OL-Lorient (0-0), La Gones académie encore à l’ouest

7

Pas commode quand on joue Lorient.

Avant-match

1,97. Ce n’est pas la cote du but sur penalty pour l’OL ce soir mais la moyenne de point par match des Gones l’an dernier. L’objectif mis en place cette saison par Jean-Michel Aulas est donc tout de faire aussi bien ce que chiffre. « Non Rachid, pas en 38 matches », a-t-il d’ailleurs immédiatement précisé après son briefing. A priori, c’est jouable puisqu’aucun gros départ n’a été enregistré lors de la présaison et qu’on s’est renforcé un peu partout (oui, Jérémy Morel compte comme un renfort). Seule ombre au tableau aujourd’hui, Christophe Jallet ne pourra pas éclairer le pré de son crâne brillant à cause d’une alerte aux adducteurs mais au rayon des bonnes nouvelles, l’expérimenté latéral droit de 24 ans, Rafael, est présent (#ToiAussiParleCommeFootballManager). Bref, en résumé, aujourd’hui on devrait voir l’ambition du staff et des joueurs, quelques recrues et pas Mehdi Zeffane.

Mais avant de rentrer dans le dur, nous tenions à saluer le tifo très classe des Bad Gones ainsi que la minute de silence et les applaudissements chaleureux qui ont suivi (sur lesquels Koné était d’ailleurs en retard, comme d’habitude). Passons à présent à la compo…

Belle rentrée avec un tifo classe, rien à redire.

Compo

Cette fois, on commence l’année avec une défense au complet mais avec Gonalons suspendu. Fournier a bien compris qu’on ne pouvait pas avoir le beurre et l’argent d’Hubert. On s’embrouille, vous avez compris l’idée. Tolisso passe donc en sentinelle et nous laisse avec un tandem Ferri-Malbranque comme poumons du milieu de terrain, les poumons d’un asthmatique qui monte le Ventoux sur le Tour. On notera finalement la présence de Gédéon Pierre Joseph Aldo Kalulu sur le banc, immédiatement pris en charge par Benzia qui lui montre sa position favorite pour éviter les hémorroïdes.

Le match

Monsieur Millot sonne le début des hostilités et les lyonnais se précipitent immédiatement à l’attaque. Nabil Fekir nous gratifie d’un magnifique contrôle qui nous laisse présager du meilleur et enchaîne avec une passe trop longue pour Beauvue. Comme on est chauvin, on va dire que c’est Claudio qui n’a pas couru assez vite. Les recrues doivent faire leurs preuves après tout. Les Lorientais réagissent ensuite par Jeannot de loin puis Bouanga. Il faudra d’ailleurs préciser à ce dernier, pour la prochaine fois, que rien ne sert courir pour déborder Jordan Ferri. Les lyonnais, piqués au vif d’avoir été provoqués par un joueur qui a le nom d’un lapin et qui joue en plus chez les merlus (ça fait vraiment trop d’animaux sur la pelouse), repartent à l’attaque avec Fekir à la non-conclusion d’une bonne passe de Rafael. Dans la foulée, Malbranque place un coup de tête peu convaincant qu’attrape aisément Lecomte.

L’explication à tout cela : Steed a peur du ballon.

On assiste donc à un bon match de Ligue 1, avec des Gones qui sortent enfin la tête de l’eau et retrouvent leur qualité de jeu. On se dit que ce serait donc une bonne idée de conclure rapidement ce bon début de match. Mais en réalité, sans le savoir, commence à partir de cette 10e minute la malédiction de Nabil Fekir. Un coup-franc à 25 mètres, on est confiant, la balle part largement au-dessus. Soit. On en aura d’autres. D’ailleurs si les Marseillais pouvait arrêter de traiter Nabil de simulateur alors que le meilleur acteur de Ligue 1 était clairement chez eux, ce serait sympa (coucou Marcelo Bielsa). Par la suite, un contre dangereux emmené par Guerreiro nous permet de vérifier la qualité du travail de renforcement musculaire de nos sphincters effectué pendant l’été. Verdict positif. Et heureusement parce que juste après, on n’a pas arrêté de pousser. En attaque aussi. D’ailleurs Beauvue déborde… centre… Fekir ! Poteau ! Lacazette ! Lecomte ! La première recrue d’Aston Villa en 2016/2017 ! Gianluigi Buffon ! Madame Lecomte l’infidèle ! Jean-Michel pourquoi t’as pas payé la goal-line technologie !!!

A tête reposée, plusieurs conclusions sur cette action :

  • Fekir est effectivement marabouté ce soir.
  • Lacazette a le jeu de tête de Steed Malbranque. Heureusement, Mathieu Valbuena va venir relever le niveau.
  • Le meilleur ami de Benjamin Lecomte, c’est son poteau. Ba Dum Tss !

Rien à dire, Lecomte est bon.

D’ailleurs, vu tous ses arrêts, je me demande bien combien Nasser a déposé sur Lecomte de Benjam_ouzegdçyizhzbikdi (ça c’est la tête de Lexie Najas que j’explose sur le clavier parce que y en a marre de ses blagues de merde).

Par la suite, nos Gones revigorés par cette occasion 3-en-1 mettent encore un peu plus la pression sur le but des Lorientais, on glane des corners çà et là mais ça manque un peu de pêche. Contre des merlus c’est quand même dommage parce que c’est assez efficace, paraît-il. Du coup, Claudio décide de prendre les choses en main. Alors là, petit coup de gueule : le mec est nouveau au club, OK ! Il veut se mettre les supporters dans la poche, c’est normal… Mais s’il pouvait choisir un autre moment pour leur offrir des ballons !!!! Parce que là, on pourrait presque croire que c’est un attaquant moyen de Ligue 1 dont le pied faible n’est pas très précis quand bien même Jean-Mimi nous avait garanti que l’attaquant qu’on recruterait cet été serait une pointure pour épauler Lacazette.

Bref, pas le temps de s’étendre sur le sujet (ni sur ta génitrice), Claudio prend un sale taquet dans le dos signé Lautoa mais, en réalité, tout le monde s’en fout parce qu’il y a un coup-franc à moins de 20 mètres à jouer. Nabil, fair-play, a compris qu’il n’en cadrerait pas une ce soir et laisse donc sa chance à Lacazette qui se retrouve avec la possibilité de faire taire les critiques sur son début de saison. Malheureusement il ne fera taire que le spectateur Bloc D rang E place 37.

Découragés, les rouge-et-bleu (article non-sponsorisé par les Bad Gones ni leur campagne anti-Adidas) se relâchent un peu et laissent des opportunités à Lorient voire leur en créent par l’intermédiaire de Bisevac, Bichevatz, Bisevatch, Grégoire Margotton ne sait plus trop où il en est, nous non plus, Steven Gerrard Milan Bisevac non plus, forcément, et du coup Guerreiro file au but, crochète Lopes et… Oh oui Sam il la sort ! Regarde ça Richard ! Du bout du Vivelle Dop, il vient la mettre sur le poteau ! Alors oui, Sam a eu du flair et du courage mais voilà aussi ce que ça donne de mettre un latéral gauche en ailier ! (Non, on ne connait pas Gareth Bale ici).

Le temps de retrouver un électrocardiogramme stable et voilà la mi-temps. Ah non, Claudio Ronaldo s’élance pour un coup-franc à 35 mètres… Il tire… Ok, mi-temps. En attendant la reprise, on se passe le best of des buts de Benjamin Moukandjo. Plus qu’un quart d’heure.

Voilà, après une vanne aussi gratuite que Jérémy Morel, les frais de licenciement de Marcelo Bielsa ou Nicolas Nkoulou l’an prochain, on reprend à Gerland. Et comme en première période, on ne peut s’empêcher de constater le toucher de balle tout en douceur de Rafael. En parlant de douceur, Jordan Ferri nous régale avec une fluidité inégalée de son enchainement favori : contrôle manqué/semelle/carton jaune.

A part ça, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Hubert tente un coup de poker en faisant sortir Steed, acclamé on ne sait trop pourquoi, pour Arnold Mvuemba. Tactiquement, c’est intelligent : on joue haut, on a le ballon, le registre d’Arnold tout en passes latérales est adapté à cette configuration. La vraie interrogation c’est de savoir si c’est fait exprès. Nous, on a plutôt senti ce genre de dialogue entre Genesio et Fournier :

  • Hub Hub !
  • Ouais !
  • Steed est cramé !
  • Ah merde je voulais faire sortir Ferri, il est nul à chier. Bon j’ai qui sur le banc ?
  • Mvuemba
  • Ok envoie

Les pros appellent ça de la « gestion d’effectif ».

« Et là on vend Benzia 2M, Aouar 500k, les Kalulu 1,5M et on peut s’acheter Ndinga. »

Suite à cela, Grégoire Margotton prend le luxe de souligner le pressing de Jordan Ferri, ce qui est assez révélateur du rythme du match, en chute libre depuis la pause. Ambitieux comme jamais, Hubert Fournier décide de faire sortir Rafael, clairement pas « en avance sur la préparation » (#ToiAussiParleCommeUnStagiaireChezLequipe) pour faire entrer… Jérémy Morel. Alors oui, on vous connaît et on sait que vous savez (le saviez-vous ?) que Jérémy Morel est « mal à l’aise » à droite sur FM15. Et effectivement, on constate bien immédiatement que l’ancien Lorientais (encore un, ils sont partout !) n’est pas à l’aise sur son côté droit. Nous on s’en fout, on a déjà vu des matches de Mehdi Zeffane et Lamine Gassama. Nous sommes immunisés.

Le match continue et seul Mvuemba semble au courant que nous jouons un match de championnat. Il tente sa chance de loin mais Lecomte s’en va quérir ses lettres de noblesse avec une belle parade. Bedimo joue, lui, la carte de la simulation face à Gassama… C’est une mauvaise pioche contre Lamine.

Les deux entraîneurs procèdent donc à des changements. Jeannot rentre au terrier pour Alain Traoré, appelé la Lune dans le milieu puisqu’on ne le voit à 100% qu’une fois tous les 28 jours. Côté lyonnais, Claudio Beauvue sort et… on éteint la télé. Non sérieusement… Rachid Ghezzal ? Bon, à partir de là, même Grégoire Margotton a compris. Il arrête de suivre le match et se fend même d’une petite analogie poétique entre la défense adverse et un barrage hydraulique du Morbihan. C’est vrai que c’est intéressant.

Sinon le match se poursuit, les jardiniers du stade arrivent déjà sur la pelouse pour s’occuper de la moitié de terrain lyonnaise complètement inoccupée. Et là, br ! Mini-coup de tonnerre ! Lacazette a mal au dos. Sûrement à force de devoir tracter des boulets comme Rachon. Quoiqu’il en soit, il sort et ne peut être remplacé car Hubert Fournier a déjà gaspillé sa dernière munition sur le susnommé poulet sans cervelle. Les merlus sortent donc logiquement de leur camp pour partir à l’assaut du but des Gones, en sous-nombre et non c’est pas vrai en fait, il campent sur leur match nul alors qu’un but à ce moment du match leur aurait offert la vanne du siècle : RIP OL. Comprendra qui pourra.

Et puis après c’est fini. Passons aux notes.

 

Les Gones

Lopes : 3/5 Un match paisible afin de rentabiliser au mieux sa revalorisation de contrat. Richard Anthony.

Rafael : 3/5 Vu comme il caresse le ballon un dimanche soir, je me demande bien ce qu’il fera quand on jouera le premier samedi du mois sur Canal…

Bichévatz : 3/5 Après la chute de Rome, on a eu la chute de Milan. Sans conséquences pour Lugdunum cette fois.

Umtiti : 5/5 Parait-il que Samuel se dit « son nom est Dieu » en Hébreu. C’est assez représentatif de sa performance ce soir.

Bedimo : 2/5 De la percussion mais pas beaucoup de réussite. Ca ressemble un peu trop à du Aly Cissokho pour avoir la moyenne.

Tolisso : 2/5 Il n’a pas encore la maîtrise et la sérénité de Gonalons. C’est un peu comme comparer une quenelle au brochet et une vulgaire saucisse. Voilà, Tolissaucisse. (Non, je ne rendrai pas ma démission après cette blague, on n’est pas à Marseille ici !)

Malbranque : 2/5 Les meilleurs partent en premier, la preuve : Steed est toujours là.

Ferri : 2/5 Vous voyez le petit lapin un peu gros, qui court pas très vite et qui est tout le temps en retard dans Alice au pays des merveilles ? Bah c’est Jordan Ferri.

Fekir : 0/5 Comme le nombre de frappes cadrées par Nabil ce soir. D’ailleurs, on a entendu le ballon citer du Nietzsche ce soir, à mesure qu’il s’envolait : « Vous levez les yeux […] et moi je baisse le regard car je suis déjà en haut. »

Beauvue : 3/5 On a senti qu’il était dangereux dans le secteur aérien mais ce soir, Claudio « Air » Beauvue a surtout justifié son surnom grâce à ses frappes un tantinet dévissées.

Lacazette : 2/5 On le sait, sa préparation a été courte mais il serait temps d’armer le canon pour Lagachette.

Morel : 2/5 Les défenseurs gauchers jouent à gauche et les droitiers à droite, c’est pas compliqué ! Tiens, est-ce que François Hollande propose une politique de droite ? Ah non, mauvais exemple…

Mvuemba : 3/5 Un bon coaching, une bonne entrée. En espérant qu’il continue sur une bonne série. A défaut, on se contentera d’Arnold et Willy.

Ghezzal : 1/5 Le mec est né à Décines-Charpieux, là où on construit le nouveau Stade. Ce serait beau s’il y était enterré… Là, maintenant, vivant.

Opta mère

Si vous aimez vraiment le foot, vous connaissez forcément Opta Sports, l’organisme qui pond des statistiques un peu nulles et pas du tout révélatrices. Ben à la Gones Académie on a son jumeau malfaisant.

  • 62 : le pourcentage de possession de balle pour l’OL. Egalement le nombre de kilos en trop de Jordan Ferri. Vacances.

Ferri ne trolle pas les Marseillais, il couve son goûter.

  • 10 : Le nombre de tirs lorientais ce soir mais aussi le prix au kilo des merlus. Investissement.
  • 372 : Le nombre de passes côté lorientais soit 97 fois le nombre de supporters présents hier dans le Virage Sud. Squat.
  • 94 : Le pourcentage de passes réussies par Arnold Mvuemba mais aussi le temps passé par Yassine Benzia sur le banc de touche. Yannis Tafer.
  • 17 : L’OL avait marqué au moins un but lors des 17 derniers matches. C’est aussi le montant du transfert imminent de Clinton N’jie à Tottenham. Coïncidence.

Lexie Najas et Paul Igarque

7 thoughts on “OL-Lorient (0-0), La Gones académie encore à l’ouest

  1. Quatre vannes sur Marseille aujourd’hui… je vais finir par croire que vous êtes amoureux de nous. Ou envieux.

    Blague à part, concernant le jeu de tête de Valbuena, vous verrez qu’il est pas dégueulasse du tout. Même si évidemment, il est desservi par certains aspects…

  2. Ripol c’était bien le sponsor de rennes il y a quelques temps ?
    En tout cas, belle perf de Malbranque qui donne une idée précise de ce qui attend les téléspectateurs en C1 cette saison lors des matches de Lyon

  3. C’est pour être raccord avec le traitement de l’actualité sportive depuis dimanche soir, qui se résume à : « Holala l’OM », « Holalala El Loco, holala ». Comme il n’y a encore rien de spécial à dire sur les verts ou le PSG, ben l’OM est en cible par défaut dans la hiérarchie des vannes gratos entre Saône et Rhône.

    Les marseillais sont un peu chiants aussi à toujours vouloir se faire remarquer, pendant ce temps là je n’ai pas pu savoir si Zlatan a fait la gueule dans les tribunes et si Leomessi avait bien fait caca cette semaine. Il serait temps que les médias se recentre sur le sport maintenant.

  4. Magnifique ! continue comme ça beau boulot

    Vu des tribunes (ouais je me suis fais chier…mais j’étais au bloc D c’est déjà ça) Tolisso n’avait pas l’air si dégueulasse

  5. Je suis pas tout à fait d’accord pour Malbranque. Certes il est cuit-carbo au bout de 60 minutes, mais il fait une bonne 1e mi-temps me semble-t-il.
    Sinon, vu la purge qu’on s’est tapé au mois d’aout l’an dernier, ce match nul n’a rien d’inquiétant. Sur le papier l’équipe a une sacré tronche, et ça devrait envoyer du bois d’ici quelques matches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.