Hors-Série #4: La rentrée Scapulaire

« Le premier que j’attrape en train de discuter, protester ou quoi que ce soit, je le fous à la porte avec un rapport de chez Monsieur Vautrot! ».  Le nouveau sketch d’Elie Baupou, ça sent un peu le réchauffé.

Le Haillan, petite bourgade de la périphérie bordelaise, a du lutter toute l’année contre la fermeture de son école. Au cœur de l’hiver, nombreux ont été les pessimistes ayant cru cette éventualité devenir fatalité. Il faut bien avouer que le manque de motivation des élèves surdoués et le peu d’investissement des autres enfants ont terni la réputation de l’établissement.

La perte d’élan (d’espoir?) était telle que des associations sont montées au créneau pour défendre l’institution et faire prendre conscience aux décideurs de la nécessité de tout faire pour éviter le drame. D’abord réticents, ces derniers ont fini par céder à la pression populaire et ont décidé de changer d’instituteur, en nommant Gustavo Poyet.

Le choix de faire venir un Uruguayen a surpris. Comment un homme d’une autre nationalité et d’une autre culture pourrait-il réussir et relancer la dynamique? Par le biais d’une approche différente, pardi! Lorsque les enfants entendent davantage le son émis par leurs écouteurs que les consignes du professeur, parler ou crier ne sert à rien. Mais les toucher par l’éducation musicale…

 

« Hé, on n’est pas des meufs, pourquoi tu nous siffles?

– Ton prénom, jeune homme?

– Jérôme.

– Jérôme, tu seras prié de réfléchir avant de parler. Avec des mots, mon prédécesseur n’a pu ou su se faire comprendre. Alors je vais m’y prendre autrement. Vous aimez la musique. Moi, je suis une radio. Je sifflerai mes messages et ce sera à vous de tendre l’oreille. Selon le contexte et avec l’habitude, vous me comprendrez facilement. Prenez cela comme un jeu. C’est un peu le même principe que les Schtroumpfs.

Oh oui, j’adore ça!

– Et toi, jeune enthousiaste, tu es…?

– Jules, Monsieur. Hi hi, en plus, hi hi hi, le monsieur qui a inventé les Schtroumpfs, il a presque le même nom que vous, Monsieur!

– Lukas c’est Schtroumpf costaud! Ah pardon, moi c’est Younousse. Et lui, là, c’est Nico. Ou Schtroumpf à lunettes cassées ».

 

Pas de doute, avec une consigne aussi claire, Kamano sait quoi faire.

La méthode, mêlant plaisirs actuels et souvenirs enfantins sources de bonheur, a rapidement porté ses fruits et a su ramener discipline et efficacité. L’établissement s’est redressé au-delà des espérances: non seulement l’école ne sera pas reclassée en ZEP mais le club UNSS a gagné le droit de participer à un tournoi international de football l’an prochain! Les jeunes ont pu partir en vacances avec le sentiment du devoir accompli.

Les ouailles étaient de retour dès la fin juin. Mais au lieu de pouvoir préparer sereinement les prochaines échéances, un flou gigantesque les entourait. La cause? L’attente interminable du changement de direction empêchant les investissements nécessaires au renouvellement du matériel. Au grand désespoir de Maître Poyet, qui s’en est plaint publiquement.

Il est vrai que la situation est difficilement compréhensible. Les dirigeants n’étaient pas les derniers à s’extasier du redressement opéré au printemps. Mais ils n’ont jamais laissé un espoir de poursuivre sur cette lancée. La réussite récente  aussi eu un effet pervers: la fuite des talents.

Des éléments ont été repérés par des écoles étrangères et ils devraient quitter la Gironde. Ainsi, le petit Malcom a réalisé un petit tour d’Italie et a sorti son plus beau stylo de sa trousse « Neymar Jr » pour signer les papiers d’inscription à Rome avant d’apprendre qu’il était également réclamé à Barcelone. Revirement de situation incroyable. Le supplément offert par les Catalans paiera une villa au Cap Ferret aux futurs patrons. Car ne croyons pas que la totalité de cet argent servira aux fournitures scolaires.

Pablo vient de mettre son dernier slip dans sa valise. Direction la Russie. Et personne pour lui dire que le camp de vacances est terminé, là-bas…

Youssouf et Schtroumpf costaud étant suivis en Italie, d’autres départs sont à craindre.

Par respect pour ce qu’il a apporté dans le passé, nous aurons la décence de ne pas communiquer le résultat d’Ulrich Ramé.

Du côté des renforts? On vend aux parents d’élèves une jeunesse triomphante, des éducateurs spécialisés dans le développement des petits surdoués. Six ont rejoint Le Haillan. Dont Driss Trichard, en provenance d’Épinal. Mâtin quel bel homme! Et quelle belle ville! Un an à profiter de la diversité culturelle spinalienne et vous pourrez moucher n’importe quel beauf Nancéien venu pour manger vos patates vous apprendre ce que c’est, la vraie vie (l’auteur s’excuse des ratures malencontreuses, les trois neurones en sa possession ont pris une claque après avoir fêté les Bleus).

Aucune arrivée dans la classe des grands n’est à signaler pour le moment. Mais Poyet continue de prospecter dans l’éventualité où il recevrait une petite enveloppe contenant de l’argent de poche. Il a ainsi confirmé suivre Filip Bradaric, vice-champion du monde du jeu de dames. Un partenariat avec la médiathèque serait donc en vue. Et Diego Reyes, jeune Mexicain évoluant à Porto, serait également sur les tablettes (sacrée évolution: les gosses ne sauront bientôt plus ce qu’est une feuille de papier). Si cela ce concrétise, nous patienterons avant de juger mais nous pouvons déjà redouter les sorties à la piscine. Pourvu que la classe des filles ne s’y rende pas en même temps!

En attendant, les garçons révisent leurs gammes dans la crainte d’avoir tout donné les mois passés pour échouer au premier contrôle de cette année. L’Histoire n’est qu’un éternel recommencement et il est définitivement délicat pour des Girondins de mener à bien une Révolution sans tergiversations.

Le problème, ce n’est pas la profondeur du banc, c’est qu’il n’y a personne pour s’asseoir dessus.

Poyet répète à qui veut l’entendre que la situation est précaire. Il est le seul à tirer la sonnette d’alarme. Que font le CPE Ramé et le Principal Adjoint Martin? De source (peu) fiable, ils seraient en train de réviser leur anglais sur leurs cahiers de vacances.

Et nous, pauvres citoyens que nous sommes?

Nous dilapidons notre bronzage en arrachant notre épiderme et frôlons le panaris en rognant nos cuticules, comme autant de réflexes servant à lutter contre le stress de veille de rentrée. Sommes-nous prêts? Allons-nous suivre le rythme? Serons-nous à la hauteur ou irons-nous droit dans le mur? Quel avenir pour l’institution?

Plus le temps d’y penser: le maître a sifflé, c’est l’heure de se ranger.

 

Voilà, c’était le dernier billet de l’intersaison. Nous avons voulu vous faire patienter en vous servant des mets variés… Pour ceux qui auraient fait l’affront de ne pas lire le sublime article de Kiki concernant la réserve bordelaise, c’est l’heure de se faire pardonner en cliquant ici.  Et pour les autres, perdez-vous sur horsjeu, il y a plein de choses à lire et à écouter.

On se retrouvera très prochainement. Mes affaires sont prêtes.

A bientôt.

Nausée Savajicl

 

 

 

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.