Brest – LOSC (2-0) et Brest – Dijon (0-0) La Penn Ar Bed Académie still alive

Salut les copains, comme disait C Jérome, je suis sur qu’il vous manque. Je ne sais pas si vous êtes au courant mais le printemps arrive et C, appelons le C après tout on le connaît tous plutôt bien, est né le jour de l’hiver. Sacrée coïncidence non ?

Je reviens vers vous après quelques semaines d’absence technique, impossible pour moi de visionner les matchs dans des conditions suffisamment bonnes pour vous donner un avis dessus.

C’est pourquoi j’ai démissionné la semaine dernière pour pouvoir accueillir le leader dignement.

Mais avant cela, on avait eu la bonne idée d’aller loin en Gambardella, et ça continue puisqu’on a sorti les petits Dogues. Double ration de Stade Brestois donc.

D’ailleurs cette idée de football le samedi au lieu du Vendredi soir, je sais pas, c’est une idée à creuser pour la LFP si vous voulez mon avis.

 

Gambardella – Stade Brestois – LOSC (2-0)

Ils l’ont fait ! Non pas la victoire, mais me faire avoir du plaisir et des émotions devant le Stade Brestois, c’était pas le cas depuis un moment. J’ai vécu ce match très intensément et j’étais tout chose sur les buts et le dénouement.

Le Match :

Pour commencer je souhaite féliciter les jardiniers venus spécialement d’Auteuil pour reproduire la célèbre piste de l’Hippodrome au milieu de Francis Le Blé. On a encore proposé un terrain honteux.
Pas certain que cela ait desservi les petits locaux, le LOSC ayant dans ses rangs quelques joueurs qui avaient l’air assez techniques. Mais de notre côté c’était aussi pénalisant pour un Mathis Jourdan par exemple.

A noter une belle affluence, environ 3000 spectateurs officiellement. Et plus selon les gens présent, la tribune Foucauld étant pas loin d’être pleine. Mention spéciale à l’organisation du club, qui fait une belle communication, joue à Le Blé pour recevoir du monde… Et n’ouvre pas un nombre de guichets suffisant, ce qui fait que de nombreux spectateurs rateront le coup d’envoi.

On a eu le droit à deux mi temps assez différentes, avec notamment un très beau cours de tactique d’Alex Dupont au micro des commentateurs de la FFFTV à la pause.

Le travail des jardiniers de Le Blé mis en lumière.

  • Lille avait la maîtrise du ballon, mais ne s’est pas montré très dangereux en 1ere.
  • Jeu égal dans les duels, le terrain n’aidant pas, les ailiers des deux bords ont eu de la difficulté et les défenseurs bien en place ont souvent remporté la mise.
  • Brest rendait la balle trop rapidement, des longs ballons devant vers Mourdi isolé alors que Lille faisait bien tourner jusqu’au 30m. On courrait après le ballon, et à ce rythme difficile d’imaginer autre chose que d’aller aux pénos (qui nous réussissent bien) ou que Lille finisse par trouver l’ouverture sur une erreur individuelle.
  • Gros travail d’une ligne de 4 composée de Sissoko-Jacob et des deux latéraux Le Menec et Taïpa aux 25-30m pour stopper toutes les attaques et les transmissions vers l’attaquant Habbas (18buts avec les gamins de Lille en championnat). Ce dernier coincé entre Buon et Menn n’a pas pu faire grand-chose du match.
  • On arrive à la pause sans prendre de but, mais sans avoir eu l’espoir d’en mettre un à part sur un gros coup de moule.
  • Pause : interview d’Alex Dupont, il a vu la même chose, une équipe bien en place et des Lillois plus forts. Son plan de jeu ? Continuer de reculer, balancer, attendre et espérer que sur un malentendu on arrive à en coller un parce que toute la défense adverse aura glissé sur une plaque de verglas géante. LE DOS ROND c’est important.
  • Et figurez vous que dans son vestiaire, Assadourian a dû écouter les conseils de l’entraîneur des grands, et s’est décidé à faire tout l’inverse. Habile.
  • On a donc retrouvé des Brestois bien moins attentistes, le bloc ne s’est pas spécialement déplacé de 25m vers l’avant et on est pas parti sur du football champagne. Mais les intentions ont été bien différentes.
  • Sissoko s’est dépouillé défensivement sur toute la largeur du terrain, Jacob récupérant tout ce qui aurait pu passer.
  • On s’est montré plus agressifs sur la balle, tentant moins de repousser les adversaires et plus de gratter ce ballon pour le bonifier.
  • Toute l’équipe s’est mis à aller vers l’avant, et les ballons ont été ressortis proprement, en jouant, avec des passes malgré le terrain difficile. Jacob s’est permis de poser ses couilles entre deux mottes de terres et a orienté magistralement le jeu, passes courtes, tranversales, échanges avec Sissoko. Faire courir les adversaires.
  • Jagueux a pu être trouvé dans les pieds et ses courses pour se démarquer au milieu des dogues ont enfin été récompensées.
    Les ailiers ont pu recevoir des longs ballons propres. Tout le monde a levé la tête. La charnière centrale s’est appliqué à relancer plus court, passant en relais avec les latéraux si nécessaire et sans paniquer.
  • Résultat : beaucoup moins de danger sur notre but.
  • Le 1er but est particulièrement bien amené et intéressant. Jacob va chercher Jourdan sur la gauche, il fait la différence sur son défenseur d’un coup de reins et centre. Le centre est « raté » puisque trop long et trop haut pour l’attaquant et l’ailier opposé (Mourdi et K. Le Menec) mais T. Le Menec, latéral droit a bien suivi et va conclure. Avec des recommandations autres, il serait resté bien sagement dans son coin, surtout ne pas dépasser la ligne médiane pour ne pas se mettre en danger en cas de contre et se permettre de n’avoir aucune chance de marquer.
  • Le 2e est un csc d’un défenseur lillois (bien mis sous pression) suite à un coup franc bien tiré dans la boite, sur lequel le gardien ne peut pas intervenir.
  • Malgré certains accoups lillois, le score en restera là, et les Brestois auront petit à petit reculés avec la fatigue. Mais les adversaires aussi ont manqué de fraîcheur et le 2e leur avait fait beaucoup de mal au moral. Ils ont mis quelques minutes avant de se remettre dans le bon sens.

Regardez comme ils ont l’air triste ces petits Lillois (mais trop choupis)

Les Joueurs :

On ne va pas les noter comme les grands, tous méritent une excellente appréciation tant ils se sont donnés. Outre quelques performances individuelles, c’est le travail collectif des 25 premières minutes de la deuxième mi temps qu’il faut signaler. Tout était maîtrisé, le plan de jeu était clair et chacun a donné du sien.

Larsonneur : Quelques beaux arrêts en 1ere, des interventions autoritaires dans sa surface, rassurant pour sa défense.

Buon et Menn : C’était hyper costaud, ils ont pas cherché à se compliquer la vie, mais ils ont bien gardé leur bonhomme qui au vu de ses stats doit être un client (on va pas faire comme si je connaissais les moins de 19 du Nord Pas de Calais  des Hauts de France non plus…)

Taïpa et T Le Menec : Décisifs, un buteur et un « passeur » pour le CSC. Surtout bien appliqués défensivement, ils ont fait basculer le match. Comme quoi c’est possible de bien faire les deux, suffit de le faire à bon escient.

Jacob : Quelle 2e, il leur a tout fait avec et sans le ballon. C’était un peu plus difficile en 1ere période avec un peu plus de pression de la part des lillois.

Sissoko : Sobre dans le travail quand on avait la possession, et précieux à la récupération où sa puissance et son volume de jeu ont bien gêné les visiteurs, les empêchant de construire sereinement voyant toujours ses grands segments s’approcher à toute vitesse.

Jagueux : Disponible et travailleur. Dans la réalisation ça a été plus compliqué, plusieurs de ses passes ont été un peu derrières, trop courtes etc.. pour trouver l’attaquant ou les ailiers, mais il a constamment offert des solutions à ceux de derrière pour permettre de sortir la balle et que tout le monde remonte.

Jourdan et K. Le Menec : Une passe décisive pour le premier et un gros travail pour les deux. Peu de situations pour se mettre en valeur offensivement, mais ils ont laissé peu d’espace et fait peser une menace constante sur leurs latéraux, ce qui a évité que l’équipe soit débordée.

Mourdi : Pas le match le plus facile pour un attaquant, il a principalement été le 1er défenseur de l’équipe et loin d’être le plus mauvais. Une petite tendance à se ruiner tout seul au pressing qui lui a demandé bien de l’énergie

Le Coach et les Remplaçants :

Assadourian : je t’aime, tu veux pas entraîner la A ?

Les Remplaçants : Sont pas rentrés pour aller faire des folies, et ils n’en ont pas fait. Le match était sous contrôle, c’est resté ainsi.

Place à l’ogre lyonnais pour les 1/4 de finale ! Il faudra être au moins aussi appliqués. Malheureusement ça se jouera dans l’Est de la France.

Jean Michel quand la 2e meilleure académie d’Europe va sortir face à la moins bien équipée

CHAMPIONS LEAGUE 2 – Brest – Dijon (0-0)

On reçoit le leader, occasion de montrer qu’on n’est pas les perdreaux de l’année et que l’équipe a des qualités. Rien à perdre puisque le maintien est dans la poche, rien à gagner puisque c’est fini pour la montée même si certains semblent évoquer l’éventuelle possibilité sous réserve que… Si jamais on torche le DFCO.

Pour le match on remonte une équipe solide mais qui ne laisse pas trop de place aux doutes quant à l’objectif : Ne pas perdre, et pourquoi pas en mettre un.

Avec l’ambition de ne pas être trop haut sur le terrain et chercher à se projeter vite, l’utilisation du tandem Monrose-Alphonse est cohérente. C’est couilles molles mais logique. Adnane ne servant pas à grand-chose sur un match où on va juste lui jeter des ballons devant, et cela même s’il reste notre attaquant le plus à même de la pousser au fond. Un choix a donc été fait.

Au milieu on alignera Sankoh, Perez, Grougi et Battochio. 442 à plat ? Losange ? Un peu comme vous voulez en fonction de la façon dont vous voulez vivre le moment présent ?
Ce sera la dernière option, je n’ai pas réussi à identifier un plan de jeu bien clair pour nos milieux. Surtout qu’Alphonse et Monrose se sont plus souvent retrouvé en position d’ailiers en phase de possession que d’attaquants. Le tout en alternance bien entendu.

Un gros tas au milieu, Monrose ailier quand on joue à droite, Alphonse quand on joue à gauche, et l’autre dans l’axe.

Au final on était plus sur un 460 avec une distance fixe entre les deux ailiers, quand l’un rentre, l’autre s’écarte, et vice et versa. Il aurait fallu jouer à 12 avec Adnane en tant que véritable attaquant, ça aurait pu être chouette.

Bon en vrai, il y a déjà un 12 brestoa, et heureusement qu’il est pas sur le terrain

(dommage qu’ils aient le droit d’être au Stade aussi d’ailleurs…)

Le Match :

Figurez vous que quand l’équipe qui reçoit cherche à ne pas perdre, et que quand l’équipe visiteuse se contente du point offert au début de la partie, ça donne un match de merde, peu rythmé, avec quelques tentatives mais où personne n’attaque à plus de 4.

Quelques opportunités d’un bord et de l’autre, quelques belles séquences. Des coups de pieds arrêtés et une bien terne partie entre un futur pensionnaire de L1 et une équipe qui aurait aussi dû jouer les premiers rôles cette saison.
Les joueurs ne sont pas des tueurs mais ils sont capables de produire mieux. C’est la volonté qui manque sur les deux bancs.

Pas non plus aidé par Frappart qui n’a pas été au contrôle de son match, laissant quelques fautes et sifflant des petits contacts insignifiants.

Bref, une grosse purge comme on les aime.

Les Joueurs :

Hartock 3/5 : Des ballons qu’il aurait certainement pu mieux négocier, ou s’imposer un peu plus dans sa surface, mais pas mis à contribution de façon folle non plus. Il en a vu d’autres.

Bélaud 2/5 : Quand il n’a personne à trouver dans la surface par ses centres, il est obligé de rentrer sur son pied gauche. Problème, il n’a pas de pied gauche. Défensivement parfois en difficulté, manque de communication entre lui et Sané pour savoir qui fait quoi je pense.

Sané 1 ou 4/5 : Il y a plusieurs façon de voir les choses. Tu as la positive, il nous a sorti de la merde 3 fois avec des interventions décisives, dont un grand écart dans la surface devant Sammaritano, et un retour in extremis pour couper une balle qui arrivait sur un Dijonnais seul à 15m d’Hartock. Si tu en restes là tu dis qu’il a été le meilleur brestois et tu l’écris dans le Télégramme parce que c’est là que tu bosses. Sinon tu regardes le match et tu vois que si il a eu à faire de « belles » intervention c’est avant tout parce qu’il était à la rue complet, mal placé, en retard et que ça l’a obligé à prendre des risques. Si on ajoute un duel placage avec Tavares dans la surface où Frappart aurait pu siffler le pénalty qu’on aurait pas eu lourd à redire, ça donne une autre dimension à son match. Fais ton choix camarade.

Falette 2/5 : Pas sa meilleure performance, il s’est compliqué la vie et a failli perdre un ballon qui aurait pu coûter cher en tant que dernier défenseur à vouloir tricotter. Ca a fini en corner où Jullien est toujours dangereux. Il a bien tenu Tavares, mais comme pour les 3 autres défenseurs la mobilité de Diony les a bien emmerdés. Heureusement qu’après Diony est plutôt nul. Il a remporté tous ses duels de la tête avec Tavares puisque celui ci n’en joue aucun et se contente de s’écrouler et réclamer la faute. Frappart connaissant apparemment la règle c’est Simon qui a obtenu les fautes quand c’était nécessaire.

Lorenzi 3/5 : Quasiment le Brestois le plus dangereux, c’est dire. Il a bien profité de l’espace qu’il y avait dans son côté, mais comme pour Bélaud, quand tu as personne sur qui centrer, tu te sens un peu seul une fois arrivé proche de la surface adverse.

Sankoh, Perez, Grougi,Battochio 2/5 : Insipide, à part peut être Grougi qui s’est offert une belle occasion mais a trop tarder et est tombé sur Reynet qui se débrouille bien quand il s’agit d’arrêter des balles. C’était lent, peu inspiré. Un match sérieux mais c’est tout. Pas de grosses erreurs notables.

Alphonse et Monrose 2/5 : Je leur en tiendrai pas rigueur, ils peuvent pas à la fois jouer un rôle d’ailiers et d’être à deux proche de la surface pour les ballons qui pourraient y arriver. Varrault étant resté très bas, ils n’ont pas eu à le prendre de vitesse. Ils ont joué des duels direct sur l’homme alors qu’ils ne sont pas équipés pour. Même si Monrose croit encore être capable de surprendre des gens en dribblant. Ça lui passera avec l’age.

Y’avait quand même moyen de le prendre de vitesse Varrault

Le Coach et les Remplaçants :

Dupont bof/5 : A programmé le match parfait de l’équipe qui est sur le podium avec de l’avance et n’a que quelques matchs difficile à gérer. Ambiance nous, fais toi plaisir un peu.

D’ailleurs les suspensions des coachs c’est rigolo parce que dans le fond ça sert à rien, on l’a vu remplir son rôle tout au long de la rencontre.

Henry (Alphonse 78e) : il a failli marquer ! Mais Reynet en a décidé autrement, ça aurait été trop beau. Je l’ai trouvé un peu précipité dans ses gestes et il a renvoyé plusieurs ballons gratuitement à l’adversaire. Me semble qu’il aurait pu moins paniquer même si ça va vite et qu’il était bien surveillé.

Adnane (Monrose 78e: Il a touché la balle ?

Mèch Tuyot

Plus à l'Ouest qu'Alex Dupont Stade Brestois Vive le Leon Libre.

Un commentaire

  1. Je suis contente de vous revoir! Hélas, pas de liens musicaux, ce qui faisait un peu la spécificité de cette académie (outre l’équipe en elle-même au destin bouffon et donc comique de l’extérieur). Une fois n’est pas coutume?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.