Pour recevoir la énième équipe surprise de cette saison (vu qu’avec ce classement serré, toutes les équipes peuvent être de potentiels clients européens, va falloir se faire à cette appellation débile), j’avais quelques doutes sur la forme du groupe lyonnais après la douloureuse expérience parisienne de la semaine dernière.

Surtout avec cette stat pourrie qui indique que Lyon n’avait pas gagné son dernier match de l’année depuis 11 ans, ça faisait envie.

Mais bon, l’OL étant (presque) débarrassé de ses fameux brésiliens friands des congés anticipés, et motivé par la victoire de Paris sur Brest, avait décidé de rendre un bel hommage à Claude Puel en lui montrant quelque chose qu’il connait mal : des buts.

 

Garde a donc décidé de revenir à un schéma plus classique, avec la défense type de cet OL, grâce au retour de Dabo à gauche, et les habituels Bisevac et Lovren dans l’axe, accompagnés d’Anthony Réveillère et de son ami imaginaire, son problème de genou.

C’est au milieu que ça a pas mal changé, avec seulement deux axiaux, Gonalons et Malbranque, deux ailiers, Ghezzal et Bastos et deux attaquants, Lopez et Gomis.

Un choix qui aura payé puisque Ghezzal aura été bon, décomplexé et très remuant, alors que Bastos aura fait preuve d’une belle abnégation, surtout pour un mec que toute la presse s’obstine à emmerder avec un départ cet hiver. Devant, Lopez a été magnifique et Gomis toujours un peu gênant mais attachant.

 

Le match s’annonçait spectaculaire (j’aurais surement pas dit ça si le match c’était joué un Dimanche à 21h avec une diffusion sur Canal, mais bon), et il l’a été.

D’abord en tribunes avec quelques jolies chansons d’amour de Gerland à Puel, où ça devenait limite gênant devant l’acharnement quand même démesuré contre Monsieur Claude, morceaux choisis : (air connu) « Comment ne pas perdre la tête, après 7 titres d’affilés ? On était costauds, on a rien gagné, Puel va te faire enculer ! ». Bonne ambiance donc, je me demande ce qu’en pense les supporters d’Arsenal.

Le match donc, avec une bonne entame niçoise, avec un Pied très percutant devant qui aurait surement fait mal à son club formateur s’il ne s’était pas pété à la demie heure de jeu, laissant sa place au petit Maupay, qui aura été ni bon, ni Maupay (cadeau de Noël). Les niçois ont donc joué crânement leurs chances mais qui ont buté sur un énorme Vercoutre qui aura bien réparé les conneries d’une défense lyonnaise trop laxiste sur ce début de match.

Pendant ce temps, Lyon évoluait tranquillement en contre, profitant du repli tout approximatif du milieu de terrain niçois et ouvrait le score sur sa deuxième réelle occasion (après un tir sur le poteau de Réveillère). Ghezzal ouvre bien sur Gomis devant une défense fantôme qui prend son temps pour joliment décaler Lopez qui n’a plus qu’à la pousser au fond. Mi-temps, Lyon se met bien.

 

Au retour des vestiaires, Lyon continue donc tranquillement son match, en mettant plus de pression au milieu, avec succès étant donné la faiblesse de celui de l’adversaire. Bastos commence donc à se décider à centrer (pour Ghezzal, sans succès, mais bel effort), et peu après, Lopez ouvre avec génie pour Réveillère qui s’offre un vrai but d’attaquant en face à face avec le gardien colombien, 2-0.

Nice reprend alors du poil de la bête, essaie de revenir au score, mais Vercoutre fait encore des miracles (notamment face à Traoré à la 65ème). Quelques minutes plus tard, Gomis s’offre une deuxième belle action, crochette Ospina pour le pousser à la faute, avec succès puisque ce dernier fait faute, pénalty et carton rouge direct pour le gardien qui avait déjà été averti plus tôt. La panthère le transforme sans problème et s’offre de jolies stats trompeuses (un but et une passe décisive) sur un match pourtant moyen de sa part.

La fin du match sera plus calme, avec quelques gentilles petites occasions et Lovren qui se prend un deuxième carton jaune un peu con, et rien d’autre à signaler.

 

Puel est donc bel et bien passé pour un con devant un stade qui le déteste déjà bien assez, ce gros fayot de Rémi Garde peut donc passer de bonnes fêtes, Lyon est leader avec Paris, en attendant l’OM.

 

Vercoutre (4/5) : Encore une fois, il a été impeccable et extrêmement précieux. Deux arrêts énormes (dont un réflexe sur sa ligne assez impressionnant à la 65ème) et des attaquants adverses suffisamment nuls pour rater le but grand ouvert, forcément c’est plus facile. Une première partie de saison assez incroyable pour un mec qui a passé quasiment toute sa carrière comme doublure, j’en viens presque à regretter cette révélation si tardive. Hugo qui ?

Réveillère (3/5) : Après être passé complètement à travers à Paris la semaine dernière, RVR avait mis son plus beau maillot cintré et a sorti une performance assez rassurante. Une entame de match compliquée, souvent trop avancé et donc laissant trop d’espaces, il a failli couter cher sur la bonne entame des niçois. Par contre son but est classieux, le genre de sprint / but que Bafé ne pourra jamais se permettre,  une espèce de but de défenseur de Premier League. Sinon offensivement il avait de bonnes solutions avec les autres ailiers, mais il n’a pas non plus été incroyable.

Bisevac (3/5) : Match assez moyen, quand on voit le nombre de duels perdus par le serbe. Heureusement ça n’a pas coûté de but. Il s’est même payé le luxe de se taper quelques percées dans le bien faiblard entrejeu niçois en essayant d’offrir quelques solutions aux milieux lyonnais, sans grande réussite. Mais ça fout toujours plaisir de le voir sans bandage sur la tête.

Lovren (2/5) : Un carton rouge débile qui vient ternir une performance plutôt correcte de Dejan. Même si comme Bisevac il n’aura jamais été réellement terrifiant pour les attaquants adverses, il a fait le job avec quelques jolis tacles glissés que la pelouse humide favorisait, pour le plus grand plaisir de nos ex yougo. Mais le croate est généreux, et il a donc décidé d’offrir sous le sapin une titularisation à Samuel Umtiti en se prenant ce carton rouge qui, encore une fois, est complètement con. Quand tu mènes 3-0  et que t’as plus d’attaquant à marquer en face, t’évites ce genre de faute, surtout quand tu reviens de blessure et que tu manques de temps de jeu.

Dabo (3/5) : Il avait clairement manqué face au PSG, et il a été costaud ce soir face à un adversaire qui aime jouer sur les ailes. La blessure de Pied l’a bien aidé certes, vu que c’est quand même plus facile d’être au marquage d’un boutonneux de 16 ans, mais n’empêche que le numéro 14 a fait le boulot, jouant bien avec Ghezzal devant et assurant défensivement. Rien de spécial à signaler donc, à part le fait que tous ses tacles fassent un peu peur à tout Gerland à chaque fois. Il lui manque toujours un peu d’efficacité devant, mais les arrières gauches à l’OL, on a l’habitude.

Gonalons (4/5) : Encore une grosse perf pour Sergio. D’une solidité redoutable, avec une relance toujours propre et une assurance grandissante qui lui permet de tenter quelques coups de bluff assez plaisants. Ça devient lassant de le voir tant il est constant, solide, sérieux, appliqué et précieux. Et puis de toute façon il pourrait passer à côté de son match, le voir balle au pied et mettre des coups de coudes, ça me fait tout oublier. Ne te blesse jamais Max, s’il te plait. Et ne pars pas, tu sais bien que les meilleurs spots de pêche sont dans l’Ain.

Malbranque (4/5) : Encore un revenant qui était plutôt fantomatique depuis 2 matchs et qui retrouve peu à peu de son aura. Même s’il lui manque encore un créatif au milieu de terrain, il a distribué de nombreux bons ballons aux attaquants qui en avaient faim. Il a aussi été très volontaire défensivement, avec quelques solides interventions au sol, et un sens de l’anticipation toujours dingue. Il manque toujours de culot sur quelques frappes de loin notre être notre Paul Scholes à nous, mais il a sorti un match solide. Oui Mike, c’est comme ça que je t’aime aussi.

Bastos (3/5) : Comme Réveillère, il aura soufflé le chaud et le froid, comme mon voisin de stade se sera tué à dire très fort pendant tout le match : « VAS- MICHEL ENFIN ! » car oui, Michel a mis du temps à y aller. Sûrement encore en manque de rythme et de repères après le dernier match et sa position à la con, Michel a clairement eu du mal à réellement tenter. Le premier but l’a pas mal libéré, il a ensuite été bien plus efficace, n’hésitant pas à déborder et provoquer (aurait même pu obtenir un pénalty). Par contre encore une fois, ces centres n’ont pas trouvé grand monde, va falloir se faire à l’idée que l’OL n’est pas fait pour ça.

Ghezzal (3/5) : La vraie bonne idée de Garde, pour permettre de mettre deux mecs devant et pour les servir dans de vraies bonnes conditions. Le petit Rachid a tout tenté, ou presque. Débordements, percées dans la défense, frappes (une jolie tête qui aurait pu faire mouche), il a prouvé qu’il était une réelle alternative au milieu. Il n’a pas eu d’influence directe sur la victoire lyonnaise, mais son activité a clairement fait mal à la défense en carton du GYM.

Lisandro (4/5) : Putain mais c’est comme ça qu’on l’aime ! Un match de charognard pour Licha qui a passé son temps à courir de partout, occupant 3 postes à la fois, ne refusant jamais aucun effort, le capitaine a été le grand acteur de cette belle victoire. Il n’a pas été très efficace devant le but (et heureusement qu’il met ce but au fond), mais à part ça il a du faire vivre une sale soirée à la défense niçoise tant il les aura harcelé. Et puis cette ouverture pour RVR, un miracle de Noël. Capitaine, mon capitaine, vous êtes le capitaine.

Gomis (3/5) : Allez c’est Noël, Bafé je t’aime bien, et en plus t’as été sage, donc je te mets la moyenne. Mais c’est vraiment parce que t’y vas de ton but, que t’es allé le chercher tout seul, en faisant intelligemment expulser Ospina et que ton assiduité pour passer le BAC mérite encouragement. Sinon t’as été hors-jeu la plupart du temps, ou simplement à côté de la plaque, avec des appels rarement intéressants, une lenteur toujours handicapante sur les longs ballons et encore trop de déchet dans ton jeu. Le score plaide en ta faveur, petit coquin !

Fofana (2/5) : Une demie heure assez terne pour GF6 qui aura manqué d’efficacité dans sa relance, avec trop de déchet dans le jeu direct. Il a affiché quelques belles envies offensives, avec une réelle volonté de jouer proprement et de régaler ses attaquants, mais il a toujours l’air d’hésiter entre ça ou défendre proprement. Mais bon, entre Malbranque et Gonalons, Gueïda est à bonne école, ça devrait aller pour un mec de 21 ans.

Njie (non noté) : Même s’il a un prénom et un nom à jouer à Sedan, le petit Clinton continue de montrer quelques petites choses intéressantes. Ne t’en fais pas, la Coupe de France arrive, tu pourras bientôt jouer plus de 5 minutes et toucher plus de 3 ballons. Par contre tu peux toujours demander des justifications à tes parents pour ce prénom.

Garde : Mieux que contre Paris, il a enfin eu un peu de couilles. Il a surtout eu envie de montrer que les siennes étaient plus grosses que celles de Puel alors que les troupes de ce dernier était très en forme, Garde a su mettre en place une équipe solide mais ambitieuse qui a pleinement joué les contre, tout en essayant de faire le jeu au maximum, rien à dire. Même si on sait que Clément te manque, t’auras quand même tes papillotes Hyundai sous le sapin mon beau Rémi.

 

L’arbitre : Il a parfaitement respecté le code couleur de Noël, c’est finement joué de la part du chauve.

 

Le père Noël et la mascotte de l’OL qui dansent sur Gangam Style à la mi-temps : le père Fouettard viendra vous rendre visite Lundi soir.

 

5 thoughts on “OL-Nice (3-0), la Gones Académie livre ses notes

  1. « pensent » les supporters d’Arsenal plutôt.
    T’avais la notation de bonne humeur mais je te comprends, c’est la fin d’année, et ca fait plaisir de terminer là dessus.
    Au fait qui a noté cette fois ci?

  2. Heureusement qu’horsjeu existe pour faire vivre les matches à celles et ceux qui ne regardent pas la télé.

    Cette académie est lyonnaise !

    (et autant je ne jette pas la pierre au barbu et à sa wayne’s progéniture pour leur assiduité autant je te remercie de l’avoir lue.)

  3. Oh tu sais, des ingrats il y en a partout. Franchement Puel a été le premier à vous propulser jusqu’en demi-finale de la ligue des champions, étant donné vos moyens par rapport aux grosses écuries arrivant à ce niveau-là, il était normal que vous y laissiez des plumes quelque part. Donc rien gagné certes, mais progressé d’une certaine façon. Un Lyon taillé pour la grande compétition, fatigué pour la L1.

    Mais bon, certains voudront toujours avoir le beurre, l’argent du beurre, le cul de la crémière et l’héritage du mari décédé.

    Dans dix ans, les mêmes pleureront ce Lyon qui battait le Real Madrid en phase éliminatoire.

  4. Lyon a battu le réal en phase éliminatoire. C’est un peu court pour trois saisons à la tête de la plus grosse équipe de l’époque. Au delà des résultats, on lui reproche aussi les purges insipides qu’il nous a fait avaler semaine après semaine et sa gestion de l’effectif (le départ de Juni en particulier).

  5. Le maintien de Cris plutôt.

    Sinon, les nouveaux, je vous aime bien. Vous avez même un mail à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.