AS Monaco – ASSE (2-3) : la Forez Académie sur la voie royale

La voie semble tracée, les embûches ont été évitées, il ne reste qu’à concrétiser. Y croire, jusqu’au bout.

Le mâche résumé en une phrase : « La gnaque, la réussite, le talent »

Marseille avait fait nul, Montpellier avait fait nul, Lyon jouait plus tard contre Lille : Sainté avait au moins les moyens de mettre ses poursuivants deux points plus loin, avantage non négligeable à 3 journées de la fin. Les Verts avaient la pression, mais sans forcément l’avoir : une défaite ou un nul n’aurait pas remis en cause leurs ambitions européennes. Sauf que les Verts ont gagné, et que ça c’est encore mieux pour passer une bonne semaine.


La compo :

Jean-Louis persiste et signe avec son système en 3-4-1-2 à l’extérieur. Pas de Beric devant, ni de Aït Bennasser au milieu, mais on retrouve Saliba en défense et Polomat sur le côté gauche, en mode piston. Pour le reste, c’est du classique, on ne change pas une équipe qui vient d’enchaîner 5 victoires (et 1 nul) en 6 mâches.


Le mâche :

La première période est très compliquée pour les Verts. Étouffés par un pressing intense des Monégasques qui venaient chercher les Stéphanois très haut, Sainté n’arrive pas à ressortir la balle proprement et se perd beaucoup dans des passes latérales sans danger pour l’adversaire. Et sur un coup du sort, Monaco va marquer : balle en profondeur que Martins contrôle en deux temps (d’abord du pied, puis du ventre), Ruffier croit qu’il l’a touché de la main et ne réagit pas sur la volée en extension qu’il enchaîne. La balle rentre avec l’aide du poteau (1-0, 19e). Les Verts sont dans le dur et sont à deux doigts de se prendre les pieds dans le tapis : à la lutte avec Falcao, Saliba dévie la balle vers ses buts et Ruffier dévie sur le poteau (37e). Hamouma aura une des rares occasions franches de cette mi-temps, mais au lieu de donner son ballon, il a préféré simuler dans la surface. Il récoltera un jaune logique (45e).

Deuxième acte, les Verts reviennent avec d’autres intentions. Ils mordent dans le ballon et se procurent corner sur corner pendant les cinq premières minutes, sans que cela ne débouche sur une occasion dangereuse. Monaco fait le dos rond et réplique sur corner aussi : Glik touche la barre sur une tête surpuissante, et Naldo qui a suivi envoie une praline qui file largement au-dessus (55e). Dans la foulée, Kolo sort sur blessure, remplacé par Beric. Sainté repasse en 4-3-3, Sainté a eu chaud, et va punir Monaco dans la foulée : Cabella côté gauche centre dans la boîte, Ballo-Touré se foire complétement en voulant dégager et envoie la balle dans le petit filet de Sy, qui avait remplacé Subasic juste avant la mi-temps (1-1, 60e). À partir de ce moment, tout va changer. Sur un corner mal renvoyé, Beric puis Nordin tentent de marquer, à chaque fois contré. Cabella lui ne rate pas le coche et envoie une splendide reprise de volée dans la lucarne pour donner l’avantage à son équipe (1-2, 70e). Les Verts sont beaucoup plus tranchants et vont mettre le coup de grâce : Cabella se bat le long de la ligne de sortie de but côté gauche, centre parfaitement pour Nordin (1m70), qui vient manger le ballon sur la tête de Ballo-Troué (1m82), et marquer d’une belle tête (1-3, 80e). Le but de Vinicius marqué malgré une faute sur Perrin au départ (2-3, 90e+2) ne changera rien, Sainté repart avec les trois points.

Les Verts ont lutté, les Verts ont souffert mais les Verts ont (une nouvelle fois) gagné. J’ai beaucoup lu (et entendu à la Divette) que le problème c’était le système de jeu avec 3 défenseurs derrière. Je ne suis pas forcément d’accord : le gros problème qu’on a eu, c’est que Monaco a mis un pressing étouffant et que Sainté n’a pas réussi à s’en dépêtrer. Un joueur de plus au milieu n’aurait pas changé la donne selon moi, le bloc monégasque avait parfaitement réussi à quadriller le cœur du jeu et réduire l’influence de joueurs comme M’Vila ou Cabella. Il aura fallu un coup de pouce du destin pour que la situation bascule. Enfin, deux en fait : d’abord la barre de Glik, puis ce CSC de Ballo-Touré. Alors, certes il intervient après le repositionnement en 4-3-3 suite à la blessure de Kolo (autre « coup de pouce » du destin), mais il intervient trop vite pour que ce changement tactique soit jugé « responsable » de ce but. J’ai surtout vu un changement d’état d’esprit, impulsé dès les premières minutes de la seconde période, sans doute consécutif à une bonne gueulante de Jean-Louis dans le vestiaire à la mi-temps. Dans tous les cas, les Verts réalisent la très bonne opération de la journée et se rapprochent de plus en plus de cette qualification européenne. Reste maintenant à savoir quelle coupe ils vont pouvoir jouer : Sainté est tout simplement 4e, à un petit point de Lyon qui devra faire attention jusqu’au bout pour rester sur le podium :).

Quand tu viens de signer pour une fin de saison de feu.

Le résumé du mâche :


Les notes :

Ruffier (dans la sauce, 2/5) :

Pas irréprochable sur le premier but, il pense que Martins a fait main. Sur le dernier but, il est pris de vitesse sur un contre. Un retour compliqué sur le Rocher, mais la fin justifie le (joueur) moyen.

Debuchy (souffre-douleur, 2/5) :

Il a encore pris une savate sur le tibia, du coup il s’est vengé derrière, et mange une biscotte. Il sera suspendu face à Nice, pas de dernier mâche dans le Chaudron cette saison pour lui, dommage ça sent la grosse bringue. Peu en vue devant, il a fait le taf derrière comme souvent.

Saliba (une de plus, 3/5) :

Même s’il a été à deux doigts de marquer contre son camp, le matru a tenu la baraque. 4e titularisation de suite pour autant de victoires, l’avenir lui appartient, et on espère qu’il sera vert le plus longtemps possible.

Perrin (à l’aise, 3/5) :

Plus serein depuis quelques mâches, il a encore rassuré l’ensemble de la défense par son placement. Pris à défaut sur les deux buts malgré tout, il n’est pas spécialement à mettre en cause non plus.

Kolodziejczak (lourd, 2/5) :

On l’a vu faire un bon débordement en 1e mi-temps, mais pourtant il m’a semblé plus lourdaud que d’habitude. Dans l’ensemble, il a été plutôt bon, mais sa blessure (entorse de l’orteil gauche) pourrait rendre la fin de saison un peu compliquée côté stéphanois.

==> Remplacé à la 55e par Beric (non noté), qui a pesé par sa présence, sans forcément arriver à se mettre en évidence dans a zone de vérité. Dans le coup sur le 2e but quand même.

Polomat (interrogation, 4/5) :

Il est surprenant, voire déroutant. Alors qu’il semblait se diriger tout droit vers une fin de carrière chez les Verts, sans prolongation de contrat, Polo sort mâche après mâche des performances qui en font un potentiel titulaire sur la durée. On fait quoi du coup ?

M’Vila (étouffé, 3/5) :

Il a été pris dans la nasse du pressing monégasque, sans jamais vraiment arriver à s’en sortir, sauf après le premier but stéphanois. Indispensable malgré tout, il a été très précieux pour éviter de s’affoler quand Monaco a poussé dans les dernières minutes.

Vada (la grinta, 2/5) :

Il a envoyé des boîtes, et ça n’était pas forcément volé face à une équipe très rugueuse au milieu de terrain. Du mal à faire valoir ses qualités techniques par ailleurs.

==> Remplacé à la 75e par Aït Bennasser (non noté), qui a attendu d’être à Sainté pour connaître le parfum de la victoire à Louis II (pas merci Polo pour l’inspiration).

Cabella (et mercééééé, 5/5) :

1 but, 1 passe décisive et 1 CSC provoqué. Le grand bonhomme du mâche c’est lui. Il n’a jamais baissé de pied, et se trouve sans doute dans la meilleure forme qu’il ait jamais eu à Sainté. Son escapade en milieu de semaine pour aller au mariage de son meilleur pote est à conseiller à Loïs Diony.

Khazri (énervé, 2/5) :

Il prend un jaune, et comme il avait un sursis sur la tronche, il sera suspendu face à Nice. Frustrant sur ce mâche car jamais dans le bon tempo, il a plutôt mal tiré les coups de pied arrêtés, et ne s’est procuré aucune occasion franche.

Hamouma (sans apport, 1/5) :

Sorti à la mi-temps et revenu avec une poche de glace sur le mollet, Hamoumal est de retour. Pour combien de temps ? Il ne reste que 3 mâches…

==> Remplacé à la 46e par Nordin (Airnaud, 4/5), qui veut décrocher cette C1 en allant très haut dans les airs. Mais purée, pourquoi on est allé chercher Saliburne ?


La question minitel :

Les Verts sur la route européenne. Cette saison commence à sentir de plus en plus bon, et le parfum qui nous chatouille les narines s’accompagne d’une douce musique qui fait « Ils sont les champiooooooooons…. » Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Et mercééééééééééé !! Encore un gros mâche de Cabella qui finit la saison en trombe, après avoir souvent cristallisé les critiques. Décisif à chaque journée ou presque depuis 1 mois, il est devenu l’homme fort des Verts, et entraîne l’équipe dans son sillage. La chance sourit aux audacieux : on ne peut pas être plus d’accord en ce moment. Sainté marque beaucoup, et forcément, la chance lui sourit au moment où elle en a besoin. Et ça fait du bien. Par contre, si on m’avait dit un jour qu’on se poserait la question de savoir s’il fallait prolonger Polomat sous peine de le regretter, je ne l’aurai pas cru. Incroyable depuis quelques mâches, il prouve qu’il a peut-être le niveau pour jouer dans cette équipe, tant qu’il est cadré par le papa Jean-Louis. Dernière place pour le truc qui fâche : la blessure de Kolo, et dans une moindre mesure celle d’Hamouma (plus classique). Subotic n’a peut-être pas dit complètement au revoir au terrain…


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

2 commentaires

  1. La bonne académie, le doux match, la chaude fin de saison !
    Reste Montpellier à dompter encore pour assurer l’Europe. En espérant une rebuffade des Sardines. On peut toujours rêver !

    • Ah ben clairement, on peut espérer encore de toucher le Graal de la LDC. Dans tous les cas, jouons et on verra ce qu’il arrive à la fin. Le prochain mâche contre Montpellier permettrait d’assurer définitivement la 4e place avec une victoire. Il nous restera ensuite 2 mâches pour aller chercher les quenelles, en espérant un faux pas de leur part.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.