Bastia-Ajaccio (2-1) : L’Aiacciu Académie livre ses notes

2

« Si le Corse se décourage, s’abandonne, faites-lui songer aux siens dont il est l’espoir, aux siens qui le suivent par le cœur et la pensée, là-bas, au-delà des flots amers, et qui lui disent : « Souviens-toi que tu es Corse ! » Et il se relève, il lutte encore, il est sauvé, car il ne veut pas jeter la honte sur son nom, il ne veut pas rougir devant un autre Corse. »

C’était en 1904 dans Un tour au maquis, mais Tony Bald avait déjà prévu ce qu’il se passerait 110 ans plus tard, au détour d’un SC Bastia – AC Ajaccio. L’ACA est en Ligue 2, enterrée par son ennemi juré, crucifié par son ancien joueur Sébastien Squillaci, buteur décisif à la 89ème minute. Pour bien enfoncer le clou, Toto ne s’est pas retenu et a fait éclater sa joie aux yeux de tous, célébrant son but comme s’il avait été inscrit en finale de Coupe du monde. Décidément, entre Cabella et Squillaci, les anciens ne respectent pas l’ACA. Certains supporteurs bastiais non plus. Il y aura bien sûr l’histoire du cercueil aux couleurs de l’ACA signé par Frédéric Hantz qui circulera dans les tribunes et sur la pelouse après le match, mais il y aura également le très drôle tifo montrant Nelson et son fameux « Ahah » à côté d’un drapeau Ligue 2. On ne rentrera pas dans la polémique du cercueil, il a déjà été largement commenté du côté acéiste et du côté bastiais. Penchons-nous plutôt sur le match.

cercueil scbaca 2
Pas drôle
Drôle
Drôle

Pour aborder ce derby, Christian Bracconi avait cassé ses habitudes. Fini le 5-4-1, bienvenue au 4-4-2, ce système que Fabrizio Ravanelli voulait instaurer, sans en avoir le temps. Pour composer sa défense centrale, Bracconi compte sur deux joueurs qui ne sont pas défenseurs centraux de métier : Ricardo Faty le milieu et Claude Dielna le latéral gauche. A droite, Cédric Hengbart, qui a passé plus de matchs dans l’axe que sur un côté. A gauche, Laurent Bonnart, qui a passé plus de matchs aux fraises que sur un côté. Benoît Pedretti de retour à l’infirmerie, c’est Claude Gonçalves qui est titularisé au milieu avec Mehdi Mostefa. Sur les côtés du milieu Benjamin André et Paul Lasne, dans un milieu qui reste donc assez défensif. En attaque, Junior Tallo et Aboubacar Camara sont associés. En même temps. C’est assez rare pour être souligné.

Compo SCBACA

tactique scbaca

Si les derbys sont, pour les supporteurs, des matchs à part entière, pour les joueurs acéistes, il s’agit d’une rencontre comme une autre. Le scénario de Bastia sera le même que le scénario de Paris (2 fois), de Toulouse (2 fois), de Sochaux, de Lille, de Nantes et de Guingamp. L’ACA ouvre le score dans les 10 premières minutes, laisse entrevoir de belles séquences de jeu mais fait des erreurs défensives qui coûte la défaite. Avec, pour couronner le tout et que l’issue soit bien cruelle, un but encaissé à la dernière minute. Comme contre Paris, Guingamp, Evian, Lyon, Valenciennes, Nice ou Montpellier.

Pourtant, après l’ouverture du score de Camara, qui saute aussi haut que Michael Jordan, on se voyait déjà gagner le derby, faire un pied de nez aux Bastiais et rattraper 15 points en 4 journées à Guingamp. Mais l’immobilisme défensif couplé à deux erreurs de marquage de Faty, et un secteur offensif en berne auront raison des derniers espoirs ajacciens. L’ACA ne sauvera pas l’honneur avec une victoire de prestige à Furiani. L’ACA sera bel et bien un pensionnaire de Ligue 2 la saison prochaine. Mais surtout, l’ACA aura des supporteurs sur qui compter.

On savait que Furiani c'était l'enfer, mais en voici la confirmation
AAAAH UN GAMIN ROUX !! On savait que Furiani c’était l’enfer, mais en voici la confirmation

ANNUTAZIONI :

Memo Ochoa 3/5 : Pour lui, ç’a longtemps été Cent ans de solitude avant de devenir Les Funérailles du Grand Memo, fusillé à bout portant à deux reprises par Raspentino et Squillaci. Cette fois-ci, Memo n’a rien pu faire contre la Chronique d’une mort annoncée.

Cédric Hengbart la moyenne/5 : Il a essayé de dédoubler et d’attaquer en début de match avant de se souvenir qu’il avait 56 ans.

Cédric Hengbart, ou le seul footballeur pro à porter des Kipsta
Cédric Hengbart, ou le seul footballeur pro à porter des Kipsta

Ricardo Faty 2/5 : A l’aise au milieu de la défense à 5, Ricky l’a été beaucoup moins dans cette défense à 4. Fautif sur les deux buts bastiais, il n’a su prendre ni Raspentino ni Squillaci au marquage.

Claude Dielna 3 virgule cinq/5 : Dommage que la saison touche à sa fin sinon Dielna aurait pu tout casser sur son chemin. De plus en plus à l’aise défensivement, il l’est aussi offensivement. Il devrait d’ailleurs réussir à marquer avant la fin du championnat. Pourquoi pas sur coup-franc ? Le premier de ses coups de pieds arrêtés finira sur la tête de Camara pour l’ouverture du score alors que son second, à la 25ème minute, heurtera la barre.

Laurent Bonnart 2/5 : Je ne pensais pas que cela était possible de se faire autant balader par Ryad Boudebouz. Le Bastiais a pu s’exercer à dribbler et à centrer, Laurent Bonnart a été un partenaire d’entraînement plus que convenable. Ou plutôt un plot plus que convenable.

Claude Gonçalves 3,5/5 : Comme l’impression qu’il y avait plus de Gonçalves sur le terrain que de sangliers dans le maquis corse. Là où le ballon était, Claude était. Une grosse débauche d’énergie qui l’a fait beaucoup courir, pas mal dribblé, récupérer quelques ballons et se projeter souvent vers l’avant. Un rôle rendu possible par la stabilité de Mostefa derrière lui.

Mehdi Mostefa 3/5 : La composition en 4-4-2 de Bracconi lui a conféré un rôle purement défensif. Alors qu’il avait pris l’habitude de monter apporter sa frappe de balle dans le système en 5-4-1, Mehdi Mostefa s’est cette fois-ci posté en sentinelle pour en bouger le moins possible. Et ça tombe bien puisqu’il a ratissé pas mal de ballons.

Benjamin André la moyenne/5 : Les Bastiais avaient bien compris qu’ils constitueraient le plus grand danger, du coup, ils l’ont vite serré et empêché de déployer son jeu, quitte à lui faire subir beaucoup de fautes. Muselé comme il l’a été, André a perdu près d’un ballon sur deux. Trop pour pouvoir créer.

Paul Lasne la moyenne/5 : Moins en forme ces dernières semaines, se compliquant trop la tâche, Lasne a tout de même multiplié les allers-retours dans son couloir, sans jamais en sortir. Il aurait pu marquer sur une frappe croisée qui frôle le poteau de Landreau à la 83ème minute.

Aboubacar Camara 4/5 : Le Lion de Furiani, c’était bien lui. S’il n’a touché que très peu de ballons, Camara a eu le mérite de marquer sur l’un de ses premiers ballons et de se battre sur tous les autres. Aux avants-postes, il a énormément tourné autour de Tallo, redescendant très bas pour défendre et récupérer les balles.

Junior Tallo 2/5 : Pendant que Camara faisait tout le sale boulot, Tallo avait un tout autre rôle, celui de l’attaquant qui cherche constamment la profondeur. En vain.

Alerte Enlèvement
Alerte Enlèvement

I RIMPIAZZANTI :

Mickael Leca, 65ème minute, NN : Il s’est placé au milieu de terrain où il a pu aider Mostefa et Gonçalves à la récup’. Il sort un ballon chaud dans la surface deux minutes après son entrée.

Denis Oliech, 73ème minute, NN : Il a bien essayé de porter le ballon et d’apporter le danger, mais trop esseulé devant, il n’a rien pu faire.

Pierre-François Moracchini, 91ème minute, NN : Une minute, zéro ballon.

Perfettu Erignacci

2 thoughts on “Bastia-Ajaccio (2-1) : L’Aiacciu Académie livre ses notes

  1. C’est quand même dommage de voir Ajaccio en deuxième division. J’espère qu’ils remonteront rapidement, même si je n’y crois pas trop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.