Toulouse FC – Olympique Lyonnais (2-3): La Viola Académie l’a mauvaise…

Après un match pour rien en milieu de semaine, les Violets retrouvent le Stadium. Face à eux, des Lyonnais englués dans la seconde partie du classement avec seulement treize points. Juste un de plus que nous. Jamais un match facile (surtout ces dernières années), les Gones n’ont jamais semblé aussi prenable, alors pourquoi prolonger les belles promesses entrevues en Bretagne mais avec plus de réussite?


Onze hommes en violet

Après son onze très rajeuni face au Chamois Niortais, Kombouaré rappelle les cadres: retour d’Amian, Vainqueur, Dossevi et Koulouris. 

Amian, plutôt attendu dans l’axe au vue des blessures, est aligné dans le couloir droit, son poste de prédilection. C’est Goncalves qui enchaîne mais ce coup ci dans l’axe. Belle preuve de confiance… Ou de manque de choix, mais on prend. Pour le reste du classique: Isimat-Mirin en patron et Sylla en saltimbanque. 

Au milieu, une surprise: la première titularisation du jeune Manu Koné. Autre jeune pousse prometteur, finaliste de la Gambardella l’an passé, il est lui aussi reconduit. Dans l’axe, au côté d’un autre taulier: Willy Vainqueur. On aurait pu attendre Boisgard, très bon à Rennes après son entrée en jeu et intéressant contre Niort par son activité incessante dans un milieu réduit à deux joueurs mais Antoine en a décidé autrement. À voir. En tout cas, Vivi Makengo, étoile filante du début de saison galère grave à retrouver une place de titulaire… Sur les côtés, le cap et le vice cap. 

Devant, Koukou-Yaya et des automatismes à trouver. 


Le mâche

Dès les premières minutes, les Lyonnais sont décidés à mettre en place leur jeu: Memphis, esseulé, arrive à fumer Goncalves au duel et s’effondre dans la surface. Les fameux circuits préférentiels. M. Abed va devoir être attentif ce soir…

Et son début de match n’est pas des plus simples: premier arrêt de jeu, la liaison avec le car VAR ne fonctionne pas, il l’annonce aux coachs: “on va faire ça à l’ancienne”. Les Rhônalpins peuvent déjà sortir leur bonnet de bain…

Les dix premières minutes sont hachées, dans le stade on s’impatiente. Aouar tente de réveiller tout le monde mais son centre est repoussé, Sylla puis Gradel lance le contre. Denayer intervient devant Sanogo. Sur le corner qui suit, Sanogo, encore lui, remise sur Koulouris qui pousse Lopes à sa première intervention. Bon, elle partait sur le poteau, mais c’est bien la première vraie action du match. Suivi du premier changement du match: le boitier de l’arbitre. On a plus attendu après la VAR que joué pour l’instant…
Il faut attendre le quart d’heure de jeu pour voir enfin le match se lancer, et de quelle manière! Sur une première balle en profondeur, Denayer dégage avec difficulté devant Sanogo. Gradel se bat, Vainqueur récupère le ballon et décale Manu Koné. Le jeune milieu toulousain envoie un caviar dans la course d’Amian, qui n’a plus qu’à centrer au premier poteau. Yaya surgit et rugit: 1-0. Superbe action des Toulousains, entre détermination dans la récupération et projection létale, efficacité totale.

Les Lyonnais tente de réagir mais Dubois envoie un centre directement au 17e rang du virage Brice Taton: Lyon a la balle mais ne franchit pas. De son côté le TFC joue assez bas et lance son pressing à partir de la ligne médiale, ensuite c’est vertical et avec le moins de touche de balle possible: on fonce vers le but de Lopes. 

Osé de laisser (ou subir) autant la possession, les Gones commencent à se mettre en route. Sur un premier bon centre de Dubois avant la demi-heure, Reynet part aux champignons sur sa sortie, heureusement Isimat-Mirin veille. On a frolé la catastrophe… Pas l’action d’après. Reine-Adélaïde récupère un ballon à l’entrée de la surface, élimine Goncalves d’une roulette et décale Memphis qui bat Reynet d’un plat du pied. 1-1. 

Le froid réalisme lyonnais nous fout le seum mais ne semble pas pour autant abattre nos Violets: après une superbe récup de Goncalves sur Dembele, les Toulousains combinent. Dossevi, seul dans l’axe, réclame la balle. D’un double contact, il dépose Andersen à l’entrée de la surface mais Aouar revient contrer sa frappe. Les espaces s’ouvrent, le pressing toulousain se desserre… Vainqueur est la plaque tournante de notre jeu, encore plus avec l’absence de Sangaré. 

Sur une belle phase de possession, Amian-Dossevi combine bien puis trouvent Koulouris qui lance Amian, intenable aujourd’hui, en profondeur. Sanogo lui grille la priorité et frappe aux coins des six mètres. Repoussée, Amian pousse au fond de la tête mais Yaya est signalé hors-jeu au départ de l’action… Excès de Toulousains dans la surface adverse, on se marche presque dessus! Gradel enchaîne avec une frappe lointaine, qui n’inquiète pas Lopes. Sur le contre, Aouar se libère au milieu et envoie Dembele dans le dos de NIM. L’ex coéquipier de Memphis au PSV tient le coup et enferme Dembele qui oublie Reine-Adélaïde en retrait. Sa frappe finit dans la Garonne. 

La mi-temps approche et première inquiétude pour Kombouaré: Yaya semble traîner la jambe depuis son but refusé. Mais on continue de pousser: Koulouris est repris par Andersen dans la surface, Sanogo qui ne peut pas mettre assez de puissance dans sa frappe pour tromper Lopes puis Denayer intervient à son tour devant Dossevi… La dernière action de la première période sera lyonnaise, sur un centre dévié de Koné (pas le notre), Reine-Adélaïde, seul au second poteau, est trop court pour la pousser au fond. Ouf. Mi-temps.


Premiere quarante-cinq minutes agréable et débridé, malgré un début haché par des problèmes techniques. Enfin une bonne entame de match de nos Violets avec un grand nombre d’occasions des deux côtés. Les Lyonnais semble prendre l’ascendant au milieu du terrain même s’ils n’auront cadré qu’un tir… Seule stat favorable au TFC et ses 38% de possession: on tente, c’est le plus important. 


La seconde mi-temps repart sur un long ballon devant: on a compris que Casa était parti les gars, vous pouvez passer à autre chose! Sur son premier ballon, Aouar transperce tout le bloc toulousain avec une facilité déconcertante… Memphis et Mendes déclenchent les premières frappes, sans réussite, mais Lyon entame ce second acte tambours battants. Aouar, encore lui, nous fait des misères et déborde côté droit. Sylla est à deux doigts de la pousser au fond mais la dégage dans un éclair de lucidité. Mendes a suivi et sollicite Reynet. Le TFC semble submergé au milieu, c’est les portes ouvertes… À noter que depuis le retour des vestiaires, Sanogo est strappé à la cuisse gauche. Espérons qu’il tienne le coup…

Jusqu’à l’heure de jeu, les vagues lyonnaises déferlent. Aouar mène l’attaque des Gones d’une main de maître. Mais tout bascule à la 58e minute: sur un centre inspiré de Sylla, Lopes et Denayer se percutent et la balle rebondit sur le dos du portier. Yaya protège la balle qui finit au fond! VAR évidemment, les Lyonnais n’ont pas attendu que la balle rentre dans le but vide pour sauter sur M. Abed. Lopes, après avoir vérifié d’un coup d’oeil que le ballon soit bien rentré, semble terrassé de douleur… Le Stadium chante à sa gloire d’ailleurs. Mais le but est accordé! 2-1. Ce sera la dernière douceur de Yaya dans ce match, diminué il sort en suivant. Leya Iseka le supplée. 

Les Toulousains reprennent donc l’avantage, un peu contre le court du jeu. Les Lyonnais intensifient donc leur pression sur le but violet. Sur un premier ballon mal contrôlé par Dembélé, Reynet sort en catastrophe devant Memphis et y laisse une épaule… Puis Dembélé ne rate pas le second: sur un cafouillage à l’entrée de la surface, il récupère et frappe en pivot. Reynet un peu court, 2-2…

L’avantage toulousain n’aurait été que de courte durée… Nos petits semblent émoussés, il serait judicieux pour Kombouaré d’intervenir là. Ca part dans tous les sens, Memphis se rate aux six mètres, de l’autre côté, Leya Iseka est coupé par Andersen. Centre sur centre, la bascule est proche. On entre dans le dernier quart d’heure de jeu, celui qui prend l’avantage prendra une option décisive. La première balle de match sera viola: sur un corner qui traine au second poteau, Koulouris casse la barre à bout portant… Dommage. C’est du ping-pong: Aouar-Memphis-Traoré répondent à Koulouris-Dossevi. 

Kombouaré revoit enfin ses plans au milieu: Makengo remplace Dossevi pour les dix dernières minutes. On passe en 4-3-3. L’énergie de Vivi est clairement la bienvenue dans un milieu en apnée depuis la reprise… Le pressing baisse en intensité, comme face à Rennes la fin de match est compliqué physiquement pour nous joueurs. Les retours défensifs ne sont pas toujours évident… Et ça se voit de plus en plus. Memphis et Cornet s’illustrent dans ces dernières minutes. Dembele croit même donner l’avantage à son équipe, après une frappe dévié de son compère hollandais mais il est hors-jeu. Première grosse alerte. Mais comme en première période, les Toulousains ne seront pas plus vigilant malgré ce premier avertissement et Memphis crucifiera Reynet, après un slalom dans une défense violette très statique. Défait, à la 95e minute, avec deux joueurs au sol sérieux… Fin de match houleuse, une dernière action ou les Toulousains réclameront une main dans la surface, sans le soutien de la VAR… Quel dommage, encore.


L’important, ce n’est pas que les 3 points

Une chose est sûre, on s’amuse au Stadium. On voit des buts, des occasions, des courses… Y a des attaquants, des projections, du mouvement. Mais aussi une grande fragilité défensive… Et en 4-4-2, il faut deux monstres au milieu pour soulager la défense et lancer l’attaque. Vainqueur et Sangaré ont le profil, c’est une évidence. Mais actuellement, ils semblent cramé et on manque de solution de secours… Makengo? Pourquoi pas mais pas dans les petits papiers d’Antoine. Boisgard? Intéressant mais même pas rentré aujourd’hui… Pourquoi donc? Mystère. Après oui Koné et tous les autres pitchouns, on valide (Sidibé un peu moins quand même…) mais ils sont si jeunes… Et encore, on ne chipote pas sur le véritable poste de chacun (10, 8, 6…).

Derrière, au risque de se répéter, on manque de stabilité. Amian change de poste toutes les semaines, Moreira fait des aller-retours… On se retrouve à jouer Lyon, un cador de notre championnat malgré son début de saison mitigé, avec un (super) joker médical et le cinquième choix en défense centrale… Heureusement, Sylla est toujours là…

Physiquement, on peut aussi se demander quelle a été préparation estivale des joueurs… Avec le match à Rennes, c’est le deuxième que l’on perd dans les derniers instants par manque de fraîcheur. On peut rajouter la fin de match contre Lille où les jambes n’y étaient plus. La philosophie de jeu du Kanak est bien plus énergivore que celle prôné par Casa sans être aussi violente que celle de l’Atletico… C’est dommage de perdre quatre points la dessus.

Enfin, la façon qu’à Kombouaré de rejeter la faute sur les joueurs en conf de presse après ce match est assez discutable. C’était à lui de faire les changements que l’on attendait tous. Laisser Vainqueur mourir sur la pelouse, Koné jouer entièrement son premier match de L1, faire entrer Makengo au lieu de Boisgard, attendre les dix dernières minutes pour coacher au milieu, ne faire que deux changements alors qu’on était cuit… Ca fait beaucoup de choix discutable. On a certes joué une grosse équipe avec beaucoup de blessure, mais il faut savoir aussi se remettre en question coach. Pas continuellement essayer de piquer les joueurs.


On tranche, on juge, on condamne… Avec amour et neutralité

Baptiste Reynet 2/5: Trois buts encaissés, des interventions pas toujours sereines, il nous a habitué à mieux.

Kelvin Amian 2/5: Hauteur d’une belle passe décisive et de nombreuses montées, son implication dans le jeu toulousain est de plus en plus intéressant. Mais il s’est progressivement éteint pour se faire crucifier à la fin. 

Nicolas Isimat-Mirin 2/5: Ca manque d’intervention décisive, comme un attaquant qui se produit des occasions mais qu’il la met pas au fond. On aimerait bien pouvoir retenir des grosses actions défensives. 

Mathieu Goncalves 2/5: Maintenu dans l’axe malgré le retour d’Amian, il a tout donné. Parfois décisif, parfois dépassé, on ne peut pas vraiment lui en vouloir. Bientôt à son poste?

Issiaga Sylla 5/5: Comme sa place dans le classement des joueurs qui ont le plus touché de ballons cette saison en L1. 5e, juste derrière Verratti et Thiago Silva, entres autres. Bon après on ne vous sort pas la stat des ballons perdus/passes réussies hein…

Willy Vainqueur 1/5: Balle au pied c’est toujours plaisant, mais clairement un gros coup de fatigue en fin de match. Il semble moins souverain au milieu, moins en jambe et dans un 4-4-2 ça peut vite poser problème…

Manu Koné 2/5: De belles inspirations, une belle qualité technique mais encore léger pour jouer relayeur en Ligue 1. A revoir.

Matthieu Dossevi 3/5: Bon match du vice cap. Indiscutable et déterminant dans l’animation toulousaine depuis l’arrivée de Kombouaré. Un léger manque d’efficacité aujourd’hui… Remplacé par Vivi Makengo (82e minute), qui semble relayer au bout du banc depuis l’arrivée de Kombouaré. Qu’il est loin le bon coup estival…

Maxalin Gradel 2/5: Intéressant Maxalin, mais il n’a pas réussi à faire son trou dans la défense lyonnaise qui l’a bien serré. On attend le retour du Gradel buteur!

Yaya Sanogo 3/5: Décisif sur les deux buts. Pas le plus technique ni le plus esthétique mais son apport est indéniable. Remplacé par Aaron Leya Iseka (58e minute) bien moins impactant…

Efthymios Koulouris 1/5: Une seule belle occasion qu’il a envoyé sur la barre… L’ingratitude du poste. On retient son manque de réalisme, il nous a habitué à mieux.

Antoine l’offensif 2/5: Le jeu est enthousiasmant, l’envie est là mais on peut aujourd’hui lui reprocher ses choix tactiques durant le match et de ne prendre ses responsabilités après les défaites de dernière minute.


Allez on file, on se retrouve dimanche prochain à la Mosson!

LaGaronneEstViola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.