EA Guingamp – ASSE (0-1) : la Forez Académie valide

Les Verts démarrent 2019 comme ils ont fini 2018 : par une victoire.

Le match résumé en 1 phrase : « 3 mois et demi plus tard »

Dernière victoire à l’extérieur : le 25 septembre dernier, à Toulouse. Depuis, le VAR et autres maladresses ont empêché les Verts de ramener plus de 1 point à la fois hors de leurs bases. Heureusement, on peut compter sur Guingamp, son Kerbra(t) cassé et son N’Dong sonné. Une victoire par la plus petite des marges qui a bien failli nous échapper, mais the Ruff’ was on fire.


La compo :

Jean-Louis se plaît à aligner ce 3-4-3, avec un KMP qui semble enfin prendre la mesure et s’éclater dans ce rôle de piston droit. La nouveauté, c’est le retour de Silva à gauche. Hamouma est lui aussi de retour, mais démarre sur le banc. Toujours pas de Subotic et de Debuchy, en phase de reprise. Beric, malgré des rumeurs insistantes sur son départ, est bien présent dans le groupe.


Le mâche :

On ne lâche pas les bonnes vieilles habitudes : Sainté va marquer tôt. Coco fauche Cabella à l’entrée de la surface, Khazri s’en charge et la joue finaude : une frappe à ras de terre qui contourne le mur et vient se loger au plus près du poteau gauche de Caillard (0-1, 7e). C’est le 10e pion pour le Tunisien, définitivement la meilleure recrue de ce mercato stéphanois. Guingamp semble complètement à la ramasse, même enchaîner 3 passes est compliqué pour eux. Pourtant les Verts n’en profitent pas et vont laisser les Bretons revenir dans la partie. Grosse occasion pour Larson qui rate le ballon sur une reprise qui semblait facile, et derrière Thuram n’est pas assz vif pour conclure, la défense se dégage (33e). Autre occasion guingmpaise : coup-franc de Rebocho de la droite, plongeant, personne ne touche et Ruffier repousse du pied sur Thuram qui reprend, mais Kolo dégage sur sa ligne ou presque (37e). La mi-temps est sifflée sur ce score en faveur des Verts.

La 2e période démarre bien, Diony pense marquer sur un petit piqué bien touché, mais Caillard laisse traîner la main et repousse la balle (53e). Guingamp n’abique pas : Rodelin envoie un joli coup-franc sur le poteau, ça revient sur Thuram qui pense marquer, mais Perrin contre au dernier moment (62e). Le match va ronronner  jusqu’aux dernières minutes. C’est d’abord Cabella qui mange la feuille de mâche sur un service parfait d’Hamouma bien parti en contre (90e). Avant que Ruffier ajoute une nouvelle équipe dégoûtée à son tableau de chasse : Mendy pense mettre la volée de la gagne, mais notre Basque préféré se détend au ras du sol et sort la balle main opposée (90e+2). Ce sera le dernier frisson, les Verts empochent les 3 points.

Evidemment, une victoire est toujours une excellente opération. Surtout quand elle permet de revenir à hauteur des quenelles juste avant un derby. Entre temps, on va quand même jouer les sardines, pendant qu’eux se déplaceront à Toulouse. Si les Verts sont intraitables ou presque à domicile, ils avaient plus de mal à l’extérieur. Cette victoire chez un mal classé en regain de confiance est pourtant une bonne raison de se féliciter de cette bonne opération. Et ça tombe bien puisque les deux prochains mâches contre les olympiques se joueront dans le Chaudron. Dimanche prochain, vers 23h, on aura déjà une idée pour savoir si cette saison sera la bonne pour retrouver l’Europe après 2 ans d’absence.

Photo d’un parcage rempli et festif, ça fait du bien (crédit photo asse.fr)

Le résumé du mâche :


Les notes :

Ruffier (une de plus, 5/5) :

Encore une équipe qui a compris à quel point jouer face à Stéphane Ruffier pouvait être frustrant. Une parade absolument esspcionnelle dans les arrêts de jeu pour gratter 2 points de plus de ce déplacement. Le meilleur gardien que j’ai vu jouer de mes yeux, sans contestation possible.

Saliba (le froid et le chaud, 3/5) :

L’inconscience de la jeunesse (des passes latérales à te faire fondre le slip) et le talent d’un peut-petre grand (il a mis Thuram dans sa poche en 2e mi-temps). On ne pensait pas le voir jouer autant, on en redemande.

Perrin (du mieux, 3/5) :

Cette défense à trois semble le rassurer et le stabiliser. Il court encore moins qu’avant, mais du coup, il reste du jus à papy pour tendre la jambe ou mettre le torse quand il le faut. Le cap’tain ne semble pas avoir mangé trop de chocolats Weiss pendant les fêtes, c’est bieng.

Kolodziejczak (la voix, 3/5) :

C’est lui qu’on entend le plus derrière, une sorte de mégaphone avec des tatouages. Sinon, derrière, c’est solide, il ne fait pas beaucoup d’erreurs. Je pense qu’on ne le reverra plus latéral gauche, sauf pour dépanner.

Silva (reprise, 2/5) :

Il revient tout juste de blessure, il devrait donc enchaîner ses 5 mâches de suite avant de se blesser de nouveau. Ce qui est bien c’est qu’on le récupère juste avant une période chargée, et qu’il est en général plutôt bon. Samedi soir, c’était une remise en jambes

==> remplacé à la 67e par Polomat (non noté), plus offensif que Silva, mais non plus la folie.

Monnet-Paquet (alors ?, 3/5) :

Hein, Kevin ? Tu vois que tu t’y fais à ce rôle de piston sur le côté droit. Moins restreint que s’il jouait latéral pur, KMP a reçu les éloges du coach après le mâche. Mérité, même si son rentrage de tête sur le coup franc de Rodelin a failli coûter cher.

Selnæs (haut les Selnaes, 3/5) :

Le Norvégien joue plus haut maintenant, laissant les tâches défensives à son binôme du milieu. Du coup, il en profite pour caler quelques bonbons en passes masquées, comme sur cette ouverture vers Diony en 2e mi-temps.

M’Vila (bûcheron, 4/5) :

Avec un tel abattage, ne le laissez pas dans la forêt amazonienne, il va produire des litres d’huile de palme. Encore une fois énorme au milieu de terrain, c’est le seul joueur qui parle de Ligue des Champions à Sainté en interview. Et il est en train de nous montrer la voie.

Cabella (grmpffphfff, 2/5) :

Il rate la balle de mâche, et on se fait quasiment fusiller sur l’action qui suit… Il a quand même fait eu son utilité lorsqu’il fallait conserver la balle. Il tripote toujours un peu inutilement, alors qu’on sait qu’il pourrait faire mieux.

Khazri (acte II, 4/5) :

Son 2e coup franc est moins joli que son premier face à Nantes, mais il vaut limite plus de points. Whabi reste à un niveau incroyable en signant son 10e but en 19 mâches, attaquant le plus prolifique depuis Alex. Whabioman, le super héros de notre saison.

==> remplacé à la 83e par Salibur (non noté), qu’on a hésité à laisser sur place, on est pas sûr de vouloir le garder.

Diony (Pierre Richard, 2/5) :

Il pique bien son ballon, le gardien la sort. Il est censé jouer dans l’axe, mais il prend souvent le côté, à croire que le banc de touche l’attire irrémédiablement vers lui. Encore un mâche fade de Loïs, une sorte de Kronenbourg éventée et tiède dans un monde de bière belges.

==> remplacé à la 72e par Hamouma (non noté), qui a été précieux pour jouer les contres, mais il n’a jamais réussi à en mener un au bout. Marre.


La question minitel : 1e victoire à l’extérieur depuis 3 mois et demi, ça commençait à faire une paie ! Mais sur ce mâche, qu’est-ce qu’on a pas vu depuis longtemps ?

Est-ce qu’il faut être poète pour aimer Whabi Khazri ? Putain c’est essentiel ! Notre galopiaud survole ce championnat et les chasseurs n’ont pas encore trouvé comment le descendre. A égalité, les deux hommes qui ont partagé une coupe de cheveux à base de dreads blondes sur le sommet du crâne, mais aussi cette passion pour… comment dire ? Être nuls. Voilà, être à chier. C’est gênant chez Diony (pour nous), moins chez N’Dong (pour nous). Enfin, un jour, il faudra que les Guingampais comprennent que tenter de se maintenir avec Kerbrat en défense, c’est comme vouloir bien défendre en alignant Lacroix ou Pogba. A Sainté, on a fait un choix, et on ne le regrette pas pour le moment.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

2 Comments

  1. La bonne acad’ !
    L’ode à Khazri est tellement mérité et que dire de la Ruff’ !

    Cabella commence à me gaver, à l’image d’un Salibur. Ces mecs doivent mettre le bleu de chauffe si on veut suivre M’Vila en C1, merde.

    • Khazri est essepcionnel, vraiment. Ça fait tellement de bien d’avoir un joueur aussi décisif. Par contre, il a encore pris un jaune et du coup, il est sous la menace pour 8 mâches.

      Ruffier, rien à dire de plus, je lui brosse souvent un portrait dithyrambique. Les années passent, le niveau reste et c’est beau.

      Cabella m’a un peu déçu sur ce mâche, mais il n’a pas été si mauvais que j’ai pu le lire. Malheureusement, il n’a pas été décisif (sauf sur la faute qu’il provoque pour le but), et c’est souvent sur ça qu’il est jugé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.