ASSE/PSG (0-1) – La Porte de Saint-Cloud avec froideur.

Transition réussie. Pas évident pour les petits (sauf Layvin, heureux de respirer de l’air frais), en milieu de semaine il fallait accueillir les redoutables Red Devils, et le week-end jouer à l’extérieur chez l’ancien patron de la maison. Pas de soutien des supporters, pas de « Ole » humiliant cette fois. Et surtout, moins d’espace, he oui, Perrin c’est pas Bailly, Ruffier c’est pas De Gea, et la L1 c’est pas la Champions, ça défend dur. Pas de rythme, un peu de fatigue, ce match ressemble étrangement au minimum syndical propice à la sieste dominicale, entrecoupée d’opportunités bien fragiles.

Ça change dès le début du second acte, chauffe Ruffier, ouvre les brêches, tandis que les Verts tombent sur un roc nommé Dagba. Mais défensivement trop solides, il fallait une erreur, donc arrive la 73ème et Kyky se transforme en PEDRO MIGUEL PAULETA sur un service de Dani the Old.

Fin de chantier, on ferme tout, Tuchel improvise une nouvelle tactique à chaque changement, Dagba sauve la patrie, Kurzawa prend un jaune et l’écart se creuse.

La semaine s’achève, les affaires courantes expédiées, le rencard du milieu de semaine géré, Thomas peut reposer ses tactiques tordues avant de s’occuper de Montpellier.

DIE NOTIZEN:

  • AREOLA (-) : Merci d’être venu.
  • KEHRER (2): A droite, à gauche, au centre, il s’affiche partout, mais avec une certaine réussite. Prend des notes Manuel Valls.
  • THIAGO (4): Nouvelle journée de bureau tranquille pour Le Monstre. Plus fort avec le temps. Reste plus qu’à arrêter de rester 2 minutes au sol après les chocs.
  • MARQUINHOS (3): Après avoir bouffé tout un milieu cette semaine, Marqui s’est offert un week-end relaxation en tenant compagnie au duo Thi-Thi.
  • BERNAT (3): Le Hobbit est une race teigneuse, cette dernière aime se battre contre plus grand et plus fort, pour finir par vaincre, même en frôlant l’expulsion.  
  • PAREDES (2): Toujours en cours de calibrage, Leandro a distribué la balle sans prendre de risque, distribué quelques coups, avant de baisser en pression sur la fin.
  • ALVES (3) : Un m’ment donné, va falloir arrêter de tenter des reprises qui marchaient que dans FIFA 2000. 35 balais, un nouveau match enquillé en entier, avec une passe dé en prime. Solide.
  • DIABY (5): Grosses cuisses, grosses accélérations, mais pas la finition. Un bodybuildeur au moment de passer aux choses sérieuses.
  • DI MARIA (2): Un petit match de La Raie, probablement fatigué d’avoir insulté tout Old Trafford.
  • DRAXLER (2): Soit plus décisif bordel ! Tout le reste est parfait, et tu chies la finition ?!
  • MBAPPE (5): En voie de Cavanisation, on le cherche, on le cherche, on le cherche, puis il apparaît pour mettre un but à la Pedro Miguel Pauleta.
  • DAGBA (NN): Deux sauvetages, une embrouille, on appelle ça marquer les esprits.
  • KURZAWA (NN): Sortie du placard dans lequel Georges le garde, un carton jaune. Une autre manière de marquer les esprits.
  • KIMPEMBE (NN): A pris un petit KO sur un duel à la tête.

PAPUS

Papus Camarade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.