La Calcio Académie vous raconte la 20e journée de Serie A (20-21)

Ciao ragazzi,

On a vécu notre lot de journées à rebondissement ces derniers temps, alors je dois dire qu’un brin de classicisme ça fait pas de mal. Tiens, c’est comme le cinéma : on se touche tous le pissou en regardant de grands films branletico-intellectuels avec de long plan-séquences de 35 minutes où ça se contemple bien fort, mais on regarde quand-même les Visiteurs quand TF1 le diffuse pour la 457e fois après avoir ouvert une brique de soupe le dimanche soir. En Calcio, ça se traduit par des victoires milanaises, romaines et turinoises (sauf une équipe de Turin, constante dans l’anal comme un plug sur mesure), les trois promus qui perdent et les clubs de Gênes qui alternent victoire et défaite. Alors oui c’est du vu et revu, mais ça fait chaud au cœur parfois de voir que dans ce monde de merde, certaines choses ne changent pas. Au moins le temps d’un weekend.


Bologne – Milan (1-2) :

Toujours leader, Milan veut enchainer après la claque contre l’Atalanta et l’élimination contre l’Inter en coppa. C’est Bologne qui se place en face des Rossoneri ce weekend pour enfoncer un peu plus les hommes de Pioli.
Ce ne sera pas chose faite, puisque Milan commence le match en touchant le poteau par Hernandez (encore un poteau…) puis en marquant vite le premier puis le second but du match sur penalty. J’ai lu beaucoup de surprises sur les 14 pénaltys accordés au Milan cette saison, chiffre impressionnant certes, mais qui s’explique absolument quand on prend la peine de regarder les matchs.
Tous les pénos (sauf peut-être Rebic à Benevento et Bennacer à la Roma, et encore) y sont sans contestation possible, ou bien œuvre de grave mauvaise foi.
Andrea Poli marquera en fin de match pour le classique gol dell’ ex, et Milan prend les trois points qui lui assurent encore et toujours une place de leader, qui dure, qui dure.

Buteurs : Poli (81’) ; Rebic (26’), Kessie (55’)


Cagliari – Sassuolo (1-1) :

Avec une seule victoire pour tout le mois de janvier, le Sassuolo de De Zerbi est à la peine et compte sur l’air sarde pour se refaire une santé.
Pas de chance, le gardien de Cagliari était dans une forme folle pour contrer tous les élans neroverdi. Locatelli, Duricic, Boga… tous affrontent le gardien sarde sans succès.
En face, Nainggolan touche le poteau avant que Joao Pedro Galvao plante un couteau dans le dos du Sassuolo qui voit sa place au classement dégringoler. Heureusement, Boga (très en forme) égalise à la 94e dans une fin de match folle, pour préserver l’honneur de De Zerbi.

Buteurs : Galvao (75’) ; Boga (94’)


Sampdoria – Juventus (0-2) :

Les Bianconeri confirment qu’ils ont enfin trouvé le rythme scudetto. Dommage que les clubs milanais aient de l’avance. M’enfin, c’est pas la première fois que ça arrive. Et la perspective des les poignarder amoureusement dans le fondement avec une belle saucisse bien dodue, genre Morteau, sur la ligne d’arrivée est une source infinie de réjouissance pour moi. Pour ce qui est de la Samp’, et ben je sais pas trop, je crois que je m’en fous un peu.

Buteurs : Chiesa (20e) et Ramsey NON ON NE LE RENDRA PAS ARRÊTEZ LES GOONERS (90e+1)

3 285 photos et images de Aaron Ramsey Joueur De Football - Getty Images


Atalanta – Lazio (1-3) :

La Dea est une de ces équipes bizarres, sur lesquelles il ne faut jamais parier d’argent. Beaucoup trop instable, l’Atalanta gagne 3-0 à San Siro chez le leader, et perd ce weekend 3-1 contre une Lazio qui aurait pu en mettre sept. Passée totalement à côté de son match, la Dea, à l’image de Ilicic, se prend des rafales des Laziale et subit une masterclass de Luis Alberto.
Montagne d’occasions pour les Romains qui concrétiseront par trois fois (c’est un minimum) une avance logique.

Buteurs : Pasalic (79’) ; Marusic (3’), Correa (51’), Muriqi (82’)


Napoli – Parma (2-0) :

Victoire facile pour les hommes de Gattuso, à domicile contre Parme, avec un Elmas qui marque le premier but et guide les Napolitains sur le bon chemin.
Pléthore d’occasions donc pour le Napoli : Insigne touche le poteau, Elmas bute sur le gardien, Lozano croque comme il faut et c’est Politano qui double le score en fin d’un match à sens unique.
En difficulté en début de saison, Naples remonte au classement et se place même 5e (avec un match en moins). De bonne augure, à quelques semaines de l’Europa League et de la double confrontation contre Grenade.

Buteurs : Elmas (32’), Politano (82’)


Torino – Fio (1-1) :

Le Toro n’a toujours pas gagné à domicile. La Fiorentina est même passée tout prés d’une victoire à l’extérieur sans un but de Belotti dans les dernières secondes. A force d’insister, le Toro va finir par y arriver…en serie B

Buteurs : Belotti (88e) / Ribery (67e)

Va peut-être falloir à penser à retirer le panneau devant le stade du Toro


Crotone – Genoa (0-3) :

Le Genoa n’a pas marqué autant de points consécutivement depuis…janvier 2018 ! Attendez c’est pas fini. Strootman, qui était au fond du trou à Marseille, est devenu le véritable leader de cette équipe. La Gazzetta et le Corriere notent son volume de jeu et son impact sur le collectif. Comme quoi, il ne faut jamais être définitif dans le foot comme ailleurs. L’argument vaut également pour Mattia Destro qui empile but sur but depuis deux mois. L’ancien Romain se rappelle à notre bon souvenir au moment le plus improbable de sa carrière. Avec ces hommes et cette histoire, le Genoa peut rêver de se maintenir sans trembler jusqu’à la dernière journée.

Pour Crotone, rien ne va plus. La descente se profile inéluctablement. Il n’y a rien à sauver. Seul le pauvre Benali semble se débattre comme un diable. L’équipe est trop molle, trop tendre pour exister dans un duel qui exige une volonté de se battre.

Buteurs : Destro (24e et 50e) Czyborra (29e)


Spezia – Udine (0-1) :

L’Udinese remporte le match qu’il ne fallait absolument pas perdre. Au terme d’une partie équilibrée, De Paul inscrit l’unique but de la rencontre. Pourtant Lo Spezia Calcio n’a pas vraiment démérité et sans cette erreur de Chabot, on ne sait pas vraiment comment l’Udine aurait pu trouver la faille. Giulio Maggiore commence à se faire une place au milieu, son association avec Agoumé est vraiment prometteuse.

La réussite d’Italiano et son talent de fabriquer une équipe avec les réliquats de ses concurrent attire des futurs repreneurs. DELL serait intéressé, une offre pourrait arriver sur le bureau du président Volpista. En attendant ce jour, les Ligures s’accrochent pour le maintien et espèrent le retour prochain de Nzola et l’Udine se donne de l’air et nous fait voyager dans le temps. Quel plaisir de voir associé à nouveau Llorente et Pereyra, une première depuis une certaine finale de ligue des champions en 2015.

Buteur : De Paul (55e)

L’Udine qui gagne


Roma – Hellas (3-1) :

La Roma ne semble pas spécialement perturbé par les rumeurs concernant Dzeko. Il faut dire que le Bosnien n’est plus le joueur indispensable qu’il fut. Da Fonseca a trouvé des solutions de remplacement plutôt crédibles et efficaces à commencer par Mayoral, encore impérial ce dimanche soir au Stadio Olimpico. L’attaquant espagnol, formé au Real, ne cesse de surprendre les tifosi. Il s’est imposé en attaque dans un rôle de finisseur mais pas uniquement. Borja est précieux dans le jeu. Il est rapide, il a du ballon. Il pue le foot si vous nous permettez l’expression.

La Roma a atomisé Verona et attend la Juventus de pied ferme. De son coté, Juric va oublier rapidement le non match de ses protégés. C’est bien de faire des chouettes compliments dans la Calcio Académie si c’est pour nous sortir une gabegie de football le week-end suivant.

Buteurs : Mancini (20e), Mkhitaryan (22e), Mayoral (29e) / Colley (62e)


Inter – Benevento (4-0) :

Pippo est revenu à Milan. Benevento n’a pas pesé bien lourd contre un Inter revanchard après son triste nul à Udine. Le pauvre Pippo ne peut plus se démener sur le front de l’attaque, jouer à la limite du hors-jeu, se planquer vingt minutes pour se faire oublier et s’effondrer au moindre contact. Il a encore en lui l’amour du terrain. Le joueur opportuniste est devenu un entraîneur complet. Malgré toutes ses qualités, Inzaghi n’a pas pu empêcher la défaite des siens. L’Inter était tout simplement trop fort. La-Lu ont encore démontré leur complicité. L’Inter s’accroche aux Rossoneri.

Buteurs : CSC (7e), Martinez (57e), Lukaku (67e et 78e)

Pippooooooooooooooo (a perdu)


Note Artistique de la Journée 3/5 :

Encore une belle journée qui s’achève avec des gros poissons qui deviennent plus gros et des petits qui se font manger puis recracher. Dure loi de la chaine alimentaire, dure loi de l’économie du football actuel. On retrouve donc le Milan, l’Inter, la Roma, la Juve, le Napoli, la Lazio, l’Atalanta et Sassuolo, donc tous les gros du championnat.

Fio-Inter et Juve-Roma pour les gros matchs du weekend, reste à savoir si le classement s’en verra chamboulé ou si le Milan restera sur son trône après sa réception du petit Crotone.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.