Des demies pour les Bleues, pas pour les Anglaises

On a hésité avec « Oh les belles bleues ».

Et oui, le service pourrait sans problème travailler à lequipe.fr. Mais il a aussi sa dignité. Enfin revenons donc sur l’exploit de nos belles Françaises qui se sont arrachées pour rejoindre le dernier carré de cette coupe du monde. Si le but anglais est loin d’être dégueu, on applaudira surtout celui d’Emilie Busaglio, qui signe l’égalisation.

Et c’est donc aux tirs-aux-buts que nos superbes ambassadrices ont obtenu leur qualification.

13 thoughts on “Des demies pour les Bleues, pas pour les Anglaises

  1. La gardienne française est quand même un peu aux fraises sur la séance des tirs aux buts…

  2. Superbe plongeon en effet, il en ferait presque oublier la détente impressionnante de Deville sur le 1er but.

    Et que dire des célébrations des deux buts, la mitraillette et le cirage de pompes, merde les filles, vous valez mieux que ça, laissez ces conneries au foot masculin.

  3. Les anglaises que j’ai connues supportent bien mieux que ça la pression. Et aussi le whisky.

  4. sauf que c’est Elise bussaglia qui met le petit interieur qui va bien ^^et pas Emilie Busaglio … Vraiment un superbe match, bon par contre Thomis & Delie sont des croqueuses (et ne parlons pas de Necib) … ALLEZ LES BLEUES :)

  5. les filles ont l’air plus habilles de leurs pieds, les tirs sont souvent placés avec de l’effet et toute la finesse qui manque tant a un Djib’, les gardiennes parcontre ont une curieuse façon de plonger sur les penos !

  6. @ Lyes, non les filles ont les pieds habilles de la même façon que les mecs : chaussettes, chaussures et crampons (à moins qu’elles y mettent du vice..).

  7. Le plongeon du dernier rempart de la perfide albion sur le but francais est tout de même mythique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.