Amiens-PSG (0-3) – La Porte de Saint-Cloud en a VAR

Ben comme au match précédent, et comme pour de nombreux avant lui, la VAR a encore été le juge de paix de cette joute.

Pas que le basket me dérange, mais cette manie de vouloir faire en sorte que le sport roi se rapproche d’une activité qui fait moins bander les Américains que des voitures qui tournent en rond pendant 804,672km a cette tendance à me casser les couilles.

Je suis pas un puriste, mais j’apprécierais moyennement qu’un enculé décide de vérifier si mon Red Dead Redemption a été inséré correctement dans ma console avant que je puisse jouir pleinement du fruit de mon dur labeur.

Je me vois mal attendre qu’un enculé planqué dans un camion près de chez moi vérifie que le processus de préparation du couscous de maman soit à son goût avant que je puisse plonger mon long attribut… nasal dans l’assiette.

C’est un peu comme si chacun des mots que tu lis ici devait passer entre les mains d’un relecteur avant de pouvoir polluer ce site d’artistes incompris.

Bref, passons.

Amiens a bien vu ce qui s’est passé face aux paysans bretons, donc la même tenue est enfilée à base de bloc bien solide que ce bon Georges ne renierait pas, même si on peut toujours compter sur un hobbit pour s’approcher du but, mais Grand-Pas n’a pas aiguisé sa lame. Je trouve que c’est un bon, et triste résumé du premier acte, qui montre l’importance de Neymar face à ce genre de football (ben oui, 222 patates pour ça). Ah oui, on a faillit se faire niquer à la 47e sur un magnifique combo dribble de merde, repli de merde, interventions de merde, heureusement, Alphonse veille.

Bon, ça a dû faire la causerie en VO dans le vestiaire, parce que bizarrement tout le monde a enfin allumé le moteur, et il faut 10 minutes pour que Blin (après délibération de cette VAR de merde) offre un penalty à Edi (57e). Mbappé se rappelle qu’il peut joueur au foot de temps en temps, et profite d’une offrande du même Edi (70e). Ah, et comme on est régulier, c’est Marqui le soldat qui achève la bête 10 minutes plus tard sur un cadeau de Julien, régaleur du soir.

Bon, fallait reprendre la marche en avant, et remettre la machine en route avant d’aller visiter la maison mère pour (comme la vie est bien faite), préparer la vengeance sur Guingamp.

AREOLA (3/5): T’es là tranquille, en train de te chauffer les mains dans ton caleçon, et là BAM, ta défense décide de faire n’importe quoi et t’es obligé de te salir. Clutch

MEUNIER (2/5): Qu’est ce que tu cours mon con… mais qu’est ce que tu sais pas défendre non plus, et tu sauves pas ton match en offrant un but cette fois.

THIAGO (3/5): Il anticipe tout, c’est vraiment beau à voir, et ses lèvres pulpeuses m’amènent chaque jour un peu plus à me poser des questions sur mon orientation sexuelle.

MARQUINHOS (4/5): De retour à la maison. Maman à côté pour couvrir, tellement serein qu’il a laissé son bordel envahir la surface adverse.

BERNAT (2/5): Pas trop bousculé, donc il a pu attaquer, mais trop timide.

ALVES (2/5): Respirez, fermez les yeux, et imaginez déjà la Masterclass de papy devant les fils de Luke Seafer. Non il va se faire déglinguer, j’espère que le DS aperçoit l’appel au secours de Thomas à travers Dani.

VERRATTI (2/5) : Marco l’hyperactif, Marco est en forme, Marco sait tout faire, mais Marco ne frappe jamais, et ça commence à gentiment nous casser les couilles.    

DRAXLER (4/5): Que de douceur, de touché, de déplacements intelligents, de gestes de grandes classes. Un Draxler à ce niveau, et tout roule. La preuve ? Voyez son match précédent, et le résultat final.

DI MARIA (1/5): De la merde. Vraiment plus actif dans les 20 dernières minutes lorsqu’il a changé de couleur et pris le numéro 27.

MBAPPE (2/5): Ben c’est pas terrible depuis un petit moment, mais ça a le don de se montrer décisif, sans ça, c’est vraiment de la merde.

CAVANI (2/5): J’te dis qu’t’es tendu c’est qu’t’es tendu !

KURZAWA (NN): A permis de nous offrir une doublette Alves/Bernat au milieu.

DIABY (NN): Mieux que le titulaire, comme souvent.

CHOUPO (NN): Match à l’extérieur sans se faire cambrioler, y a du progrès.

PAPUS

Papus Camarade

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.