur du sang sous les crampons niçois. Nous avons donc : Mandanda – Fanni, Nkoulou, Mendes, Morel – Cheyrou, Romao – A. Ayew, Valbuena, Sougou –Gignac.

Chez les Azuréens, le pied se pose au plancher, le cerveau au vestiaire et les couilles sur la table : Digard démonte Valbuena au bout de 17 secondes de jeu, prélude à un défi physique rude à défaut d’être surprenant. De fait, les olympiens ne se laissent pas impressionner, montrent leur répondant dans les duels et imposent leur jeu sous la conduite de Valbuena. A la 15e, celui-ci tire un corner pour Gignac, placé de manière inédite au premier poteau et qui envoie le ballon dans les filets. Info inutile #1 : le dernier but sur une telle phase de jeu (si l’on excepte le corner direct de Barton en UEFA) était déjà l’œuvre des deux mêmes joueurs, le 7 octobre dernier contre le PSG.

Marseille recule alors et se contente de contrôler les offensives des rouge-et-noir. Ceux-ci doivent s’en remettre à Rod Fanni qui, à la 26e, place une tête imparable sur le montant de Mandanda. On marque sur corner, on bénéficie d’un gros coup de bol sur une cagade de Rod : c’est officiel, la chance est avec nous et l’on ne pourra pas perdre ce match. Gignac se procure deux belles actions qu’il ne parvient pas à convertir, puis les Niçois finissent la mi-temps en dominant sans inquiéter notre défense.

En deuxième période, l’OM renonce à produire du jeu et laisse Nice s’épuiser dans de vaines attaques. L’OM connaît peu de danger, à l’exception d’un beau tir de Meriem en début de mi-temps. La pression resurgit dans le dernier quart d’heure. Après la blessure de Nkoulou, Diawara entre et joue aussitôt à son jeu préféré, le bingo-tacle : aujourd’hui, il fallait cocher la case « main/coup-franc », ce qui aboutit à une belle occasion niçoise passant de peu à côté du but.

A l’approche du temps additionnel, les frères Ayew tuent le match. Gérard Lematche, plus exactement, supporter de l’OM habitant les Chutes-Lavie et victime d’un arrêt cardiaque fatal à la vue d’une contre-attaque ratée à deux contre un et deux mètres d’avance. Heureusement, Nice ne réédite pas l’égalisation tardive infligée au match aller, nous laissant savourer cette deuxième place pour 7 heures, voire 7 jours si affinités (info inutile #2 : en serbo-croate, « affinité » se dit « dejanlovren »).

 

Délectons-nous et notons :

S. Mandanda (4/5) : Deux beaux arrêt, des prises de balle tout en sécurité et une chance qui revient enfin le visiter. Tout ceci lui permet de rendre une copie blanche pour la troisième fois de suite, série inédite depuis le mois d’août.

N. Nkoulou (4/5) : A su montrer les couilles et les crocs pour répondre au début de match imposé par les Niçois. A part une ou deux défaillances (bien compensées), il a remporté son duel face à Cvitabitch. Enfin une performance aboutie pour Nicolas, qui s’est donc très logiquement blessé en fin de match histoire de nous éviter l’excès d’optimisme.

L. Mendes (3/5) : Pas de but encaissé, pas de grosse erreur, donc la moyenne. Attention tout de même à quelques interventions presque moreliennes.

R. Fanni (2/5) : Match plein d’engagement et d’enthousiasme pour Rod, à défaut de maîtrise. Sa tête sur le poteau de Mandanda mérite d’être saluée par une nouvelle rubrique.

 Slipomètre 310313

J. Morel (2/5) : N’a pas montré le panache anal de Rod (enfin, je ne sais pas si je me fais bien comprendre). ça reste douteux défensivement et peu productif offensivement, tout de même.

A. Romao (3/5) : Pas de grandes ambitions offensives mais il a récupéré autant de ballons pendant le match que Sarkozy a récupéré de faits divers pendant son mandat. Quelques pertes de balles en situation dangereuse lui font rater une meilleure note (à Romao, pas à Sarkozy).

B. Cheyrou (3/5) : Match sobre et discret pour Benoît. J’ai vérifié sur les autres sites, ils ne savent pas quoi en dire non plus.

A. Ayew (2/5) : Peu en vue pendant le match, même s’il a utilement participé à la construction du jeu. En fin de match, il remporte le trophée de la contre-attaque dégueulasse dans la catégorie « familles ».

M. Valbuena  (4/5) : Grâce à sa performance, l’expression « sur la lancée de son match en équipe de France » est passée devant « allô quoi » au palmarès du cliché horripilant. Et l’air de rien, cela fait plusieurs matches qu’il remporte des duels de la tête.

M. Sougou (1/5) : Premier gros loupé pour Modou depuis son arrivée, ce match où il n’est sorti de son invisibilité que pour commettre une faute de mongolien (ou de rugbyman, mais ne jouons pas sur les mots) sur le gardien niçois.

AP. Gignac (4/5) : On a gagné, on est deuxièmes, on est moches mais on vous emmerde. Donc j’estime que dans ce contexte, j’ai bien le droit de noter comme un footix : but de la victoire, donc 4/5. Deux autres occasions très moyennement négociées en première mi-temps et pas grand chose à côté, mais aujourd’hui on s’en branle.

 

Les remplaçants :

J. Ayew pour M. Sougou (65e) : Joueur, Elie Baup l’a fait entrer alors que les mauvais gestes commençaient à se raréfier. Jo le Sconse n’est pas tombé dans le panneau et a évité de faire partir en couille la rencontre. Heureusement que Nice n’a pas égalisé après sa contre-attaque foirée, à Marseille on a déjà sorti la kalach’ pour moins que ça.

S. Diawara pour N. Nkoulou (74e) : Histoire de dire que nous avons pris la 2e place avec une ligne Fanni-Diawara-Mendès-Morel. Un peu comme si les cousins Dalton donnaient des leçons à Spaggiari.

J. Barton pour AP Gignac (81e) : Comme il restait trop peu de temps pour se lancer avec les joueurs niçois dans une étude comparative des méthodes de médecine légale et de chirurgie articulaire, il s’est contenté d’aider Cheyrou et Romao à cadenasser le milieu de terrain.

 

L’invité zoologique du jour : Dario Pticaniche

Aboyant comme une fiotte dès que tu l’approches, il n’hésite pas à te filer des morsures de pute dès que tu as le dos tourné. Les Niçois se la pètent avec l’aiglon, mais ils ne nous feront jamais croire qu’il existe pour leur ville un emblème plus approprié que le chien de vieille. Avant de se prendre un coup de latte dans la gueule, notre roquet a sélectionné les faits divers suivants.

1°) Les autres : Leur début de match nous a laissé perplexes : cherchaient-ils à nous intimider, ou bien sont-ce naturellement des brutes épaisses ? Pour le reste, ça ressemble à ce qu’on propose dans nos mauvais jours : peu d’imagination en attaque, multiplication des centres pour dégun… A part ça, Cvitanich est une salope. Moins que Sergio Ramos, mais tout de même.

2°) Nos glorieux anciens : Camel Meriem finit tranquillement sa carrière de futur Zidane en offrant quelques beaux gestes, Civelli a toujours sa tête de psychopathe, et Abriel use le banc. Ca fait plaisir de voir que les gens ne changent pas.

3°) Le podium : Penser que l’on peut rester en haut du classement, c’est comme imaginer la Boule et Passe-Partout s’évader de Fort Boyard, entrer en boîte en embobinant le videur, brancher les filles avec la délicatesse de gros queutards, et réussir à finir la nuit avec elles. Moche, et de toute façon hautement improbable. Quoique…

La Boule

On est pas beaux, là ou on est ? Venez nous chercher.

4°) Vu du ciel : Bob-Loulou entend les cloches.

5°) Les réseaux : Blaah est sur Facebook, et maintenant sur Twitter. Venez socianaliser.

Bises massilianales,

Blaah.

19 thoughts on “Nice-OM (0-1) : la Canebière académie livre ses notes

  1. @Blaah : On en fait tous, et c’est bien moins grave sur des articles de plusieurs centaines de mots que pour des soi-disant « professionnels » qui pondes des articles de deux-trois paragraphes criblés de fautes.

    Sinon, forcément, dès que les joueurs clés sont performants, ça va mieux hein ?
    Ça doit être dur de plus avoir d’arrière-gauche valable depuis Manuel Dos Santos, quand même…

  2. Franchement Cheyrou j’ai eu envie de lui poignarder le cul° à la Knacki un paquet de fois cette saison et là ben…j’ai rangé mes knackis au frigo! je l’ai trouvé très propre.
    Pourquoi on échange pas Morel avec le petit Kolo?(je prefère pas essayer d’écrire son blaze à celui-là!)
    Il paraît que Charles Tabouret marque des buts en Russie…

  3. Oh putain. Dans mon premier commentaire, « pondent », évidemment, pas « pondes ».

  4. Je ne sais pas ce que les supporters pensent de Baup, on a suffisamment de porte-paroles autoproclamés pour qu’il me faille en rajouter.

    Si tu me demandes mon avis en revanche, je te répondrai que vu le bordel habituel autour du club et les incertitudes de l’avant-saison, on n’a pas à se plaindre. On est moches à voir, on produit très peu de jeu, OK, mais demander la 2e place ET du foot-champagne serait un peu délirant vu l’effectif qu’on a.

    On a un attelage un peu branlant mais qui au moins s’efforce d’aller dans le même sens, avec ses qualités et ses défauts. C’est quand même un grand progrès depuis le foutoir de la saison dernière : sans un collectif soudé, on n’aurait pas obtenu autant de victoires à l’arrache. Nous voir à cette place à ce moment de la saison est inespéré ; pour moi, ça permet de s’accommoder du manque de spectacle… pour l’instant. L’interrogation, c’est vis-à-vis du long terme : dans le meilleur des cas, ces performances solides mais moches sont une base pour progresser ensuite vers un jeu plus dominateur ; dans le pire des cas, elles sont le signe qu’on est au taquet de nos possibilités, au risque de tout voir s’effondrer au premier coup de moins bien. C’est à ce moment-là (fin de cette saison ou premières journées de la saison prochaine ?) que l’on pourra juger du travail d’Elie, à mon avis. Mais je le répète, vu les circonstances je suis pour l’instant content et optimiste, à défaut de pouvoir bander devant les matches.
    Vous en pensez quoi, vous ?

  5. Je pense aussi que Baup se démerde pas mal après la merde laissée par le grand Deschamps.

    Et je trouve qu’il est très peu crédité pour cela. Maintenant, j’ai pas vu beaucoup de matchs de l’OM cette saison donc…

    Merci de ta réponse.

  6. Ah ben j’ai dit q’il marquait des buts j’ai pas dit que c’était pour son équipe!
    Et pour Baup moi je dis que faire une saison pareille en étant obliger d’utiliser: Amalfitano, Morel, le fantôme de Mandanda, Jo le sconse, son frère qui semble être resté à la CAN où il est pas allé, le fantôme du frère de Bruno Cheyrou, Spinozi en entraineur des gardiens, Anigo en entraineur des agents véreux…et rajoute à ça depuis le mercato un borgne, Foued qu’est plus un Kadir qu’un cador, Morel qu’est toujours là… Sincèrement dans TOUTES les équipes de LIGUE 1 y’a des joueurs que je reverais de voir à la place des nôtres!
    Baup tu lui fais une statue si on reste dans les 3!!

  7. Blaah>Bob-loulou

    Peut-on considérer les fêtes de Paques (rapport aux oeufs, tout ça, …le poteau de Fanni) d’une certaine manière comme la fête de l’anus?

  8. Bravo Blaah, je ne vais même pas revenir sur Gignac pour une fois, je suis d’accord, on en prend plein la tête gratuit dans tous les sens…On n’est pas top, oui. On n’est pas un beau second? Oui. ça vous emmerde? Oui. Ben on est encore plus content et on fout 4/5 à Dédé qui est toujours aussi moyen/mauvais! En même temps sans une dose de mauvaise foi tu n’es pas un vrai supporter de l’OM ;)

    Sinon je reste pantois car Baup, le jeu, les joueurs, je ne le crois toujours pas, et je change pas d’avis, j’ai peur que tout retombe l’an prochain, car je vois pas Baup revenir et tenter son 4-4-2 Bordelais avec 2 meneur de jeu pour envoyer du rêve, mais rester sur son schéma, gros bloc et attend l’exploit…

  9. Super Slipomètre. Super Blaah.
    Sinon le slipomètre des « spécialistes » qui ne voyaient pas l’OM garder la 3eme place passe au rouge-sang (poignard, saucisse, toussa).

  10. Putain, je suis bieng à la bourre.
    De toute manière, je n’aurai pu mieux dire.

    On va tout de même attendre les deux matchs contre les cavistes et les consanguins pour s’emballer.

  11. Quitte à contrepéter, je me demande si le 5/5 du slipomètre ne pourrait pas être copysighté IMorel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.