Toro – Juve (0-1) La Bianconero Académie reste maîtresse de la ville.

Salut les zèbres,

 

Semi-gueule de bois ce weekend après la performance de mardi, qui n’en était pas vraiment une faut le dire. Quoi de mieux pour se remettre dans le bain que le troisième et dernier Derby della Mole de la saison ? Et bien pas mal de choses en fait. Parce que le doute, cet insidieux fils de pute, se fraye un chemin jusqu’à l’âme de notre équipe tel un spermatozoïde alcoolisé en quête d’ovule un samedi soir. Espérons que ce match soit le stérilet qui neutralise le doute avant qu’il ne soit trop tard. Mais j’avoue ne pas être très serein. Pourquoi ? Et bien parce que le Toro qu’on rencontre ce dimanche n’a plus perdu depuis son match de Coppa de début janvier contre… la Juve. Match qui avait coûté son poste à Mihaljovic d’ailleurs. Sinisa a donc été remplacé par Mazzarri, la bête noire de Max. On est bien les gars, on est bien.

 

LA COMPO DE MAX

 

Heureusement, Max nous sort l’équipe-type. Ouf, j’avais peur qu’il fasse preuve de suffisance face à un adversaire qui a les dents longues. Après tout, la saison a été préparée pour arriver au top physiquement et mentalement aujourd’hui. Content donc de trouver les onze meilleurs joueurs disponibles pour ce match. Comment ça non ?

 

 

Bon en fait le Derby della Mole c’est pas si important que ça, faisons tourner l’effectif.

 

Cette compo aura au moins le mérite de sortir un Mario Mandzukic en difficulté depuis quelques matches. Mais comme j’ai promis à Pastoré Pollux de lui mettre un point en plus au prochain match, il aura sa note et puis c’est tout.

 

LA PARTITA

 

Le repas de famille dominical avec grande tablée, gras et boissons diverses, combiné à l’horaire d’une analité orientale à laquelle la Liguain va devoir rapidement s’accommoder, m’ont poussé à voir le match en diagonale. Littéralement. Alors que ladite tablée s’extasiait devant les exploits de Martin Fourcade, j’ai dû me farcir le mycANAL pété sur le téléphone posé à 45 degrés de mon tabouret de mec en bout de table. Lorsque je serai vieux, rouge et chauve j’imposerai un tout autre sens des priorités à la dynastie Bettégras. En vrac (et de manière non chronologique) ça a donné à peu près ça :

  • Higuain s’est blessé suite à un contact musclé avec Sirigu.
  • Belotti a toujours le niveau de confiance du mec qui refuse de péter après une semaine de gastro, malgré le Smecta. T’es pas en forme, mais aucune chance de se chier dessus avec tous les médocs que t’as pris. Tu risques plus l’occlusion intestinale qu’autre chose. Mais tu ne pètes pas, de peur de te chier dessus au rayon chips de ton supermarché. Et ben Belotti (et Obi) on royalement chié un deux contre un qui aurait dû faire mouche.
  • Bernardeschi a remplacé Gonzalo, et c’était bien. Pas que Pipita soit out, parce qu’à part un Mario hors de forme et un Dybala en reprise on n’a pas vraiment d’autre buteur. Non, Fredo a apporté son jeu tout en percussion, bien que peu varié il faut bien le dire. Il a brûlé la défense granata  sur un crochet/accélération dont il a le secret et centré fort devant le but. Alex Sandro, nouvel ailier du club, homonyme du défenseur qui valait 70 millions puis qui la saison d’après valait beaucoup moins, a conclu à bout portant (0-1, 33e).
  • Ansaldi est un petit être humain, il a failli péter la cheville de Pjanic. Mais point d’avertissement, non, pas la peine. Mèfi quand même, le karma peut prendre plusieurs formes mon cher Cristian…
  • Dybala, la Joïa (oui je sais c’est une boîte de nuit à Aix, c’est fait exprès depuis le début hein) a rejoué au football pendant trente minutes. Bon, il manque de rythme, mais ça on s’en doutait après un mois et demi sans jouer. La bonne nouvelle c’est qu’il s’est pas refait mal, et qu’il s’est créé des situations même s’il ne les a pas concrétisé. De bonne augure pour la suite, parce qu’au foot c’est plus facile de marquer des buts avec des attaquants.
  • On fait une clean sheet de plus bien aidé par le secteur inoffensif du Toro.
  • Je vous ai déjà parlé de la pénurie de joueurs offensifs ? Bernardeschi est sorti en toute fin de partita après une intervention de Rincon qui évacue la frustration de ne pas avoir été assez bon pour jouer à la Juve en pétant nos joueurs. Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien.
  • Alex Sandro a été pas mal du tout en fait dans cette position inhabituelle. Le missionnaire, très peu pour lui. Alex, il est plus presse-purée bulgare ou grand duc à moustaches.
  • Finalement, le Toro ne nous aura jamais inquiétés. Max a bien fait de faire tourner. C’est un génie. Enfin, à un détail près. Un détail germano-tunisien qui traîne sa nullité au milieu de terrain de notre équipe depuis un certain temps. Alors Sami, merci pour ce que tu as fait. Tu as été un superbe joueur de foot, mais va-t-en et ne reviens jamais. En tout cas pas tant que t’auras des crampons au pied.

 

LES NOTES

 

SZCZESNY (3/5)

Boarf, il a bien fait le peu qu’on lui a demandé de faire. Mais au fin fond de son cœur, il doit un peu déprimer à l’idée de ne devenir n°1 que lorsque Gigi aura enfin pris sa retraite, à l’âge de 67 ans.

DE SCIGLIO (3/5)

Son ascendance milanaise s’est estompée ce dimanche, et il est redevenu bon. Il a éteint ses adversaires directs. Ansaldi, Niang… Peu importe leurs noms !

RUGANI (3/5)

Monsieur Propre. Jamais pris en défaut, jamais mauvais, jamais excellent. Le mec qui fait le job.

CHIELLINI (3+/5)

Il a complètement séquestré Belotti dans sa poche. Comment ça il n’y a pas de poches dans les shorts de la Juve ? Vous voulez dire qu’il l’aurait séquestré dans son…non… pas possible. Si ? Bon, très bien. Dégueulasse, mais très bien.

ASAMOAH (3/5)

Kwadwo a été bon, et l’association avec Alex Sandro semble prometteuse. On va peut-être le revoir plus souvent.

STURARO (3+/5)

Il a bien pressé et coupé les attaques granata. Un petit plus pour les tartes qu’il a distribué, notamment celle offerte amoureusement à Niang.

KHEDIRA (2/5)

Beaucoup moins nul que mardi. Hélas, la quantité de nullité était si grande qu’elle n’a pas pu s’évacuer en cinq jours. Du coup, il a été normalement nul.

PJANIC (3+/5)

Mire a une fois de plus dû faire un match de besogneux et redescendre bas pour organiser. Mais il aime besogner le coquin. Notons que Sirigu, qui aura passé sa vie à être le gardien des méchants, lui a refusé un joli coup-franc en première période.

DOUGLAS COSTA (3/5)

Mais vous êtes fou Roberto ? Tout de même, trois sur cinq à Doogie pour ce match c’est…enfin c’est pas… enfin vous comprenez, non ? Bof. Le mec à quand même dû jouer en pointe alors que ses qualités s’expriment véritablement sur les côtés… ça doit compter pour quelque chose ça, vous croyez pas ? DYBALA l’a remplacé pour les trente dernières minutes et il s’est plusieurs fois retrouvé en bonne position. Et même si la réalisation était plus digne de Plus Belle la Vie que de Taxi Driver, on est content de retrouver le petit.

ALEX SANDRO (4/5)

Un de ses meilleurs matches depuis très longtemps. Il a fait beaucoup de mal avec Asamoah sur son côté gauche. Un but, presque deux même. La pénurie d’ailiers pourrait le pousser à s’installer un moment aussi haut sur le terrain. M’enfin s’il sort des performances comme ça à chaque fois hein…

HIGUAIN (NN/5) 

Gonzalo la tuile. Blessé par cet enfoiré de Sirigu, il a été remplacé au quart d’heure de jeu par BERNARDESCHI qui a récité sa partition classique. Responsable d’un presque viol collectif sur la gauche de la surface du Toro sur le but, il a continué à faire du Fredo tout au long du match. Provoquer, presser, jouer et faire jouer. Même s’il n’a qu’un move, il est fort ce con. Il a lui-même été remplacé par LICHTSTEINER à la 92e.

MANDZUKIC (+1/5)

Il lui manquait un petit quelque chose mardi. Le tort est réparé.

 

On en est toujours au même point puisque le Napoli a gagné contre la SPAL à domicile. On se retrouve dimanche prochain pour deux matches en trois jours contre l’Atalanta.

Un grand merci à Juvefc.com qui m’a autorisé à utiliser ses compos pour illustrer la Bianconero Académie. On gagne en beauté, c’est bieng. Vous avez été épargné par la photo dégueulasse aujourd’hui, mais ne croyez pas que vous vous en sortirez comme ça toutes les semaines.

 

Fino alla Fine,

Un baccio nel culo.

Roberto Bettégras

Gérontophile alcoolique et dégarni. On dit que je ressemble à Matteo Salvini, mais pas politiquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.