Danemark – Australie (1-1) : La Socceroux Academy s’en mord les doigts

Salut les complotistes.

Après une défaite « méritante » contre la République française, c’est une autre monarchie (l’Australie a été colonisée par le tyran britannique à la fin du XVIIIe siècle) qui se dresse devant nous : le Royaume du Danemark, et de sa Reine, Margrethe. Ce premier adversaire déjà cocu comme jamais lors du premier match nous promettait de belles choses. A l’inverse, l’Australie associée à la malchance, la maladresse et la naïveté, c’est très récurrent.

Pour l’occasion, l’ami Bert prend les mêmes et recommence. Rogic, Jedinak et Kruse en ballotage sont maintenus.

Le combat

L’affaire commence mal. Le Danemark attaque pied au plancher et se crée rapidement plusieurs occasions. Les vikings rouges vont ouvrir le score. Jorgensen pivote sur lui-même pour remiser rapidement sur Eriksen qui assène un missile stratosphérique dans le fond des filets (7’). Ryan est battu, il ne peut rien faire. Quelques minutes auparavant, Leckie avait surgi sur corner pour catapulter une tête au-dessus des buts de Kasper. Une dizaine de minutes de panique suit, le Danemark continue de pousser et l’Australie demeure fébrile en défense.

Mais à partir de la mi-temps de la mi-temps, les Socceroos lancent la révolte. A la 37’, Poulsen joue les Umtiti et est coupable d’une main dans la surface. Encore un peno purée. Et cette fois, l’appui de la VAR est en notre faveur (elle demeure être synonyme de la mort du football mais c’est un autre débat). Jedinak s’avance et le transforme. Il le tire au même endroit. Dans ta gueule, Schmeichel, et tes tentatives d’intimidation complètement risibles (et gênantes).

Il s’envole et engage le combat. Captain Jedi.

La deuxième période va être beaucoup moins organisée et l’Australie va se procurer quantité d’occasions. Le Danemark aussi, parfois, mais on s’en fout royalement (vous l’avez ?). A la 54’ et 68’, Leckie n’est pas loin de marquer ou de faire marquer si ses coéquipiers n’avaient pas deux mauvais pieds (genre, au hasard, Robbie Kruse). Aaron Mooy y est aussi allé de son missile et bon dieu de bon dieu, j’y ai cru. C’est tout proche du cadre. Dans les dix dernières minutes, le show Daniel Arzani prend forme. Gestes techniques de classe, naïveté et fougue de la jeunesse d’autre part, le mec fout le bazar chez les Danois. Il manque d’offrir une passe décisive à Juric (80’) puis de marquer lui-même à la 86’. Leckie a une nouvelle occasion deux minutes plus tard mais Schmeichel s’interpose, encore.

Au final, je lis ici et là que « l’Australie tient en échec le Danemark ». Permettez-moi de tourner la phrase dans l’autre sens : Le petit poucet danois heureux de prendre un point contre l’ogre australien. Quelle blague.

Les guerriers

Ryan – 3/5 :

Il n’a pas eu grand-chose à faire mais sa justesse dans les passes est toujours aussi précieuse.

Behich – 3/5 :

Pas trop mauvais non plus.

Sainsbury et Milligan – 2/5 :

Je vais continuer de les noter ensemble. Ce n’était pas la sérénité incarnée. Beaucoup moins rassurante que contre la France, cette défense.

Risdon – 3/5 :

Pas trop mauvais non plus.

Jedinak – 4/5 :

Un point en plus pour le penalty même si je trouve qu’il fait un très bon match aussi. Son expérience amène de la sûreté au milieu de terrain et son positionnement plus en retrait libère d’autres joueurs.

Mooy – 4/5 :

Encore un très beau match de notre divin chauve national.

750e ballon récupéré du match. Petite moyenne.

Rogic – 2/5 :

Je t’adore Tom, mais là, c’est non. Deuxième match de suite où le niveau est très insuffisant. On connaît son côté irrégulier, mais en Coupe du Monde, ce n’est pas possible. Irvine risque de le détrôner.

Kruse – 2/5 :

Terminé. Plus de 60 sélections et je ne sais pas comment une chose pareille est possible. Encore une fois, il n’est pas du tout mais alors PAS DU TOUT au niveau.

Je désespère.

Leckie – 4/5 :

Ca, c’est vraiment un bon match de sa part. On le sait capable de faire des perfs de ce niveau, il l’a prouvé. Très très vif, toujours dispo, pas avare d’efforts. Il m’a fait très plaisir.

Nabbout – 3/5 :

Un match de guerrier une nouvelle fois. Il n’a que peu de ballons à exploiter mais tu sens qu’il n’est pas maladroit avec ses guiboles. Malheureusement, son Mondial pourrait être terminé, il s’est assez salement blessé à l’épaule.

La relève

Juric – 2/5 :

Pas compris à quoi il a servi. Pourquoi ne pas tenter Maclaren ? Délit de sale gueule peut-être (pour Juric) (de ma part).

Arzani – 4/5 :

Alors, il perd peut-être un peu beaucoup la balle, mais quel dynamiteur ce petit joyau bon sang ! Quel impact quand il entre en jeu. Il crée une ou deux situations pour ses coéquipiers, s’en crée une pour lui aussi, provoque, dribble, amène de la vitesse et du tempo à l’équipe. Cool Danny.

Irvine – non noté :

Mais je pense qu’il jouera le prochain match en tant que titulaire.

Le complément complémentaire

A lire les réactions à ce match un peu partout, il convient peut-être de modérer mes propos et mon enflammade.
HEIN QUOI ?

Non, rien à carrer. On aurait dû exploser le Danemark qui était complètement la tête sous l’eau. L’Australie a malmené les monarchistes de Scandinavie.

On doit gagner ce match.

On doit le gagner.

Maintenant la bataille s’annonce rude. Pour que l’Australie passe il faut que :

  • L’Australie batte le Pérou
  • La France batte le Danemark
  • La différence de buts de l’Australie soit supérieure à celle du Danemark (+1 et -1 à l’heure actuelle)
  • En cas d’égalité je n’en ai pour l’instant foutrement aucune idée

Ca va le faire. Serein.

See you soon.

Harry Cruel.

Harry Cruel

Ex-Leeds, Liverpool, Galatasaray etc. Harry Cruel est comme toi. Il a été un excellent joueur qui comme toi s'est un jour pété le genou. Depuis, il n'a plus le niveau. Dommage, il aurait fait une grande carrière.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.