La Calcio Académie vous raconte la 22e journée de Serie A (21-22)

Ciao ragazz’

La bataille de Milan fait toujours rage en tête du classement, où l’on assiste à une passe d’armes sans merci entre les deux rivaux lombards. On pourrait dire trois avec les autres nerazurri, les gentils, mais la Dea ne boxe pas dans la même catégorie que les deux colosses milanais, du moins pas encore. Le grand perdant du weekend est sans conteste le Milan qui rate l’occase de revenir à la hauteur de l’Inter qui pour une fois ne gagne pas. Incroyable match dont vous trouverez le résumé un peu plus bas, toujours vomi de la plume du sémillant Franco Bas Résilles. Et le reste ? La Juve gagne, les trois relégables se font rouler dessus, Empoli bande mou, Jouzé retrouve le smile… la vita suit son cours.

Plus de cocktails pour le moment, l’ANS m’a chopé par le col en me disant ‘’monsieur Bettégras il y a bien assez de merdier en ce moment pour en plus rajouter des recettes de cocktail à base de sans plomb/picon/garlaban/chartreuse/ciguë. M’enfin, si vous pouviez en glisser dans le camelbak de Jean-Michel Blanquer avant son ascension du mont Chauve vous rendriez un fier service au peuple. ’’


Salernitanale – Lazio (0-3) :

Au tour des biancocelesti de soigner leur goal-average en marchant sur les couilles des copains à grand coups de pointes de sprinter. Enfin, je dis copains mais la diamétrale opposition politique des tribunes de ces deux clubs n’a rien d’un copinage. Car oui, il existe encore des curve de gôche en Italie. On en parle pas souvent parce que les équipes brillent rarement dans le domaine du sport, mais elles existent. Ah oui, ça et le COVID et toute la répression mise en place par la Lega depuis des années aussi. Tas d’cons. Le foot ? Le foot. Tout d’abord un superbe but pour Ciro alors qu’on a pas dépassé les dix minutes de jeu, suivi d’un autre but de Ciro Immobile alors qu’on a toujours pas dépassé les dix minutes de jeu… et un but de Lazzari en seconde période histoire d’enfoncer la saucisse dans l’aligot (spéciale dédicace à notre nouvel académicien rodézois, ou rodéziste je sais plus trop).

Côté granata, le plan se déroule avec plein d’accrocs, comme prévu. La Lazio elle se remet dans le sens de la marche pour la qualification en C3-C4-C5-Cbis on verra ce que l’UEFA aura inventé d’ici-là.

Buteurs : Immobile (7e et 9e) Lazzari (66e) pour la Lazio.


Bologne – Napoli (0-2) :

L’occasion était trop belle d’évoquer avec vous cette spécialité de Bologne dont le visuel est également parfaitement adapté pour résumer la prestation pour le moins tristounette des locaux samedi soir. Parlons un peu de cette photo. C’est un Certosino di Bolognese. une sorte de pain sucré à base de miel, de fruits secs et confits. Avec un pain comme ça, tu nourris une famille pendant deux semaines. C’est un chouia lourd, mais tu y retournes avec plaisir. La comparaison avec le Bologna FC s’arrête là. Niveau lourdingue, ils savent faire mais je doute que les tifosi en redemandent avec plaisir ou alors il faudrait peut-être songer à une petite consultation chez le psy le plus proche.

Le Napoli s’est régalé. La victoire est limpide et ne prête aucune contestation. Lozano s’offre un doublé et inscrit deux jolis buts. Le score aurait pu être plus sévère. Peu importe, le Napoli l’emporte et recolle en tête du championnat. Les Rossoblu s’enfoncent un peu plus dans le ventre mou du classement. Et on a comme l’impression qu’ils aiment plutôt ça.

Buts : Lozano X2


Juve – Udinese (2-0) :

Petite ballade dans le jardin à la maison après une ventrée d’agnolotti del plin (recette ici). Histoire de ne pas péter à table, on en profite pour planter deux pions aux zebrette, Dybala en profite pour envoyer un regard de tueur à la direction qui pinaille pour la prolongation (faites pas les cons, tas d’cons), McKennie pour confirmer qu’il est un excellent joueur de tête malgré son petit gabarit, et Rugani pour empocher une nouvelle prime de match. La Juve n’a plus perdu en Serie A depuis huit matches, ça fait du bien.

Buteurs : Dybala (19e) et McKennie (79e) pour les bianconeri.


Sampdoria – Torino (1-2) :

Il faisait plutôt bon ce samedi à Gênes. Ces quelques rayons de soleil de janvier réchauffent le Stade Luigi Ferraris. La vieille enceinte est certes un peu vétuste, mais elle est habituée et équipée d’une climatisation naturelle d’une modernité confondante. C’est une autre manière de penser la transition écologique avec efficacité. Il faut reconnaître que ce côté-là les Ligures ont une certaine avance. Les visiteurs profitent des courants d’air pour enfiler les pions. Les tifosi célèbrent les buts sans effusion ni précipitation. Ils savent que leur joie est aussi éphémère qu’inutile. Alors, bien sur les malheurs du Genoa peuvent apaiser ou anesthésier leur propre réalité. Mais jusqu’à quand ? La moquerie a ses limites.
La Sampdoria s’incline donc une nouvelle fois à domicile. Ils avaient pourtant ouvert le score par un Caputo décisif sur sa première occasion. Mais la défense Génoise va une nouvelle fois céder. Le pauvre Thorsby se fait bander le haut du crâne. Grâce à cet artifice malin, nous allons pouvoir constater facilement, presque sur chaque action, ses retards coupables et ses errements de placement. Singo en profite, il claque une tête imparable. Le jeune Ivoirien est la révélation du Toro. On sentait déjà les prémisses de son talent la saison dernière. Cette année il éclate au grand jour. Formé à l’AS Denguélé, le jeune Wilfried Stéphane rejoint le Toro en 2019. Il découvre aussitôt l’Europe. Titulaire contre Debrecen, Singo sera présent lors de la grande épopée du Toro qui ne s’inclinera que lors du tour préliminaire. Beh oui les gars, c’est le Toro hein. Depuis ses premiers pas, Singo s’est imposé comme un joueur de qualité. Technique et puissant, le gaillard ne restera pas très longtemps chez les granata.

Le fameux geste technique de la quenelle involontaire (sans arrière pensée)

Le deuxième but sera l’œuvre de Dennis Praet. Le Belge claque une nouvelle tête dans les buts du pauvre Falcone dont on a pu constater, ce weekend, ses errements de jugement. Comme quoi le nom de famille ne fait pas tout.
En s’imposant, le Toro confirme une première partie de saison honnête. 9e et bien calé en milieu de tableau, les tifosi vont peut-être un peu s’ennuyer en fin de saison mais il n’est pas sûr qu’ils s’en plaignent…

Buts : Caputo / Singo et Praet


Fiorentina – Genoa (6-0) :

Carton plein pour la Fio. Saison cauchemardesque pour le Genoa. Tout juste limogé après une défaite à San Siro (terrible symbole), Shevchenko laisse le navire rossoblu, mais les affaires ne s’arrangent pas à Gênes.
Énorme match de la Fio qui plie tout suspense à la mi-temps (3-0), se permettant le luxe de rater un penalty (panenka de Vlahovic arrêté par Sirigu), se permettant aussi la rareté d’inscrire deux buts sur coup-franc direct par le même joueur (Biraghi). Vlahovic ira de son petit lob, Ikoné de sa passe décisive, pour parfaire le tout.
La Fio, capable de prendre 4-0 par le Torino, d’en mettre 6 au Genoa. Au moins on ne s’emmerde pas devant leurs matchs.

Buteurs : Odriozola, Bonaventura, Biraghi x2, Vlahovic, Torreira


Atalanta – Inter (0-0) :

Le duel de cette vingt-deuxième journée de Serie A a donc accouché d’un match nul sans but. Pourtant les deux équipes n’ont pas rechigné à créer du jeu. Les occasions furent même nombreuses mais Juan Musso et Samir Handanovic étaient tout simplement imbattables et les attaquants pas assez adroits. Ce match aurait mérité sans aucun doute un stade rempli et une ambiance de folie mais les restrictions liées à la soixante-dixième vague du COVID sont passées par là. Malgré la jauge, les tifosi ont soutenu la Dea tout le match. Les locaux confirment leurs intentions de jouer, à minima, la Ligue des Champions la saison prochaine. Muriel sera peut-être l’homme décisif de cette deuxième partie de saison Bergamasque. Dimanche, à lui tout seul, il a bousculé la défense interiste.

Les gardiens de la Galaxie, enfin surtout ceux de la Dea et de l’Inter

Coté nerazzurri, on se satisfait de ce bon point pris à l’extérieur contre un rival. Une semaine après avoir vaincu la Lazio, les hommes de Simone Inzaghi confirment qu’ils sont les favoris à leur propre succession. Le plus dur commence pour l’Inter…

But : R.A.S


Venise – Empoli (1-1) :

C’est le retour de Nani après deux piges à Orlando, sous soleil de la Floride, qui marque ce match entre deux promus convaincants cette saison !
Empoli favori, ouvre le score en 1e mi-temps avant de subir les vagues venitiennes par Aramu, petit 10 gaucher de 26 ans assez élégant, par Cuisance deux fois titulaire en deux matchs, et par Nani dès son entrée sur le terrain en délivrant à la suite d’un très beau double une deux, une passe décisive à Okereke !
Nani passe de Floride à Venise, laisse les femmes mures pour trouver les touristes et la bonne bouffe, marque les esprits d’entrée et ne devrait pas rester insensible au charme du football italien qu’il connait déjà un peu (une saison à la Lazio).

Buteurs : Okereke ; Zurkowski


Roma – Cagliari (1-0) :

La Roma n’a probablement pas digéré le scénario de la semaine dernière. Enfin, on peut l’espérer. Ils n’ont pas eu besoin de forcer leur talent ni d’insister beaucoup pour que les Sardes les laissent gagner. Dés le début du match, Carboni essaie tant bien que mal d’obtenir un péno en séchant Zaniolo. Mais la VAR lui refuse ce plaisir. Tant pis, comme d’habitude, Dalbert va devoir faire le travail. Il sait y faire le garçon. Il glisse sa petite main (plutôt son bras) devant la balle et contre une frappe qui se voulait ambitieuse. Le péno est indiscutable et la Roma finit par l’emporter sans trop forcer ni convaincre. Cagliari rechute après deux victoires de rang. C’est rassurant de retrouver ses repères.

C’est bon Jouzé a déjà tout oublié

But : Oliveira


Sassuolo – Hellas (2-4) :

Carton du Hellas au Mapei avec un triplé de Barak qui en a eu un peu… de la chance, notamment sur le premier but inscrit, involontaire, du protège tibia, également sur le deuxième, penalty arrêté par le gardien neroverde mais qui franchit tout de même la ligne, et un troisième à la 94e sur une offrande fameuse de Kalinic.
Du côté de Sassuolo, c’est comme d’habitude soit Scamacca, soit Defrel, soit Berardi qui s’y collent, aujourd’hui les deux premiers.
Scamacca en est déjà à 9 buts en 21 matchs de Serie A, et ne devrait plus fouler la pelouse du Mapei trop longtemps à ce rythme…
La guerre du ventre mou a donné raison à Verone, et le Hellas coupe le classement en deux, pile 10e à 20 points du premier et 19 points du dernier. Les comptes sont (presque) bons.

Buteurs : Scamacca, Defrel ; Barak x3, Caprari


Milan-Spezia (1-2) :

Le Diavolo dit surement adieu au titre ce soir après une défaite aussi terrible qu’incompréhensible face à un valeureux Spezia.
Après 25 tirs dont une barre transversale, un penalty raté et une multitude d’actions franches non concrétisées, Milan encaisse deux buts sur deux erreurs défensives qui coutent très cher.
Leao aura concédé un penalty (raté par Theo Hernandez) puis marqué d’un beau lob le premier but du match, mais sera remplacé de manière assez incompréhensible par Mister Pioli en fin de match…
De son côté, l’arbitre aura été un acteur majeur du match en n’expulsant pas Gyasi, pourtant déjà averti, qui marquera le 2e but de Spezia à la 94e, et surtout… en n’accordant pas le but de Messias, totalement valable, suite à un coup de sifflet immédiat, sans laisser un avantage pourtant évident.
L’arbitre s’excuse après le match, la fédération des arbitres s’excuse elle aussi, et les Rossoneri eux, pleurent, une saison quasi finie en janvier.
Le titre s’éloigne réellement et désormais c’est le maintien dans ces 4 premières places synonymes de qualif en LDC qui se joue pour Maldini et les siens. En espérant une efficacité retrouvée, un tireur de penalty qui ne tremble pas, et la fin de la poupée vaudou des blessures qui n’en finit jamais… (5 titulaires absents ce soir encore).

Buteurs : Leao ; Agudelo, Gyasi

Note Artistique de la journée 4/5 :

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.