Turquie – France (2-0) : L’Académie française sans haie döner

A deux doigts de leur dire d’aller se faire cuire le cul.

Déjà que les matchs de l’EDF en fin de saison sont rarement passionnants, si en plus nos lascars en foutent pas une, ça devient encore plus compliqué. Et en plus y’a la Coupe du Monde de nos Bleues à côté. Bref, un match malgré tout à enjeu (la France et la Turquie sont, avant le coup d’envoi, co-leadeurs du groupe de qualification pour l’Euro 2020), et que l’on se doit de jouer sérieusement.

La compo :

Le derrière :

Charnière classique, Pavard toujours là, Digne toujours remplaçant du remplaçant.

Le milieu :

Kanté étant indisponible pour ce match (comme pour le match suivant face à Andorre), c’est Moussa Sissoko qui se retrouve au milieu avec Pogba. Vous me direz, pourquoi pas. Quitte à ce qu’il joue, autant qu’il soit pas ailier droit.

Le devant :

Classicisme aussi de la part de Deschamps, qui nous confirme toutefois que Matuidi ailier gauche, ce n’est plus une tactique, mais un choix (Lemar est touché, mais il aurait pu mettre Coman).

Le match :

30 minutes de match haché. Les Bleus sont globalement mauvais, les Turcs mettent une bonne pression sur nos sorties de balle. Le stade de Konya vibre fort et rend nos 11 Bleus quasiment amorphes. On donne des coups et on en prend, à l’image de ce coude dans la tronche de Giroud ou de cette vilaine faute de Pogba qui aurait dû être averti. Notre défense est moyennement sereine, en atteste ce bon centre d’Under qui touche son attaquant dans la surface sans souci, Umtiti étant à 5 mètres de son adversaire.

Pour ce qui est du n’importe quoi, Pavard n’est pas en reste et commet une bête faute aux 35 mètres. Le coup-franc, que se charge de tirer Under, atteint Demiral au second poteau, lequel remet vers le défenseur turc Kaan Ayhan, seul, qui peut propulser le ballon au fond (0-1, 30e). Défense apocalyptique : Digne est battu par Demiral, Varane et Giroud testent l’autodéfense, c’est-à-dire la défense sur un coéquipier en laissant l’adversaire seul, lancé, au point de pénalty. Splendide.

Ce que l’on voit est minable, les Bleus sont absents. Sur un long ballon, Varane perd son duel de la tête, Umtiti vient en couverture mais fait une passe à chier directement sur un attaquant turc. Le contrôle est un peu long, Pogba vient le récupérer à l’entrée de notre surface. Ah bah non, il essaye de protéger le ballon et tombe comme un vulgaire Neymar, en attendant que ça siffle faute. Le jeu se poursuit. Tokoz décale logiquement à droite vers Under, qui ajuste Lloris à l’angle droit de notre surface (0-2, 40e). Sur un corner quelques instants plus tard, c’est Demiral qui manque d’alourdir la marque. Y’a rien à dire, c’est minable.

La mi-temps arrive avec son lot de changements : Coman remplace Matuidi, Ferland Mendy remplace Digne, soit un nouveau côté gauche. On ose alors croire qu’un discours vénère de DD dans le vestiaire va remobiliser ces 11 tocards.

Que nenni. Varane, fébrile, perd un ballon sur notre côté aux 20 mètres, Pavard n’aide pas, Yilmaz met Lloris à contribution. Tout juste après, Lloris encore détourne une belle tête de Tokoz. L’heure de jeu est là, et toujours pas d’occasion franche côté bleu. Sur une remise de Griezmann de la tête, Giroud est trop court. C’est encore Hugo qui sauve la baraque sur une frappe turque aux 25 mètres, alors que Pogba assiste à la scène en trottinant.

On a le ballon et on ne sait pas quoi en faire. Aucune imagination, aucun mouvement. Oliv’ laisse sa place à Ben Yedder. Wissam se bouge le cul au moins, il obtient quelques coups francs. Sur l’un d’entre eux, le gardien turc sort avec les poings, Pogba avance avec le pied. Il est là le danger bleu ! Par le pied en l’air dans le gardien adverse. Encore 10 minutes de bouillie.

C’est nul Denis, c’est nul. Je ne sais pas si Mbappé a touché un ballon entre la 60e et la 85e. Coman provoque, provoque, provoque et ça ne sert à rien, rien, rien. Sur un contre turc, Yilmaz manque le 3-0. Après une magnifique manchette de Lloris dans les derniers instants, le coup de sifflet final.  On en reste là, vaut mieux.

Le débrief :

Aucun tir cadré pour les Bleus, une première depuis 10 ans. Et quatre tirs en tout. Famélique, et ridicule. Rater 45 minutes, ça arrive. Rater un match entier, aussi. Mais en général, il y a au moins une réaction, un soubresaut d’orgueil. Mais là, rien. C’était nul de A à Z, sans passer par L, comme Lloris. La saison est longue. Elle n’en finit pas. Il y aura encore Andorre ce mardi. Et puis, bien sûr, vu le format des Eliminatoires, le résultat n’est pas dramatique, les deux meilleurs premiers étant qualifiés. Mais tout de même, qu’on en finisse et qu’on parte tous en vacances.

Les notes :

Lloris (4/5) :

Il ne peut pas grand-chose sur les deux buts, notamment le premier où il est abandonné par sa défense. Pour le reste, il maintient la baraque et évite une branlée.

Digne, Umtiti, Varane, Pavard (0/5)

Tir groupé de tocards.

Sissoko, Pogba (0/5) :

Zéro + zéro, j’ai besoin d’un dijo.

Matuidi, Griezmann, Giroud (0/5) :

Pas de jus, pas d’envie, pas d’inspiration.

Mbappé (0/5) :

C’est pas souvent, mais là :

Vous aimez les Bleu(e)s ? Plein d’analyses pertinentes et de commentaires truculents ici. ET FAITES DES DONS A HORSJEU JUSTE EN DESSOUS.

Didier Décampe

Un commentaire

  1. Je ne sais pas quoi dire alors je vais la fermer. Ah si, j’ai pas vu le match.

    Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.