Le bilan à mi-saison club par club de la Tuica (1ère partie)

Restez incollables sur la Liga I

La multi ani ! Le championnat de Roumanie ne reprend que fin février mais pour nous, c’est déjà la reprise. Et d’ici la vingtième journée de Liga I, on vous contera quelques belles histoires de football roumain.

Du premier tour qualificatif de l’Europa League en juillet à Astra-Steaua le 21 décembre, le football roumain nous a offert près de 200 matchs dans cette première moitié de saison. Des dizaines de matchs vus, des centaines de pages lues : la Tuica fait un bilan après 6 mois de compéts. Première partie avec les clubs situés de la 18è à la 10è place de Liga I.

18.   Corona Brasov (10 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Forcément, les mecs sont derniers donc cette première moitié de saison a été merdique pour le promu ! En commençant avec 8 défaites et 2 nuls, cela rendait l’opération maintien difficile pour le petit poucet de cette Liga I 2013/2014, qui joue sa première saison à ce niveau. Malgré tout, à partir de mi-octobre, cela a été un peu mieux avec deux victoires (Vaslui et Ceahlaul à domicile) et deux nuls de prestige à domicile contre le Steaua et le Pandurii. Sur les dix points récoltés, le Corona en a d’ailleurs pris neuf à domicile, ne grattant qu’un point sur un terrain adverse, à Timisoara.

Dans cet ensemble très fragile, le Corona souffre surtout de la faiblesse de son attaque. Le jeune Sergiu Bus est en effet bien seul devant pour tenir son équipe. Auteur de 7 buts, il a inscrit 50% des buts de son équipe lors des 19 premiers matchs…

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Dans cette océan de morosité, le Corona a encore un objectif : essayer de faire mieux que le dernier de la saison dernière, à savoir le Gloria Bistrita qui n’avait pris que 18 points en 2012/2013. Les joueurs du Corona sont dans les temps de passage.

Ensuite, le Corona retournera en Liga II et laissera sans doute place au retour de grands de Roumanie comme le Rapid Bucarest ou encore Craiova. Mais le Corona restera l’auteur d’un exploit en Roumanie : le club est passé de la CFA locale à la L1 en seulement 4 saisons.

17.   Brasov (16 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Oui cela ne va pas fort pour les équipes de Brasov en cette fin 2013 ! Si le Corona est quasiment certain de descendre, cela ne va guère mieux pour les voisins du FC Brasov qui sont des habitués de la Liga I. A vrai dire, c’est une réelle surprise de les retrouver aussi bas dans le classement alors que c’était une équipe qui était très plaisante à voir jouer la saison dernière et se situait juste derrière les 3-4 meilleures.

Mais cette saison, rien ne va et la Liga I roumaine est un monde féroce qui ne ménage pas ses entraîneurs. 19 d’entre eux ont déjà été remplacés cette saison et le FC Brasov détient le record avec déjà 3 remplacements d’entraîneurs…

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Honnêtement, sur le papier, Brasov a ce qu’il faut pour se maintenir avec notamment les anciens Romeo Surdu et Adrian Cristea devant. Le manque de continuité dans les résultats laisse cependant songeur et il n’est pas certain que l’effectif actuel soit construit avec un esprit suffisant pour mener les joutes compliquées liées au maintien. Brasov joue bien au football mais a du mal à mettre le pied quand c’est nécessaire. Espérons que la trêve hivernale leur laisse le temps de travailler cet aspect car ce serait une réelle perte pour la Liga I de voir ce club descendre.

16.   U Cluj (16 pts – 18 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Pendant longtemps, l’U Cluj a squatté la dernière place avec Corona et il a fallu attendre le 4 novembre pour que l’U gagne finalement un match. Depuis cela va un peu mieux. L’U Cluj a fait de son stade une forteresse imprenable et a pu enchaîner trois victoires consécutives à domicile contre des adversaires directs. Ces bonnes performances à domicile restent sans écho à l’extérieur pour l’instant cependant.

L’U Cluj reste un club sympathique et très populaire. Les innombrables histoires qui mettent en exergue le soutien des supporters pour les joueurs et le club alors que celui-ci est exsangue financièrement affluent toutes les semaines dans les médias.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

L’U Cluj semble avoir trouvé en Mihai Teja l’entraîneur dont il avait besoin. Arrivé fin octobre, l’ancien adjoint de Rednic à Liège et d’Isaila à l’Astra a démontré qu’il avait le niveau sur ses premiers matchs. Il faudra qu’il réussisse à continuer de la sorte en 2014, malgré son inexpérience.

Dans cette croisade, Teja pourra compter sur deux ingrédients importants : le premier est la présence d’un vrai buteur dans son équipe avec Valentin Lemnaru, auteur de 6 buts jusqu’ici mais surtout l’habitude qu’ont les joueurs de l’U de disputer ces matchs aux couteaux pour le maintien chaque saison. Contrairement à un club comme Brasov, l’U Cluj a l’habitude de ces saisons compliquées et les victoires importantes contre le Viitorul, les deux Brasov et l’Otelul le démontrent.

15.   Otelul Galati (18 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

A l’image de celle du FC Brasov, la triste saison de l’Otelul est une demie surprise en Roumanie. Le club est actuellement dans la charrette avec la deuxième moins bonne défense de Roumanie – 35 pions encaissés en 19 matchs ! C’est notamment à la suite d’une sévère défaite 7-2 sur le terrain du CFR Cluj que l’Otelul a changé d’entraîneur (déjà trois coachs cette saison).

L’Otelul gagne petitement et ne réussit pas à faire de série qui pourrait leur permettre de remonter au classement. L’arrivée de l’entraîneur allemand Lienen devait donner un coup de fouet à l’ensemble mais les résultats sont pour l’instant mitigés avec de nombreuses contreperformances dont une dernière défaite sur le terrain de l’U Cluj.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Clairement, l’espoir de l’Otelul se nomme Lienen pour 2014. Tout le monde espère que l’entraîneur allemand saura mettre en place ses méthodes et avoir des résultats, même si les premiers matchs laissent sceptiques.

Pour l’Otelul, la solution pourrait venir d’un duo brésilien avec Henrique et Marquinhos. Le buteur et le petit ailier ont déjà marqué 10 pions à eux deux cette saison et il faudra qu’ils puissent augmenter ce total si l’Otelul veut revoir un printemps en Liga I alors que le club semble finalement avoir trouvé un plan pour contrecarrer ses graves soucis financiers.

14.   Viitorul Constanta (18 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Le club de Gica Hagi est insaisissable. Déjà l’équipe ne joue plus à Constanta depuis cette saison mais à Chiajna, soit à environ 300 kilomètres. Du coup forcément, le club ne dispose plus de soutien populaire pour ses matchs « à domicile ». Cet été, le Viitorul a également perdu deux de ses meilleurs éléments – Alibec de retour en Italie et Chitu à Valenciennes. Le recrutement n’a pas été vraiment réussi et les résultats ont suivi conséquemment.

Comme la saison dernière, le Viitorul se débat en fond de classement. Aux 3 victoires à domicile est venue s’ajouter une victoire à l’extérieur fin décembre avec un bon 1-2 sur le terrain de Concordia Chiajna pour un « derby » artificiellement créé.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Difficile de dire ce qui va se passer pour le Viitorul s’il n’y a pas de recrue cet hiver. Elle semble au niveau des 8-9 de la deuxième moitié de tableau mais l’absence de joueurs capables de marquer fait très mal. Les joueurs d’Hagi n’ont inscrit que 13 pions en 19 matchs ! A moins que 2014 soit l’année pour lancer le jeune Ianis Hagi qui aura 16 ans fin 2014 et dont tout le monde parle comme un prodige au niveau de son père…

Mais au fond, un maintien ne ferait que prolonger les interrogations autour d’un club dont le modèle ne semble pérenne en Liga I. Le Viitorul est le meilleur club formateur de Roumanie (les sélections de jeune comptent de nombreux joueurs de ce club) mais l’équipe première ne peut pas disposer de ces pépites en Liga I plus que quelques mois. Le jeune Tarnovan, qui a signé au Steaua cet hiver sans jamais avoir eu le temps de réellement s’exprimer au Viitorul, est un exemple parmi d’autres.

13.   Sageata Navodari (19 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Un autre club qui fait ses premiers pas en Liga I lors de cette saison. Et honnêtement, personne ne parle de Sageata en Roumanie. Le club vit une saison anonyme, bien calé dans le ventre mou du classement.  Comme nombre de petites équipes en Roumanie, Sageata est surtout à l’aise à domicile avec 4 victoires à Navodari pour une seule à l’extérieur. Après un bon début de saison, le promu a connu un gros trou d’air avec 7 défaites en 9 matchs à l’orée de l’hiver. Cette longue saignée a coûté sa place à Tibor Selymes, le coach qui les avait fait monter et ancien de la génération dorée des 90’s.

Sageata jouait pas trop mal en début de saison, offrant un bloc compact mais qui réussissait à proposer du jeu surtout à domicile. Les résultats des deux derniers mois ont malgré tout mis à mal le bel ensemble avec 26 pions pris en 9 matchs.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Pour remplacer Selymes, Sageata va faire confiance à Catalin Anghel. Il est difficile de savoir si le nouvel arrivant va réussir à trouver les mots pour motiver un groupe qui était fidèle à Selymes, l’entraîneur avec qui ils ont connu la montée.

Si Anghel se fait accepter, il dispose d’un effectif avec quelques beaux joueurs comme le gardien Panagopoulos ou le très coté jeune buteur Mihai Roman. Et sinon, aussi triste que cela puisse paraître, personne ne regrettera vraiment la descente de Sageata, hormis les quelques supporters de cette équipe.

12.   Botosani (20 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Ah Botosani, un autre promu et la belle surprise de l’été indien en Roumanie. L’équipe a longtemps squatté le haut du tableau avec les ténors de Liga I à la suite d’un superbe été. En effet, Botosani avait enchaîné 7 matchs sans défaite pour sa première saison à ce niveau. Mais après cet excellent début (19 points pris en 10 matchs), l’équipe a complètement explosé.

Depuis le 20 octobre, Botosani n’a pris qu’un point en 9 matchs et s’est fait éliminer de coupe de Roumanie. Malheureusement, cette mauvaise série a conduit au licenciement de Cristian Popovici, l’entraîneur emblématique du club qui leur avait permis de connaître l’élite du football roumain. Pas forcément une bonne décision à mon humble avis.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Soyons réaliste, le fantasque président Iftime a sans doute pris le melon après le bon début de saison de son équipe et s’est vu plus beau qu’ils ne sont réellement. Botosani ne dispose pas d’un effectif exceptionnel en Liga I et reste surtout composé de mecs qui ont roulé leur bosse dans les divisions inférieures. Manquant cruellement d’idées dans le jeu, Botosani s’est surtout construit sur un collectif costaud qui nécessite de gros efforts et qui met à mal les corps de joueurs qui ont pour la plupart dépassé la trentaine.

Les six buts inscrits par Hadnagy ont peut-être caché un certain temps la faiblesse du secteur offensif mais Botosani devra recruter devant s’ils ne veulent pas s’enliser encore plus vers le bas du classement.

11.   ACS Poli Timisoara (22 pts – 19 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Le quatrième promu et celui qui est donc le mieux classé après 19 journées. Comme Botosani, le Poli a pu travailler sereinement en ce début de saison après avoir pris 9 points lors des quatre premières journées. Mais depuis le 10 août, le Poli n’a gagné que 3 des quinze matchs suivants.

Soyons honnêtes, le Poli ne brille pas particulièrement dans le jeu et mise plus sur sa bonne défense (24 pions encaissés en 19 matchs) pour accrocher le maintien. De plus, le secteur offensif dépend principalement du buteur Szabolcs Szekely, auteur de 9 buts pour l’instant. Ce buteur qui a longtemps joué dans les divisions inférieures a connu un gros coup de mou qui a coïncidé avec une période très difficile pour le Poli. Celle-ci a d’ailleurs mené au limogeage de Valentin Valcea, l’artisan de la montée… La patience n’est pas une vertu des présidents roumains.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Comme vous l’avez compris, cela dépendra déjà en grande partie du rendement de Szekely en 2014. Malgré tout, le Poli semble assez costaud pour pouvoir gratter la vingtaine de points qui les sépare d’une nouvelle saison en Liga I.

En deuxième partie de saison, il faudra aussi suivre le jeune Barbut (18 ans), comparé au pays à l’ancienne vedette de Football Manager Florentin Petre. En effet Barbut joue ailier comme l’ancienne idole du Dinamo et mise aussi principalement sur sa vitesse pour compenser sa très petite taille (1,66m).

10.   Concordia Chiajna (25 pts – 18 matchs)

Comment se sont passés ces six premiers mois ?

Le Concordia a connu une très étrange intersaison l’été dernier. Alors qu’ils avaient repris la saison en Liga II, ils ont finalement été repêchés après deux journées de championnat suite à la rétrogradation administrative du Rapid Bucarest ! Alors forcément, on pensait qu’ils allaient souffrir. Et bien non, pas du tout.

Les mecs ont pris la saison de Liga I avec grand plaisir et cette jeune équipe a réussi de très belles performances, battant notamment l’Astra 3-1 à domicile. Cette équipe est bâtie autour de jeunes espoirs comme le Nigérian Onduku mais en Roumanie, on parle surtout de deux joueurs : Rosu et Ramniceanu. Le premier, milieu de 20 ans, est comparé à Xavi pour son influence dans le jeu et son taux de passes réussies à chaque match alors que le second est tout simplement considéré comme l’un des meilleurs gardiens du pays.

Comment ça va se passer pour eux en 2014 ?

Le Concordia devrait rester une équipe plaisante à regarder en 2014 ; un peu trop forte pour s’emmerder avec le maintien mais pas assez pour aller gratter l’Europe. Alors les jeunes devraient continuer à s’amuser ensemble et à apprendre en attendant peut-être de pouvoir viser mieux lors de la saison prochaine si le club ne se fait pas piller d’ici là.

La suite avec les ténors de Liga I dans la semaine…

Tristan Trasca

1 thought on “Le bilan à mi-saison club par club de la Tuica (1ère partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.