Nantes-Bordeaux (0-0), la Scapulaire Académie livre ses notes

2

C’était du foot ou du rugby au fait ?

« J’ai rien fait. Vous n’avez pas le droit de me retenir ici
– ferme ta gueule et écris!
– je veux un avocat.
– Crevette ou vinaigrette ?
– mais puisque je suis innocent…
– écris et qu’on en finisse.
– c’est contre les droits de l’homme. Vous ne pouvez pas exiger cela. C’est contre les règles du droit international…
– rédige cette putain d’acad et boucle là.
– pourquoi vous faîtes ça…
– on tient ton fils! On le bute si tu n’obéis pas.
– attendez….je pourrais faire le prochain match…
– non! Les ordres sont les ordres. Tu écris sur le match de Nantes.
– putain non! Pas Nantes….pitié
– fais le ou on viole ta femme
– plutôt crever. Allez tous vous faire foutre
– rédige ou on dit à Gillot de titulariser Traoré jusqu’à la fin de la saison!
-…. ok! Par quoi je commence ? »

Bon tu l’auras compris ami lecteur je suis aux anges de te parler de notre ennemi le plus intime, le club avec qui on partage les côtes de l’océan Atlantique ce qui suffirait à nous faire aimer la montagne. Nantes c’est une ville immonde. Pas que la ville soit laide, mais elle est pleine de Nantais arrogants. Nantes capitale de la valse…de la valse hésitation : Bretagne ou Pays de Loire, aéroport ou pas aéroport, développement durable ou développement économique, Jean-Marc Ayrault ou Jean-Marc Ayrault? Une ville atypique et pleine de contraste où un doryphore en voie d’extinction peut stopper la construction du plus grand aéroport de France, faire reculer des bulldozers et briser la volonté d’un premier ministre mais incapable de sauver un club à la dérive. Une ville culturelle ayant vu naître Elmer Foot Beat et Tri yann alors que l’on n’y a toujours pas trouvé trace de la moindre impulsion neuronale. Nantes c’est aussi un club de foot ancré dans la ville et partageant son histoire et ses tares. Un club affligé des mêmes hésitations jusque dans ses couleurs : jaune ou vert, pomme golden ou pomme granny, ligue 1 ou ligue 2, FCN ou FCNA? Des hésitations qui traduisent des faiblesses psychologiques et une friabilité mentale qui expliquent que ce club fraîchement promu et caracolant dans le premier tiers du championnat laisse la dynamique sportive se casser à la perte d’un match sur tapis vert. Des faiblesses psychologiques donc, remontant au traumatisme de la création du club par deux collabos sous la seconde guerre mondiale. On comprend alors que la dictature de Valdemar…..que la présidence de Valdemar Kita est un hommage aux pères fondateurs. Un club qui a l’instar de la ville a construit sa prospérité économique sur la traite négrière avec l’exploitation ou la vente de Japhet N’Doram, Marcel Dessailly ou Claude Makélélé pour ne citer qu’eux. Mais si la ville a réussi sa révolution post-industrielle au profit du secteur tertiaire, en délaissant à Saint-Nazaire le bonheur ouvrier de construire des frégates pour que Poutine puisse déclencher la 3ème guerre mondiale en cabotant sur les côtes de la Crimée ; le club lui, a sabordé son joyaux de la Janolière sans pour autant réussir la transition de la cellule de recrutement. Le centre de formation des canaris n’a plus sorti un joueur digne de ce nom depuis des décennies et il est loin le temps où le club pouvait s’enorgueillir d’avoir formé des Deschamps, Dessailly, Loko, Ouédec, Pedros, Makélélé et autres Karembeu. C’est donc un chef d’oeuvre en péril que les hommes au scapulaire s’en viennent défier et du point de vue de la décadence du club, le FCN a de l’avance sur les Girondins.

La compo de Sieur GILLOT :
Image 1(3)

Le non-match :
Et la valse hésitation gagna le match et ton humble serviteur. A ce jour je ne sais toujours pas si j’ai assisté à un pathétique match de football ou un fantastique match de rugby. Dans le doute je te livre une double académie, à toi de faire ton choix.
Si tu es pressé, le match peut se résumé à ça :
GIF 1(2)
Dès la 2ème minute on sait à quoi va ressembler le match et on a qu’une envie:  aller noyer sa peine dans du chouchen. Série de tête façon hourra football et tir non cadré de BEDOYA. On sait désormais qu’une tête peut être utile à un Nantais pour autre chose que porter un bob ricard. En revanche on ne sait toujours pas à quoi servent leurs pieds. Belle série de chandelle, Henrique rate le MARQUE et le ¾ centre BEDOYA perce plein champs pour aller aplatir près des poteaux. Transformation réussi : 7-0 pour le FCNA. A la 19ème Corner pour Bordeaux, HOARAU envoie le cuir en tribune. Drop de HOARAU 15 mètres en face des poteaux : 7-3. 27ème un nantais chausse SERTIC, sur le coup franc SAIVET dédicace le ballon au kop girondins : « sans vous on ne serait rien » le problème Henri, c’est qu’en ce moment même avec nous, vous n’êtes pas grand-chose à part pitoyables. Pénalité face aux poteaux, SAIVET passe la balle entre les perches 7-6. A la 30ème, la défense bordelaise comme le public pionce à poings fermés et laisse BEDOYA et SHECHTER combiner près de la surface mais CARRASSO s’interpose en 2 temps 3 mouvements. Passage à vide sur la passe entre les deux ¾ canaris mais l’arbitre ne siffle pas, l’action est stoppée par le 15 girondins. 41ème DUPE le gardien nantais prend le dégagement raté de son défenseur pour une passe décisive et dégage au pied plutôt que de prendre le cuir de la main : corner. On ne sait toujours pas à quoi servent les pieds nantais… Arrêt de volée de l’arrière nantais, marque accordé par l’arbitre.

Mi-temps : nul nul nul

Début de deuxième période, les 2 équipes font un concours de passes aux gardiens. Début de deuxième période très tactique, les 2 équipes essaient d’occuper le terrain par du jeu aux pieds. 43ème SHECHTER croise la route d’HENRIQUE, en représailles l’Etat d’Israël aurait menacé la Gironde d’une nouvelle guerre des 6 jours. Plaquage cathédral de CARLOS, pénalité pour les jaunes. Sur le coup franc ORBAN se met sur le dos, écarte les cuisses et dévie le ballon dans le petit filet de CARRASSO. Ce dernier se détend et sort la balle avant de heurter le poteau laissant l’empreinte de son visage sur le montant droit des buts. Le nouveau Saint Suaire est donc à la Beaujoire. Pour les pèlerinages s’adresser à l’office du tourisme de Nantes ou au Pape FRANÇOIS. Les Nantais choisissent la pénale-touche, le lancer est récupéré par l’arrière girondin qui relance de derrière. 53ème CF pour Nantes, Djidji gagné par une Hoarite aiguë place sa tête hors du cadre. Chandelle du demi d’ouverture nantais, Djidji réceptionne la gonfle et aplatit entre les poteaux : 14-6 pour Nantes 55ème CF de SERTIC excentré sur la droite. Les autres girondins sont à la belote et personne ne coupe la trajectoire. Mêlée gagnée par les girondins, le demi de mêlée adresse une passe au pied au flancker girondins qui aplatit en coin. Essai non transformé 14-11. 60ème SANE retombe le pied droit sur un nantais…ce fût le gauche cela lui aurait porté chance, là il se tord la cheville. Beau rucking de SANE sur un jaunard, mêlée introduction Nantes. 68ème SAVET à droite à gauche à droite à gauche Henri nous rappelle avec ses passements de jambes qu’il est sur le terrain et que demain c’est jour d’élection. VEIGNAU vote blanc et tacle les deux pieds 50cm au dessus du sol. Corner selon l’arbitre. Chistera et croisée SAIVET joue pour lui-même (comme d’hab !) avant d’être poussé en touche. 68ème Billard, snooker et flipper ; les Girondins campent trois minutes durant dans la surface nantaise sans qu’un seul de leurs 18 000 tirs ne parvienne à DUPE. Série de pick and go girondins dans les 22 nantais, mais la défense tient bon et l’arrière jaune finit par dégager son camps. 78ème VALDEMAR KITA se fout ouvertement de la gueule de TRIAUD et de ses retraités avec l’entrée de PANCRATE. Le FCN fait jouer les morts, TIBERI demande des royalties. 81ème ROLAN enchaîne grand pont et perte de balle, de loin la plus belle action du match côté girondins. Débordement du ¾ aile le long de la touche mais le soutient tarde à suivre. 85ème dédoublement ORBAN-SAIVET, centre de ce dernier mais ROLAN envoi le ballon en sortie de but. Redoublement de passes et le demi de mêlée intercalé dans sa ligne d’arrière file derrière la ligne d’embut. Essai non transformé (ce doit être génétique pour ROLAN) 14-16. 88ème Bon pressing bordelais (il était temps) mais Bordeaux joue le contre si vite que la défense jaune, la moitié du FCN, les supporters jaunes et verts, Jean-Marc AYRAULT et toute la Loire Atlantique a le temps de se replacer en défense. 92ème SANE se croit déjà à la douche et s’astique la nouille tout en passant la balle à GAKPE qui envoie le ballon tester les pistes de Notre Dame des Landes. Autant dire qu’on est pas prêt de le revoir. Dernière action, on mène au score mais GAKPE passe l’ultime DROP et donne la victoire aux siens 17-16.

Les notes :

CARRASSO 5/5 : il était seul ce soir et il ramène un point. What else ?

MARIANO 2/5 : je l’ai vu dégager un ballon chaud..si si, je vous jure.

HENRIQUE 2/5 : sa prestation vaut 1 mais je sur-note volontairement pour le coup de boule sur SHECHTER et son air mécontent à la fin du match.

SANE 0/5 : sa prestation vaut 1 mais je sous-note volontairement pour sa passe décisive à GAKPE. Heureusement les pieds nantais sont inutiles.

ORBAN 1/5 : Non…rien !

POKO 1/5 : 6 traders de wall-street se seraient sucidés à la vue de son absence de rendement.

SERTIC 2/5 : on sera européen. Déclaration de GREG dans la presse. Les actes ????

NMB 2/5 : il se lasse d’être décisif pour rien

SAIVET 0/5 : :-/

JUSSIE 1/5 : c’est con il vient juste de retrouver son costume d’homme invisible.

HOARAU 0/5 : Réussit à joindre l’inutile au désagréable. Le pire c’est qu’il est capable de planter 15 buts chez les verts l’année prochaine.

Le ON-FIRE : DER ZAKARIAN, pas con il avait sentit le coup venir et a préférer choper un staphylocoque histoire d’avoir une bonne raison de sécher le match.

Le OFF D’AILLEURS : l’esprit derby, aussi absent de ce match que le talent et la volonté de nos joueurs.

L’Ours-à-collier

2 thoughts on “Nantes-Bordeaux (0-0), la Scapulaire Académie livre ses notes

  1. Ta chère ville de Bx,n’a t-elle pas été aussi un haut lieu de l’esclavagisme négrier? Peut etre plus que Nantes…Tu as une jolie prose mais t’es bete comme un bordelais,évidemment..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.