Lettres Persanales : Lettre I

17 février

Mon cher Imaj,

Tu ne me connais pas encore, mais comme M. Fraimbois, mon professeur de français, m’a donné ton adresse pour que tu sois mon correspondant, voilà, je t’écris.

Je m’appelle Emil, j’ai 13 ans, je suis en 5e et je suis seizième de ma classe. Niveau physique, je suis plutôt grand (1 mètre 47), assez mince (29 kilos) et les filles me trouvent mignon. Bon, je suis dans une école de garçons, alors les seules femmes que je connaisse, ce sont ma mère et mes treize sœurs, mais chez nous ça compte quand même ; je t’expliquerai. J’ai la peau moite – les filles aiment bien –, les ongles longs et noirs et les yeux verts. Mes cheveux sont « épars », je ne sais pas trop à quelle couleur ça correspond, c’est mon père qui dit ça mais quand je lui demande il refuse de m’expliquer. Tu l’auras compris, j’ai tous les attributs qui correspondent au modèle de beauté, chez moi comme dans votre belle Europe.

Maintenant je vais te parler de mes passions, histoire que tu me connaisses un peu mieux. D’abord, j’aime bien la musique. Mais pas tous les styles. Par exemple le rock, c’est trop brouillon, on ne comprend pas la musique. Le rap c’est plus sympa mais on ne comprend pas les paroles. La dance c’est pour danser mais on ne comprend pas trop les pas. Bref, j’aime tous ces styles différents mais je préfère les musiques qui se comprennent bien, comme par exemple La Longue Tirade vers la liberté qui est l’hymne national de mon pays, l’Analistan. Je t’enverrai une cassette où il est enregistré si ça t’intéresse, quoique je ne suis pas sûr que vous ayez déjà l’usage de cette technologie de pointe chez vous. Dans notre pays, c’est le format standard depuis longtemps. On a même des disquettes (mais je ne sais pas trop à quoi ça sert).

Enfin, assez parlé musique. Ma vraie passion, et ça je suis certain que tu connaîtras, c’est le football ! Ici, en Analistan, on voue un vrai culte à ce sport. Pas autant qu’à Sovenou Yalfeucheneou, le Maître-Chien des Peuples de la Terre, le dévoué chef de notre État démocratique, mais presque. Tout le monde joue : femmes, enfants dès le plus jeune âge, parfois les animaux… et les garçons bien sûr. On ne pratique pas aussi bien que vous mais ici personne ne ménage ses efforts pour essayer de marquer. Et de temps à autre, si le Kibboutzmestre l’autorise, quelques personnes peuvent regarder un match de Djougabachviligue 1, le championnat analistanais, sur la télévision commune du quartier. Moi je joue un peu aussi, même si je t’avoue que je dois encore pas mal progresser pour essayer d’atteindre le niveau de Khinrou Astachmou, notre meilleur joueur (il est attaquant au Fer-à-Cheval Rectoumgrad, le club des cavaliers de la capitale). Je joue en attaque et gardien aussi. Souvent gardien, mais c’est parce que quand mon équipe prend un but il faut courir pour toucher la barre transversale de son propre but. Le dernier à la toucher va aux buts et tu te doutes que j’arrive souvent le dernier étant donné que je pars de l’attaque, à l’autre bout du terrain. La dernière fois, j’ai failli y échapper mais j’ai juste perdu deux dents parce que j’ai percuté le mur qui servait de but à pleine vitesse. Parfois je dois aussi rester au but même si mon équipe a encaissé un but. D’après les autres, c’est pour le bien de l’équipe. Ils doivent me trouver pas mal, comme gardien !

J’espère que tu aimes le foot aussi et que vous jouerez avec les mêmes règles que nous un de ces jours. D’après le Kibboutzmestre, notre équipe nationale n’a pas le droit de jouer en Europe parce que votre règlement interdit de tenir un bout de bois à la main pendant le match.

Si tu réponds à cette lettre et qu’un jour on se rencontre, je pourrai te montrer ma collection de protège-tibias. C’est l’accessoire le plus important du football, presque autant que le ballon, que l’on peut remplacer par un enfant pas trop gros si on n’en trouve pas. J’ai trois protège-tibias dans ma collection, tous des gauches, tous offerts par Youri Grantakan, le meilleur défenseur du Natianal Saint-Kalembourg qui est le club de ma ville. Il les perd souvent car il pratique le tacle glissé comme personne, ce qui vaut parfois des évacuations de mineurs en plein match. Heureusement je suis malin et pas très épais alors je me glisse un peu partout pour voir ses exploits malgré l’interdiction (la majorité est fixée à 32 ans, chez nous). Je ne sais pas si nos matchs passent chez vous, mais je pense que ça vaudrait le coup que tu voies un match un de ces jours. Et puis on pourrait aller au stade ensemble !

En espérant pour commencer que tu me répondras, je te souhaite une bonne journée.

Amicalement,

Emil

Mason Mountesquieu

Le premier auteur de roman espitanalaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.