BATE Borisov – Arsenal (2-4) : La Gunners Academy Zviarnicie uvahu svaich hulcou

Un voyage scolaire plus réussi qu’une balade en forêt dans l’Yonne.

Salut vous tous,

Pour ce deuxième match de notre histoire en Ligue Europa, nous nous rendons en Biélorussie, afin de visiter les usines d’équipements électriques pour auto-tracteurs de la ville. C’est en tout cas ce que laisse entendre le nom du club. Une invitation au voyage, n’est-ce pas ?


ZE GARS :


Après un match nul honorable contre Chelsea et une victoire tranquille contre West Bromwich (Père Fid)Albion, Tonton décide qu’il n’en a toujours rien à carrer de la Ligue Europa et nous sort ça.

Alors que le match contre Cologne avait justement basculé dès lors que le 3-4-3 avait été jeté aux oubliettes, Arsène décide de le ressortir pour ce voyage, avec en bonus un trio défensif à même d’effrayer la mort en personne. Ou la saloperie de clown qui a pourri mon enfance (je ne parle pas de Mickaël Silvestre, hein). Enfin, le duo Wilshire-Giroud sera chargé de distribuer de l’amour et, comme pour toute visite d’usine qui se respecte, Arsenal décide d’emmener ses lycéens Willock, Maitland-Niles et Nelson.


ZE GAME :


Demandez à Liverpool ou Manchester : jouer un match de Coupe d’Europe loin à l’Est peut souvent se transformer en piège (bon apparemment, sauf si tu joues avec Lukaku). Pourtant, nos Gunners ne se font pas avoir comme un vulgaire Amiral Ackbar et impriment un rythme rapide, fait de passes au sol redoublées (mais si vous savez, ce truc en voie de disparition à chaque fois que Sanchez est sur le terrain). Au bout de sept minutes, Wilshere délivre un petit bijou de passe pour Walcott, qui glisse astucieusement le ballon sur le poteau. Deux minutes plus tard, Giroud et Wilshere combinent dans les vingt mètres. L’Anglais délivre une nouvelle offrande à Walcott, qui marque après un une-deux avec Scherbitski (0-1).

Le portier bélarusse ayant apprécié cet échange, il décide de servir à nouveau Walcott quelques minutes plus tard. Manque de chance, Théodore James rate sa passe, qui termine au fond des filets (0-2). Trois minutes plus tard, nouveau bijou de passe de Wilshere pour Maitland-Niles. Le gamin bute sur le gardien mais, sur le corner suivant, Holding ouvre son compteur pour Arsenal… en ratant sa reprise (0-3).

Le scénario rêvé se met donc en place pour Arsenal. C’est donc fort logiquement que Borisov marque sur sa première occasion, d’une tête en pleine lucarne (1-3) sur laquelle Ospina ne peut rien. Notre kébabista aura toutefois l’occasion de se mettre en valeur avant la mi-temps, sur une horizontale absolument indécente (si vous pensez que le fait que l’attaquant était signalé hors-jeu.net rend cet arrêt inutile, félicitations, vous êtes un cuistre).

Quelques minutes après le retour des vestiaires, l’arbitre nous offre généreusement un pénalty, pour une faute peu évidente sur Mustafi à la suite d’un coup-franc. Attention, je dis « peu évidente » parce qu’elle nous a valu un pénalty, Dans le cas contraire, j’aurais crié au scandale. Toujours est-il que Giroud le transforme (1-4), et plante ainsi son centième but pour nous, ce qui me chagrine quelque peu. J’aurais préféré que le pion numéro cent d’Olivier soit inscrit dans le jeu, et pas à la suite d’une offrande. En fin de match, les Biélorusses vont pousser pour revenir, mais seul Gordeychuk parviendra à trouver la faille, bien aidé par une défense Mustafi-Mertesacker à la ramasse (2-4).

Difficile de tirer des conclusions sur ce match, tant Arsenal a largement dominé son sujet en première mi-temps. Les gars se sont relâchés lors du second acte, mais l’écart était déjà creusé. Six points en deux matches, le boulot a été fait et, connaissant l’habitude d’Arsenal de se mettre dans de sales situations, c’est bien l’essentiel.


ZE BÂCHES :


Ospina (3+/5) : Ne peut pas grand-chose sur les deux buts, abandonné qu’il était par sa défense, mais a encore sorti le grand jeu sur chaque intervention à sa portée. On ne le dira jamais assez, avoir deux gardiens de ce niveau, c’est du luxe.

Mustafi (1/5) : On a donc refourgué Gabriel à Valence pour trois cacahuètes, un an après avoir acheté Shkodran à prix d’or au même club. L’un marche actuellement sur son championnat, l’autre affiche un niveau qui lui vaudrait d’être recalé à Selongey. Le flair.

Mertesacker (1/5) : Franchement Per, je t’aime beaucoup, mais il est temps que tu rejoignes l’encadrement. Parce que là, tu me fais de la peine et je t’apprécie vraiment trop pour vouloir que ça continue.

Holding (3/5) : Du mieux, des interventions tranchantes et en prime son premier but chez nous. Mais il a encore des absences au niveau du placement.

Willock (3+/5) : Excellente prestation du minot, pour sa toute première titularisation, surtout en début de match. Présent offensivement, hargneux au pressing. S’est toutefois logiquement éteint au fil des minutes. Remplacé par Nketiah (à vos souhaits), qui a juste eu le temps de se procurer une occasion,

Elneny (3/5) : Comme d’habitude, c’est pas la folie, mais c’est tellement solide que c’en est rassurant.

Nelson (3/5) : Quelques gestes de grande classe et une participation intéressante au jeu offensif. Il me semble quand même un peu tendre pour les gros matches. À revoir rapidement. Remplacé par McGuane qui, euh, est rentré et… voilà.

Maitland-Niles (2+/5) : La moyenne, mais il est aussi à l’aise à gauche que Manuel Valls.

Walcott (2/5) : Un point par but. Mais le reste était affligeant.

Wilshere (4/5) : Lui était au niveau d’un match de coupe d’Europe. Il a distribué, orienté, donné le tempo et sa complicité avec Giroud nous avait foutrement manqué. Continue comme ça mon garçon, on devrait vite te revoir en championnat.

Giroud (3-/5) : Quelques jolies combinaisons avec Jackie Boy, mais il a été globalement sevré de ballons. On ne retiendra de ce match que son centième but, et c’est déjà beaucoup.


IF NOTE :


  • Allez, encore un truc sur les cent buts de Giroud et après j’arrête de vous emmerder avec ça. Les voilà tous en vidéo.

  • Dans les autres matches qui intéressent des académiciens, Camelus a été plus rapide à nous rendre compte de la défaite de Marseille que Rolando à se retourner, Lyon a encore fait un match nul contre Bergame et Nice a encore gagné. Peut-être que ces bonnes performances vont inciter l’Aiglons académie à sortir de son hibernation. Peut-être.
  • On joue quand même mieux sans Sanchez, vous ne trouver pas ?
  • Des nouvelles de l’infirmerie : Koscielny y rentre pour au moins deux semaines, Özil semble s’y être installé et Cazorla devrait en sortir début janvier. Si quelqu’un trouve le bouton avance rapide, merci de le mitrailler.

La bise et à la prochaine

Johny Kreuz

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

2 commentaires

  1. Je regrette de ne pas pouvoir suivre l’europa league pour ne pas voir Alexis sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.