Bordeaux-Caen (0-0) : La Scapulaire Académie s’endort devant Gazon Maudit

« Le poisson ne sait pas que l’eau existe. » Les Bordelais apprenant, par hasard, l’existence du match contre Caen….

Ras le bol des rediffusions à la télé, les mêmes films, les mêmes émissions, les mêmes stars, voilà maintenant qu’on se retape les mêmes matchs. Nous ne reviendrons pas sur la tristesse d’une Ligain qui préfère bien défendre plutôt que d’aller chercher des points en tentant de jouer un tant soit peu. C’est une réalité, je vous l’accorde. Mais chaque samedi ou presque, nous allons devoir rencontrer des équipes qui refusent le jeu, qui courbent l’échine pour mieux te contrer. On peut être consterné, s’agacer de devoir lutter contre le sommeil et pleurer nos points perdus sur l’autel du beau jeu. Mais, de grâce, ne nous mentons pas. Nous ne sommes loin d’être exempts de tout reproche.

Commençons par la pelouse. Et nous sommes déjà bien aimables de la dénommer ainsi. Une question me taraude d’ailleurs. Pourquoi personne n’a pensé à demander à un des  jardiniers des golfs aux alentours de venir faire un tour ? C’est bien la peine qu’on se foute de notre snobisme, du pull noué sur les épaules, du petit polo Serge Blanco ou du foulard Hermès et qu’on soit incapable de recruter un Nicolas le Jardinier local pour une petite pige (non, ce n’est pas une coquille monsieur Morandini).  On nous parle de champignons, c’est sympa les pleurotes (et on ne parle pas des journalistes de l’Equipe en pleine recherche pour des Unes encore plus polémiques) en omelette mais pour jouer au foot, on a déjà vu mieux. Comment veux-tu pratiquer un football juste correct sur un terrain digne des matchs de district où les gars arrivent cinq minutes avant le début du match, la clope au bec et une Kro chaude dans la main. Ce sont les conditions parfaites pour un gars comme Sidney Govou. Une idée pour la cellule de recrutement ?

Le match ? Parlons-en, puisque nous nous sommes contractuellement obligés de produire quelques lignes, elles seront modestes, soyez en sûr. 90 minutes d’un ennui total émaillé de deux petites occasions (la frappe de Menez et la tête de notre plombier à la dernière seconde). Ce fut une litanie de passes latérales, de longs ballons balancés en six mètres et de centres au petit bonheur la chance. Alors, oui, Caen a garé le bus devant le but et planté les tentes. Encore un peu, ils sortaient même la guitare pour chanter du Stéphane Eicher à tue-tête. Il va bien falloir trouver des solutions pour battre ces équipes de  Zadistes qui ne demandent que ça dans le fond (on ne va pas épiloguer sur ce mécanisme freudien, faites-nous confiance). Et si la pelouse n’était pas la seule mycose de nos problèmes ?

 

Le mal-être de l’attaquant Caennais.

Les notes

Carrasso 4/5 A ce rythme, on va bientôt évoquer l’Equipe de France. La pierre angulaire de la défense. Rarement mis en danger, il fait le travail avec une sérénité confondante.

Contento 2/5 Jamais pour ainsi dire réellement mis en danger, Diego est toujours aussi timide en attaque. Et quand il force sa nature, nous le regrettons presque aussitôt. Un héritier naturel à Bruno Bastos. Ça va être sympa samedi au Parc …

Pallois 3/5 Il est revenu le Nicolas. On ne parle pas du petit plein nerveux qui s’agite depuis le début de l’été mais bien du nôtre. Costaud, dans le tempo, de bon augure avant d’affronter Cavani. Attention Juppé !!

Lewczuk 3/5 Le Polonais s’impose et sans une main trop ferme de Vercoutre, il aurait même pu être le héros de la soirée. Et on parle des Girondins en Pologne, une première depuis Obraniak.

Sabaly 3/5 Comme d’habitude, même si par moments, il faudrait qu’il canalise un peu sa fougue. Parfois en difficulté dans son dos (Nous refusons de reproduire une blague facile et salace et encore moins de l’associer à un célèbre animateur radio. Nous ne mangeons pas de ce pain-là ici), mais en aucun cas, il ne peut être mis en examen pour corruption d’effort.

Plasil 2/5 Un match qu’on qualifiera d’Helvétique. D’une neutralité confondante.

Sertic 2/5 Précieux à la récupération, notre Croate n’a jamais pu apporter en attaque. Comme les autres quoi !!

Touré  2/5 Thomas a loupé son match dans les grandes largeurs. Aucun décalage et rarement en situation d’être dangereux. Remplacé par un Ounas à la 61e qui ne profite en rien de la situation.

Malcom 2/5 Il a failli faire basculer le match après son joli centre pour le Polonais. Mais comme ses compères de l’attaque, il n’a jamais su faire la différence.

Menez 1/5 La déception du match. Entre les ballons perdus tête baissée et les simulations plus dignes d’une série AB que de l’Actors Studio, pas grand-chose à retenir. Il en a gardé pour samedi prochain sans aucun doute.

Laborde 2/5 Match anonyme. Remplacé par IKT à la 62e qui n’a pas confirmé le miracle lorrain.

 

Chez nos amis les ancêtres des Gaulois

Déjà qu’on a galéré pour pondre des notes à nos gars, ce n’est pas pour se pencher sur les vôtres. On en reparle au match retour.

Kiki Musampalà.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 Comments

  1. Monsieur Cédric Carrasso. Ce n’est pas votre grand-mère . Ni la mienne. Sil vous plaît.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *