Angers – Nîmes (3-0), la SCO Académie en a mis partout

Salut les bouseux,

Historique, cela va sans dire. 21 ans après, le SCO rejouera dans l’élite du football français, après de longues saisons de galère.

Du coup et même si vous connaissez le résultat (de toute façon, c’est marqué dans le titre, bande de cons), on va faire durer le plaisir, et on va parler du match contre Nîmes.

Les NÎMOIS, comme toute personne saine d’esprit travaillant se masturbant (intellectuellement) chez HorsJeu.net, sont des personnes que l’on peut qualifier comme ayant des moeurs très douteuses.

Néanmoins, hors de question sur un site à la mentalité respectable comme celui-ci peut l’être de juger ces personnes: poster des photos de bite à tout va, oui, la chienlit, non.

Admettons tout de même que nos hôtes d’un soir ne font rien pour discréditer cette rumeur persistante: Alors que le match aller fut remporté par nos adversaires sur un score de 3 buts à 2, lors d’une soirée durant laquelle nos défenseurs se firent prendre dans le dos de manière constante, nous causant une vive douleur anale.

Signalons également cette histoire de matchs arrangés, où de manière totalement contraire à l’éthique sportive du championnat français (Coucou l’OM #AJamaisLesPremiersASeFaireChoper), les dirigeants du Nîmes Olympique tentèrent de fausser des matchs à leur avantage, dans le but d’assurer leur maintien, et d’entuber les autres clubs à la lutte pour ce même maintien.

Poursuivons sur cette histoire de matchs arrangés, où la LFP et la FFF, par deux décisions contraires, firent ressortir et rerentrer les NÎMOIS en Ligue 2, et ce par le mécanisme rectal du championnat, plus communément appelé la relégation.

Au vu de la simplicité administrative française, il n’est pas utopique de penser que ce va-et-vient puisse se répéter plusieurs fois, procurant de ce fait l’espoir d’un maintien pour les gardois, et par conséquent un plaisir sans aucun doute malsain, mais un plaisir quand même.

Pour conclure, nous ne contredirons pas les témoignages sympathiques à l’égard des Gardois; Sans nul doute sont-ils sympathiques, encore est-il que nous n’irions pas partager une tente (ni une tante) avec eux.

Les éclaircissements nécessaires à la bonne tenue de cette académie ayant été faits, nous pouvons dès à présent passer au match.

Avant-match:

Comme vous le savez si vous avez lu ma précédente académie (si c’est le cas, je vous félicite, parce qu’elle était vraiment nulle), un simple nul nous permettait d’accéder au nirvana du football français, alors que même une défaite pouvait, sous certaines conditions, nous permettre de conserver notre place si chèrement acquise sur le podium.

Bien évidemment, sitôt le résultat acquis contre Nancy, les dernières places en vente furent acquises: le stade Jean-Bouin jouera, comme on pouvait s’y attendre, à guichets fermés (d’autant plus vrai qu’une partie des places du parcage, c’est à dire 400,furent mises en vente 3 jours avant le match).

A ce propos, pour tous ceux qui ont acheté des places dans le but de les revendre à un tarif qu’à défaut d’exorbitant, nous qualifierons de complètement dénué de sens commun, nous avons l’immense honneur d’accueillir, pour le dernier match de la saison, un invité de prestige, à savoir le co-écrivain de la Canebière Académie, Monsieur Lapin:

Et d’autant plus quand votre seule défense est « Fallait acheter des places avant ».

Pour le reste des angevins s’étant subitement découvert une passion pour le foot en ce 22e jour du mois de Mai millésimé 2015 (car oui, l’angevin est un footix comme les autres), un écran géant était installé sur la place Leclerc, non loin du Palais de Justice : si instruction judiciaire il doit y avoir, au moins se fera-t-elle avec une rapidité à faire passer n’importe quel cycliste pour quelqu’un vivant d’amour et d’eau fraiche.

Quand à votre serviteur, étant bloqué jusqu’à une heure trop tardive (qui lui fera louper les premières minutes du match) à une chose qu’on appelle « travail », c’est de son streaming habituel qu’il suivra la rencontre.

La compo:

Retour du 4-2-3-1 face à un adversaire dont l’inefficacité des derniers matchs ferait passer René Girard pour un génie du football offensif.

Du coté de l’effectif, Bouka-Moutou, officiellement victime d’une tendinite aux adducteurs (officieusement, il n’aurait pas supporté la vision rapprochée de Mathieu Robail vêtu du maillot home gardois) est forfait pour ce match. N’ayant pas de défenseur gauche de métier pouvant faire office de doublure, c’est Manceau qui va occuper ce poste, sauvant du même coup sa place dans un 11 composé des meilleurs joueurs du moment.

Sur le banc, on retrouve Letellier (g), Guillon, Keita, Gomez et Ayari, Cap’tain Auriac faisant office de 17e homme.

Le match:

Une chose est sûre, nous n’aurons que peu tremblé dans ce match. A une entame convaincante de nos protégés, visiblement (et étonnamment) sereins, s’ajoutait le facteur X, plus communément appelé Dijon Football Côte d’Or: incapables de battre Châteauroux à domicile, les bourguignons, contre toute attente, ouvrir le score contre Nancy, et ce au bout de 3 minutes de jeu. Sachant que dans le cas présent, même une défaite contre les NÎMOIS nous permettrait de décrocher le dernier sésame, c’est plus détendus que nous abordons la rencontre.

Et, dans le sillage d’un Ngando particulièrement inspiré, le SCO va tranquillement dominer la première mi-temps, où nos slips seront que peu mis à contribution, la faute à quelques petites erreurs de placement, que les visiteurs s’empresseront de goinfrer.

Et, alors que l’on se dirige tout droit vers un score nul et vierge à la mi-temps, un coup-franc tiré par Ngando trouve Diers, qui trouve d’une subtile remise N’Gosso, dont la frappe vient se loger dans le petit filet des gardois. SCO 1-0 NO

A peine le temps de profiter de la mi-temps pour se restaurer et de mettre 2/3 litres de breuvage alcoolisé supplémentaires au frais que Ngando, trouvé sur l’aile gauche, réussit un cadrage-débordement (que n’aurait pas renié Vincent Clerc s’il savait encore courir) et centre pour Clémence, qui conclut d’un plat du pied. SCO 2-0 NO

Le SCO joue alors de manière totalement libéré, et sur une récupération haute de Camara, Mangani adresse un centre flottant pour Clémence, lui permettant d’inscrire un doublé et une place éternelle dans nos cœurs. SCO 3-0 NO

La fin de match sera l’occasion d’envoyer une standing ovation pour chaque changement angevin : Clémence, Ngando et Diers sortiront ainsi sous les vivats d’une foule que l’on ne peut qualifier d’incandescente, au vu des trop peu nombreux fumis vus lors de ce match.

Signalons également que Butelle aura eu l’occasion de participer à la fête, en arrêtant brillamment une frappe de Maoulida suite à un des rares bons mouvements gardois. Et, à l’instar de ce que peut être la cigarette après l’amour (votre serviteur part d’un postulat, n’ayant jamais pratiqué aucune de ces deux activités), Ayari sera tout proche d’inscrire un quatrième but, suite à un centre de Gomez.

Vint alors la fin du match où, sans aucun doute, des images seront bien plus explicites que des mots :

Il aura fallu 5 secondes de Ligain pour que les supporters fassent dans le cul de Thiriez.

#MeilleurPublicdeFranceAla38eJournée

Les notes:

Dans ce match à la saveur historique, on ne peut que féliciter NgandoNgosso et Clémence pour leur efficacité.

Mention également à Mangani et Charly, dont les statistiques offensives ne reflètent pas leur apport dans le jeu.

Enfin, remercions Butelle et à la défense d’avoir bien fait le peu de travail qu’ils avaient à accomplir.

Mais vu que votre serviteur est d’humeur gaillarde, il accordera la même note aux 14 héros d’un soir, à savoir un 21 (sur 5, bien évidemment.)

Quand à notre « Speciaul Ouane », on ne peut que le féliciter pour ses résultats à la tête de l’équipe, et ce depuis qu’il en a pris les rênes. Continue comme ça, et fais nous rêver encore longtemps.

Le classement:

Sans doute deux fois plus de « contexte corse » la saison prochaine, ce qui n’est pas pour déplaire à Blaah.

Les remerciements:

Puisque notre aventure en Ligue Deux touche à sa fin (sportivement tout du moins), je tiens à remercier et à souhaiter bon courage à ceux qui iront jouer à Francis Le Basser encore une saison au moins, à savoir @MechTuyot, @JohnyKreuz, @maligue2, @BonBonal et tous les autres.

Merci également à @philousports pour les gifs.

La SCO Académie reviendra très prochainement pour faire le bilan de la saison (le temps de préparer des stats) et éventuellement pour un point mercato (le temps d’analyser les rumeurs).

Si tu souhaites de plus amples renseignements sur le passé, le présent et le futur du SCO et discuter avec des connaisseurs, c’est ici. Et si tu souhaites participer activement à la survie d’HorsJeu et de ses gros membres, c’est plutôt par .

Et sait-on jamais, si tu souhaites débattre, me balancer des mots doux ou des noms d’oiseaux, tu peux t’adresser ici et même là. Et si tu veux proposer une idée, rejoindre la SCO Académie ou autre, c’est à l’adresse suivante: [email protected] 

Bises an(al)gevines,

Cyril Téhétéro

 

 

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.