Les amateurs du football anal iront voir ailleurs, ici les passes sont réussies, les tacles sont appuyés et propres, les centres ajustés et les frappes cadrées. Bilan des dernières grandes compétitions internationales de nogomet à l’appui, l’anal c’est les autres :

– Coupe du monde 2022, 3e, la faute aux aventures de Messi avec les cheikhs.

– Euro 2020, 8e de finale, sale.

– Coupe du monde 2018, malheureux 2e, probablement la faute aux gars de Macao.

Pas besoin de brandir les résultats d’obscures compétitions comme la ligue des nations pour démontrer la réussite de la Vatreni. Rappel salutaire pour le public vieillissant, qui a l’épopée des Suker, Bobic, Boban, Tudor, Jarni, Prosinecki et autre Asanovic (cherche l(es) intrus (du cul) de la liste) encore en tête, et non, la performance n’était pas liée à un analignement de planètes impossible à reproduire pour un pays de moins de 4 millions de footballeurs au dernier recensement, incluant les estropiés, les femmes et les enfants à naître. Au passage petite blague pour les amateurs de water polo, le championnat des états d’ex-Yougoslavie est bien plus relevé que celui d’Europe ou du monde. Attention, pour cet Euro les voisins slovènes et serbes nous accompagnent, si d’aventure nos chemins se croisent faudra laisser le slip de bain et le bonnet à carreau à la maison, bien chaussés, les crampons aux pieds, ça devrait le faire.

Avant la colonisation germanique estivale la « ic » sélection a l’occasion de faire la nique en Allemagne pendant un mois. La liste des heureux élus :

Gardiens :

Dominik Livakovic (Fenerbahçe SK), Nedilijko Labrovic (HNK Rijeka) et Ivan Ivusic (PaFaux FC)

En dernier rempart le meilleur atout reste le facteur dieu.

Défenseurs :

Martin Erlic, Martin Vraiment pour les germanophones (Sassuolo)

Josko Gvardiol (Manchester c’est qui)

Josip Juranovic (Union Berlin) a la carrière d’un buveur de bière – Croatie, Pologne, Ecosse, Allemagne -, la bidoche en moins.

Marin Pongracic (Lecce)

Borna Sosa (Ajax Amsterdam)

Josip Stanisic (Bayer Everkusen)

Josip Sutalo (Ajax Amsterdam)

Domagoj Vida (AEK Athènes)

Milieux :

Martin Baturina (Dinamo Zagreb)

Marcelo Brozovic (Arabie €a vous dites)

Luka Ivanusec (Feyenoord Rotterdam)

Nikola Vlasic (Torino)

Mateo Kovacic (Manchester c’est qui)

Lovro Majer (VfL Wolfsburg)

Luka Modric (Real Madrid)

Mario Pasalic (Atalanta Bergame)

Luka Sucic (RB Salzburg)

Attaquants :

Ante Budimir (Osasuna), un nom tout droit sorti d’un compte des 1001 nuits, rappel de la période ottomane, va devenir calife à la place du calice, marquera en finale

Andrej Kramaric (TSG 1899 Hoffenheim)

Ivan Pericic (Hajduk Split), le Eto’o blanc de l’Inter est revenu dans son club d’enfance, de retour de blessure il est prêt à redevenir le meilleur ailier du monde et d’ex-Yougoslavie en sélection

Et pour finir, les 3 pets, Marko Pjaka (HNK Rijeka), Marco Pasalic (HNK Rijeka) etBruno Petkovic (Dinamo Zagreb)

La Vatreni est un parfait panaché de nationaux et binationaux germano-croates, de locaux et de joueurs jouant à l’étranger, de jeunesse et d’expérience, d’artistes et de besogneux, de vainqueurs et de perdants. Malgré ses succès la Croatie conserve un côté anal avec dans ses rangs des défenseurs qui ont joué le maintien et sont descendus, visaient une victoire en coupe d’Europe et ont terminé 5e d’un championnat à 3 équipes (Rhinit a les couilles qui débordent après une année sans bander). Aussi pour les autres coéquipiers les palmarès se sont enrichis d’une ligue des champions, une ligue europa, de titres de champion d’Angleterre, d’Espagne, d’Allemagne, de Croatie ou d’une coupe nationale. Zivjela Hrvatskanal !

Les prochains rendez-vous de la Vatreni :

Espagne – Croatie, samedi 15 juin 18h

Croatie – Albanie, mercredi 19 juin 15h

Croatie – Italie, lundi 24 juin 21h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.