On a pu le voir en Champions League, la Bundesliga est désormais au même niveau que la Premier League, tendance que le gardien de Freiburg a tenu à confirmer, Kiessling a enfin reçu son invitation du DFB, Dortmund a fumé Schalke et le Bayern est définitivement invincible.
Résumé de la 10eme journée de la plus belle Ligue du Monde !!

VFB Stuttgart – 1. FC Nürnberg 1-1
1 :0 Ibisevic (3. Penalty)
1 :1 Drmic (6.)

Les Schwaben et les Franken ont décidé de faire une bonne action pour l’ouverture de la 10eme journée ! Décider le match en 6 minutes pour permettre aux abonnés Canal de zapper sur le film du vendredi : De l’autre côté du périph. Une énième histoire de good cop bad cop. Un noir, racaille manquée avec son petit charme de banlieusard. Et le blanc, sous doué avec les femmes, lèche cul avec sa hiérarchie bref le loser quoi. Pour ce qui est du scénar : Ils se rencontrent au hasard, ne s’aiment pas, doivent travailler ensemble, font louper une affaire, se prennent un savon par les patrons, ça les rapproche, ils continuent l’enquête malgré leur suspension, ils arrêtent les méchants, deviennent copains, l’un se fait tuer, mais en fait non parce que c’est une comédie et pas un drame, ils montent en grade, happy end, CLAP DE FIN….. Bon, c’est pour ce navet que j’ai loupé un match de Bundesliga moi ??? Ok,, je plaide coupable, mais au final je me suis rattrapé, et après coup, je me demande quel était le plus navet ?
Le match en tout cas était très brouillon bien que plutôt vivace. Stuttgart manque l’occasion d’aller se poser à une place européenne (les occasions étaient pourtant là) et Nürnberg, pour son premier match sous le nouvel entraineur Gertjan Verbeek ne gagne toujours pas et reste donc dans le marasme de la lutte pour le maintien. Et je ne parierais pas pour que ça change d’ici le mois de mai. Verbeek est au passage environ le 900.000eme entraineur Hollandais à entrainer une équipe de Bundesliga.

FC Bayern München – Hertha BSC 3-2
1.1 Ramos (4.)
1-1 Manzukic (30.)
2-1 Mandzukic (51.)
3-1 Götze (54.)
3-2 Ben-Hatira (58.)

Le 28 Octobre 2012, le Bayer Leverkusen avait réussi à battre le Bayern de Jupp Heynckes. À l’époque déjà, c’était un sacré exploit. Exploit qui prend une dimension supplémentaire puisque depuis cette date, aucun autre club de Bundesliga n’a réussi à faire plier les Münchner Bayern !
35 matchs donc. Des matchs ou souvent le Bayern offrait une démonstration de force. Il y eut des raclées, des courtes victoires avec une grande domination, des faiblesses défensives compensées par une attaque de feu. On a eu droit à quelques matchs nuls (6 au total), après lesquels, souvent on a pu se demander par quel miracle les adversaires ont obtenu ce point !
Bref, toute sortes de scénarios, avec quasiment jamais l’impression que le Bayern pourrait perdre la partie. D’ailleurs, dans très exactement 1 matchs sans défaite, le Bayern pourrait rattraper le HSV détenteur du record  en Buli (36 entre 1982 et 83, champion ces deux mêmes années). Dans très exactement 1 match, le Bayern pourrait aussi offrir un premier record à Pep Guardiola. En effet, avant lui seul Branko Zebec avait, en 1968 réussi à démarrer au Bayern avec 10 matchs sans défaite, Pep vise donc le 11eme match de suite pour dépasser l’un des plus emblématiques entraineurs du Bayern. Ribery, lui vient de jouer son 39eme match de suite avec le Bayern sans en perdre le moindre.
Vous l’aurez compris, les records tombent un à un, et on ne voit pas bien qui pourrait empêcher le Bayern d’aligner encore et encore les succès. Enfin, on ne voyait pas bien qui jusqu’à ce weekend. Parce que si la Hertha n’est pas repartie avec les 3 points, elle aura eu le mérite de foutre une sacrée pagaille dans la tête et le jeu bavarois.. Ok, le Bayern a globalement dominé la rencontre, mais la Hertha a tellement bien exploité le peu d’occasions qu’elle avait que l’on lui aurait presque souhaité de faire un résultat en Bavière. Mais au final elle rentrera bredouille à Berlin, avec quand même le sentiment de ne pas avoir démérité, et l’envie de continuer dès la semaine prochaine sur un début de saison très prometteur !

FC Scheisse 04 – BXB Doofmund 1-3
1.1 Aubameyang (14.)
0-2 Sahin (51.)
1-2 Meyer (62.)
1-3 Blaszczykowski (74.)

Le Ruhrpott, fleuron de l’industrie minière allemande est incontestablement le lieu de naissance du football allemand. Parmi des dizaines de villes de plus de 50.000 habitants, 5 principales ont fourni des clubs à la Bundesliga, des Traditionsvereine comme Essen Duisburg ou encore Bochum ne jouent plus depuis quelque temps un très grand rôle dans le paysage footballistique de l’Allemagne. Mais deux, de ces 5 clubs professionnels ont su s’imposer comme deux des plus grands clubs Allemands de tous les temps. Le Ballspielverein Borussia Dortmund 09 (BVB) et le Fussbalclub Gelsenkirchen Schalke 04. Depuis plus de 50 ans la confrontation entre ces deux clubs donne lieu au Derby le plus chaud d’Allemagne. Le Revier-Derby.
Les supporters des deux équipes se vouent une véritable haine. Haine qui va jusqu’à conditionner le vocabulaire des supporters. Le supporter de Dortmund parlera donc volontiers de Herne West (d’après la ville à l’Est de Gelsenkirchen) ou de Schei?e 04. Les autres préfèrent Doofmund (Doof=Idiot) ou encore Lüdenscheid Nord (Ville au sud de Dortmund). Pourtant ces deux-làs ont une vraie allure de jumeaux. Ainsi, ce sont deux clubs populaires, imprégnés d’une culture de mineurs de fond. Les deux clubs comptent dans les 100.000 adhérents et ont des stades impressionnants, avec des tribunes de supporters parmi les plus grands et plus bruyants d’Europe. Mais en bons jumeaux qu’ils sont, eh ben ils passent bien plus de temps à se taper dessus qu’à jouer gentiment l’un avec l’autre.
Par ailleurs, si ces deux clubs portent d’apparence les mêmes valeurs, très tôt, on s’est rendu compte qu’ils n’attirent pas le même public. Ainsi, dès 1971 une étude démontre que le FC Schalke est largement plébiscité par un public de travailleurs (Mineurs, Agriculteurs….) et de leurs femmes au foyer (ah ben ouais, en 1970 on en était loin de la femme active et autres aspirations féministes). Dortmund au contraire a les faveurs d’étudiants et de bacheliers. Rapidement donc les deux clubs sont entrés dans une logique d’opposition, pour le plus grand plaisir de tous les adorateurs du football allemand.
Les supporters de Dortmund n’ont d’ailleurs pas hésités à rappeler leur haine de Schalke à l’occasion de ce 143eme Derby. Démolition d’un train à 350, fumigènes lancés dans les tribunes avoisinantes celles de Dortmund… en bref, l’annonce d’une ambiance légère et détendue. D’ailleurs du côté des joueurs et responsables, tous ont dénoncé à l’unisson les agissements de ces dangereux sociopathes que seraient les supporters de Dortmund. Tous ? Oui enfin presque, parce que pour Grosskreutz tout va relativement bien, il a affirmé considérer que chacun prend ses propres responsabilités. Allez, avoue Kevin, c’est toi qui as fourni les torches aux Ultras !!

J10-ultra

Si les premiers derbys, dans les années 20 ont été remportés par le FC Schalke, Dortmund a par la suite un peu rattrapé son retard. Avec sa victoire de Samedi, Dortmund compte maintenant donc 49 victoires pour 37 matchs nuls et 57 défaites.
Et sur ce match, le résultat est plus que mérité. Dortmund a prouvé cette semaine qu’ils étaient les maitres incontestés de la contre-attaque. Et ce weekend c’est l’ennemi héréditaire qui a fait les frais de la capacité de projection galactique du BVB. Schalke a bien eu quelques lueurs d’espoirs, comme ce penalty obtenu à la 30eme minute et qui leur aurait permis d’égaliser, ou encore le but de Meyer qui réduit le score à 1-2. Mais finalement Dortmund est simplement trop fort, aussi grâce à un retour en grande forme de Nuri Sahin qui en ferait presque oublier la blessure de Gündogan.

Bayer 04 Leverkusen – FC Augsburg 2-1
0-1 Hahn (24.)
1-1 Rolfes (34.)
2-1 Can (83.)

C’est fait ! ENFIN ! Kie?ling a finalement reçu une invitation de la part du DFB….Bon ce n’est pas le sélectionneur qui l’a appelé et il ne s’agit pas d’un match de l’équipe d’Allemagne. Mais sérieux, Stefan, pour une fois que le DFB te considère tu ne vas pas faire la fine bouche.
Il s’agit en fait d’une audition concernant le Phantomtor de Hoffenheim. Que les fans se rassurent, Kie?ling n’était pas sur le banc des accusés, il s’agissait simplement de prendre les différents points de vue. Cela dit, et je me répète, un joueur qui marque autant de buts de la tête, j’ai un peu de mal à m’imaginer qu’il n’est pas capable de suivre son ballon des yeux.
Finalement, le match ne sera pas rejoué ! C’est vrai qu’un club qui a un stade flambant neuf et qui n’est pas capable d’avoir des filets sans trou, ça la fout mal, et ça ne mérite pas forcément de lui faire une fleur en lui offrant un rematch qu’il aurait de toute façon perdu 5-0 comme je l’ai déjà démontré !
Pour en revenir au match de samedi, Leverkusen se fait surprendre assez rapidement par un but de toute beauté à la 24eme minute. Mais au final, Leverkusen maitrise la partie. Et bien qu’il ait du mal à concrétiser ses chances, s’impose tout de même grâce à un but d’Emre Can, l’un des grands espoirs du football germano-turc venu du Bayern en début de saison.
Leverkusen tient donc les rythmes infernaux imposés par le BVB (égalité de points) et le FCB (-1point) et creuse l’écart avec ses poursuivants (9 points d’avance sur la 4eme place). Comme prévu, la bataille pour le titre s’annonce être un ménage à trois cette saison. Principale raison du côté de Leverkusen, s’il n’y a eu que deux départs notables cette saison (Schürrle et à moindre mesure Carjaval), Leverkusen a recruté de manière intelligente et a très bien renforcé son banc de touche. Ils semblent désormais pouvoir assumer le rythme Bundesliga/Coupe d’Europe. Autre avantage, Leverkusen compte « relativement » peu d’internationaux. Les Rolfes, Kie?ling Wollscheid ou encore Gonzalo Castro restent donc à la maison pendant les trêves internationales ce qui évite de les fatiguer inutilement.
De son côté, Augsburg faisait un bon début de saison. 3 victoires, c’est autant que Stuttgart qui pointe en 8eme position. Mais Augsburg reste trop fébrile sur des matchs serrés. Sur leurs 6 défaites, 4 ont été perdus par 1 but d’écart. Réussir à accrocher un nul lors de ses matchs leur aurait permis eux aussi d’être au contact des places européennes. Mais avec une série de 4 matchs sans victoire, les Schwaben se rapprochent lentement mais surement des places de relégation. Et avec tout le respect que l’on doit à cette équipe qui se bat (très bien) avec leurs moyens, on voit mal comment Augsbourg pourrait ne pas être de la lutte pour le maintien jusqu’à la fin de la saison.

Hannover 96 – 1899 Hoffenheim 1-4
0-1 Salihovic (10.)
0-2 Herding (18.)
1-2 Sané (56.)
1-3 Roberto Firmino (62.)
1-4 Roberto Firmino (64.)

Voilà la vraie raison pourquoi j’aime autant cette Bundesliga. Certes il y a un Bayern surpuissant, un Dortmund magnifique à voir jouer, Leverkusen ou encore Schalke qui ont les capacités de faire des matchs de qualités contre n’importe quelle autre équipe ! Mais la vraie attraction, la vraie beauté de ce championnat c’est son ventre fou. Un championnat à 18 équipes aide forcément à maintenir tout le monde concerné par les places européennes le plus longtemps possible. Mais contrairement à d’autres championnats ou ces équipes jouent souvent plus pour ne pas tomber trop bas, en Allemagne elles cherchent avant tout à accrocher ce haut du classement, donnant lieu à des matchs très ouverts avec beaucoup de buts et de spectacle. Hannover et Hoffenheim sont de ces équipes. Les objectifs sont tous les ans les mêmes, jouer l’Europa League… mais comme c’est un objectif partagé par pas moins de 8 équipes (sans compter les invités surprise comme la Hertha), c’est une vraie guerre qui attend les prétendants tout au long de la saison.
Hannovre n’avait pas encore perdu à domicile. Hoffenheim n’avait gagné qu’un match à l’extérieur. Bon, en théorie, c’était un pari facile pour trouver le vainqueur du match. Mais un but sur penalty (10.) et un deuxième jaune pour Diouf (12.), le plus prématuré de l’histoire de la Bundesliga), il était clair que Hannover n’allait pas passer une très belle après-midi. Un petit coup d’espoir après la pause grâce à une tête de Sané. Mais rapidement Roberto Firmino crucifie Hannover et leur inflige la première défaite à domicile. Dans la foulée du 4eme but, les choses se corsent d’ailleurs encore plus pour 96 puisque Marcelo était passablement remonté après avoir subi une faute de Firmino qui lui ouvrait la voie du doublé. Et cet énervement, il a cru bon l’exprimer de vive voix à l’arbitre qui lui demande donc gentiment d’aller ramasser la savonnette pour Diouf.
2 expulsions, 4 buts contre, une défaite… il y a des jours on aurait mieux fait de se pendre ! Hoffenheim de son côté confirme son statut d’équipe résolument offensive (meilleure attaque avec 25 buts) et semble bien parti pour faire oublier sa saison dernière (match de relégation contre Kaiserslautern).

FSV Mainz 05 – Eintracht Braunschweig 2-0
1-0 Okazaki (8.)
2-0 Okazaki (68.)

Mayence est une de ces équipes qui peut viser à peu près tout ce qui se situe entre la 5eme et la 16eme place. D’ailleurs souvent ils se comportent en conséquence ! 3 victoires pour commencer et une 4eme place encourageante, puis 5 défaites de rang. Une belle remontée contre Hoffenheim après avoir été mené 2-0, puis un match contre le surpuissant Bayern où Mayance a failli faire peur au colosse. Ce weekend, c’est à un Mayence pas au top de sa forme que l’on a eu le droit. Mais face à une équipe de Braunschweig qui assume complètement son statut de futur relégable même un Mayence des petits jours ne laisse pas filer les trois points et l’emporte donc au petit trot 2 à 0.

Wolfsburg – Werder Bremen 3-0
1-0 Arnold
2-0 Olic
3-0 Perisic

Il y a une petite case de votre loto sportif que vous pouvez oublier avec le VFL Wolfsburg, le N ! Depuis le début de la saison Wolfsburg gagne ou perd, mais le partage des points c’est décidément pas leur truc. Voici donc le parcours des Loups en Bundesliga en code morse: D-V-D-V-D-V-D-D-V-V. En continuant ainsi, le VFL devrait donc finir avec 17 victoires pour 17 défaites : 51 points ce qui lors des deux dernières saisons leur aurait permis d’accrocher l’Europe, actuellement 6eme, Wolfsburg signerait bien pour que la saison se déroule de la sorte. À suivre !
Du côté de la Weser, on commence tout doucement à être à court de solutions…. Le Directeur sportif Allofs est parti en cours de saison dernière. L’entraineur Schaaf a été congédié en fin de saison ! On s’est séparé du trublion de l’équipe, Arnautovic… Bordel, même le sponsor on l’a changé (pour une marque de poulets rôtis :/ ) ! Bon peut être qu’à un moment faut faire le deuil aussi des Klose, Micoud et autres Ismael, et revoir ses ambitions de manière un peu plus réaliste. Si Breme arrive à se placer à une 10eme – 11eme place ça sera déjà très bien.

J10-canar

SC Freiburg – Hamburger SV 0-3
0-1 Beister (37.)
1.2 Lasogga (47.)
0-3 Van der Vaart (63.)

Ce n’est plus un secret pour personne, la Bundesliga est entrain de combler son retard par rapport à la Premiere League, elle est de plus en plus performante dans les coupes européennes, elle est attractive pour les joueurs, le public y est phénoménal ! Le capitaine de Fribourg a certainement voulu apporter sa pierre à l’édifice ! Et quoi de mieux pour imiter la Premier League que d’en imiter les acteurs. Bauman nous a donc successivement fait une Green, une James et une Hart ! Hamburg n’en demandait pas tant mais a décidé d’accepter l’invitation pour en coller 3 au club du Breisgau. Une 12 eme place ce n’est pas folichon pour un Traditionsverein qui joue dans l’un des plus beaux stades allemand, mais être à 3 points seulement de l’Europa League, relativise un peu le classement. Freiburg reste sans victoire et attend impatiemment la fin de l’Europa League pour pouvoir souffler un peu.

J10-goalr

Borussia Mönchengladbach – Eintracht Frankfurt 4-1
1-0 Arango (11.)
1-1 Aigner (15.)
2-1 Wendt (18.)
3-1 Herrmann (60.)
4-1 Raffael (66.)

Pour ceux qui, comme moi sont nés dans les années 80, ce match est un peu retour vers le futur version foot. D’un côté, Frankfurt qui à la fin des 80ties et début des 90ies surfait sur une vague qui les propulse plusieurs fois en coupe d’Europe (le tout après 30 ans de présence en Bundesliga). De l’autre, le Borussia Mönchengladbach, même si l’on n’a pas connu l’époque, l’aura de ce club a traversé les âges !
Un consultant expliquait le concept de Traditionsverein il y a quelque mois : « Qu’est-ce que la tradition ? Quand pendant une décennie tu enchantes le football allemand, qu’ensuite tu sombres dans le néant, que durant 30 ans tu ne fais RIEN ! Quand ensuite tu te qualifies pour une Europa League, que tu joues à Rome… Et que 10.000 supporters se retrouvent pour te soutenir ça c’est la Tradition ! »
[jwplayer mediaid= »41466″]
Gladbach aura donc mis une saison complète pour digérer les départs de Dante, de Neusdtäter et de Reus. Après une saison 2011/12 fantastique, les Fohlen n’avaient pas réussi à se requalifier pour l’Europe en 2012/13. Mais leur début de saison 2013/14 a tendance à confirmer ce qui se dessinait déjà en fin de saison dernière. Gladbach est très difficile à manœuvrer à domicile (5 Victoires en autant de matchs) La Borussia pourrait bien cette saison reflirter avec la Champions Leauge.
En tout cas, contre l’Eintracht de Frankfurt, elle n’a pas vraiment tremblée. Dominateurs, Gladbach a parfaitement déroulé, et ne s’est pas affolé quand Frankfurt a égalisé. Victoire très tranquille donc pour les protégés de Lulu Favre. De son côté Frankfurt paye sa bonne coupe d’Europe. Mais semble néanmoins peu à peu s’habituer au rythme.
Post Rectum :
Bon, la semaine dernière, j’avoue, j’ai un peu flippé. Freiburg et Bremen qui nous tricotent un 0-0 après des mois d’absence de ce genre de non-résultats… Mais plus de peur que de mal, ce n’est pas un virus, ça n’a pas l’air de se propager. On risque donc de continuer à voir des buts peu importe le match que l’on décide de regarder en Bundesliga !
Et comme tout le monde le sait, plus il y a de buts, plus il y a de chance d’en voir des magnifiques !

Töbias

[jwplayer mediaid= »41467″]

 

2 thoughts on “Bundesliga : 10eme Journée.

  1. Super sympa le rassemblement de supporters à Rome!

    A tu une explication au déclin du Werder de Breme? (qui dans la limite de mes connaissances du football allemand m’a toujours semblé vouloir accroché le podium) Tu invoques le départ de Klose d’accord mais comment se fait-il qu’ils ne s’en remettent pas? Une succession de mauvais transferts?

  2. Il ne faut pas oublier que si le Werder est un Traditionsverein, il n’en reste pas moins un club plutôt modeste en termes de moyens et de budget.
    Breme est une ville relativement pauvre, et avec le HSV à moins de 100km c’est un des plus gros clubs allemands de tous les temps qui vient faire de l’ombre.

    Ils s’en sont très bien sortis entre les années 80 et le début 90 (époque ou à peu près tous les clubs allemands avaient les moyens de faire venir quelques très gros joueurs).

    Début 2000 le Werder a beaucoup de chance avec ses transferts,

    Ismael,Friedrich,Micoud, Ailton, Charisteas… des joueurs arrivés peu chers et qui ont tout de suite été hyper performants…
    à partir de 2005-6 les investissements deviennent plus intenses, par contre les joueurs ne sont pas au niveau

    Il y a les joueurs carrément décevants:
    Carlos Alberto, Boubacar Sanogo, Wesley, Elia, En gros quasiment tous les « gros coups » de chaque saison sont décevants.

    Et il y a les joueurs qui sont irréguliers ou qui n’ont juste pas le niveau pour maintenir le Werder en haut de classement. Marko Marin,Arnautovic, Ekici….

    Voila, je pense que le Werder a vu trop rapidement ses ambitions à la hausse après le bon début de siècle… s’est planté, et maintenant doit reconstruire modestement pour revenir peu à peu dans le cercle des prétendants à l’Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.