Dinamo Kiev – Manchester City (1-3) : Nigel est heureux et livre ses jolies notes.

The chaaaaaampiooooons! Tutututuuuuu!

Oui, Nigel pense à s’inscrire à The Voice…

Avant-match :

Bon, pour être à nouveau « sérieux », le match de ce soir est ultra-important pour les Citoyennes. En effet, malgré les centaines de millions du Mansour, Manchester (est-il vraiment nécessaire de préciser « City » dorénavant ? Tout le monde a oublié le feu-club voisin, non ?) n’a jamais atteint les quarts de finale de la Champion’s League… Jamais dans son histoire… Alors, ok, quand tu te retrouves face aux naines catalanes en huitième, ça passe (bisous à Tonton Arsène !), mais là, c’est Kiev, putain !

Parlons-en, justement : Kiev, c’est quoi en février 2016 ?

Kiev, c’est avant toute chose la capitale d’un pays où les femmes sont plutôt pas mal et bon marché et où une guerre est en cours à l’Est, mais cette dernière ne semble plus trop à la mode (bon, on s’arrête là, Nigel n’ayant ni la capacité, ni, surtout, l’envie de parler géopolitique – Nigel n’est, d’ailleurs, même pas sûr que ce mot est approprié à la situation) : L’Ukraine (pays qui a d’ailleurs plus ou moins mis Samir en pré-retraite, si Nigel doit vraiment lui trouver une qualité).

 

réaction de Nigel quand il a appris que Samir n'était plus sélectionnableLa réaction de Nigel quand il a appris que Samir n’était plus sélectionnable en Champions’ League

Kiev, c’est, ensuite, une ville où le club de foot principal a le nom de ce putain de truc qui était censé frotter la roue de nos bicyclettes pour faire de la lumière (Oui Nigel est vieux… Oui Nigel dit « bicyclette »… Oui Nigel t’emmerde) : Le Dynamo. Ce Dynamo, suce-cité, c’est, pour Nigel, surtout Shevchenko-Rebrov dans les années 1990 (le dernier cité étant d’ailleurs le coach actuel). Le Dynamo, c’est ensuite un club qui, en 12 mois, est passé d’un match de coupe UEFA (Oui, Nigel, en plus d’être vieux, est plutôt réac !) plutôt serré contre Guingamp à un huitième de Champion’s contre City… Avec tout le respect que Nigel a pour Coco Michel, il y a, tout de même, un monde entre les deux. Le Dynamo ayant, quand même placé un doublé coupe-championnat entre les deux (on remercie la guerre à Donetsk). Le Dynamo, c’est enfin, l’un des publics les plus chauds et les plus racistes du vieux continent, et ce n’est pas pour déplaire à Nigel.

 

tribune-oSympa la tribune VIP à Kiev

 

Bon, c’est bien beau tout ça, mais ce n’est pas la pute-pas-cher-Academy, ici, donc parlons un peu des Citoyennes. Après les 2 défaites en Premier League et la blague à Chelsea, on ne peut pas dire que ces dernières soient en pleine confiance, mais certains retours risquent de faire du bien (non, Nigel déconne, Sagna est de retour…). Match important oblige, le Pello sort l’artillerie lourde :

compo

 

Nigel ne peut, avant toute chose, que se réjouir du retour confirmé de Cap’tain Vinz en défense centrale (surtout que Nigel a toujours un peu de mal avec Otamendi). Nigel compte beaucoup sur Yaya, car Fernando et (son évolution Pokémon) Fernandinho ne sont pas très hauts dans l’estime de Nigel non plus. Enfin, Nigel fait confiance à Silva et au Kün pour planter quelques banderilles à ces communistes.

A noter, côté adverse, la titularisation de Shovkovsky… Nigel croyait sincèrement ce dernier mort de vieillesse… un latéral droit au nom puant la technique et un attaquant de pointe dont les trois dernières lettres suffiraient pour battre Nigel au Scrabble…

Allez, Squadellah, nous sommes partis !

Match :

-2’ : A noter que les Citoyennes ré-arborent leur tenue jaune fluo… Nigel ne sait pas d’où vient cette nouvelle mode du fluo dans les maillots, mais trouve ça vraiment vomitif.

-1’ : Grosse ambiance dans le stade. Va falloir vite calmer tous ces alcooliques.

0’ : C’est Darty !

1’ : Sois prévenu dès maintenant, cher lecteur, Nigel ne va pas se faire chier à écrire le nom des adversaires à chaque fois (beaucoup trop de consonnes au goût de Nigel), et utilisera donc les numéros.

3’ : Les Ukrainiens mettent beaucoup de rythme dans ce début de match.

5’ : Coup-franc à 30 mètres pour les Soviets. Le ballon mis dans la boîte est repoussé tant bien que mal par Otamendi sur le 10. Ce dernier « centre » sur le Joe qui dévie en corner (putain, ça fait du bien de retrouver un gardien).

6’ : Première vraie remontée de balle citoyenne. Le Kün sert en retrait, Yaya, dont la frappe ferait passer Dadyday pour un mec viril.

12’ : Fernando est vraiment casse-couille. Un petit pressing et il s’effondre comme un vulgaire Valbuena. Heureusement, derrière, les mecs ne savent pas frapper…

15’ : Corner au 8ème poteau de Silva. Le ballon est délicieusement remis par Yaya pour le Kün qui n’a besoin que de 50 centimètres et 1 seconde pour contrôler et allumer le gardien adverse. 0-1.

22’ : 4 contre 3 joué en marchant par les Citoyennes, suite à une bonne récupération de Fernando (Nigel doit se montrer honnête). L’action finit par une frappe trop croisée du Kün mais montre surtout que le match pourrait rapidement tourner très mal pour les Ukrainiennes.

35’ : Encore un très bon pressing de Fernando (putain, Nigel commencerait-il à douter de lui-même ?). Le Kün sert bien Yaya qui frappe à nouveau comme une fiotte [sic]. Il serait temps de tuer le match !

41’ : Bah voilà ! Long saucisson de Clichy pour le Kün dont la beauté du contrôle n’a d’égal que l’intelligence de la talonnade qui suit. Sterling (tiens, il jouait, lui ?) est bien lancé et sert Silva sur un plateau pour le 0-2. C’est facile le foot quand tu joues contre des mecs qui sont en vacances depuis 2 mois.

 

2nd-goal-oEasy!

 

42’ : Les pauvres Ukrainiens prennent complètement l’eau. Fernandinho se ballade et envoie le Kün en duel avec le gardien. Ser-gendre croise malheureusement encore une fois trop sa frappe…

Mi-temps : Bon, au début, c’était un peu dur, mais on sent que les Ukrainiens ont vite fatigué… Les Citoyennes sont loin d’être impériales avec beaucoup de déchets techniques, mais bon 0-2, Nigel ne va certainement pas se plaindre.

47’ : Les Ukrainiens semblent revenus avec de belles intentions… M’enfin, à voir combien de temps les piquouzes (incroyable, Word connaît ce mot !) de la mi-temps vont faire effet…

52’ : Le 10 s’amuse de Clichy comme Marc Dutroux s’amuserait sur l’ile aux enfants. Il enchaine une frappe trop croisée… Allez, Gaël, stp, on se réveille.

58’ : Long ballon dans la surface. Renvoi d’Otamendi plein axe… Le 20 récupère et arme une frappe de merde… Mais Otamendi, décidément très fair-play, dévie le ballon histoire de le mettre hors de portée de Joe… Ota-Bernard-Mendi, va ! 1-2

 

1-2-oSuper, mec!

 

60’ : Ce Silva est d’une douceur !… Nigel l’avait presque oublié, tiens… Et même quand il tombe comme une merde dans la surface et insulte l’arbitre en se relevant…

 

silva-oNigel sait lire l’espagnol sur les lèvres : « j’adore votre maman, M. l’arbitre »

 

67’ : Ca y est, les Ukrainiennes n’en peuvent à nouveau plus. Les Citoyennes gardent donc tranquillement le ballon, avant, certainement d’accélérer en fin de match pour en  mettre un troisième.

75’ : Bon, il ne passe plus grand-chose, là…

79’ : Le 10 s’amuse de Clichy et Ota-Bernard sur le côté gauche, il décale bien un de ses potes (oui, oh, ça va, hein !), qui sert le 29 en retrait. La frappe de ce dernier n’est pas tout à fait dégueu, mais insuffisante pour tromper un bon Joe.

82’ : Yaya – Silva combinent à 30 mètres, l’Espagnol décale Sterling (tiens, il est toujours là, lui ?) qui s’amuse un peu avant d’offrir un caramel au beurre salé à Yaya, qui, à environ 4 centimètres des cages (Nigel a mesuré sur son écran), rate invraisemblablement le cadre. Nigel n’a aucun respect ni pour lui-même, ni pour toi et donc lance une vanne directement issue de l’école Laurent Ruquier (que même Sofoot n’oserait pas) : l’ « y-voit-rien » aurait besoin de lunettes !

 

yayaToi aussi, prends ta règle et mesure.

 

89’ : Bon bah d’accord, Monsieur aime simplement la difficulté ! Yaya, après un bon une-deux avec Fernandinho envoie un amour de frappe enroulée du gauche sur laquelle le gardien ukrainien ne peut que pleurer (ou se masturber, si ce dernier est amateur de beau football…), superbe. 1-3

Fin du match : Bon bah voilà, 3 buts à l’extérieur, ce n’est pas mal du tout. Cela devrait suffire et permettre aux citoyennes de voir les quarts pour la première fois.

Les Citoyennes :

Le Joe (4/5) : Difficile de noter Joe sur ce match, tant les Ukrainiennes ont peu cadré. Mais, pour le coup, les rares fois où c’était cadré, ou Joe a été présent, ou Otamendi l’en empêchait. Certainement pas un mauvais match, donc.

Capt’ain Vinz (5/5) : Ah ! Qu’est-ce que tu as manqué à Nigel Capt’ain. Impérial comme à son habitude, la fin de saison s’annonce tellement plus belle avec son retour.

Ota-Bernard-Mendi (2/5) : Le problème, c’est que Bernard, au moins, il courait vite. Bref, évidemment, le mec n’est pas catastrophique, mais Nigel rappelle qu’il a coûté £32M (tu feras la conversion toi-même, hein !). Evidemment, Nigel veut bien entendre l’argument Mangala, mais tout de même…

Bacary (3/5) : On a senti que Bacary revenait de blessure, car il s’est vraiment contenté du minimum. Il a bien défendu, mais n’a pas beaucoup pris son côté… Et au final, pourquoi pas ? En effet, Nigel a pu en déduire une théorie difficilement attaquable : Quand Bacary ne centre pas, il ne fait pas de centre de merde…

Gaël (2/5) : Violé tout le match par le 10 adverse, Gaël a un peu plus apporté offensivement que son symétrique droit, mais pas de quoi violer un canard à trois pattes (ou un truc du genre…).

Fernando (3/5) : Nigel avoue avoir du mal avec ce mec, mais pour le coup, son pressing au milieu a fait très mal aux Ukrainiennes et a apporté pas mal d’occaz’ aux citoyennes. Les recherches de Nigel indiquent un match à 100% de passes réussies… Pas mal, du coup…

Fernandinho (4/5) : Mais que se passe-t-il ? Ton Fernando semble être en train d’évoluer !… Le Fernandinho ressemble beaucoup au Pokémon précédent, mais en plus technique et plus intelligent dans le placement (et puis cette petite remise pour le caramel de Yaya vaut bien un petit point en plus).

Silva (5/5) : Quelle douceur, quelle technique, quel beauté, quel talent. Le genre de joueur qui te fait devenir podophile (non, non, il n’y a pas d’erreur de frappe…).

220px-PodofilijaNigel à gauche, Silva à droite

 

Yaya Toto (5/5) : Quelle puissance, quelle ardeur, quelle présence, quel but ! Le genre de joueur qui te fait devenir « blackophile » (non, gros cochon, tu n’auras pas de photos !)

Sterling (1 ou 4/5) : Très difficile à noter le petit con… Nigel avoue ne l’avoir quasiment pas vu du match, mais il finit tout de même avec 1,5 passes décisives (Merci à Yaya pour le demi). Disons que ce sera une académie participative : Fais-toi ta propre idée, cher lecteur !

Le Kün (4/5) : Evidemment qu’il croque, mais quel grand attaquant n’est pas un gros croqueur ? Si City veut faire quelque chose en Champion’s, c’est définitivement par lui que ça passera.

Bon bah, c’est cool, les Citoyennes devraient voir le prochain tour. Rendez-vous ce weekend pour le premier titre de la saison.

La bise anale,

Nigel de Jonc


Nigel de Jonc

Nigel, académicien sexy des Citizens.

2 commentaires

  1. Tiens d’ailleurs, Mangala n’est plus titulaire à City? Quelle réussite pour les Français, ce club! Sagna est-il à la rue pour de vrai?
    Sinon Nigel devrait revoir l’usage correct de « sic » (ça lui permettra d’encore plus faire le vieux con en pestant contre la langue qui est dévoyée chaque jour davantage).

  2. Mangala revient à peine de blessure, il a repris l’entrainement cette semaine, ceci expliquant cela… Pour le « sic », J’ai simplement décidé de l’utiliser à chaque fois que j’utiliserai le mot « fiotte » comme un hommage au grand homme qu’est Serge Aurier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.