Juve – Fio (3-0) la Bianconero Académie revient quand ça sent l’embrouille

Et là je me suis dit Marcel arrête de tresser tes poils de burnes et reprend-toi en main, merde. Puis j’ai réalisé que je m’appelais pas Marcel, et que j’aimais bien avoir de longues tresses me chatouillant délicatement l’entre-jambes depuis mon scrotum. Alors j’ai continué pendant des semaines et des semaines, loin de la Juventus et de son football bancanal.

L’ennui du trop plein de victoire, prestige des vils contremaîtres d’usine que nous incarnons, a eu raison de notre intérêt pour le ballon. Et même la défaite face au Napoli testiculaire de Gattouse n’a pas su raviver la flamme. Mais alors qu’a-t-il fallu pour me refaire passer d’un passif de l’anal juste bon à lire les nouveaux articles, au pouce vengeur habillé de blanc et de noir bien logé dans le fondement du monde ?

Vous connaissez la Juventus. On croit que c’est la victoire qui l’anime. En fait, c’est la ligne officielle du club, rien de plus. Non, ce qui lui fait suer l’abricot c’est le vol qualifié. Elle est comme ça la Vieille Dame, elle a ce petit côté pute à frange des grands boulevards qui aime à détrousser les gros connards de droite en leur faisant les poches pendant qu’elle leur suce la bite. Mais elle s’en fout la pute à frange, elle tape les connards de droite juste parce que les connards de gauche n’ont pas de pognon. D’ailleurs elle a toujours voté RPR depuis que l’UDR a été dissous. Mais au fond elle n’en a rien à foutre du pognon. Elle vole parce qu’elle aime ça. Elle prend des poignées de pièces dans le panier de la quête à la messe. Elle volerait la veuve et l’orphelin même si ça les faisait crever de faim. Alors quand se présente face à elle une Fiorentina convalescente avec des pièces d’or qui sonnent dans les poches, la Vieille Dame se tire la peau à quatre épingles, met son plus beau dentier et y va le sourire aux lèvres. Et à la bouche aussi.

(En vérité la Fio n’a rien montré en dehors de quelques frappes, mais on a eu deux rigori alors forcément…)


LES NOTES


SZCZESNY (4/5) : Multiplie les RAIES comme Jésus les pains, mais personne n’a réussi à le crucifier, lui. Prend-ça dieu.

CUADRADO (3/5) : Là où Juan Guillermo sort du lot en temps normal, c’est en phase offensive. Frustrez-le dans ce domaine et vous aurez un match honnête mais pas transcendant, comme un missionnaire de samedi soir après the Voice.

BONUCCI (3/5) : On pourrait dire qu’il a rendu une copie honorable si  »honneur » et  »Bonucci » pouvaient se trouver dans la même phrase sans que l’on crève d’envie de faire un sous l’eau dans une bassine d’acide chlorhydrique.

DE LIGT (3+/5) : Matisse a un peu tremblé quand Demiral a commencé à enchaîner les matches avec brio. Mais les soutiens au dictateur fasciste Erdogan dans le monde du foot ont subi la loi du bras armé du Karma. Le PKKarma donc, a remis les pendules à l’heure et Demiral en vacances. Alors Matisse a tout le loisir de reprendre là où il s’était arrêté. Il passe les premières minutes à trembler, puis il gagne en confiance et est impliqué dans un but à la fin. Et là, et ben il se trouve que c’est pas en causant un rigore pour les adversaires en faisant une main dans la surface mais plutôt un coup de boule rageur (3-0, 91e). Le Matisse nouveau me plaît bien.

ALEX SANDRO (3/5) : J’aimerais qu’il aille à Tottenham juste pour que ce soit Marco Grossi qui le note, vous savez le rédacteur de la JOUZÉ ACADÉMIE.

PJANIC (3-/5) : Qu’il est dur de vivre dans l’ombre d’Adrien Rabiot.

RABIOT (4/5) : Élu pire recrue de la Serie A version 19-20 par un panel d’holothuries, Adrien a pourtant atteint son rythme de croisière qui consiste à pisser sur tout le monde depuis le toit ouvrant de sa Jeep. Son talent balle au pied et sa condition physique retrouvée lui permettront sans aucun doute d’accrocher une place de réserviste pour l’Euro 2020. À moins qu’il ne prenne la place de MATUIDI qui a plus le niveau de la charogne que du charognard ces derniers temps.

BENTANCUR (4/5) : Est-il enfin arrivé, le Rodrigo qui va s’imposer (épisode 5462) ? Mouais. On dirait. On verra ? On verra.

HIGUAIN (2/5) : Match en dedans pour Pipita qui se réserve pour Lyon en tout cas on se le souhaite. DYBALA a pris sa place le temps d’offrir une passe décisive à De Ligt.

DOUGLAS COSTA (3/5) : Pas dans les meilleures dispositions face à une équipe qui joue plus bas que le niveau d’éthique de la majorité, il a fait ce qu’il a pu et c’est déjà bien. Remplacé par BERNARDESCHI pour rien.

CRICRI D’AMOUR (5/5) : La spécialité de la Juve ? Les pénos. Le spécialiste des pénos ? Cricri. Pourquoi s’emmerder à réfléchir plus que ça ? Et puis bon c’est la fin de l’article et personne ne lit jusque là.


FINO ANAL FINE,

Roberto.

Faites comme Marcel Picon a dit pour les boutons du dessous. Pour ceux qui l’ont pas : « Appuie sur les boutons, ça fait grossir la bite et ça vide les bourses (tu l’as ? Connard).« 

Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.